Forecast investissement – Avril 2010 N°2 – L’emploi américain

Par Jean Christophe Bataille

Forecast image type


La statistique a été mise en ligne à 14 heures 30 vendredi : les USA ont créé 162.000 postes nets sur le mois de mars, d’après les chiffres corrigés des variations saisonnières publiés vendredi par le département du Travail à Washington. Ce chiffre est le plus élevé depuis mars 2007. Le président Barack Obama s’est félicité que le pays commence « à voir le bout du tunnel ».


L’AFP a commenté la nouvelle le soir : 

Les États-Unis ont perdu près de 8,4 millions d’emplois, soit 6% de leur population employée (hors agriculture) entre le début de la récession en décembre 2007 et février 2010.

Si elles se confirment, ces créations d’emploi feront enfin ressentir aux ménages l’effet d’une reprise économique engagée depuis l’été, et qui profitait essentiellement aux entreprises et à leurs actionnaires, peu aux salariés. « La reprise économique est en train de profiter aux travailleurs », a estimé la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

« Les chiffres confirment le tableau de la reprise et font de sa viabilité un pari plus sûr », a dit Steven Ricchiuto, de Mizuho Securities.

Si l’économie a été aidée par 48.000 embauches dues au coup d’envoi du recensement décennal, le secteur privé a apporté une contribution décisive.

« Il est évident que le marché du travail américain reste gravement déprimé (…). Il faudra une croissance durable et robuste de l’emploi pour faire baisser ce chômage », a estimé la Maison Blanche.

Si l’on tient compte des personnes exclues de la population active comme les chômeurs dits découragés, et les salariés à temps partiel qui cherchent un temps complet, le taux de chômage « réel » a augmenté de 0,1 point en mars, à 16,9%.


Quelles conclusions faut-il en tirer ? Les marchés ont immédiatement réagi : le cross Euro Dollar a chuté.



Analyse économique


Comme je l’avais anticipé il y a plus d’un an, l’action de la FED a réussi à rompre les tendances déflationnistes de 2008 et les émergents devenus autonomes ont soutenu la croissance US en enclenchant à l’évidence un mécanisme créateur d’emploi dans le secteur privé. Ce qui permet aux américains de créer des emplois contrairement à de nombreux pays européens car la répartition géographique de leurs exportations est meilleure. 57 % des exportations des Etats-Unis vont vers des zones économiques dynamiques (Canada, Chine, émergents d’Asie, Amérique Latine, Russie et OPEP). C’est seulement 23 % pour la zone euro, d’où la croissance plus rapide des exportations américaines (source Natexis)


Sans exclure une poussée déflationniste, le scénario d’une profonde déflation avec grand plongeon des indices dans le contexte d’un non découplage des émergents  est devenu très improbable. Sans nouvelle crise bancaire, nous passerons sans transition à un environnement stagflationniste.


Le risque va désormais être celui de l’inflation chez les émergents et la contamination des pays occidentaux les moins exportateurs par cette inflation . Cette dernière va être fortement dépendante de la politique de taux des émergents. Si leurs banques centrales ne réagissent pas en resserrant l’étau monétaire, le risque de stagflation va grandir chez nous, aggravé par la hausse de la dette de nos états. Les dernières déclarations de l’agence internationale de l’énergie confirme que la production pétrolière commence à décroitre dans un contexte de consommation mondiale croissante. Nul doute que le prix de l’énergie va flamber et augmenter encore nos IPC. Par ailleurs, la réévaluation à venir des monnaies émergentes va, elle aussi, exercer une forte pression sur nos prix. Enfin la tentation protectionniste, fondamentalement inflationniste, est déjà à l’ouvrage. Il nous faut donc surveiller attentivement l’évolution des taux courts en Asie, en Inde et au Brésil.


Ce que je prévoyais en 2008 sur le plan économique et monétaire est en train de se réaliser. Il n’y aura pas de spirale déflationniste, pas de baisse des prix à la consommation et le prix des actifs s’est stabilisé.


Conséquence sur nos investissements immobiliers

Les gens qui possèdent du cash peuvent attendre encore pour acheter de l’immobilier mais les investisseurs à crédit à qui j’ai conseillé de regarder le marché peuvent désormais acheter à taux fixe des biens à fort rendement.


Analyse boursière fondamentale


Cette statistique sur l’emploi US change la donne et pourrait prolonger la hausse des actions. Les indices européens qui sont en retard en terme de valorisation pourraient profiter de l’optimisme ambiant. La baisse des indices liée à la montée des taux évoquée il y a quelques jours, pourrait ne pas avoir lieu tout de suite. Voilà pour le court terme.


Cela ne veut pas dire qu’il ne va pas y avoir de correction sur les actions dans l’année, au contraire. La hausse des taux à venir peut nous fournir des périodes de baisse des marchés. Mais il faudra systématiquement mettre à profit ces baisses pour accumuler les actions qui nous intéressent : parapétrolières et émergents.

On pourra objecter que les actions ont déjà bien progressé. Elles ont en fait beaucoup stagné.

Si on prend la valeur des indices CAC et  SP 500 en valeur or, nous constatons que le CAC n’a pas progressé depuis mai 2009. Si nous exprimons l’or en euros et pas en dollars, il a même baissé ! Le SP 500 s’en sort un peu mieux, traduisant ainsi une capacité de croissance un peu meilleure outre atlantique.


CAC-Gold-02-04-2010.JPGSPX-Gold-02-04-2010.JPG


Il faut toutefois bien considérer que les actions, comme l’immobilier, sont des actifs. Elles vont donc flotter sur l’inflation et nous protéger de la dévalorisation monétaire tout en subissant les baisses ou les hausses de leur activité. Quelle que soit leur évolution à court terme, il devient difficile de rester totalement en dehors des quelques actions qui ont un gros potentiel de croissance.


Nous allons donc renforcer notre allocation en valeurs parapétrolières (dont les facturations sont exprimées dans un dollar à la hausse) dans une optique de swing mais aussi d’achat long terme comme nous avons commencé à le faire il y a un mois. Notre panier de parapétrolières a déjà progressé de 13 %.


Mais il faut rester prudent, les bonnes nouvelles actuelles ont été largement anticipées par le marché et les niveaux de valorisation sont désormais assez élevés. Devant l’incertitude sur l’évolution des marchés, je vous propose d’adopter une attitude de swing en trend following sur l’achat d’action. Acheter sur accélération à la hausse et prendre des bénéfices sur accélération à la baisse. Je publierai ces transactions sur la file trading.


Attention ! Toutes les mouvements de hausse peuvent être interrompus à tout moment par de nouvelles pressions sur les taux ou la découverte de nouveaux problèmes d’insolvabilité bancaire.



Analyse technique pour trading court terme sur le CAC (CFD France 40) :


Lors du dernier Forecast investissement – Avril 2010 – Crise des taux et insolvabilité, j’ai évoqué la possibilité de deux scénarii. L’un dans lequel le CAC franchissait durablement 3887 à la baisse, l’autre dans lequel le CAC franchissait à la hausse 3968 points. Le CAC a effectivement atteint 3868 le 22 mars en intra day mais a rebondi violemment pour cloturer à 3933. C’est finalement le deuxième scénario qui se déroule en ce moment. C’est lui qui m’a permis de réaliser un interessant day trading à la hausse sur le CAC en UT 15 minutes jeudi dernier


Concernant les tendances plus longues l’étude sur les divergences et les incertitudes sur l’évolution des sommets RSI et CCI que nous avons faite récemment en UT week reste encore sans réponse sur le CAC.


Pour l’heure, le CAC décrit une trend line de consolidation en UT 1H, ligne verte oblique :


CAC-2-avril-2010.JPG 


Nous pourrons prendre position à la hausse, dès son franchissement net et uniquement dans ce cas. De nombreux signes permettent en UT plus courtes de valider ou pas ce franchissement. Il y aura dans ce cas une bonne probabilité pour que le CAC dépasse son plus haut à 55 périodes à 4041.80. Selon la théorie, nous aurons 75 % de chances pour que le CAC parcoure à la hausse, à partir de son récent plus haut de 4041.80, l’équivalent de la hauteur du triangle de consolidation actuel soit 4041.80 – 4021.80 = 20 points. Soit un objectif de 4061, un niveau proche de l’ancien overlap de 4088. Nous aurons également 35 % de chances pour que le CAC atteigne 1119 points, dernier plus haut à 55 périodes augmenté de la différence entre le dernier plus bas et la base du triangle de consolidation : 79 points.

 

J’attire votre attention sur le fait que ces deux possibilités de trades ont des philosophies très différentes. Le premier plan de trade donne moins de chances de perdre mais offre des gains limités. Le deuxième à moins de chances de réussir mais a, le stop étant placé au même endroit sous 4021, un rapport reward risk bien meilleur. Ce sera l’objet d’un prochain article de formation trading.

Bons trades !



50 réflexions au sujet de « Forecast investissement – Avril 2010 N°2 – L’emploi américain »

  1. Bonjour, une stagflation (ou éventuellement une slumpflation) c’est un ralentissement de l’économie et une poussée d’inflation en même temps. Comme d’hab, je partage ton point de vue
    d’une inflation par les couts mais je ne crois pas à une augmentation de la masse monétaire, du moins hors circuit financier. Si la masse monétaire n’augmente pas, les salaires
    n’augmenteront pas non plus, je reste convaincu que les salaires vont baisser. Le seul moyen pour que le consommateur rouvre son porte monnaie c’est un bonne baisse de prix, chose qui
    me parait quasi impossible justement parce que les couts des importations augmentent. Pour ce qui concerne notre immobilier, il deviendra surement interessant pour les nouvelles bourgeoisies
    issues des pays emergents dont les monnaies vont se reevaluer et le pouvoir d’achat augmenter, par contre il est encore trop cher de 30% pour l’acheteur francais. Dans le neuf, seul les
    investisseurs soutiennent le marché, sans la loi scellier les promoteurs feraient faillites. Les artifices du type doublement du pret à taux zero et pass foncier disparaissent cette année, que va
    t il se passer apres ? en 2011 on passe au tout BBC soit une augmentation du prix de 10% environ du cout de construction, à cela s’ajoute la loi handicapé et des pertes d’espace
    habitables debiles. Bref, un gros dilemme, techniquement les prix dans le neuf devraient monter, toutefois le type lambda avec son revenu de 1700€ mensuel ne peut plus acheter depuis 2006.
    Une solution : augmenter la masse monetaire en circulation, mais il faudrait que tu m’expliques comment ?

  2. Bonsoir Jean Marc,

    Mon horizon stagflationniste établi (spirale) n’est pas très proche.

    Il faut que les prix à la consommation montent. Nous y sommes déjà dans bon nombre de pays. Mais le pilotage des taux court par les émergents va être une donnée fondamentale. L’horizon
    stagflationniste peut être plus ou moins éloigné selon la réactivité des autorités monétaires des émergents.

    Il faut que les taux montent. La grèce et quelques pays mais à quand les autres ?

    Il faut que les salaires suivent. Phenomènes sociaux liés à la montée des taux et des prix. Cela prends traditionellement deux ans lors d’une inflation par les couts.

    Etc ..

    Ce que je veux surtout dire, c’est que la déflation, c’est fini. On en prend pas du tout le chemin.

  3. Bonsoir Ben,

    Les oeuvres d’art sont des biens. Il flottent donc sur l’inflation et constituent une mise à l’abri.

  4. En réponse à toutes vos questions, je crois qu’il faut se poser des questions simples :

    Va t-on faire de la croissance en occident ? La réponse est non.

    Va t-on faire de la déflation ? On voit bien que non. Au contraire, il se crée des bulles de tous les cotés et les IPC montent encore alors que nous sommes sensés être en plein deleveraging
    immobilier.

    Le pétrole va-t-il rester durablement sous 100 $ ? Pour moi, tant que des pays à 1 milliard d’individus font des 8 % de croissance et que les pays pétroliers n’investissent pas MASSIVEMENT dans
    l’exploration-développement, la réponse est non. Dans tous les cas, les parapétrolières vont flamber.

    Va-t-on et surtout a-t-on interet à maintenir l’inflation sous 2 % ? La réponse est non.

     

  5. Nous avons atteint l’objectif du trade à 4061. Le CAC est en train de consolider en UT 5mn. Il me parait interessant de rerster en position. D’autant que nous n’avons pas pu entrer bas ce matin
    car le CAC a dessiné un gap à la hausse autour de 4048

  6. Bonjour Jean-Christophe,

    « Le vrai danger pour moi reste la surpopulation et la course aux matières premières,eau comprise.C’est tout simplement intenable et porteur de conflits potentiels inquiétants »

    Entièrement d’accord.Quand je parlais de crise grave,je pensais plus aux émeutes de la faim de 2008 (par exemple en Egypte,pays relativement calme où les plus pauvres se faisaient
    piétiner pour un pain) qu’à la récession qui y a mis fin.Une aubaine pour eux. Surpopulation et misère au sud et sous-population et opulence au nord.

    Le combat contre l’illettrisme est une des clefs du problème,mais qui s’y intéresse vraiment? L’éducation des filles n’est une priorité que pour très peu d’Etats.Pour les
    autres l’obscurantisme tient lieu de principe de gouvernement.Je ne les condamne pas,nos élites n’ont pas fait mieux pendant des siècles et ontraté ce tournant pendant la
    colonisation.Et les dérives françaises actuelles montrent bien qu’elles regrettent ce temps béni…(diminution des horaires,non remplacement de profs,régression des exigences,suppression de
    l’histoire en terminale S…etc) 

    Que ce soit intenable,ça n’est pas certain,dans un monde rationnel et dont les intérêts de quelques privilégiés,les velléités nationalistes voire impérialistes seraient dépassés par
    l’intérêt collectif mondial.

    Tout cet argent dépensé par les Etats pour maintenir une consommation anémiée aurait pu servir à financer un gigantesque plan « Marshall » de développement du tiers-monde.Car l’émergence de
    quelques-uns cachent la misère du reste.De quoi remettre les compteurs de la colonisation à zéro.Un peu ce que fait la Chine avec quelques arrières-pensées.

    Les producteurs de cellules solaires n’ont-ils pas une technologie qui pourrait électrifier des villages du Sahel plutôt que de fleurir les toits de pavillons chauffés par des convecteurs voraces
    en kilowatts,pour un coût identique,puisque c’est finalement le contribuable qui paie? 

    Nos industriels y auraient trouvé leur compte,et au lieu de passer à la presse des voitures ayant 75 000 km,payées mille euros,on aurait pu construire des routes et des écoles.On ne se rend
    pas compte de ce que ça représente comme possibilités mille euros dans un pays d’Afrique où la main d’oeuvre est souvent congédiée avant d’avoir reçu sa paye…Pas d’Etat,et c’est l’arnaque à
    tous les étages,du toit terrasse des privilégiés jusqu’au troisième sous-sol des gosses volontairement estropiés.Cela aurait fait des heureux,mais sûrement pas les élites prédatrices de ces
    Etats baudruches. 

    Je reconnais que c’est de la pure fiction à l’heure actuelle.Il en va des nations et des empires comme des sociétés industrielles,les théories de Schumpeter doivent aussi s’y appliquer.Il
    faudra modifier notre carte génétique avant que les hommes sortent de l’atavisme reptilien de la barbarie créatrice. 

    Pour vous prouver mon pragmatisme résigné,je conseille aux plus pessimistes trois valeurs d’avenir:Thalès,Raytheon et Northrop Grumman 

    Etant d’un naturel pacifique et pensant que l’accès à l’eau potable est un enjeu de développement qui sera de plus en plus critique au fur et à mesure de l’industrialisation de nouveaux
    pays,je préfère pour l’instant m’intéresser à « Amiad Filtration Systems »,(Société israélienne cotée à Londres dont le site possède une version française). Il y a aussi la peite
    société Finaxo au marché libre. 

  7. Merci Jean Christophe pour ta reponse.

    Que penses tu de la solution de Roosevelt dans les annees 30 (et qui dura jusqu’aux annees 60), la taxation a 90% des hauts revenus:

    « En 1932, quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu applicable aux plus riches était de 25 % aux Etats-Unis. Le nouveau président décide de le porter
    immédiatement à 63 %, puis 79 % en 1936, 91 % en 1941, niveau qui s’appliqua jusqu’en 1964, avant d’être réduit à 77 %, puis 70 % en 1970. Pendant près de cinquante ans, des années 30 jusqu’en
    1980, jamais le taux supérieur ne descendit au-dessous de 70 %, et il fut en moyenne de plus de 80 %. »

    Je pense que la crise d’aujourd’hui vient de l’ecart entre les riches et les pauvres qui fait que s’accroitre et qui resulte justement de la fin de ces taxations des hauts revenus. Comme a dit
    Warren Buffet:  « Il y a une guerre des classes en Amérique et ma classe est en train de gagner »

    J’imagine que dans un monde globalise et mobile comme le notre cela sera difficile a mettre en place… Mais si tout les pays endettes suivent une telle politique, il n’y aura pas beaucoup de
    pays ou s’exiler (j’imagine pas tous les millionnaires/milliardaires occidentaux s’exiler pour vivre par exemple en Chine…).

     

  8. bonjour jean christophe , bonjour a tous.

    tu écris que selon la théorie, nous aurons 75% de chances pour que le CAC parcoure à la hausse sur dépassement du plus haut précédent….. de quelle théorie parle tu exactement, de la théorie de
    DOW ?

  9. Bonjour Renaud,

    Je crois que la fiscalité des personnes physiques n’est pas le problème. Les accords de l’OMC ne sont pas bons. Le dumping social, fiscal des émergents et les parités monétaires ne sont tout
    simplement pas supportables.

  10. Bonjour Pat,

    Tu écris que selon la théorie, nous aurons 75% de chances pour que le CAC parcoure à la hausse sur dépassement du plus haut précédent….. de quelle théorie parle tu exactement, de la théorie
    de DOW ?

    Pas du tout. Ce sont les stats évolutives des triangles de consolidation. Analyse purement chartiste.

  11. AFP le 06/04/2010 à 16:31

    Salon de l’immobilier : est-ce le moment d’acheter un logement ?

    Quel sera l’avenir des aides fiscales, y aura-t-il une baisse des prix, les taux d’intérêt d’emprunts vont-ils remonter?: autant de questions auxquelles les 35.000 visiteurs attendus de jeudi à
    dimanche au salon national de l’immobilier à Paris vont venir chercher des réponses.

    + Où en sont les aides pour les accédants à la propriété ?

    Le doublement, pour les ménages modestes, du prêt à taux zéro, permettant de financer 30% du prix d?achat d’un logement neuf au lieu de 20%, cesse le 30 juin. La fin du dispositif, susceptible de
    freiner le recours à ce type de prêts, inquiète la Fédération française du bâtiment (FFB) qui, ne voyant pas arriver la reprise dans le secteur, a demandé la semaine dernière une nouvelle
    prolongation jusqu’à la fin de l’année. Le système du « Pass-Foncier », qui permet d’acquérir le terrain après le logement, doit également cesser à la fin de l’année. De plus, le secrétaire d’Etat
    au Logement Benoist Apparu vient d’annoncer pour l’automne une « ambitieuse » réforme de l’ensemble des aides.

    + Les avantages liés au dispositif « Scellier » vont-ils durer ?

    La possibilité pour les investisseurs achetant un logement pour le louer de bénéficier d’une réduction d’impôt équivalant, sur 9 ans, à 25% du prix, dans la limite de 300.000 euros, ne sera
    maintenue, à partir du 1er janvier 2011, que pour les logements dits à « basse consommation d’énergie ». Pour les autres, ce sera 15%. Ces taux baisseront respectivement à 20% et 10% en 2012.
    Attention aux logements qui ne trouvent pas de locataires car alors l’avantage fiscal disparaît, créant des situations délicates pour ceux qui ont beaucoup emprunté pour un tel achat, croyant
    faire une bonne affaire.

    + Quelle va être l’évolution des prix ?

    L’obligation de construire pour 2013 tous les nouveaux logements avec les normes basse consommation va entraîner une hausse dans le neuf, estimée dans un premier temps de 5% à 10%. Surtout qu’il
    existe une pénurie de terrains à construire. « Je ne mettrai en vente que 3.000 logements en 2010, alors que j’ai des droits à construire pour 5.100, à cause des réglementations de plus en plus
    complexes », explique Christian Rolloy, PDG du promoteur Promogim. Dans l’ancien, les prévisions pour 2010 vont d’une baisse de 4%, selon les projections de Mathilde Lemoine, directrice des études
    économiques de la banque HSBC France, à une hausse pouvant allant jusqu’à 3% d’après le réseau d’agences immobilières Century 21.

    + Les taux d’intérêt des emprunts vont-ils remonter ?

    Les taux d’intérêt sont historiquement bas, à 3,60% en moyenne en mars, selon Crédit Logement. Mais la Banque Centrale Européenne (BCE) devant tôt ou tard remonter ses taux avec l’amélioration
    des perspectives économiques, les taux des crédits immobiliers devraient suivre le mouvement en 2011, malgré la vive concurrence entre les banques. Attention donc aux proposition de taux
    variables qui risquent de faire à nouveau des déçus.

  12. augmentation des taux longs : ok. Taux courts, je vois pas pkoi ils augmenteraient. Si les taux augmentent, l’euro devrait monter, la valeur des actions baisser et celle des obligations monter
    !  Une question à JCB : sur ton graph CAC en valeur OR, en quoi consiste la valeur or (once, contrat ?) merci à toi

  13. @ SR71 et JCB: merci pour vos réponses. Je suis précisemment dans le cas du « type lambda » comme le décrit si bien SR71: je gagne à peu près dans ces eaux là

    Célibataire, je peux emprunter jusqu’à 100kE mais ce serait encore insuffisant par rapport aux prix immobiliers de la région drôme-ardêche que j’habite (Montélimar pour ceux qui connaissent)et
    par rapport à l’apport dont je dispose (60-70kE grand maximum, épargné avec beaucoup de difficulté en « rognant » sur tout).

    En ce moment, j’ai vraiment la sensation d’être le c** entre deux chaises.

    Emprunter sur 15 ans 100kE, vu mon salaire, ce serait difficilement tenable (surtout si les salaires comme l’indique SR71 stagnent ou baissent alors que l’inflation augmente…) Il faudrait donc
    que j’emprunte sur 20 ans, les mensualités seraient moindres. L’autre possibilité est que je reste en location (j’y suis depuis 10 ans) mais cela ne fait que reculer le problème si l’immobilier
    remonte ou reste à ces niveaux.

    Je dois avouer honnêtement que je ne sais pas trop quoi faire. Je viens d’aller rendre visite à deux notaires de la région afin de voir s’ils n’avaient pas des biens immobiliers à vendre
    rapidement avec une grosse décôte (séparation, mutation ) comme me l’a surggéré Mr Bataille et ils m’ont presque dit: « Mais mon bon monsieur, l’immobilier dans notre région, c’est minimum 250kE!
    Vous ne trouverez rien en dessous! » je passe évidemment sur les agences immobilières: « Mais ça ne baissera jamais! »

    Dépité je suis….

  14. Ce qui risque de se passer, comme l’a dit JCB plus haut, c’est que les loyers augmenteront car l’IPC va grimper. Ce qui ne va pas monter jusqu’au ciel c’est votre revenu. Le point positif c’est
    que les biens vendus en robien, borloo est compagnie vont bientot arriver à maturité et comme ils representaient 70% des ventes, çà va faire un paquet de bien sur le marché, on peut esperer une
    décote de 20% je pense soit typiquement ce que les acheteurs ont récupéré, en fait de l’hlm à bon compte pour l’état. Neanmoins, lorsque le marché immobilie aura retrouvé des couleurs, je
    pense qu’il faudra pas rater le coche et sauter sur l’occasion. Le BBC c’est de la connerie, en 2015, on passe au logement passif.

  15. Harlok,

    Les agents immobiliers sont là pour faire monter les prix auprès des acheteurs et les faire baisser auprès des vendeurs. Continue à chercher tranquillement tout azimuth. Tu finiras par mieux
    cibler. Les bonnes affaires ne viennent pas tout de suite.

  16. Dans son dernier article, who-will-pay-for-chinas-bad-loans,
    M. Pettis estime que ce sont les consommateurs chinois qui vont en fait « payer la facture » des mauvais prêts efffectués par leurs banques (elles-mêmes aux ordres des dirigeants politiques *). Vu
    le contexte économique général, cela pourrait conduire la Chine dans une situation semblable à celle du Japon: le remboursement des mauvaises dettes déprime la croissance de la consommation
    intérieure (au Japon: croissance 1-2% ?), sans qu’il ne soit possible d’accroitre sensiblement ses exportations. Dans ce cas la croissance chinoise n’entraînerait  pas de sitôt un
    renchérissement des matières premières.

    * Dans nos pays démocratiques, ce sont les banquiers qui décident, les politiques qui font « ce qu’il faut », et les contribuables qui paient. Finalement, c’est donc à peu près pareil. No free
    lunch.

    Le monde s’engage dans un caroussel de dévaluations: à chacun son tour hausse/baisse relative de la monnaie  … mais après un tour chacun sera revenu où il en était (ou presque).

  17. « La croissance chinoise n’entraînerait pas de sitôt la hausse des matières premières. »

     

    Chinoise,indienne,indonésienne, disons plutôt asiatique hors Japon,et Brésilienne et à peu près partout ailleurs que dans les pays de l’OCDE.Trois bons milliards d’individus qui,eux,ne vont pas
    se résigner à la stagnation voire à la décroissance.Pour les M P,ce bon M Pettis n’a pas l’air de savoir que le cuivre n’est plus qu’à quelques encablures de son record de 2008 et que l’once
    consolide avant de mieux rebondir.Et le baril pointe en direction des 100$…

    Ce ne sont pas les Chinois qui vont payer la facture,c’est nous! Je ne sais pas si la femme est l’avenir de l’homme,mais les Grecs pourraient bien être le nôtre. 

     

    En ce qui concerne l’immobilier,et à condition d’avoir du temps et les liquidités nécessaires,les ventes aux enchères sur saisie ne présentent-elles pas souvent une décote
    intéressante?     

  18. A bxx,

    Tu as raison. Pettie ne fait que se tromper. Il a prévu comme beaucoup de déflationnistes que les émergents ne découpleraient pas. Or ce sont eux qui tirent la croissance mondiale depuis plus
    d’un an.

    Oui pour les enchères bien sur. Certains agents immobilers ne s’en privent pas d’ailleurs.

  19. Sarkozy optimiste  :

    AFP le 08/04/2010 à 18:07

    La récession est « terminée », selon l’Elysée :

    L’Elysée considère que « clairement, la récession est terminée » et que « sauf événement imprévu, on est sur la chemin de la reprise », a-t-on affirmé jeudi dans l’entourage du chef de l’Etat.

          « Mais il n’y a pas de quoi sauter en l’air de joie, à cause du chômage », a-t-on ajouté.

          Cette source accompagnait le président Nicolas Sarkozy en Haute-Savoie où le chef de l’Etat effectue chaque année un « pélerinage » sur le plateau des Glières, pour
    rendre hommage aux Résistants fusillés par les Allemands en mars 1944.

          L’Elysée considère que « clairement, la récession est terminée ». « Il y a des signaux positifs », a-t-on fait valoir en citant le pouvoir d’achat en hausse de « 2,1% »
    en 2009, ou le déficit qui a atteint 7,5% du PIB en 2009 au lieu des 7,9% prévus.

     On a cité également les ventes d’automobiles « excellentes » en mars. « Sauf événement financier imprévu, on est sur le chemin de la reprise », a-t-on affirmé.

  20. La Chine risque de relever ses taux court dès avril. Si le marché ne surréagit plus à ce genre de nouvelle, il est possible qu’il consolide à cette occasion. En revanche, une cessation de
    paiement de la Grèce pourrait avoir un effet deletère pour l’euro et  pour les indices actions européens qui souffrirait d’un effet de change défavorable pour les investisseurs étrangers.
    Nous n’en sommes pas là : Le déficit public de la Grèce a baissé de 40% au premier trimestre 2010 à 4,3 milliards d’euros, sous l’effet des récentes mesures d’austérité. Cela « prouve que le
    gouvernement peut arriver à la réduction de 8,7% du PIB en 2010″ contre 12,9% l’an dernier, a affirmé devant le Parlement le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou.

  21. Quand la Fed va augmenter ses taux directeurs, les matières premieres vont baisser un peu (je me persuade moi meme). Sinon, pour ceux que cela interesse : China Agritech (NASDAQ:CAGC) semble être
    à surveiller.

  22. JCB parle d’un bon timing pour l’achat à credit immo en ce moment, il est vrai que les taux sont au plus bas !!! mais niveau prix c’est encore l’halucination !!! je pense me lancer dans
    l’aventure mais sur une petite somme (achat de studio) coté cote atlantique…. lorsque je regarde les annonces, je me frotte les yeux pour voir si je ne reve pas… si on calcule vite fait les
    rendements on est pas loin des 2,5 ou 3%…. alors dans ces conditions est ce que cela vaut vraiment le coup d’investir ???

    y a til des retours d’experiences sur les achats immo en ce moment ? est ce que les vendeurs gardent leurs prix ? ou y a t il de la grosse négociation dans l’air ?

     

    MErci et bravo pour le blog

  23. Bonjour kikionyx,

    Je fuis les résidence de tourisme. Les prix sont effectivement hors de portée et les rendements ridicules. Au ski, c’est pareil.

  24. En fait je ne pensais pas aux résidence de tourisme mais plus à des studios centre ville (type nantes, rennes)… la moyenne des prix affiché est de 75000€ pour 22/26 m² … pour des loyers de
    400€ cc maxi ! bref… rendement quasi nul….

  25. Bonjour a tous,

     

    Pour me présenter je suis C.I.F indépendant avec une grosse partie de mon activité en gestion financière. J’ai aussi un réseau spécialisé sure l’immobilier neuf dans le sud ouest.

    Pour répondre à vos interrogations : residence de tourisme, je déconseille, car seul intérêt consiste dans la rente future (fiscalisée) et perte du de la disponibilité du capital (si si vous
    verez quand vous revendrez)

     

    Concernant la rentabilité d’un investissement type scellier par exemple, bien sur vous payez la défiscalisation, mais cela revient à acheter un bien neuf au prix de l’ancien (peu de charges sur
    les 10 premières années), ensuite que vaudra votre bien dans 10 ans? 9a je n’en sais rien, mais ce qui est sur c’est que votre locataire en aura lui aussi payé une bonne partie.

    La clé de voute de ces dispositifs étant la location sur les 10 prochaines années et là je vous déconseille de sortir des grandes villes car le choix entre louer et faire construire bscule vite
    (surtout avec emprunts sur 30 ans) en faveur de l’accession et là attention a casse en terme de marché locatif.

     

    Voilà, j’espère vous avoiur éclairé, et puis contents de parler avec vous sur ce blog cela me change de tous ces agents immo qui se prétendent financiers et qui n’y connaissent rien!

    ps : en position today, short cac et short €/$

     

    bravo pour le blog

  26. Bonjour,

     

    Concernant les résidences de tourisme, je suis complétement d’accord avec vous, je n’ai jamais eu l’intention de m’y intérésser..

    Par contre concernant, le scellier, cela n’est aventageux que si l’on paye un impot assez important… non ? en dessous de 3000 voir 3500 cela n’est pas intéréssant ? je me trompe ?

    En tout cas je ne sais pas dans vos régions, mais les appartements neufs ici (nantes, rennes) sont innaccessibles !!! et sont emputés en moyenne de 7m² par rapport aux constructions d’il y a 5
    ans pour le même prix !!!

     

    Derniere intérogation dans 10 lorsque tout le monde revendra son scellier robien borloo, que se passera t il ?

    donc je ne vois pas encore très bien les avantages de ces systèmes pour l’instant pour moi qui ne paye pas bcp d’impots…

  27. Bonjour,

     

    en effet, inutile de chercher défiscalisation si il n’y a pas de fiscalité. Avant de raisonner chiffres il vous faut raisonner bien immobilier, acheter un 20M2 pour gommer vos 2000€ d’impots ok
    mais quid du turn over des locataires sur ce type de surface et de la revente (uniquement des investisseurs qui n’ont aucun état d’ame). L’idéal reste T2/T3 avec les bugets que vous connaissez en
    grandes villes. Sur Bordeaux c’est minimum du 150 000€ soit 4000€/an d’impots, en dessous passez votre chemin!

  28. Bonsoir asducreno,

    Merci encore d’apporter tes compétences professionelles et de participer aux échanges sur Futures

  29. Merci pour vos réponses.

    En effet elles apportent beaucoup au débat.

     

    Je suis un débutant dans la construction de patrimoine. Pour l’instant le mien est déséquilibré car je n’ai pas d’immobilier.

    Pour moi l’immobilier c’est comme le reste, c’est une jungle dans laquelle il faut faire extrement attention pour ne pas perdre trop de plumes…

    Par conséquent, je décide de m’y lancé non pas pour acheter ma rédisence principale (car je ne sais pas encore ou me poser et que je pense qu’il y a un potentiel de baisse dans les années à venir
    assez important) mais pour faire du locatif et suivre les conseils de JCB, financer à quasi 100% par crédit pour profiter des taux bas (la résidence principale plus tard plutot avec du cash…)

    donc pour me faire la main je pensais m’attaquer aux petites surfaces, studio….

    Est ce une bonne stratégie ? (je compte évidement établir un plan de financement incluant, frais, travaux, vacances etc…)

    Je lis ici & là que la basse consomation sera un critère primordial dans les années à venir, le pensez vous aussi ?

     

     

    1

  30. Bonjour kikionyx,

    Ce que tu veux faire ne me parait pas bon car tu vas payer des impots sur les revenus foncier pour ton bien locatif et tu ne pourras pas défiscaliser les loyers que tu payes pour ta résidence
    principale.

    Il faut commencer par acheter ta résidence principale et ensuite faire du locatif. C’est le bon ordre.

  31. Je ne suis pas du tout d’accord avec le fait qu’il faille acheter dans des grandes villes. Le secteur A et B éligible scellier couvrent une grande variété de communes et ce qu’il faut d’abord
    voir c’est la valeur foncière de votre bien: facilité de revente et facilité à louer, comment le quartier va t il évoluer. Souvent, les villes moyennes ou mêmes petites n’interessent pas les
    promoteurs nationaux car faire 20-40 logements c’est pas interessant pour eux, alors qu’il y a une demande réelle car un tissu d’entreprises est present par exemple et puis lorsque on acheter un
    2 pièces à 70 000€ on a plus de chance de voir son prix monter q’un T2 à nantes de 150 000€. Dans les grandes villes, le marché est plus liquide mais il est aussi beaucoup plus visqueux (les
    tendances sont longues). L’essentiel est d’acheter 1-en evitant les conseillers en patrimoine à commencer par ceux de votre banque 2-sur un secteur que vous connaissez et dont vous pouvez évaluer
    le potentiel (demande actuelle, futur, urbanisme, reserves foncieres…) 3-il faut éviter les trop grosses promotions de plus de 80 lots qui sont des nids à emmerdes SAUF si face à la tour eiffel
    :-)

  32. MErci de ces conseils,

     

    moi qui suis quelqu’un d’hésitant, vous n’allez pas m’aider à me lancer ! :)

    JCB : cela veut dire que quelque soit mon type de patrimoine, tu me conseilles d’aller d’abord sur de la résidence principale ? donc je ne profietrais pas des taux bas aujourd’hui pour acheter en
    cash demain (2 à 3 ans) ma résidence principale ?

     

  33. Connaissez vous des sites ou forum spécialisé dans les conseils / bonnes pratiques dédiées à l’immobilier ?

  34. Connaissez vous des sites et/ou forum dédiés à l’immobilier ou l’on peut trouver de bons conseils pour se faire une culture immobiliere ?

    J’aimerais arriver à me faire une checkliste assez exaustive de l’ensemble des choses à vérifier en terme de financement, d’analyse du bien ( je ne sais pas qualifier un bien dire si il est de
    bonne qualité ou pas) si il peut se revendre facilement ou pas…. tout un tas de chose qui fait que l’on ne se trompe pas lorsque l’on se lance dans l’aventure immo…

  35. Perso, je travaille dans la promotion immo et dans le grand ouest mais je ne viens pas sur le blog de JCB pour faire des annonces pro (pas l’envie et pas le besoin). Je pense
    que l’immobilier ne cadre pas trop avec le theme du blog : les futures. Commencez par faire un plan de financement avec votre banquier et définir une zone de recherche, ensuite choisissez le
    produit en fonction de la personne qui va l’habiter (çà vous le savez en fonction de la surface), demandez à voir des constructions de 4-5 ans faites par le promoteur que vous aurez rencontré,
    faites affaire avec celui dont les produits tiennent dans le temps. Le reste c’est comme dans tout investissement, il reste une part de risque, si vous ne la supportez pas
    : oubliez la notion d’investissement.

  36. Bonsoir SR71

    Futures est un nom qui représente plutot l’avenir de nos placements quel que soit le support d’investissement et l’horizon. Court pour le trading, plus long pour les actions et encore plus long
    pour l’immobilier. L’immoblier fait partie de l’analyse économique produite sur Futures et je pense que ce sujet fait partie intégrante du blog. J’apprécie d’ailleurs que tu viennes, comme
    d’autres, apporter tes compétences professionnelles pour éclairer le débat. L’activité de trading de Futures ne doit pas faire oublier nos prévisions stagflationnistes à quelques années dans
    lesquelles l’investissement immobilier joue un role central. 

  37. A kikiony,

    Tu peux acheter à crédit avec des taux très bas ta résidence principale, te servir d’une partie de ton cash en apport personnel et placer le reste. Tu verras ensuite de quelle façon tu acheteras
    de l’immobilier locatif. C’est le bon ordre, c’est sur.

  38. Merci pour vos conseils avisés.

    Je ne manquerais pas de les suivre ! l’experience est à mon avis ce qui paye le plus !!!

     

    fidèle lecteur de futures. Merci et continuez comme ça !

    1

  39. Bonjour,

    Résidence principale, immobilier locatif, lequel dans l’ordre. Je pense qu’il n’y  pas vraiment de règles :

     

    1. Ais-je les moyens (sans déapsser crédit sur 20 ans) de me payer ma R.P dans un secteur géographique pertinent (distance par rapport au lieu de travail, centres d’intérêts, commodités,
    infrastructures pour les enfants…) ou mon budget (limité par ma capacité d’endettement) me contraint-il à m’exentrer à 50, 60 voir 100km ?

    NON: laissez tomber, vous allez vite être épuisé par les allers -retours, votre portefeuille aussi avec la prévisible montée des cours du pétrole et lorsque vous voudrez revendre ou louer croisez
    les doigts.

    Mon conseil : faites de l’immobilier locatif afin de profiter des taux bas et de ne pas être totalement exclu du marché immobilier.

    OUI: est-ce que j’achète seul ou à 2 (avec mme) avec une chance sur deux de revendre avant 10 ans (statistiques divorces/couples mariés) et en moyenne une revente dans 7 ans (durée de détention
    moyenne d’un bien) d’un bien immobilier.

    Mon conseil : achat avec crédit sans apport sur 20 ans max. Conservez 2ans de mensualités en cash sur placements type fonds en euros en cas de coup dur (perte d’emploi, rachat de la part de mme
    si problèmes…) faites travailler le reste au mieux et remboursez par anticipation votre crédit avec des versements en cash annuels afin de diminuer la durée de votre crédit.

    Cette solution, vous permettrait d’être libéré de votre crédit plus tôt, et donc de sortir de cette opération dans de meilleures conditions si revente dans les 10 ans (k restant dut inférieur) et
    surtout de pouvoir rebondir sur du locatif dans un délai plus court (fin du crédit sur R.P)

     

     

     

  40. réponse intéréssante encore !!!!

    mais le flou s’installe dans ma petite tête..

     

    considérons, que je n’ai pas de pb pour emprunter ni pour ma RP ni pour du locatif; aujourd’hui avec mme nous ne sommes pas pret à acheter notre RP à 2 avec un gros apport > 50% pour des
    raisons plutot psychologiques … ;) donc dans l’optique de diversifier mon patrimoine, je pensais me lancer dans l’aventure du locatif petit  en 100% credit (et histoire de me faire la main
    aussi) (j’aurais le cash pour payer mais je préfère essayer d’avoir un effet levier à crédit..) mais les remarques de JCB sont pertinentes.

    Donc je suis un peu dans le doute quant à ma stratégie….

    Il n’est pas évident de se débrouiller seul et de faire les bons choix pour l’avenir…

  41. Encore quelques questions, cette fois ci sur les actions,

     

    JCB tu as parlé à de nombreuses reprises des para pétrolière, je pensais profité de la consolidation de vendredi dernier, mais elle a avorté, penses tu que je peux rentrer sur du technip, cgg
    veritas ou valourec maintenant ? même pour quelques mois ? ou est ce trop tard ?

     

     

    Enfin derniere question sur l’or, je pensais aussi attendre une grande consolidation pour acheter des napoléons, celle ci ne vient toujours pas, pire l’€ baisse face au dollar, le napoléon et
    demi nap montent….

    Je pense un jour accumuler jusqu’à 5% de mon patrimoine en or physique dans un coffre, pour l’instant je suis à 0, est il idiot ou raisonable d’acheter aujourd’hui 25% de mes futurs 5 % de mon
    patrimoine en napoléon ??

     

    Merci

  42. Bonjour kikionyx,

    Pour les parapétrolières et l’or c’est la meme chose. Tu arrives bien tard. Je ne peux pas dire le potentiel de hausse actuel, en revanche je sais qu’il fallait les acheter bien en dessous. J’ai
    acheté de l’or il y a longtemps et  de parapétrolières au plus bas. Malheureusement, je me suis laissé influencé par les mauvaises analyses de tropical et j’en ai revendu la plus grande
    partie trop tot. Résultat des courses les emergents ont completement découplé.

    Pourquoi n’a tu pas acheté de PP récemment quand j’ai renforcé les sur la file trading ? Aujourd’hui je ne suis pas acheteur. J’attends au moins une conso. Sinon je surpondérerai l’immobilier
    pour lutter contre la stagfaltion à venir. La déflation c’est mort …

  43. Une fois n’est pas coutume, la baisse des parapétrolières est aussi intense voir + intense que celle du CAC. J’ai envie de commencer à renforcer pendant la baisse. Qu’en penses tu Jean-Christophe
    ? est-ce une bonne idée ou vaut-il mieux laisser la purge se faire, et renforcer les parapétrolières seulement une fois que les 1ers signes de remontée seront apparus ?

  44. De mémoire, mais JCB va me corriger, il me semble que la baisse a un palier assez rigide vers les 3500 points. Moi aussi, je regarde vers cette ligne pour acheter du pétrolier.

  45. Bonjour SR 71,

    Regarde l’article de la file trading, les supports y figurent. 3550 en est un qui pourrait donner une occasion d’achat sur les PP. Mais je donnerai probablement un top pour ce ou ces achats par
    flash spécial car je tiendrai compte d’élément de trading en UT Day pour déterminer les meilleurs moments pour acheter.

  46. Bonjour Julien pour l’instant, j’attends les signaux de retournement. Ce n’est pas encore le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *