Prise de bénéfices sur les indices actions.

Par Jean Christophe Bataille

Le CAC et le SP500 sont en train de sortir de leur canal ascendant. Nous entrons dans une zone de turbulence. La divergence sur le RSI est également plutôt négative.

C’est particulièrement net pour le SP500 en base journalière :

SP500-UT-days-06-03-12.JPG

Prendre quelques bénéfices partiels s’impose, aujourd’hui ou un peu plus haut dans un éventuel pull back. On reste toutefois investi en actions pour le long terme selon une allocation représentative de son profil de risque (16 % du patrimoine, soit autour de 37 % des titres pour le portefeuille de Futures après prises de bénéfices)


50 réflexions au sujet de « Prise de bénéfices sur les indices actions. »

  1. BOnsoir Jean-Christophe,

    Que penses tu du VIX ? qui rechute de nouveau auj fortement, on est à 16 actuellement, il a touché 15, on flirte avec les plus bas.

    Fin de hausse des indices probable?

  2. Il l’avait dit qu’on le verrait à 15 le VIX, il l’avait dit. Je lui tire mon chapeau (comme le faisait le chat botté jadis).

  3. Bonjour à tous,

    le rsi à 14,56… c’est pas beau ça ? cependant, durant l’année 2006 on avait un rsi à 10…

    normalement, certains se disent qu’il est temps de passer short, mais bon méfiance… j’ai lu un article disant que les banques centrales avec le trop plein de liquidités qu’elles avaient, se
    mettaient à investir dans les actions ça expliquerait peut être cette interdiction systématique de baisse. Il n’y a visiblement plus que la hausse qui existe. Tout comme il y’a peu la vente à
    découvert sur les bancaires était interdite.

    Ce matin sur bfm j’ai entendu un analyste qui donnait encore 200-300 points de hausse…

  4. Je suis rentré tard. Lecture rapides des posts. Le VIX a effectivement chuté pendant mon absence. La zone devient dangereuse. Je répète : prise de bénéfices partiels conseillées sur près de
    20 % des positions actions. Quand au short il faut saisir un moment adéquat en multiframe et risquer qu’une très faible partie du patrimoine. Mon trade short en cours sur l’euro est plus sur et
    mes gains ont énormément progressé pendant mon absence.

  5. Wall Street finit au
    plus haut depuis fin 2007, accélérant sa progression en fin de séance lorsque JPMorgan Chase a annoncé qu’elle relançait la rémunération de ses actionnaires.
    JPMorgan dope Wall Street.

    Mis à jour le 13.03.2012

    L’indice Dow Jones de la Bourse de New York a pris 1,68% et le Nasdaq 1,88%.

    Selon les chiffre définitifs à la clôture, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 217,97 points à 13’177,68 points.

    L’indice vedette de Wall Street n’avait pas clôturé à ce niveau depuis le 28 décembre 2007.

    Le Nasdaq, à dominante technologique, a de son côté gagné 56,22 points à 3039,88 points et l’indice élargi Standard & Poor’s 500 s’est adjugé 1,81% (+24,87 points) à 1395,96
    points.

    Les marchés avaient ouvert en hausse, prudents avant de connaître les conclusions de la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

  6. La BCE prête des centaines de milliards d’euros aux banques de la zone euro.

    Au 9 décembre 2011, l’encours de ces prêts était de 642 milliards d’euros.

    Au 16 décembre 2011, l’encours de ces prêts était de 665 milliards d’euros.

    Au 3 février 2012, l’encours de ces prêts était de 794 milliards d’euros.

    Au 17 février 2012, l’encours de ces prêts était de 796 milliards d’euros.

    Au 24 février 2012, l’encours de ces prêts était de 819 milliards d’euros.

    Au 2 mars 2012, l’encours de ces prêts était de 1118 milliards d’euros.

     

    http://www.ecb.int/press/pr/wfs/2012/html/fs120313.fr.html

     

    La BCE prête des centaines de milliards d’euros aux banques de la zone euro au taux de 1 % pour un prêt de 3 ans.

     

    Dans trois ans, en décembre 2014, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser à la BCE ces centaines de milliards d’euros. Mais si elles ne
    peuvent pas rembourser, que fera la BCE ? La BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros pour que le système puisse tenir encore trois ans, jusqu’en décembre 2017.

     

    Et ensuite, en décembre 2017, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser à la BCE ces milliers de milliards d’euros. Mais si elles ne peuvent
    pas rembourser, que fera la BCE ? La BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros pour que le système puisse tenir encore trois ans, jusqu’en décembre 2020.

     

    Et ensuite, en décembre 2020, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser à la BCE ces dizaines de milliers de milliards d’euros. Mais si
    elles ne peuvent pas rembourser, que fera la BCE ? La BCE leur prêtera de nouvelles dizaines de milliers de milliards d’euros pour que le système puisse tenir encore trois ans, jusqu’en décembre
    2023.

     

    Etc, etc.

     

    Et à la fin, ça finira bien.

  7. Mercredi 14 mars 2012 :

     

    La dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a bondi en février pour atteindre son maximum historique, à 152,4 milliards d’euros nets, dopée notamment par
    la récente injection de liquidités par la BCE.

     

    Le montant est dopé par l’injection de liquidités par la BCE, qui a réalisé en décembre et février deux opérations de prêt sur trois ans, à des taux avantageux, aux banques de la
    zone euro. La première a attiré plus de 500 banques pour un montant de 489 milliards d’euros, la deuxième a attiré 800 banques pour 530 milliards euros.

     

    Cette injection de liquidités visait à aider les banques, qui ont du mal à se financer sur les marchés, dans un climat général de défiance.

     

    http://www.boursorama.com/actualites/espagne-nouveau-record-historique-pour-la-dette-des-banques-envers-la-bce-bbda53af2723c8f77acf39ebc7e22363

     

    La BCE a prêté 1118,273 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

     

    En décembre 2014, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

     

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

     

    Et ça repartira pour trois ans.

     

    En décembre 2017, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

     

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

     

    Et ça repartira pour trois ans.

     

    En décembre 2020, les banques de la zone euro seront obligées de rembourser la BCE.

     

    Si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser la BCE, la BCE leur prêtera de nouvelles centaines de milliards d’euros supplémentaires.

     

    Et ça repartira pour trois ans.

     

    Et à la fin, ça finira bien.

  8. Pas de doute BA doit etre instituteur… ca me rappelle les lignes d’ecriture abetissantes.

    Je ne regarderais pas sous les jupes des filles.

    Je ne regarderais pas sous les jupes des filles.

    Je ne regarderais pas sous les jupes des filles.

    ….

     

    J’ai du buggué… je regarde toujours sous les jupes des filles…

     

    BA tu devrais jouer au monopoly plus souvent… Quand la partie s’eternise, on redistribue 100,000 a chacun… S’il n’y a pas assez de sous dans la banque, on ecrit sur un bout de papier… Et
    quand tout le monde doit 1,000,000 on tire un trait sur les dettes…

    SP

  9. Mais vous ne vous rappelez pas de l’année 2008 ?

     

    Mais vous êtes amnésique ?

     

    Au début, c’était les particuliers qui étaient de plus en plus nombreux à être surendettés.

     

    Par exemple, en France, le nombre de dossiers de particuliers surendettés est en train d’exploser.

     

    Ensuite, comme si ça ne suffisait pas, ce sont les Etats qui sont devenus surendettés.

     

    Maintenant, en 2012, on a pensé qu’il n’y avait pas suffisamment de surendettement : alors on a eu l’idée géniale de surendetter les banques de la zone euro.

     

    La BCE a prêté 1118,273 milliards d’euros aux banques de la zone euro.

     

    C’est ça qui est génial : maintenant, même les banques sont surendettées.

     

    C’est ça qui est génial : nous étions écrasés sous des montagnes de dettes, alors on a rajouté de nouvelles montagnes de dettes, qu’on a empilées sur les anciennes montagnes de dettes, et ensuite
    on a encore empilé de nouvelles montagnes de dettes sur les montagnes de dettes déjà existantes.

     

    Il est évident que les montagnes de dettes peuvent monter jusqu’au ciel.

     

    C’est évident.

     

    Il est évident que rajouter des dettes à des dettes a toujours résolu les problèmes.

     

    C’est évident.

     

    Et à la fin, ça finira bien.

  10. un point d’entrée sur l’once d’or ? 1647$ now, peut être sous 1600…

    amusant, le vix remonte de 5% et les indices montent.

  11. Merci Jean-Christophe pour l’instant je suis liquide et plutôt méfiant.

    Pour ceux qui veulent jouer la hausse du vix il y a le G121Z barrière désactivente 12,52$

    site commerzbank

  12. Bloomberg News
    Bernanke: ‘Frustratingly Slow’ Growth Impedes Lending
    By Joshua Zumbrun on March 14, 2012

    Federal Reserve Chairman Ben S. Bernanke said the weak U.S. economy impedes efforts by banks to make profitable loans.

    “Despite some recent signs of improvement, the recovery has been frustratingly slow, constraining opportunities for profitable lending,” Bernanke said today in remarks recorded for delivery
    at the Independent Community Bankers of America National Convention and Techworld in Nashville, Tennessee.

    The Federal Open Market Committee said yesterday that economic conditions would still warrant holding the benchmark interest rate near zero at least through late 2014.

    Community banks are “facing difficult challenges,” Bernanke said. “Their close ties to local economies are, on balance, a source of strength, but a drawback of those ties is that the fortunes
    of communities and their banks tend to rise and fall together.”

    Plus ici

  13. Pour ceux qui ont eu l’occasion de lire la lettre 2011 de Warren Buffet (http://www.berkshirehathaway.com/letters/2011ltr.pdf), je trouve que les dernières pages (à partir de la 17) sont très
    intéressantes à mettre en regard des débats que nous avons collégiallement sur le blog de Jean-Christophe depuis maintenant près de 2 ans

    Il explique qu’un investissement ne doit pas être vu comme bloquer sa monnaie dans l’espoir d’en recevoir plus plus tard, mais au contraire comme « transférer à quelqu’un d’autre du pouvoir
    d’achat dans l’espoir raisonnable d’en tirer un pouvoir d’achat supérieur pour soi ultérieurement. »

    Et il classe ensuite les actrifs en 3 types :

      1 Montétaires/obligataires

      2. Conservataires (Or)

      3. Productifs (actions, immobiliers)

     

    Il n’est toujours pas chaud sur l’or (2ème type), préférant le 3eme en expliquant que dans un siècle quelqu’un sera topujours prêt à échanger une partie de son travail contre un Coca-Cola ou un
    loyer quie la  monnaie d’alors soit un bout de papier, de l’or, ou encore des dents de requin… ;-)

    Par contre , pour lui le pire est bien le 1er (obligations long terme notamment) :

    « Investments that are denominated in a given currency include money-market funds, bonds, mortgages, bank deposits, and other instruments. Most of these currency-based investments are thought of
    as “safe.”In truth they are among the most dangerous of assets. Their beta may be zero, but their risk is huge. Over the past century these instruments have destroyed the purchasing power of
    investors in many countries, even as the holders continued to receive timely payments of interest and principal. This ugly result, moreover, will forever recur. Governments determine the ultimate
    value of money, and systemic forces will sometimes cause them to gravitate to policies that produce inflation. From time to time such policies spin out of contro l »

    High interest rates, of course, can compensate purchasers for the inflation risk they face with currency-based investments – and indeed, rates in the early 1980s did that job nicely. Current
    rates, however, do not come close to offsetting the purchasing-power risk that investors assume. Right now bonds should come with a
    warning label. Under today’s conditions, therefore, I do not like currency-based investments »

     

     

     

     

     

     

  14. Bonjour

    Pour ceux qui n’en ont pas, acheter quelques napoléons en ce moment à 243.90 euros n’est pas dénué de sens. Je n’ai pas d’idée précise sur le point bas que va atteindre le nap mais il revient à
    un prix abordable pour le moyen terme.

  15. Oui, tiens, justement, qu’en est-il du potentiel de l’or à MT / LT selon toi Jean-Christophe ? Pour ceux qui rentreraient maintenant – ce n’est pas mon cas, je suis en position depuis 2008 – et
    pour les autres, quel(s) serai(en)t les signaux à surveiller pour vendre ?

  16. Le nombre de chomeur US est au plus bas depuis 4 ans et les indices actions montent à peine. Le marché est suracheté. Le VIX est bas. La moindre mauvaise nouvelle devrait provoquer une
    consolidation mais tant que les stats restent bonnes le marché restera haussier.

  17. Grèce : le FMI accorde un nouveau plan d’aide à la Grèce
    Le Point.fr – Publié le 15/03/2012 à 17:21 – Modifié le 15/03/2012 à 18:21
    Le Fonds monétaire international a donné ce jeudi son feu vert au versement à Athènes de 28 milliards d’euros sur quatre ans.

  18. Oui j’ai pris une petite position sur l’or et l’argent en CFD recemment mais je vais probablement renforcer si une nouvelle baisse se présente. Dans le meme temps j’ai toujours mes positions
    short sur l’EUR. Ca va etre sportif car l’or monte quand le dollar faiblit. Je suis donc presque en trade hedgé en faisant le pari que la paire EUR USD montera moins ou baissera plus que l’or ne
    montera.

  19. Concernant le CAC, j’avais averti. Prendre des bénéfices partiels mais rester en position up. Shorter le marché était dangereux, d’autant qu’il va prendre une claque au moment ou on s’y attendra
    le moins.

  20. En ce moment tout le monde est bull tres prudent, je pense qu’on regarde trop les indices, qu’on n’y voit plus grand chose et qu’on passe à coté d’un truc.

    Voyons le graphe de apple, c’est une mega bulle !!!! le risque de correction de -20% ou -30% devient tres conséquent à mon sens.

    au rythme ou on va on sera à 1000 dollar en 3 ou 6 mois,

    et si ce n’est pas le cas, apple va, dans l’intervalle, s’écrouler sous son propre poids

    bcp disent qu’apple est pas cher : 20x les benefs 2011, 10x les benefs 2012 + le cash,

    certes mais c’est surement le black swan 2012-2013 !!!

    Je commence à monter une position short. J’ai shorté hier en CFD 3 apple (presque 1800 usd). Je compte renforcer si apple passe sous 580 la semaine prochaine.

    Je rappelle qu’en CFD, il n’y a pas frais de financement de la position short donc ça ne coute rien de garder la position 1 an sauf la moins value potentielle

    Si ça s’installe sérieusement au dessus de 600 dollars je maintiendrai ma position et observerai comment les cours se comporte sur les obliques ascendantes de soutien qui deviennent ultra raides
    pour me renforcer en cas de cassure.

    Certains diront c’est con de maintenir un short jusqu’a 1000 dollars. certes mais si on va à 1000 dollars l’action, je pense shorter pour beaucoup plus de 3 actions car à ce moment la, le risque
    de baisse de 50 ou 60% sera important.

    Avoir un iphone ou un ipad, c’est vrai que c’est le truc du moment. Mais je me rappelle une epoque ou tous les gens qui avaient un peu de fric avaient tous leur palm pilot ;o)

    et en 2000 tout le monde avait un mobile nokia, ericsson ou motorolla ;o)

    et en 2005-2006 tous les cadres avaient le blackberry ( quand tu vois la gueule de RIMM ça fait peur, pourtant elle est pas cher, PE2011 : 2.5x les benefs + le cash aucune dette évidement).

     

    Résumons un peu

    Apple vaut 550 milliards USD

    Samsung vaut dans les 150 milliards mais il font plein d’autres trucs

    Nokia vaut 20 milliards

    RIMM vaut 7.5 milliards

    Palm a fait faillite

    J’en parle peut etre trop tot mais il faut bien comprendre maintenant que à chaque fois que apple perds 1% c’est 5 milliards qui disparaissent ( meme pas les volumes journaliers à la bourse de
    paris…) et si apple perds 20% c’est 100 milliards qui disparaissent.

    Etant donné la valeur hors normes d’apple (1ere capi mondiale), mon analyse est toute simple :  tout le monde est dessus, et quand ça va sortir ça va faire tres mal

    Sérieux, il faut arréter de réver, apple va pas devenir la boite qui gagne 50 milliards USD tous les ans, d’ici 1 ou 2 ans elle va annoncer un sales ou un profit warning qui crééra un gros doute
    sur les investisseurs

    Si apple monte 700, 800 900 ou meme 1000 dollars en 2012 elle redescendra aussi vite vers 400-500 qu’elle est montée en causant un max de dégats collatéraux sur les marchés

     

  21. Je persiste et signe. On est pas loin d’un prix d’achat pour l’or qui ne devrait plus aller sous 1600.
    Jean-Christophe, je ne comprends pas trop. Généralement, en cas de correction, les banques vendent pour éponger leurs pertes et tu parles à chaque fois de course au cash. Et tu t’attends
    à une correction sur les indices. Et néanmoins pas à un cours sous 1600. Correction sur les indices incluse ?

  22. Yaku entierement d’accord avec toi, Apple c’est le LVMH des gadgets electroniques et le jour ou ca passera de mode aie. Une boite qui vend 5 produits… autant dire que si l’iphone 5 est pas
    revolutionnaire attention…

    Le truc c’est que je me suis deja brule les doigts a vouloir shorter Apple quand elle etait a 300$ (merci les stop loss)

    C’est dur de shorter une bulle, le timing est primordial!

    Perso j’ai achete des Nokia a la place :-)

Répondre à Jérémie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *