Forecast Investissement – Mars 2010

Par Jean Christophe Bataille

Forecast image type

Ce forecast sera court car je dois m’absenter pour plusieurs jours. Il sera probablement complété en cours de mois.

Macroéconomie

La crise grecque qui a monopolisé la scène financière ces dernières semaines a été initiée par des hedges funds soucieux de capitaliser sur le déficit de notre antique voisin. Elle arrange finalement bien nos affaires. Un euro plus faible permet à nos entreprises d’augmenter leur compétitivité sur le marché international et de gonfler nos exportations mises à mal par la chute du dollar. Elle présente également un avantage pédagogique qui a pour effet de bien faire savoir au Pigs dont on se demande parfois si la France en fait partie, qu’il est obligatoire pour les états européens de maitriser leurs dépenses sous peine de se voir attribuer un bonnet d’âne par notre vertueux voisin allemand. Pendant ce temps, les pays anglo-saxons dont la situation n’est pas plus enviable que celle des Pigs, peuvent dissimuler à la furie médiatique tous les excès monétaires qu’ils ont commis et commettent encore. Nul doute que l’incurie américaine ne restera pas lontemps occultée et qu’au jeu des dévaluations compétitives le dollar n’est pas le moins bien placé. C’est sur le placement de la dette de tous les états occidentaux que la lutte va s’intensifier. L’offre dépassera largement la demande et les candidats qu’ils soient de futurs retraités ou les pays émergents déjà largement émergés, finiront pas se lasser. La hausse des taux longs est programmée et c’est probablement elle qui fera chuter les actions.

Analyse technique

La montée des indices que l’analyse graphique nous a permis d’anticiper se poursuivra probablement jusqu’à un pic d’euphorie, c’est à dire quand tous les bulls auront acheté. Graphiquement, cet instant pourrait ne pas être trop éloigné car le vix est progressivement en train de rejoindre un point bas sur trois ans, soit 16 :

SP500-VIX-06032010.jpg

Mon sentiment est que sous 18 la probabilité de rechute des marchés ou tout au moins de consolidation devient importante. Ce sera une bonne occasion pour shorter en CFD ou jouer un swing baissier. Les fondamentaux ne sont en effet pas suffisamment bons pour alimenter une hausse durable. Il est donc fort probable que le CAC ne dépasse pas le niveau de 4088 dont le franchissement serait selon la théorie de Dow, largement développée et utilisée sur Futures, le signe d’un nouveau cycle de hausse dont le top reste à déterminer.

Notre objectif de baisse pour le CAC reste 3400.

Allocation d’actifs

Nous avons acheté un peu au dessus de CAC 3600 trois valeurs parapétrolières en petites quantités qui ont relativement bien progressé et que nous nous proposons de garder long terme quelle que soit l’évolution des cours.

BOURBON +4,65%      
     
ENTREPOSE CONTRACTING +9,84%      
     
VALLOUREC +7,33%    

Nous amasserons des positions sur ces valeurs et sur d’autres parapétrolières au cours de la baisse des marchés si celle-ci se produit comme nous l’attendons.

Nous allons tenter d’augmenter ce mois ci notre position en or dès que le gold index sera sous 1090 dollars. Je suis en effet lassé d’attendre un retour à 1030 dollars que les investisseurs ne nous laissent plus la possiblité d’atteindre.

Pour ce faire, on pourra renforcer à la baisse :

BGF World Gold A2 EUR
LU0171305526 – Blackrock (Luxembourg) S.A.

LCL Actions Minergior Monde (C)
FR0000985178 – LCL Income Properties L P I

Share Gold
LU0145217120 – Bank Degroof

et un fond sélectionnant de jeunes minières :

Dynamic Precious Metals Fund A (C)
LU0357130854 – DundeeWealth SA.

Les répartitions patrimoniales pour mars 2010 deviennent donc :

Pour les patrimoines supérieurs à 1.5 millions d’euros :

Or physique 7%
Mines d’or 5%
Mines d’or moyenne importance 1%
Euros 23%
Obligations taux fixes 0%
Obligations émergents 3%
Obligations taux variables 5%
Action Emergents 2%
Energie matières premieres 3%
Actions défensives européennes 4%
Avoirs spéculatifs 2%
Immobilier 45%

Pour les patrimoines sités entre 400 000 euros et 1.5 millions d’euros :

Or physique 7%
Mines d’or 5%
Mines d’or moyenne importance 1%
Euros 14%
Obligations taux fixes 0%
Obligations émergents 3%
Obligations taux variables 5%
Action Emergents 2%
Energie matières premieres 3%
Actions défensives européennes 3%
Avoirs spéculatifs 2%
Immobilier 55%

Pour les patrimoines inférieurs à 400 000 euros :

Or physique 8%
Mines d’or 6%
Mines d’or moyenne importance 1%
Euros 58%
Obligations taux fixes 0%
Obligations émergents 3%
Obligations taux variables 6%
Action Emergents 3%
Energie matières premieres 4%
Actions défensives européennes 6%
Avoirs spéculatifs 5%

42 réflexions au sujet de « Forecast Investissement – Mars 2010 »

  1. Bonjour Jean Christophe

    2 remarques : -le vix était hier à 17,42 donc une phase de baisse est plausible à mon avis ……
                         -le PER de Vallourec est supérieur à 20 (prévisions 2010) . Pourquoi
    alors acheter à ces niveaux même si les montants investis sont faibles ?    

    Merci    

  2. J’ai modifié légèrement mon texte depuis hier à la suite du message d’un intervenant sur une autre file. Dans un souci d’honneté, je le reproduis dans le forecast avec ma réponse dans les posts
    suivants.

  3. Bonjour Daniela et JCB.

    Un grand merci pour votre travail.

    Je suis perplexe quant au non dépassement des plus hauts de janvier ; en effet, le SMI a franchi cette borne depuis le 2 février, et le Footsie vient de la dépasser, en séance, ce vendredi.
    La probabilité devient forte que l’ensemble des indices suivent la même évolution ; ce qui conforterait l’analyse de Béchu, d’un CAC vers 4300 ; mais aussi, pour reprendre les propos de JCB sur la
    théorie de Dow, la possibilité d’une entrée en cycle haussier.

    Pourtant, je suis convaincu de la survenue d’une correction d’importance, d’ici quelques mois, vers CAC 3400/3300, pour le moins, en raison des fondamentaux.

    Alors …. si cette correction s’effectue depuis les 4300 de Béchu jusqu’aux 3400/3300, que penser de la théorie de Dow et d’une possible entrée en cycle haussier …?

    Etant débutant en bourse, il se peut que j’ai mal saisi quelque chose dans le raisonnement.. Merci de bien vouloir m’éclairer.

    Encore bravo pour vos publications.

  4. Bonjour Jean Pierre,

    La théorie de Dow est probabiliste comme tout les outils d’analyse technique. Elle peut donc être infirmée à tout moment. L’expérience que j’en ai est qu’elle a souvent raison. Concernant le
    footsie, il s’agit soit d’un signal que les marchés vont aller plus haut, soit que la livre fera une vague supplémentaire du fait de la dévalorisation de sa monnaie et de l’inflation de ses
    prix.

    Je n’élimine pas dans mon nouveau forecast la possibilité d’un nouveau cycle de hausse. En revanche, tu as raison et je me suis mal exprimé dans ce forecast car j’ai parlé de cyclical bull market
    sur franchissement. Or la théorie de Dow ne permet pas de prévoir ça. Je le corrige donc après ton intervention. Elle dit seulement que si le dernier plus haut est franchi alors les cours vont
    bénéficier d’une nouvelle poussée vers le haut dont on ne connait pas l’amplitude (pourquoi pas 4300 mais pourquoi 4300 ? Béchu l’explique t-il par une analyse théorique ?) mais dont on peut
    profiter pour faire un swing fructueux à la hausse.

    Je ne crois pas trop à un bull market prolongé bénéficiaire en monnaie constante car les taux longs ne peuvent pas rester aussi bas très longtemps. Il y a trop d’élastiques tendus à la hausse :
    déficits publics colossaux, reserves de changes des émergents, baisse de la demande. Les banques centrales envoient de la monnaie dans le circuit économique pour contenir le prix de la dette et
    faire monter les actifs en valeur faciale. Ca s’appelle de l’inflation. A un moment donné, les investisseurs vont, dans un éclair de lucidité, demander plus de rémunération pour l’argent prété.
    Cela devrait occasionner un creux sur les actions du fait de la baisse de la prime de risque actions puis une remontée faciale des actions liée à la prise de conscience de la dévalorisation
    monétaire. Le deleveraging en cas de nouvelle crise bancaire peut effectivement contrarier ces phénomènes sans pouvoir les stopper. Pas facile donc de savoir quel plus bas nous allons inscrire sur
    les indices. J’ai prévu trois seuils approximatifs déduits eux de la théorie de Dow : 3400, 3000 et 2400 mais le timing est flou et personne peut prévoir précisement l’avenir. Nous nous arreterons
    peut etre à 3400 si la conscience de la dévalorisation monétaire se fait plus précocément. Nous irons peut etre à 2400 si une nouvelle vague de défauts de crédits apparait. En dessous, je n’y crois
    pas trop : la monnaie est trop dévalorisée.  Seules les MP et les émergents progresseront en monnaie constante. C’est d’ailleurs déjà ce qui se passe aujourd’hui. Les spreads indices matières
    premières contre indices actions occidentales et les spreads actions émergent contre actions occidentales sont à mon avis les investissements les plus surs aujourd’hui. A réfléchir en roulant des
    positions CFDs …

  5. Bonjour Philippe C,

    J’ai murement réfléchi mon achat d’une première ligne de parapétrolières il y a une dizaine de jours. Ce qui m’a décidé :

    – Nous étions encore proche des 3600, seuil que je m’étais fixé pour commencer ma ligne.
    – Par cette première ligne, je ne suis pas sans parapétrolières en portefeuille si le mraché monte pour deux ou trois ans (hypothèse improbable pour moi mais en bourse rien n’est jamais
    certain)
    – Si le marché rebaisse comme je le crois va t-il inscrire rapidement un nouveau plus bas sous 3550 ?
    – Je peux revendre cette ligne à la hausse sur un vix à 16 si je la considère comme un swing sur force.
    – Je peux la conserver long terme meme si les cours baissent ensuite beaucoup et considérer que c’est ma première ligne d’une position très long terme que je vais accumuler très largement en
    baisse. J’ai la conviction que mon prix d’achat aujourd’hui paraitra ridiculement bas dans 5 ou 10 ans.

    Vallourec est une action dont le PER est de 20 en 2010 mais le consensus des analystes sur la valeur table sur un PER de 11.7 sur 2011 (carnet de commande etc …) et dont le potentiel dans les gaz
    non conventionnels parait considérable.

    Total (que je n’achète pas) a un PER à 9.25 mais celui ci sera à 8.05 l’an prochain. Que préfères tu acheter ?

    Enfin sur la baisse à venir, j’ai sur mes charts un VIX à 19.06 pas à 17. Mais comme toi je pense que le marché va consolider entre 16 et 18 de VIX.

    Le point très important de mon forecast est que si le marché rebaisse au dessus de 4088, le marché reste haussier et ne redescendra pas sous son dernier plus bas soit 3545 (en tout cas pas avant
    un moment) et que si le CAC reprend une direction baissière au dessous de 4088 alors le CAC a de fortes chance de rejoindre 3400.

    La remarque importante de Jean Pierre sur le fait que le footsie a déjà franchi son dernier plus haut m’interpelle un peu augmentant à mon avis le niveau d’incertitude sur ce prochain plus haut.
    Mais ce qui est important n’est pas de connaitre ce plus haut puisque je trade dans la tendance et que contrairement aux contrariants, je me fiche du point de retournement. Ce que je sais c’est que
    si 4088 n’est pas atteint avant le retournement, nous aurons un marché baissier en UT jours et que je vais trader en CFDs tous les breaks out à la baisse sur cet indice en UT 15 minutes avec une
    très forte probabilité de faire monter mon compte broker. Ce que je sais aussi, c’est que je vais pouvoir acheter des actions plus bas.

    Dans le cas contraire, je vais continuer à acheter des lignes de parapétrolières à la baisse mais avec des objectifs de baisse moins ambitieux et probablement trader le CAC à la hausse au moindre
    retournement.

  6. Bonjour,

    Béchu pense qu’il est « très probable » (donc pas certain) que nous soyons dans un bear market rally.Pour lui, la croissance constatée dans les pays développés est dûe au restockage et aux aides
    massives des autorités et celle-ci aura du mal à se poursuivre au-delà de l’été.
    A mon avis,cela dépendra de ce que pourront faire les Etats,par ailleurs tout l’argent des plans de relance n’a pas été encore engagé.

    Le CAC a longtemps buté sur la résistance des 3900,niveau qui correspond à 38% de retracement de la baisse entre 6167 et 2472 points.Les 4300 correspondent à un retracement de 50%.Sans
    être un adepte de Fibonaci,on a pu constater à de nombreuses occasions le bien fondé de ses calculs.S’agit-il de l’effet auto réalisateur de sa théorie,plus ou moins intégrée par de
    nombreux intervenants ou d’un règle mathématique à laquelle la nature,y compris la nature humaine ne peut échapper,c’est un autre débat,que je n’aurai pas la prétention de trancher malgré son très
    grand intérêt.

    Pour Béchu,les actions sont inscrites dans un marché baissier de long terme,qui a débuté en 2000 et devrait durer cinq à dix ans.Cela correspond pour moi à une diminution progressive des profits
    des entreprises dont la progression exponentielle fut en grande partie soutenue à partir de cette date par l’inondation du crédit ,l’insouciance des consommateurs,surtout américains et
    les profits spéculatifs des institutions financières.D’ailleurs,de nombreux industriels s’y étaient mis,pour affronter leurs actionnaires avec de meilleurs arguments.

    L’augmentation inévitable de la ponction étatique,ce matin Alain Minc,qui a plus que l’oreille du Prince,faisait le pari d’une hausse de 2% de la TVA généralisée à toute la zone euro,et le chômage
    dont Olivier Pastré nous promet qu’il va encore augmenter,ce qui ne fait que pousser ceux qui le peuvent à différer leurs achats et à constituer une épargne de précaution ainsi que
    l’accés plus difficile au crédit  pèseront longtemps sur la consommation.

    Mais trois inconnues demeurent:

    L’appel d’air créé par les émergents.Plus de trois milliards d’individus qui ne connaissent pas la crise.Ils tirent les prix des MP qui leur sont indispensables et contrebalancent la perte de part
    de marché de nos multinationales.Leur dumping va amortir la baisse de notre pouvoir d’achat.Wal Mart l’a bien compris,dans son deal passé avec le fournisseur chinois Li Ning.L’armée
    française aussi qui s’approvisionne dorénavant en chaussures roumaines et tunisiennes.

    Un probable retour de l’inflation par les coûts qui peut permettre aux prix nominaux de dissimuler leur baisse.Je pense aux actions et à l’immobilier.La guerre des monnaies qui
    commence (€,puis £,puis Yen,puis…)devrait encourager l’inflation.Tout sera fait pour qu’une déflation,peut-être inévitable soit la plus invisible possible.

    La réaction des politiques qui,devant des échéances électorales difficiles,les foules devenant de plus en plus conscientes de la distance qui se creuse entre le discours tenu et leur réalité
    quotidienne,seront tentés de différer les plans d’austérité et de prolonger les actions de soutien à l’économie.
    A mon humble avis,ce n’est pas d’austérité dont nous avons besoin,mais de croissance,depuis longtemps et celle imposée aux Grecs (l’austérité),puis aux Espagnols,aux Irlandais,…etc, risque vite
    de nous retomber sur le nez suite à la baisse de nos exportations vers ces pays…Je fais confiance à l’inventivité de nos amis Hellènes pour tempérer le plan radical imposé par la
    vertueuse Allemagne.Celle qui poussait le cynisme jusqu’à inscrire à l’entrée des camps: »Arbeit macht frei ».
    Au risque de choquer certains,mais aussi d’instruire les plus jeunes,si nous en sommes à subir les conséquences de l’arrogante,inconséquente et cupide industrie financière américaine,et même
    si nous y avons aussi notre part,la conduite inqualifiable de l’Allemagne au XXe siècle y est pour l’essentiel.  

  7. @BBX
    Pour la partie de croissance liée au restockage, je pense qu’il est acquis que c’est une part importante du PIB US entre autre. Concernant le chomage, perso je n’imagine pas de progression
    massive et rapide, nous allons juste basculer dans l’hyperflexibilité et une société sans garanti de l’emploi (CDD, embauche d’auto entrepreneurs, baisse des salaires) avec des changements de
    jobs réguliers. Bizarrement je suis pas super pessimiste concernant la consommation car une grande partie du monde libre calme ses angoisses par l’acte d’achat donc même avec des revenus moins
    élevés et sans certitude pour le lendemain, l’effet de cliquet fait qu’on continue à consommer, on se retient un temps puis on finit par redépenser. Les populations pauvres dépensent vite leurs
    revenus car de toute manière elles n’ont aucune perspective d’avenir.

    Pour l’inflation je ne comprends pas car si les taux montent, le prix des actifs devraient baisser n’est ce pas ? donc déflation à moins que tu ne parles que d’inflation sur les
    matières premieres (ce qui devrait faire d’autant plus baisser le prix des autres produits car la part de revenu y etant attribué diminue). 

    Pour moi : small caps, petroliere sur repli (pas de minière type gold mais peut etre qu’abadie m’a contaminé), et CFD que je découvre grâce au super blog de JCB.

  8. a BXX.
    bonjour, où veut tu en venir avec ton discours sur l’allemagne ? explications svp parceque là je pige pas.
    cordialement

  9. Je suis absent jusqu’à mardi soir. Ne vous engueulez pas trop sur l’Allemagne. C’est du passé. Ce sont les chinois qui vont nous manger tout crus désormais.
    Je laisse les clés du blog à Daniela.
    Bon week end.

  10. à SR71,

    A moins de chambardements politiques majeurs et peu probables,la pression sur les salaires empêchera une inflation sous-jacente,la seule prise en compte par les banques centrales,ce qui devrait
    retarder une hausse des taux fatale aux obligations,au peu de croissance et bien sûr aux actions.

    Mais la hausse probable des MP et de l’énergie,combinée aux nouvelles taxes pseudo-écologiques devrait peu à peu se diffuser aux autres biens.Deux amortisseurs existent:l’important pourcentage des
    taxes sur les produits pétroliers (sauf pour le kérosène et à un degré moindre pour le fuel domestique) et une possible diminution des marges des producteurs chinois.Mais le yuan finira par
    s’apprécier un jour ou l’autre.

    Je suis d’accord sur la consommation comme échappatoire à l’angoisse et aux frustrations,mais,au plan économique, elle a ses limites.Un jeune couple de précaires n’arbitrera-t-il pas
    pour une Clio au lieu d’une Laguna? Apportera-t-elle une solution au marasme qui règne dans le bâtiment?Et quand le bâtiment va mal…On se retrouve en Espagne! Sans compter les
    investissements que des entrepreneurs ne feront pas faute d’horizon et de soutien bancaire.C’est un dangereux cercle vicieux qui va nous entraîner peu à peu vers l’appauvrissement général.

    En ce qui concerne les mid-caps,qui ne sont pas à l’abri d’une baisse des marchés,que penser d’une entreprise comme VM matériaux qui devrait rafler une part importante de la
    reconstruction dans l’ouest de la France?

    Patrick Artus l’économiste de Natixis explique l’inflation par les coûts,je redonne le lien mis par Jean-Christophe sur une autre file.    

    http://futures.over-blog.com/ext/http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=51897

  11. à Pat,en espérant que son »cordialement » était sincère.Mais l’essentiel de mon « discours » ne portait pas sur l’Allemagne.Je ne veux pas me défiler,par respect pour tous ceux qui ont payé
    de leur espoir,de leur jeunesse perdue,de leur petit bonheur ou de leur vie les errements sauvages de nos cousins d’outre-Rhin.       
    (1870,1914,1940)

    Que veux-tu que j’explique? La formidable saignée de 1914,l’auto-destruction d’une civilisation de la culture et de l’intelligence sous l’irrésistible poussée du nazisme? Le profit qu’en a
    retiré ce nouvel empire qui nous inonde de sa culture de la violence et nous entraîne dans son fiasco financier et ses guerres coloniales? Comment la moitié de l’Europe fut abandonnée pendant
    cinquante ans à son triste sort? Pourquoi mon pays est devenu une réserve de retraités,de précaires et de chômeurs dépressifs,visitée par des hordes de touristes mais absente de la marche
    du monde?

    Le chemin le plus court pour me comprendre:lire Céline (Au bout de la nuit) et Zweig (Mémoire d’un européen) Va faire un tour à l’ossuaire de Duaumont et poursuis ta route jusqu’à Auchwitz.Et
    si tu mets les conséquences en perspectives, tu comprendras aussi le drame des Palestiniens.La scène du présent est complexe,il n’y a que l’histoire pour nous en donner les clés.Elle sert
    à comprendre comment la haine s’est plantée dans les coeurs.Et accessoirement pourquoi les Grecs,qui ont inventé la démocratie et dont les valeurs sous-tendent notre civilisation,quels que soient
    leurs torts,ne supportent pas le diktat allemand.

    Jean-Christophe,je ne t’en voudrai pas de faire disparaître ce commentaire,tout à fait hors-sujet.

  12. excuse moi mais ca ne répond pas vraiment a ma question. Ce que je veux dire c’est que je vois pas très bien le rapport avec notre époque. c’est très « vieux » tout ça… tu me parles du nazisme mais
    c’était il y a 60 ans. Mais bon ce n’est pas grave si je ne comprends et ce message n’attends pas de réponse.
    Toujours très cordialement et sincère.

  13. Recentrons le début sur les perspectives économiques je vous prie :-)

    Je ne perçois pas les messages de Bxx comme une agression contre l’Allemagne. Bxx dont j’apprécie l’intérêt pour l’histoire et la géoplitique nous a rappelé quelques effets néfastes du nationalisme
    allemand par le passé. Comme l’a rappelé Jean-Chrsitophe, c’est du passé. Il ne sera pas toléré ici de discrimination mais je n’en ai pas détecté pour le moment dans les message de Bxx. Chaque pays
    connaît, lors de son accession à une forme de suprématie, un accès de nationalisme agressif et méprisant, lire à cet effet « naissance et déclin des grandes puissances » de R Kennedy.
    Depuis 60 ans c’est le cas des Etats-Unis et devient désormais le cas de la Chine.

    Le nationalisme allemand n’existe plus du tout sous sa forme ancienne depuis la seconde guerre mondiale dont l’Allemagne a terriblement souffert (bombardements, pertes humaines, destructions, crise
    de conscience très profonde suite à la Shoah, etc). Mais il persiste parfois une attitude un peu condescendante, condescendance vis à vis de la Grèce dernièrement. C’est ce que Bxx a je pense
    souhaiter exprimer comme idée.
    Du reste ce n’est pas spécifique à l’Allemagne. Ainsi, la France adopte aussi très souvent un ton condescendant, vis à vis par exemple des pays africains, et il naturel que cette condescendance
    soit très mal ressentie au sein de ces pays.
    Voilà, c’est tout !

    Recentrons les commentaires sur la sphère économique.

    Cordialement,

    Daniela

  14. Allez, je me lance (sur le recentrage du débat).

    JC a parlé un peu plus haut de renforcer un peu la part de gold ce mois-ci, mais à 1090, parce que les 1050 ne veulent pas montrer leur bout du nez.
    Moi aussi je commence à désespérer de me renforcer à bon prix.
    Depuis décembre et le premier pic haussier vers 1200$ l’once je trouve le prix trop élevé pour mes achat de petits Naps.

    Passé 140€ le Nap, je ne prends plus.
    Si ils ne redescendent jamais à ce prix-là, j’irai mettre mes sous ailleurs et pis c’est tout.
    En même temps, ça me démangeait pendant la baisse des ces derniers mois donc j’ai décidé de faire la chose suivante:
    Sur correction, quand l’or arrive à un niveau que je trouve intéressant, mais trop cher pour acheter du physique, j’achète de l’or papier.

    Si la baisse continue jusqu’à mon point d’entrée (ce qui ne s’est pas encore produit) j’achèterai mes Naps, puis je vendrai mon or-papier quand ça remontera.

    Si le cours remonte avant d’avoir atteint mon point d’achat des Napoléons, je laisse filer la hausse et revends l’or-papier quand j’ai une petite PV en poche.

    Bien entendu, cette méthode part du principe que le futur MT/LT de l’or se trouve au nord, ce qui me permet d’acheter l’or papier sans craindre (et même en souhaitant fortement) de me retrouver en
    MV sur l’or papier.

    Je précise que si je fais tout ça c’est parce que je pense que l’or n’est pas à l’abrit d’une bonne correction à court-terme. Cela me dissuade d’acheter du physique maintenant.
    Pour l’or papier, j’ai lu un bon article (sur 24hgold je crois) qui parlait d’un risque de découplage entre l’or physique et l’or papier, du fait d’un possible scandale à venir sur de l’or papier
    qui reposerait plus sur du vent que sur de l’or. Ce véhicule ne m’intéresse donc pas à moyen terme (encore moins LT)

    Mon petit manège me permet donc de calmer mes envie d’achat et de spéculer un petit peu court terme.
    Le top du top, c’est que c’est, je pense, le premier trade de ma vie ou je suis content que ça monte ou que ça descende.
    Quand ça descend, j’ai la banane parce que je crois que je vais avoir la chance d’acheter mes petits Naps.
    Quand ça monte… et bin je fais un peu des sous…
    :)

  15. Bonjour à tous

    Je me pose la question d’investir une partie de mon capital dans une perspective court à moyen terme (quelques semaines à quelques mois) voire à plus long terme si çà ne se passe pas trop mal.
    J’envisage cette possibilité depuis quelque temps déjà (trop longtemps) sans avoir sauté le pas. J’essaie d’avoir une approche autant que possible raisonnée, et je n’ai probablement pas les
    capacités ni la disponibilité pour traiter (trader ?) à court terme, encore moins à la baisse.

    Compte- tenu des aléas de la bourse, je m’attends bien sûr à devoir
    effectuer quand  nécessaire des opérations de gestion, et notamment commencer à investir. Dans un post sur la revue de presse, j’avais identifié une
    soixantaine de valeurs (63, parmi 420 visionnées) dont la la hausse « assez régulière » depuis un an correspondait à la perspective dans laquelle je souhaitais me placer. Reste à
    enclencher le processus et donc à déterminer des points d’entrée, pour ne pas perdre trop tôt. J’étudie en parallèle le cas des points de sortie, à priori comment bien positionner des stops (à
    voir en fonction des coûts sur une longue période).

    Pour déterminer un point d’entrée sur les valeurs identifiées, je me
    propose d’utiliser le système de notation comme ci-après; embryonnaire et sans doute naïf pour le moment. J’ai utilisé en virtuel, sans grosse faute, une méthode d’appréciation approchante mais
    non écrite (si quelqu’un connaît un système de notation/évaluation  je suis preneur …).

    Bien sûr un tel système de notation ne permet que des sélections sur
    configuration graphiques, les actualités et  les fondamentaux (bilan, résultats, marché) sont à examiner avant toute décision.

    J’utilise sur Prorealtime (journalier) MACD zéro retard, la
    stochastique 14 – 1 – 5, le RSI 14, et les MA 200/150, 50, et 20, en gardant un œil sur les volumes. Prorealtime donne en plus des informations de tendance et les Bollingers

    Je me doute qu’ on doit pouvoir prendre d’autres indicateurs et
    d’autres pondérations et qu’il pourrait être utile d’introduire des indicateurs de contexte de la valeur (MA, tendances, volumes ?) et de contexte général (évolutions de CAC, DOW, SP500,
    BDI, VIX, NOVA-URSA, EPCR…), probablement sous-forme de facteur multiplicateur des « notes globales » obtenues.

    Voici donc (comme illustration  il y a plus loin une application  sur des valeurs présélectionnées du CAC) …

    -RSI : bas = 2 -medium = 1 – haut = 0 –  facteur multiplicatif : en croissance = x 1 – en décroissance =x  0

    -Stochastique : bas = 2 – medium = 1 – haut = 0 – facteur
    multiplicatif : en croissance =x  1 – en décroissance = x 0

    -MACD : bas = 2 : medium = 1 : haut = 0 – facteur
    multiplicatif : en croissance = x 2 –en décroissance = x 0

    -Cours / MA 20 : Inférieur  = 2 : égal = 1 : supérieur  = 0

    -Ligne  de
    tendance : très positive = 4 – positive = 3 – plate = 2 – négative  = 1 – très négative = 0 (remarque : toutes les valeurs ont été choisies à
    priori pour leurs lignes de tendance assez régulièrement positives sur 1an, dont je n’oublie pas que c’était mars 2009 )

    La MA150 doit avoir une pente positive régulière, la MA  50 doit être bien orientée; la MA20 doit être bien orientée ou mieux, en position de consolidation horizontale après une baisse ou suite  au ralentissement d’une hausse)

    Le volume a peu de valeur prédictive par rapport aux fondamentaux et
    aux actualités, ainsi qu’au contexte général, mais ne doit pas présenter trop d’anomalie. Néanmoins une faiblesse des volumes (souvent peu claire)  semblerait signaler un changement de tendance.

    On obtient une note globale par valeur d’un maximum de 14 points. On
    peut penser  à priori qu’une note de 0 à 6 n’est pas favorable  pour entrer et on peut se poser la
    question à partir de 8 (on verra). Voilà ce que cela donne sur les valeurs présélectionnées du CAC (établies au 5/3) …

    – AL, Air Liquide ; apparaît  au dessus de s ses performances médianes et reste à consolider.

    Note globale = 3 (RSI = 0 x 0, Stochastique = 0 x 0, Macd = 0 x 0,
    Cours = 0, Tendance = 3).

     

    -MT, Arcelor Mittal, est une valeur que j’ai pratiqué (en virtuel)
    et, bien que ne correspondant pas tout à fait à mes critères, reste intéressante ; on doit la

  16. @François78 : Je ne suis pas un grand spécialiste, loin s’en faut mais je lis pas mal de blog, journaux et rubriques diverses depuis le début de la crise et franco, c’est le dernier moment pour se
    lancer dans les actions.
    Tous le monde est à peu près d’accord sur le fait que les marchés vont décrocher dans les semaines ou mois qui viennent.
    Quand je dis tout le monde, je ne parle pas de la presse grand public qui est là pour pas affoler son monde.
    Peut-être que c’est faut, mais le manque à gagner si tu gardes tes patates sous le coude pendant qq mois en cas de hausse est raisonable en comparaison de ce que tu peux perdre si tu place ton
    argent et que ça dérape.
    Maintenant, je dis ça, je dis rien…
    ;)

  17. @dex, merci de m’avoir lu et de m’avoir répondu.

    Je suis conscient que le contexte est au mieux incertain et je consulte pas mal de blogs et de publications, pour beaucoup sans doute les mêmes que toi. Je n’ai pas l’intention de
    « rentrer » dans des conditions défavorables, et  c’est un peu l’objet des mes précautions, et une analyse correcte devrait me prémunir de grosses erreurs.

    Je me suis un peu entraîné en virtuel il yu a quelques temps, avec un succès que je ne peux pas retenir, car dans une période exceptionnellement favorable.

    Donc merci, encore et rassures toi, je ne suis pas pressé.

  18. Bonsoir François,
    La seule exception que je ferais à la règle énoncée par Dex est celle des parapétrolières. Mais à dose homéopathique en attendant de pouvoir accumuler plus bas ! Au prix actuel, meme si tu
    n’achètes pas au plus bas, tu gagneras de l’argent à 5 ou 10 ans.

  19. Bonsoir François78,

    Ma réponse te semblera un peu décourageante… mais c’est la réponse qui me vient à l’esprit.

    Ma réponse contient trois parties :
    1/ systèmes de notation – exemple du tien
    2/ principes de swing
    3/ investissement pour ceux qui ont peu de temps

    1/ Systèmes et « techniques » issues d’indicateurs
    Ma réponse décourageante est la suivante : tous les systèmes basées exclusivement sur les indicateurs connus de 90% des opérateurs mondiaux comme le RSI14, la MACD, les stochastiques, le Williams,
    le truc, le bidule, etc = POUBELLE.
    Dès l’instant où un indicateur est connu de tous, il ne vaut plus rien. La grosse majorité des indicateurs sont une autre façon de simplement refléter… le prix.
    Il existe une autre approche basée sur le pragmatisme et le constat statistique : depuis des dizaines d’années, vraisemblablement un total cumulé de plusieurs millions d’opérateurs particuliers se
    sont essayés à échaffauder un système basé sur les indicateurs. Malgré ma particularité, je reste humble face à ces millions de prédécesseurs et je gage simplement qu’un système gagnant basé sur
    les indicateurs grand public n’existe pas. Cela ne sert à rien de chercher dans cette voie… mais c’est hélas ce que font la plupart des particuliers à chaque fois qu’ils se lancent en bourse.

    2/ Principes du swing
    Le trading réside à 95% dans la psychologie, la discipline et le money management. Les 5% restant suffisent à déterminer les points d’entrée. Donc pour répondre à l’une des questions que tu te
    poses, OUI, il est possible de swinguer sur actions françaises en gagnant, même en travaillant à pleins temps; cela a été mon cas pendant un an.
    Le principe fondamental qui doit être le tien pour le swing est le suivant : face à n’importe quel graphique d’une valeur de la cote, pose-toi cette question : que vont penser les autres de cette
    situation? Si personnellement la situation d’une action ne t’inspire rien, il en sera logiquement de même pour la majorité des autres opérateurs. Si une résistance te saute aux yeux, excellent :
    c’est que tout le monde la voit.
    Principe de base du swing sur actions :
    1 = ce que tout le monde voit a énormément d’importance
    2 = ce que personne ne voit n’a aucune importance*

    * Donc, n’importe quel système alambiqué échoue dans ce deuxième principe.

    3/ Investissement pour ceux qui ont peu de temps
    Si une personne n’a pas suffisamment de temps pour effectuer des opérations de suivi et de gestion en bourse mais souhaite tenter (rien n’est sûr en bourse) d’obtenir un rendement brut voisin de 8%
    par an, soit tout de même mieux que n’importe quelle assurance-vie, alors c’est très simple. Il suffit de s’orienter vers les entreprises considérées comme les plus ringardes de la cote : France
    Telecom, Pages Jaunes, Vivendi. Au cours acutel, rendement voisin de 8% sur dividende. L’investisseur n’a pas à se soucier de l’évolution du titre, puisque seul compte le cours d’achat qui fixera
    la valeur du rendement.

    Mes réponses correspondent-elles aux questions que tu posais?

    Daniela

  20. Une quatrième possibilité est de sélectionner un certain nombre de gérants spécialisées dans les domaines où l’on veut investir (par exemple: or, ressources naturelles, pays émergents, etc).

    Cordialement
    Yves Belmont

  21.  @ JCB,  Daniela Yves Belmont, merci de vos réponses.

     @Daniela,

    Je comprends ta réponse « prudentielle » et avisée, motivée par des
    intentions bienveillantes.

    Dans un système de notation, je ne vois pas de formule magique
    super-intelligente et prédictive à tout coup (je n’y crois pas plus que toi, et je ne me fais pas d’illusion sur mes capacités), mais plutôt une sorte de check-list qui oblige à faire un minimum
    de travail d’investigation, ou simplement à « aller voir » ce qui se passe.

    Comment naviguer sans un minimum d’instruments, même imparfaits,
    comment par exemple identifier une valeur intéressante pour un Swing à priori sur plusieurs jours ? Quid des indicateurs, existe-t-il d’autres instruments ? Sans autre information, vas-tu
    tenter un swing baissier sur une valeur proche d’une résistance (sauf enfoncement) ? J’imagine que même avec un money management optimal tu ne te lances pas au hasard.

    Pourquoi aller vers des valeurs dites « ringardes » alors
    qu’il existe des valeurs dont on peut raisonnablement supposer qu’elles sont solides (ceci dit avec toutes les précautions d’usage), qu’elles sont habituellement rentables (dividendes), ou
    qu’elles ont un potentiel de progression (en relation par exemple avec les matières premières, dont le pétrole).

    Je sais que si j’investis court terme, moyen terme ou plus, il y
    aura des hauts et des bas. Mon problème est d’entrer au mieux, et ensuite de gérer au meilleur coût pour éviter trop de déconvenues (suivi régulier et arbitrage, stop-loss…). Je connais ton
    intérêt  pour les Swings, mais j’estime que je ne suis pas prêt (connaissance du sujet et des techniques, choix du courtier, outils…) mais peut-être
    que je me trompe, et l’histoire n’est pas finie.

     PS : 1) Comme toi, j’avais depuis très longtemps identifié Total comme
    valeur intéressante pour des opérations aller et retour, mais je ne savais pas vraiment comment faire et n’avait pas réellement la volonté de me lancer  2) Toujours sur Total, on dirait que c’est reparti comme avant, mais je suis sûr que je ne t’apprends rien… 3) J’ai vu que mon message était tronqué, mais c’est
    sans grande importance

     

    @Yves Belmont

    Oui, pour les matières premières et les émergents précisément, j’ai
    envisagé cette possibilité sans plus de suite pour le moment. Reste le choix si possible d’un seul courtier.

    Concernant l’or, des informations peu rassurantes circulent sur l’or
    papier, et pour l’or physique, j’ai bien noté ce qui s’est dit sur ce blog

     

    Merci encore de vos réponses (si vous êtes occupés par ailleurs, pas
    la peine de répondre à ce message)

    Cordialement, François

     

  22. Personnellement j’ai choisi depuis longtemps la solution avancée par Yves : de bons gérants chacun sur un secteur et je ne me charge que des allocations d’actifs et des arbitrages dans l’enveloppe
    fiscale de l’assurance vie. Pour le fun, un PEA à blog dans lequel il n’y aura dans quelque temps que des parapétrolières.

  23. Bonsoir Pierre,
    Les gens qui ont joué le pétrole avec les ETF ou trackers l’an dernier se sont fait avoir dans les grandes largeurs à cause de la courbe des prix en contango. Je répète mon conseil FCP matières
    premières comme Carminac Commodites en assurance vie et parapétrolières françaises dans le PEA. De toutes façon, les prix sont élevés actuellement une bonne correction serait la bienvenue.

  24. JCB,

    Que pensez vous du potentiel des matières premières agricoles comme placement sur le moyen long terme (hausse de la démographie, corrélation au prix de l’energie…), ainsi que sur leur protection
    contre l’inflation?

    Avez-vous un support d’investissement à conseiller sur ce secteur?

    Cordialement

  25. Bonsoir Dubois,

    Secteur d’avenir évidemment. La surpopulation et l’exploitation de la biomasse vont renchérir les denrées alimentaires.

    Quelques pistes :

    – Achat de terres agricoles (et de forets) en direct.
    – Les fonds pure player :

     Amundi Funds Global Agriculture C
    C

     

    81,61 USD

    +87.44%

     Allianz RCM Global Agric Trends
    A EUR(D)

     

    99,77 EUR

    +56.99%

     Sarasin AgriSar A

     

    1,07 GBP

    +43.57%

     Baring Global Agriculture A EUR

     

    1,68 EUR

    – Les fonds commodities qui contiennent des softs commodities :

    Carmignac Portfolio
    Commodities

    312,40 EUR

    +80.08%

    Orion Sicav Ressources Naturelles

     

    67,12 EUR

    +67.05%

    – Les actions en direct des sociétés qui produisent des engrais, les mines de potasse. Je ne suis pas un spécialiste. Qui peut préciser ?
    – Ne pas négliger la problèmatique de l’eau avec :

    PF (LUX) Water P Cap

    128,97 EUR

    +43.65%

  26. Bonsoir Jean Christophe, une société allemande qui produit des engrais :
    K+S figure parmi les 1ers producteurs mondiaux d’engrais, de produits pour plantes et de sels. Le CA par famille de produits et services se répartit comme suit :
    – fertilisants à base de potasse et de magnésium (42,1% ; Kali) ;
    – fertilisants agricoles (18,5% ; Fertiva) : destinés aux grandes cultures ;
    – produits de jardinage (19,4% ; Compo)

    Elle est éligible au PEA, mon problème pour investir dans une entreprise étrangère de ce type : je ne parle pas un mot d’allemand !!!

    Sinon en France deux producteurs de semences potagères : Vilmorin et Graines Voltz.

  27. JCB,

    Il y a actuellement une forte différence de performances entre les fonds actions que vous indiquez et les  fonds indiciels de type Parvest Agriculture.

    Sur le long terme et comme protection contre du patrimoine contre l’inflation, doit-on investir sur la valorisation de la matière première ou sur des actions liées au secteur?

    Cordialement

  28. A Dubois

    Pour des tas de raisons (levier, absence de bétaslippage etc …), je prèfère nettement les fonds actions aux trackers pour le long terme.

  29. Bonjour,
    Si cela intéresse du monde, j’ai fait une shortlist de société spécialisé dans la potasse (engrais) :

    potashcorp, agrium, sinofert, ICL, uralkali, the mosaic company, IMC Kalium

    Tessenderlo Chemie. MagMinerals Magindustries

  30. Dans la catégorie engrais,et pour reprendre la formule NPK,bien connue des bons jardiniers,on peut ajouter pour le N (azote) la superbe Yara International qui vient de se faire doubler aux USA
    (encore un coup du protectionnisme américain),pour le K (potasse),la Chilienne SQM (Sociedad Quimica y Minera) et pour le P (acide phosphorique) une petite nouvelle aussi
    prometteuse que risquée, Sunkar Resources.

    Yara est une multinationale norvégienne (ou suédoise?) qui au départ a bâti sa fortune sur la transformation du gaz naturel de la Mer du Nord en engrais azoté.Elle vient de refuser de
    surenchérir pour prendre le contrôle de Terra Industries,un gage du sérieux de ses dirigeants qui sont soucieux de créer de la valeur pour leurs actionnaires sans se lancer dans une bataille d’egos
    menant droit à un endettement excessif.  

    S Q M est intéressante parce qu’en plus d’engrais elle fait dans le carbonate de…lithium dont elle produit le tiers du tonnage mondial.Le géant canadien de la potasse PotashCorp possède 32%
    du capital.Elle était contrôlée il y a peu par Julio Ponce Lerou,ex beau-fils d’un certain Pinochet.Du solide,cotée au Nyse et sûrement à Francfort.   
     
    Sunkar dispose au Kazakhstan d’un immense dépôt de phosphates (Chilisai deposit) dont l’estimation est encore à terminer.La production d’acide phosphorique a été jugée commercialement
    réalisable.Introduite à Londres juste avant la débâcle,au moment où le prix des engrais était au plafond,elle a ramassé un précieux pactole qui va lui servir à construire les
    installations.

    Le seul mot Kazakhstan peut faire fuir certains,à tort il me semble.J’ai eu des actions du producteur d’or et de cuivre Kazakhmys,qui ne m’ont posé aucun souci.Beaucoup moins qu’une certaine
    Infonie,bien française celle-là qui m’a volé un bras.

    Je suivais de loin en loin la mid-cap canadienne Athabasca Potash,(gisement au Saskatchewan mais pas encore de production) attendant une rechute pour intervenir.Comme l’a dit
    Jean-Christophe,on achète souvent trop tard.C’est BHP Billiton qui vient de l’avaler.Preuve,s’il en était besoin que les engrais sont un secteur d’avenir et le géant minier une
    société qui voit loin. 

  31. Bonjour à tous,

    j’ai compilé sur 2 ans les MM 10 du CAC, DJ et S&P( le tout corrigé par les taux EUR /$). Je constate que depuis mi décembre 2009, le DJ « s’échappe » et prend presque 25% au CAC. Cela me fait
    hésiter (surtout que je ne ressens pas aussi bien le marché que certains)= si c’est UP dans les prochains mois, je me positionne sur zone EURO et dans cas contraire je SHORT zone $.

  32. Bonjour Fabien,
    Le problème avec le spread CAC / SP500 et de savoir si avec le temps, il va augmenter ou diminuer. Les anglo saxons se retirent des actions européennes à cause des attaques sur l’euro qui
    occasionnent des pertes de change sur l’ensemble des actifs euros. Il ne reviendront que si les perspectives de l’euro sont à nouveau favorables.

    Il y a un autre spread que j’aimerais jouer c’est CAC / parapétrolière française. J’y réfléchis. VK est disponible en contrat CFD. Long VK et short CAC en roulant la position ?

  33. Bonjour tout le monde.J’ai un peu « potassé » le sujet hier soir et j’ai peut-être quelquechose de prometteur.A long terme uniquement.Il s’agit de la small-cap canadienne Potash One dont l’actif
    principal est Legacy Project.

    -97 000 acres,soit environ 40 000 ha,entre les zones de Mosaïc et de BHP Billiton. 
    -Province du Saskatchewan,le coeur du bassin d’évaporation géologique
    -Une étude de préfaisabilité menée par SNC-Lavalin (un concurrent canadien de Technip) a démontré un rendement de 30% (after tax),pour un prix FOB à Vancouver de 525$ la
    tonne,investissement nécessaire:1,88Md de $.
    -le rachat/fusion avec Potash North a apporté 30 M de $ de cash,permettant de lancer l’étude de faisabilité dans les semaines qui viennent.    
    -une possible production de 2,5 millions de tonnes à compter de fin 2013pendant…longtemps,un siècle si les aires non minéralisées ne sont pas trop nombreuses.
    -La couche de potasse étant profonde,l’exploitation doit se faire par dissolution et pompage,technique écologique utilisée par Mosaïc qui ne défigure pas le paysage,facilitant l’obtention des
    autorisations administratives.

    Voilà pour le projet qui paraît tenir la route.Le problème de ces jeunes sociétés,particulièrement en cette période d’argent rare reste de trouver le capital nécessaire.Sur un plan
    fondamental,il ne fait aucun doute que la demande est là,et croîtra,d’ailleurs les quelques producteurs ont su limiter leur offre et les prix remontent doucement.

    Dans cette course au cash,Potash One possède à mon avis deux avantages sur ses compétiteurs.Son CEO et son Chairman.Je m’explique:

    -Paul Matysek,le manager,a derrière lui de brillantes réussites:First Quantum en Afrique,Energy Metals qu’il a revendu presque 2 Mds à une major de l’uranium.C’est lui qui a eu l’idée de se lancer
    dans la potasse en 2005,quand elle était à 180 $ la tonne.(1 000 au plus haut de 2008)

    -Robert Friedman,le chairman choisi par Matysek n’est autre que le fondateur de Ivanhoë Mines,une aurifère d’avenir qui vient d’obtenir,après une longue lutte auprès du gouvernement de
    Mongolie (et sa chambre des députés) la licence d’exploitation du gisement géant d’Oyu Tolgoï en association avec Barrick.Dans la foulée,il a aussi fondé Ivanhoë Energie,qui a l’air de bien se
    comporter.Ses réseaux sont en Asie,il saura y trouver des financements,et des clients potentiels,les deux pouvant bien sûr se confondre.

    P.S. Ceux qui regarderont le graphe de l’action verront une poussée subite en mai 2009,date d’arrivée au board de Robert Friedland.
    D’ici quelques mois le résultat de l’étude de faisabilité,s’il est conforme aux prévisions,devrait agir comme un catalyseur.Et pourrait bien déclencher la convoitise d’un prédateur.Sauf si
    d’ici là Bernanke s’est défenestré pour échapper à la vindicte populaire…(un bon sujet pour BA!)

     Les personnes intéressées devront se faire leur propre avis sur la question,car chez moi,le subjectif a sa part et vérifier mes dires,mon anglais étant un peu…incertain.

  34. J’avais un doute.Dans la mesure du possible,je n’aime pas raconter de bêtise,même si ce n’était qu’un élément annexe,ceux qui fonctionnent comme moi étaient en droit de mettre en doute toute
    mon argumentation.

    Vérification faite, Ivanhoë Mines développe le gisement d’Oyu Tolgoi en Mongolie avec Rio Tinto et non Barrick comme je l’avais écrit.Au fur et à mesure du financement,Rio monte au capital
    d’Ivanhoë.

    Oyu Tolgoi,un projet de taille:environ 79 milliards de livres de cuivre et 45 millions d’onces d’or…Une sorte de Grasberg bis.Production prévue pour 2 013.

    Si certains s’intéressent à Ivanhoë Mines,le 1er mars Rio Tinto est monté à 22,4% du capital (à 16,31 C$/action) Les accords lui donnent le droit de monter jusqu’à 46,6% d’ici 19 mois.Un joli filet
    de sécurité. 

  35. Merci BXX, Ivanhoë Mines me semble interessante, à étudier en tout cas. Pour potash, elle me parait chère (par rapport au passé) sinon leur site est clair et bien foutu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *