Vers une hausse de l’or et une baisse de l’euro.

Par Jean Christophe Bataille

L’évolution du dollar, de l’euro et des métaux précieux obéissent à des corrélations bien identifiées.

Lorsque l’aversion au risque augmente, le dollar devient valeur refuge et les investisseurs vendent l’euro et les métaux précieux pour acheter du dollar. C’est ce qu’on appelle la course au cash. Les investisseurs recréent un volant de liquidité en dollars pour racheter plus bas des actifs qu’ils anticipent à la baisse. C’est un mécanisme déflationniste puisqu’il fait baisser le prix des actifs et revalorise le cash.

A l’inverse, lorsque l’aversion au risque disparait, les métaux précieux s’apprécient car toute reprise économique augmente la cinétique monétaire et permet aux gigantesques montants de liquidités injectés pendant la crise de rejoindre l’économie réelle. Cette hausse de l’or et de l’argent métal répond tout simplement à une crainte inflationniste.

Mais tout n’est pas si simple, car lorsque l’économie flanche, le risque déflationniste augmente aux USA du fait du deleveraging immobilier encore en cours et le risque de défaut sur les dettes souveraines croit dans les pays périphériques de la zone euro. Cela pousse les banques centrales européenne et américaine à créer de la monnaies sans contrepartie en termes de croissance économique. Or ces techniques de reflation sont par définition de l’inflation monétaire, c’est-à-dire la promesse d’une flambée des indices des prix lorsque l’économie reprendra un rythme normal. Cela fait paradoxalement flamber le prix des métaux précieux.

Cette contradiction explique que l’or et l’argent consolident par intervalles mais restent en trend haussier long terme car l’inflation est, quoiqu’il arrive, au bout du chemin.

Cela se traduit sur le plan graphique par une courbe des prix de l’or sur 4 ans guidée par une oblique ascendante qui pour l’instant n’a jamais été franchie durablement à la baisse :

Gold-16-03-2012.JPG

Comme les fondamentaux n’ont aucune raison de changer tant que le deleveraging se poursuit, il y a fort à parier que cette oblique devrait servir à nouveau de support et limiter la baisse de l’or vers 1600 $ comme le montre le graphique.

Mais, me direz vous, les USA ont de bien meilleurs chiffres économiques que l’Europe et le dollar devrait logiquement s’apprécier par rapport à l’euro. Or on a vu que les métaux précieux ont tendance à baisser lorsque le dollar monte. Ceci n’est vrai qu’en situation d’aversion au risque. Lorsque les investisseurs sont rassurés sur la croissance américaine, le dollar peut monter du fait du différentiel de croissance USA Europe. Et l’or peut s’apprécier également, anticipant logiquement de l’inflation.

Ce sont ces mécanismes qui me conduisent à parier sur une baisse de l’euro et une hausse de l’or et de l’argent pour les mois qui viennent.

Observons le graphique en base hebdomadaire (un chandelier = une semaine) de la paire EUR / USD sur lequel nous avons initié un trade short la semaine dernière après avoir constaté un nouvel avalement baissier :

EUR-USD-16-03-2012.JPG

Les deux niveaux cibles pour l’euro sont pour moi 1.26 puis éventuellement 1.21. Je suis d’ailleurs toujours en swing short sur l’euro sur le FOREX. Seul un franchissement à la hausse de l’oblique descendante invaliderait ce scénario. J’ai pris par ailleurs dans le creux récent une petite position longue sur l’or et sur l’argent en CFD pour prendre date. Une position plus importante pourrait être engagée à l’approche des 1600 $ pour l’or. Ces trades devraient évoluer sur plusieurs semaines ou mois. 

Rappel money management. Les positions sont toujours adaptées à l’échelle de temps et doivent être de faible volume, à stop très éloigné, pour un risque maximal accepté de 2 à 5 % du compte broker.

A signaler également pour ceux qui ne détiennent pas d’or physique, un prix et une prime devenus plus raisonnables pour le napoléon.

Un mot sur les actions. Le VIX est désormais sous 15, le sentiment d’optimisme revient sur le marché. Nous sommes dans une zone où les mains faibles commencent à nous suivre dans de faibles volumes alors que nous avons acheté beaucoup plus bas. Nous avons récemment pris des bénéfices partiels et restons investis pour accompagner une éventuelle poursuite de la hausse mais nous ne prenons aucune position en trading sur actions, les prix pouvant aléatoirement se retourner brutalement ou au contraire poursuivre leur hausse. L’attentisme sur les indices me parait être la meilleure solution.

Bonne semaine !



50 réflexions au sujet de « Vers une hausse de l’or et une baisse de l’euro. »

  1. À propos de panique: c’est quand même fantastique le gaz à 2.08 $ !! Ça tombe constamment et avec un certain calme, pas vraiment l’affolement. Que faire : attendre un gap down pour commencer ad
    acheter des gazières ??. Histoire de ne pas s’en mordre les mains dans dix ans !

  2. J’avais trop de métaux si tu te souviens Jean-Christophe, j’ai largué du lest en revendant une partie avec bénéfice. Je dois avoir 3% en cash dont 2 en CAD et 1 en EUR. Et comme support pour le
    gaz, existe-t-il des FCP ou SICAV gaziers ou bien tu t’en tiens toujours à ce fameux tracker NAGSP ? Ou alors Encana mais j’en ai déjà 1%.

  3. Bonsoir,

    pour le gaz il suffit de lire les fondamentaux: « la production est sensiblment supérieure à la consommation depuis quelques années » (source boursorama). De plus la répartition géographqiue des
    réserves et les gains réalisés sur les coût de transport liés à l’avénement du GPL font qu’intrinséquement il ne peut pas y avoir de hausse dans l’immédiat sur cette matière, pas de bulle comme
    sur l’or ou le pétrole ces dernières années. Ama on se trouve plutôt sur un point bas de marché, à la recherche d’un support bas historique. 

    Ce n’est pas là qu’il faut rêver pour le court terme. Pour le long terme c’est une autre affaire et probablemant dans dix ans, les choses auront un autre profil. On voit qu’en un a deux ans le NG
    a perdu la moitié de sa valeur, on imagine le delta sur 10 ans ou plus quand le pétrole sera remplacé par le gaz nat. A voir la casse chez Q-cells des que l’état coupe les subventions, on
    comprend que les énergies alternatives rentables sont rares: il faut attendre, peut être, que les choses prennent leur vrai visage, hors subventions par les états, pour que les enjeux soient plus
    clairs et que les MP du XXI siécle se mettent à grimper: eau, gaz nat…   terres rares oui mais quel est le matériau qui ermettra le saut technologique?   

  4. Avec plaisir, Kangourou.

    Le plus difficile à analyser, c’est la façon dont les sociétés industrielles modernes vont orienter la valorisation des ressources et des besoins. Si l’on prend l’exemple du pétrole au cours du
    XXe siecle, on voit que de prime abord le pétrole en lui-même n’est rien, il ne vaut que par les produits de transformation qu’il permet de générer et par leurs utilisations industrielles et
    commerciales. Les sociétés industrielles qui ont travaillé sur le pétrole (pétrolières et para petrolières) ont généré des bénéfices bien avant que le pétrole lui même ne devienne cher et que les
    bulles se forment sur la matière. Je veux dire par là que ce qui compte ce n’est pas tant la matière première elle-même, mais plutôt toute l’activité industrielle et commerciale que son
    utilisation va générer. Dès que ces activités industrielles et commerciales prennent un place incontournable dans la société, la matière première commence à prendre de la valeur et ses prix vont
    grimper. Le secteur est devenu « too big to fail », et les mouvements des cours vont pouvoir inscrire de grandes variations qui seront le reflet des enjeux.

    Pour le gaz nat les choses relèvent des mêmes principes. Ce seront donc les sociétés les mieux placées vis à vis de la matière première qui vont grimper en premier, du fait de leur
    expertise des procédés industriels et commerciaux  relatifs à son exploitation. Voir Air Liquide, Linde ou d’autres sociétés qui sont en mesure de profiter au maximum de leurs
    acquis. 

  5. C’est très intéressant. Merci Salomon. 3% de cash qu’il me reste à investir (et que je trade +/-). J’attends la prochaine panique. Ca me laisser le temps de cogiter. Festina Lente :-)

  6. En réponse au commentaire n° 174 de JCB.

    Et dans 10 ans tu seras 10 ans plus vieux … . Cela te fera alors combien ?

    Bonne continuation.

    Ps: il serait peut-être temps de changer de blog, qui est dépassé, et aussi de billet, qui est toujours sans fondement (pour le moment, je sais).

  7. Mardi 3 avril 2012 :

     

    Espagne : la dette publique va bondir à 79,8 % du PIB en 2012.

     

    La dette publique de l’Espagne devrait bondir de plus de onze points en 2012, à 79,8 % du PIB, a annoncé mardi le gouvernement, contraint à un effort de rigueur sans précédent
    pour rétablir la confiance des marchés et de ses partenaires européens.

     

    La dette publique passera de 68,5 % du PIB à la fin 2011 à 79,8 % du PIB, un niveau qui reste inférieur au chiffre de 90,4 % qui sera la moyenne de la zone euro, a indiqué le
    ministère espagnol du Budget, en marge de la présentation au Parlement du budget 2012 du pays, marqué par des mesures de rigueur sans précédent.

     

    http://www.romandie.com/news/n/_Espagne_la_dette_publique_va_bondir_a_798_du_PIB_en_2012_44030420121349.asp

     

    Espagne : le chômage atteint un nouveau record.

     

    L’Espagne compte 4,75 millions de chômeurs en mars, a annoncé le ministère de l’Emploi. Il s’agit du huitième mois consécutif de hausse du chiffre du chômage, ce qui le situe à un
    niveau record depuis la première diffusion de ces statistiques mensuelles en 1996, et a fortiori depuis le début de la crise en 2008.

     

    En mars, 38.769 chômeurs de plus ont été comptabilisés, soit une augmentation de + 0,8 % par rapport à février, et + 9,6 % sur l’année.

     

    Avec une économie atone, le pays souffre du taux de chômage le plus élevé parmi les pays de l’OCDE et de l’Union européenne : selon l’Institut national de la statistique (Ine), ce
    taux était de 22,85 % de la population active fin 2011.

     

    Pour l’office européen des statistiques, Eurostat, l’Espagne affichait même un taux de chômage de 23,6 % en février.

     

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201989789921-espagne-le-chomage-atteint-un-nouveau-record-309046.php

  8. Précision: quand je parle d’Air liquide ou de Linde ce n’est pas du fait de leur intérêt dans le domaine du gaz nat, qui est inexistant ou limité,  mais pour leur modèle de développement
    industriel et commercial.

  9. JC ton scenario baissier commence ce soir ! l’euro vient de faire une méga chute …a 20 h de 1.33350 A 1.32175 pour le moment .et demain ?

  10. Bonsoir Stephbag,

    Mon scénario est baissier sur EUR USD pour les mois qui viennent. Je laisse porter ma position qui est redevenu largement gagnante. J’ai renforcé à 1.3366 comme certains l’ont fait ici. ca risque
    encore de beaucoup bouger. Il faut rester calme et serein.

  11. La zone euro a besoin d’un divorce, selon Roubini Global Economics.

     

    Comme dans un mariage qui ne fonctionne plus, les Etats membres de la zone euro devraient accepter leur sort, se séparer et divorcer, selon Roubini Global Economics.

     

    Écrivant dans le Financial Times, le président Nouriel Roubini et le directeur général Arnab Das déclarent que, si les deux opérations de refinancement à long terme (LTRO) – par lesquelles la BCE a offert aux banques européennes des prêts à bon marché pour éviter un resserrement du crédit – ont supprimé les
    craintes à court terme, les problèmes de fond de la zone euro restent en suspens.

     

    Dans son commentaire à l’article d’Arnab Das, Roubini – surnommé Docteur Doom pour ses prévisions économiques pessimistes – affirme que les problèmes
    demeurent pour la Grèce et pour d’autres pays de la zone euro dont le Portugal et l’Irlande.

     

    Ces trois pays pourraient avoir besoin de restructuration de dette supplémentaire, ont-ils dit, ajoutant que la zone euro ne dispose pas des éléments essentiels nécessaires pour
    une union monétaire réussie.

     

    Les deux économistes déclarent que « le divorce peut être difficile à faire, mais c’est mieux que de s’en tenir à un mauvais mariage ».

     

    Pour faire face aux défauts de conception fondamentaux de la zone euro, ils proposent un « contrat de divorce », en vertu duquel certains pays – le Portugal, l’Irlande, l’Italie, la
    Grèce et l’Espagne – quitteront la zone euro et un groupe restreint de pays restera dans la zone euro.

     

    http://finance.yahoo.com/news/euro-zone-needs-divorce-roubini-172926044.html

  12. Il y a UNL qui parait-il a un rollover bcp moindre qu’UNG. Mais ca reste pour du trading et pour des bons tradeurs… Il y a le trackeur FCG, le spécialiste CHK, et 4 sociétés qui sont apparement
    bien gérées :NLB, EOG, AAV, SU

  13. Mercredi 4 avril 2012 :

     

    Chahutée sur les marchés, l’Espagne ne parvient pas à rassurer.

     

    Regain de tension sur les marchés, explosion de la dette, chômage record : les mauvaises nouvelles ne laissent aucun répit au gouvernement espagnol au moment où il entreprend un
    effort de rigueur inédit, en espérant convaincre que le pays pourra se passer d’une aide extérieure.

     

    Après des semaines de détente sur les marchés alimentée par la manne de liquidités de la Banque Centrale Européenne (BCE), l’Espagne a dû concéder mercredi des taux en nette
    hausse lors de la première émission obligataire lancée après la présentation du budget 2012.

     

    « L’Espagne revient au coeur de la tourmente », affirme Soledad Pellon, analyste de la maison de courtage IG Markets, pour qui l’émission est « un échec absolu ».

     

    Perçue comme un test, l’émission d’obligations à 3, 4, et 8 ans a certes été accueillie par une demande robuste, quoique en baisse, mais les taux ont flambé, l’échéance à 4 ans
    notamment accusant une hausse d’un point par rapport à la précédente, le 1er mars.

     

    Le Trésor a préféré s’en tenir à son objectif, qui allait jusqu’à 3,5 milliards d’euros.

     

    « Il y a eu une bonne demande et nous avons en plus tapé dans la fourchette et au prix du marché », souligne une responsable du ministère de l’Economie, préférant l’anonymat, qui
    qualifie l’émission de « relativement bonne ».

     

    Prudent, le Trésor espagnol a profité des taux en forte baisse du premier trimestre pour prendre de l’avance sur son financement : il a déjà couvert 47% de son programme
    obligataire pour 2012, qui table sur 86 milliards d’euros bruts d’émissions à moyen et long terme.

     

    Mais pour de nombreux analystes, le regain de tension laisse craindre une nouvelle étape agitée en zone euro.

     

    « L’émission obligataire espagnole indique qu’il y a encore des risques en Europe, d’autant plus que nous nous dirigeons vers les élections en Grèce et en France », explique Michael
    Sneyd, analyste chez PNP Paribas.

     

    http://www.boursorama.com/actualites/chahutee-sur-les-marches-l-espagne-ne-parvient-pas-a-rassurer-5a5d4471f1aa7d179b488eaea70ca69b

     

    Comment les Bourses européennes ont-elles réagi aux mauvaises nouvelles venues d’Espagne ?

     

    Suisse : baisse de – 1,47 %

    Pays-Bas : baisse de – 2,53 %     

    France : baisse de – 2,74 %

    Norvège : baisse de – 1,27 %     

    Pologne : baisse de – 1,81%       

    Allemagne : baisse de – 2,84 % 

    Italie : baisse de – 2,42 %             

    Belgique : baisse de – 3,10 %     

    Espagne : baisse de – 2,09 %      

    Royaume Uni : baisse de – 2,30 %

  14. bon je remercie les vendeurs….

    j’ai pris 1 louche de veolia ( pU: 11.63€). toujours des MV, mais  j’ai encore 22% en liquide (ou non placé sur action).

    comme même, chapeau l’europe! la voie de la souffrance et perspective « noire »: quel projet!

    purée!! quand nos édiles et les électeurs se réveilleront et devront redresser la barre, bonjour la déprime!

  15. La Fed douche les espoirs des marchés
    Par Pierre-Yves Dugua Publié le 04/04/2012 à 19:18
    Encouragée par la croissance aux États-Unis, la Réserve fédérale n’envisage pas d’assouplir sa politique dans l’immédiat. Les places financières américaines se sont repliées lors des deux
    dernières séances.

  16. Marc Faber on Stocks, Gold, Fed Policy,
    Strategy
    April 2 (Bloomberg) — Marc Faber, publisher of the Gloom, Boom & Doom report, talks about the outlook for stocks and investment strategy. Faber, speaking with Betty Liuhouhouuuu
    on Bloomberg Television’s « In the Loop, » also discusses Federal Reserve policy and the gold market (Source: Bloomberg).

  17. Pour la période 2014-2020, le budget de l’Union Européenne restera au niveau ridicule de 1 % du PIB de l’Union Européenne.

     

    Les neuf Etats européens les plus riches ont refusé d’augmenter le budget de l’Union Européenne pour la période 2014-2020.

     

    Le fédéralisme en Europe, c’est bon pour les bisounours qui croient encore au petit papa Noël.

     

    Lisez cet article :

     

    Le président-candidat Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à Paris en présentant son projet que la France demanderait le gel de sa contribution au budget de l’Union européenne s’il
    était réélu, une économie annuelle selon lui de 600 millions d’euros.

     

    « Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d’euros par an », a déclaré
    Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse.

     

    La contribution annuelle de la France au budget de l’UE s’élève actuellement à près de 19 milliards d’euros, soit la deuxième contribution après l’Allemagne.

     

    La France, avec huit autres pays européens, avait entamé en 2011 un bras de fer avec Bruxelles, pour éviter que les contributions nationales n’augmentent pour la période
    2014-2020, face au contexte de rigueur généralisée.

     

    Une précédente lettre réclamant, fin 2010, un gel du budget de l’UE, avait réuni Nicolas Sarkozy, l’Allemande Angela Merkel, le Britannique David Cameron et les Premiers ministres
    Mark Rutte (Pays-Bas) et Mario Kiviniemi (Finlande).

     

    « La dépense publique européenne ne peut s’exonérer des efforts considérables des Etats membres visant à maîtriser leurs dépenses publiques », écrivaient les cinq dirigeants
    européens dans leur courrier.

     

    Le budget actuel de l’UE représente environ 1% du Produit intérieur brut européen, soit 143 milliards d’euros environ par an et quelque 1.000 milliards d’euros sur sept
    ans.

     

    http://www.boursorama.com/actualites/sarkozy-la-france-demandera-le-gel-de-sa-contribution-au-budget-de-l-ue-efc70ef6a61426a5ace4653f8461f41c

  18. Je lis les new ce soir. J’ai envie d’aller faire un tour dans les journaux des années 30. Quelque chose me dit qu’on y trouverait les mêmes ingrédients d’une même soupe.

  19. De retour de voyage. Les shorts sur l’euro font un carton. attention 1.30 risque d’être une résistance importante. Prise de bénéfices partiels conseillée pour reshorter plus haut. Comme prévu
    l’or a rebondi à l’approche des 1600 $. Pour l’instant les prévisions de Futures se vérifient.

  20. Qu’elles attendent jusqu’à la fin de ces jours fériés avant de remonter.
    C’est vrai que Dynamic Precious a pas mal baissé. Patience.
    Je ne comprends rien aux minières: elles baissent quand les indices baissent, elles baissent quand l’or baisse, elles baissent même quand l’or monte et que les indices baissent, etc. Un vrai
    temps breton ces minières.

  21. Elles ont un beta au s&p 500 et à l’or, mais je crois que la corrélation est plus forte au s&p pour l’instant. Personnellement, je ne serais pas surpris de les voir baisser fortement
    quand le s&p, seul indice encore en lévitation , redescendra sur terre..

  22. Bhen moi, si j’étais français et non luxembourgeois, je ne voterais pour personne. Jamais vu une campagne aussi fade et caricaturale que celle-ci.

  23. Notre grand président va s’attaquer à l’abattement sur les dividendes vous savez ces fameux 40%. En effet, les grandes sociétés du cac40 ne payant pas 33% d’impôts il trouve anormale que les
    actionnaires bénéficient d’un tel abattement. J’ai lu un article en ce sens dans le journal investir de la semaine passée…

    déjà, la plupart des actionnaires qui prennent des risques perdent en bourse mais en plus on va encore plus les matraquer sur les quelques dividendes qui ne servent même pas à couvrir leurs
    pertes. Donc à terme peut être csg 20 voire 30% pourquoi pas et pour les dividendes abattement ramené à 30% voire pourquoi pas 0% pendant qu’on y est.

    Et bien sûr aucun homme politique ne va réagir, car ça ne rapporte aucune voix… et aucun lobby pour défendre les actionnaires.

  24. Mercredi 21 décembre 2011 : la Banque centrale européenne (BCE) prête 489,191 milliards à 523 banques de la zone euro lors d’une opération inédite de prêt à trois ans.

     

    Mercredi 29 février 2012 : la BCE prête 529,53 milliards d’euros à 800 banques de la zone euro lors de sa deuxième opération exceptionnelle de prêts à 3 ans.

     

    Au total, la BCE a prêté 1018 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

     

    Ces deux prêts ont permis de repousser le naufrage de l’Italie et de l’Espagne de quelques semaines.

     

    Mais maintenant, l’effet de ces deux prêts est dissipé : les taux de l’Italie et de l’Espagne repartent à la hausse depuis le mois de mars.

     

    Taux des obligations italiennes à 10 ans :

    19 mars : 4,84 %.

    20 mars : 4,90 %.

    21 mars : 5,00 %.

    26 mars : 5,03 %.

    27 mars : 5,12 %.         

    30 mars : 5,12 %.

    3 avril : 5,16 %.

    4 avril : 5,37 %.

    5 avril : 5,45 %.

     

    Taux des obligations espagnoles à 10 ans :

    5 mars : 4,97 %.

    9 mars : 5,00 %.

    12 mars : 5,06 %.

    13 mars : 5,13 %.

    14 mars : 5,17 %.

    15 mars : 5,18 %.

    16 mars : 5,20 %.

    20 mars : 5,23 %.

    28 mars : 5,33 %.

    30 mars : 5,35 %.

    3 avril : 5,45 %.

    4 avril : 5,69 %.

    5 avril : 5,75 %.

     

    La BCE va encore devoir intervenir en urgence.

     

    La BCE va encore devoir prêter 1018 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

     

    Dépêche-toi, Mario Draghi ! Il y a urgence !

  25. j’ai trouvé cet extrait sur objectif éco en commentaire suite à un article de vincent benard  » Grèce, les plans de sauvetage ont plongé le pays au bord du chaos. Bientôt partout en Europe ? « 

    Consider the following facts which I guarantee you Bernanke is well aware of :

    1) According to the IMF, European banks as a whole are leveraged at 26 to 1 (this data point is based on reported loans… the real leverage levels are likely much, much higher.) These are a
    Lehman Brothers leverage levels.

    2) The European Banking system is over $46 trillion in size (nearly 3X total EU GDP).

    3) The European Central Bank’s (ECB) balance sheet is now nearly $4 trillion in size (larger than Germany’s economy and roughly 1/3 the size of the ENTIRE EU’s GDP). Aside from the inflationary
    and systemic risks this poses (the ECB is now leveraged at over 36 to 1).

    ==> si j’ai bien compris… rassurez-moi… le système bancaire européen en est pour 46 trillions de dollars d’actifs toxiques ? et avec levier de 26 ? en plus ni les américains – fed -, ni le
    fmi ne peuvent plus faire quoique se soit…

     

    je me permet également de reprendre un extrait de l’auteur de l’article en guise de conclusion :  » La seule inconnue est le timing du désastre annoncé. Mais qui, pour moi, ne fait absolument plus
    aucun doute aujourd’hui : la situation de pays comme l’Espagne ou la France ressemble à celle de la Grèce il y a trois ans… Au moment ou son défaut aurait dû être prononcé pour être encore
    gérable.  « 

    Si vous avez des avis ça m’intéresse, mais je suis quelque peu inquiet… vous prendrez bien un peu de PUT Cac 40…

  26. je suis actuellement long sur :

    l’or (1 position à 1622 et une à 1640), malheureusement j’ai un ordre limité à 1611.5 qui n’est pas passé pour pas grand chose.

    l’AUD/EUR : une position prise à 0.78812. Quand je la surveillais je n’avais pas les liquidités pour me positionner sereinement dessus. La paire était à 0.7780 à ce moment là.

  27. 13:22 – Vinci va lancer une OPA simplifiée sur Entrepose Contracting (DowJones)

    13:22 – Vinci offre EUR100 par action Entrepose Contracting (DowJones)

  28. Hmmm changement de mentalité pour Mr Market..Pas possible?.C’est vrai qu’il n’y a pas de récession en Europe, que la Grece , le Portugal etc sont sauvées, que la Chine a un modele stable de
    croissance et aucun risque de hard landing, que les émergents ne ralentissent pas…

    Allez juste pour le clin d’oeil , un article  qui m’avait bien fait rire à l’époque

    http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/le-cac40-peut-depasser-4000-points-d-ici-12-mois-160425.

     Je m’attends cependant à ce qu’on lance un énieme plan quantitatif cet été pour qu’Obama se fasse réélire. Mais en 2013, les cartouches seront vides…

     

  29. bonjour Durden,

    Tout n’est pas si noir l’amérique porfite d’une croissance plus saine qu’on le dit car la fed a su habilement gérer sa monnaie. La chine va encore faire au minimum 7 % de croissance cette année.
    Seule l’europe va mal et la, les refuges sont plutot l’or et l’immobilier. Nouvel article sur ce sujet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *