L’euro est une monnaie plus sure que le dollar

Par Jean Christophe Bataille

http://dollareuro.fr/wp-content/uploads/euro-dollar-forex-stock-market.jpg

Pour expliquer la montée des taux européens et la bonne tenue du marché obligataire américain, on a évoqué le manque de convergence des politiques économiques des pays membres. Cette hétérogénéité est pourtant en train de disparaitre sous la houlette de l’Allemagne et de Bruxelles qui imposent des plans de rigueur drastiques aux pays laxistes. Ces plans s’accompagnent de transferts budgétaires exprimés sous la forme de moratoires partiels sur les dettes absorbés par le secteur bancaire, lui-meme recapitalisé par les états souverains via le FSEF.

La différence des taux attribués par le marché aux USA et aux pays du sud de l’Europe ne peut désormais s’expliquer que par la politique de monétisation de la FED et le statut de monnaie de réserve du dollar.

Les achats de la Réserve fédérale dans le cadre de l’assouplissement quantitatif s’élèvent aujourd’hui à quelques 2000 milliards de dollars, soit 14% du PIB US.

L’Europe aurait pour l’instant acheté pour seulement 70 milliards d’obligations alors que son PIB est supérieur au PIB américain. Ce montant de dettes monétisées est probablement sous-évalué car la BCE poursuit en toute discrétion quelques achats d’obligations dans les pays du sud pour stabiliser les taux. Mais les montants en cause sont sans communes mesures avec les différents plans de quantitative easing américains.

L’Allemagne maintiendra une pression forte sur les états européens qui souhaitent rester dans la zone euro afin qu’ils adoptent une véritable orthodoxie financière. Elle n’acceptera qu’une monétisation réduite au strict minimum de façon à produire le moins d’inflation monétaire possible. En revanche les USA qui jouissent encore de la monnaie de réserve mondiale ne peuvent que poursuivre leur politique de monétisation de la dette et de dévalorisation compétitive sans subir pour l’instant de hausse du loyer de l’argent. Cette politique conduira inéluctablement à une perte de valeur du dollar contre l’euro.

Une fois plus, les catastrophistes qui prévoient une disparition de l’euro seront déçus. Contrairement à l’idée véhiculée aujourd’hui par les médias, je suis certain que l’euro est une monnaie plus sure que le dollar. Les marchés ne s’y trompent pas. La paire EUR/USD a finalement très peu baissé sur le FOREX.

Bonne semaine !

50 réflexions au sujet de « L’euro est une monnaie plus sure que le dollar »

  1. Les petits portefeuilles et les investisseurs peu expérimentés devraient en effet s’en tenir aux FCP et Sicav réputés, c’est plus prudent. Quand même vérifier dans les banques que les produits
    sont cantonnés. Il semble parfois qu’ils resteront en votre possession en cas de faillite et ce n’est pas toujours le cas. Certaines banques ne travaillent avec aucun produit cantonné.

  2. « En recevant en début d’après-midi le Premier ministre britannique David Cameron, favorable à une implication accrue de la BCE, Mme Merkel devrait renouveler ses appels à la discipline budgétaire
    et à des réformes structurelles dans les pays touchés par la crise.

     

    Elle a continué de plaider cette semaine pour des mesures de long terme comme une modification des traités européens pour créer un droit d’ingérence dans les budgets nationaux ou bien la création
    d’une taxe sur les transactions financières.

     

    Le nouveau président de la BCE, l’Italien Mario Draghi, a confirmé vendredi sa fidélité à l’orthodoxie défendue par son prédécesseur, le Français Jean-Claude Trichet.

     

    « Notre crédibilité implique le succès de notre politique monétaire consistant à ancrer les perspectives d’inflation à moyen et long terme », a souligné M. Draghi lors d’une conférence financière à
    Francfort (ouest), où se trouve le siège de la BCE.

     

    « C’est la contribution majeure que nous pouvons apporter pour soutenir la croissance, la création d’emplois et la stabilité financière. Et nous apportons cette contribution en toute
    indépendance », a-t-il poursuivi. »

     

    http://www.boursorama.com/actualites/la-crise-de-l-euro-s-etend-et-accroit-la-pression-sur-l-allemagne-17d1e4ec07e035f6ee1e854f6f939de4

  3. Mais il y a des variantes Jean-Christophe, comme les fonds indexés sur l’inflation, la banque y met on ne sait quoi mais tu places çà dans quelle catégorie de produits ? Je trouve d’une manière
    générale que deux précautions sont utiles, si je puis me permettre: que le produit ne reste pas bloqué par contrat et qu’il soit cantonné.

  4. Je vais choisir blanc cette fois après sélection de mon message (ce qui va le rendre invisible dans la fenêtre de composition du message (eh bien non en fait).

     

    Voilà ! j’avais collé l’ancien message avec les formats.

     

    désolé pour la couleur de la police, soit mon doigt a dérapé sur la touche ctrl ou semblable, soit elle était déjà sélectionnée sur gris au moment où la fenêtre s’est ouverte.

     

    « L’indemnisation intervient par chèque, virement ou en instruments financiers identiques à ceux dont l’indisponibilité a été constatée pour une valeur
    vénale totale identique, si le client a accepté un tel mode d’indemnisation qui peut lui être présenté par le Fonds de Garantie des Dépôts. »

     

    Voilà comment je le comprends : en cas de chute des dominos, si le remboursement est effectué non en titres, mais par chèque, c’est à dire pour nous en
    euros, il faudra bien choisir la banque auprès de laquelle déposer ce chèque, mais aussi agir vite pour se protéger, grâce à l’achat de nouveau titres (lesquels ?!! sujets à la même
    garantie, du reste) ou de biens tangibles.

    Comme la perte de titres correspond au scenario du pire, il faudra espérer être remboursés en titres, la dotation en euros du fonds étant homéopathique
    et donc aussitôt disparue dans ce cas.

    La question qui se pose alors est : les titres égarés seront-ils récupérables ?

    Cette garantie me semble très théorique si la situation devient grave.

  5. inquiétant de constater que les réponses restent divergentes sur la restitution des titres (actions ou obligations) détenues en direct et déposés dans une banque française. Ce genre de chose
    devrait avoir une réponse sans ambiguité. Est-ce que la législation est floue là-dessus?

    En ce qui concerne les FCP et les SICAV, cela reste des produits de banque et donc en cas de faillite il sera surement long et difficilement prévisible de savoir combien il restera à la fin.

  6. Bonjour JCB

    J’ai une exposition à NGASP limitée (0.15 %), je m’intéroge sur l’opportunité de solder la ligne.

    sai tu si la baisse est majoritairement liée à la baisse du GN ou bien si le facteur temps conduit à une érosion importante du titre ?

    Merci

  7. Complément d’infos à vérifier:

    7. Je possède également des titres. Comment suis-je remboursé ? Dans quelle proportion ?

    La garantie des investisseurs joue, à la demande de la Commission Bancaire, dans tous les cas où l’intermédiaire est dans l’incapacité de les restituer à ses clients déposants.

    Il en résulte que dès qu’une insuffisance est constatée, les titres encore détenus par l’intermédiaire sont répartis, titre par titre et de façon proportionnelle entre les titulaires de droits.

    Le Fonds de Garantie des Dépôts indemnise les clients pour les titres ou instruments financiers dont ils n’ont pu alors obtenir restitution, sur la base du cours observé à la date de leur
    indisponibilité. Cette date est fixée par la Commission Bancaire, lorsqu’elle demande au Fonds de Garantie des Dépôts d’intervenir. L’indemnisation intervient par chèque, virement ou en
    instruments financiers identiques à ceux dont l’indisponibilité a été constatée pour une valeur vénale totale identique, si le client a accepté un tel mode d’indemnisation qui peut lui être
    présenté par le Fonds de Garantie des Dépôts.

    Le client dispose d’un délai de 15 jours pour contester le décompte et/ou accepter la proposition d’une indemnisation en titres.

    Trouvé ici:http://www.garantiedesdepots.fr/spip/spip.php?rubrique19&lang=fr

  8. Je vous recommande de faire des moyennes en baisse sous 3 000 points.

    Un bon point d’achat pour IPSOS, SAFRAN et AUPLATA, cette dernière est ultra spéculative.

    Ces conseils n’engagent que AG bien entendu.

    A suivre…

  9. Le nouveau président de la BCE, l’Italien Mario Draghi, a redit à Francfort sa fidélité à l’orthodoxie défendue par son prédécesseur, le Français Jean-Claude Trichet.

     

    Le rôle de la BCE est de défendre la stabilité de la monnaie, un point c’est tout, a-t-il martelé. « C’est la contribution majeure que nous pouvons apporter pour soutenir la
    croissance, la création d’emplois et la stabilité financière », a-t-il dit.

     

    Pourtant, de plus en plus de dirigeants européens estiment que seule l’institution monétaire est à même de contenir la crise, en mettant beaucoup d’argent sur la table pour
    acheter la dette des pays en difficulté.

     

    La France est ainsi revenue à la charge sur ce thème, le Premier ministre espagnol José Luis Zapatero, dont le pays est de plus en plus dans le viseur des marchés, a fait de même.
    Sans parler des investisseurs, qui placent dorénavant tous leurs espoirs sur cette option.

     

    « Comme sauveur de l’Italie, mais aussi des autres pays précaires, il n’y a que la BCE », commentait l’analyste allemand Robert Halver, de Baader Bank, « c’est la seule à pouvoir
    lutter contre l’explosion nucléaire de la zone euro ».

     

    A Rome pourtant, le nouveau chef de gouvernement Mario Monti a affirmé ne « pas voir de raison de modifier » le mandat de la BCE. Il a annoncé un mini-sommet avec le président
    français Nicolas Sarkozy et Mme Merkel jeudi prochain à Strasbourg.

     

    Mais l’obstacle principal, c’est l’Allemagne, qui refuse au nom de l’indépendance de la BCE et de son rôle de garant de la stabilité des prix de la laisser s’embarquer dans cette
    voie.

     

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euroLa_crise_s_etend_Berlin_s_obstine_a_refuser_un_role_accru_pour_la_BCE181120111811.asp

  10. Un appel pour l’hopital psychiatrique : 

    Van Mulders luc

    103, Rue basse-méhagne – 4053 Chaudfontaine

    Belgique

    Téléphone: 043719898

    Tu vas peut etre aussi recevoir quelques coups de fil et éventuellement une petite visite …

  11. Bonsoir Jean Christophe,

    Le SP500 étant encore assez haut par rapport à la chute des indices européens, crois tu

    que l’incertitude actuelle liée à la montée des taux européens puisse le faire baisser ?

    Merci

     

  12. Bonsoir Ursus,

    Les dernières stats américaines sont plutot bonnes, montrant que la monétisation engagée par la FED n’est pour l’instant pas si mauvaise car l’inflation US ne dépasse pas 4 %, désendette les
    emprunteurs à taux fixe, permet de continuer à emprunter à des taux très inférieur à l’inflation et a plutot maintenu l’économie dans une certaine stabilité. Les marchés US craignent une
    contamination de l’europe mais je ne suis pas certain que l’europe risque grand chose. Nous assistons surtout à un bras de fer politique pour que les états qui vivent à crédit restructurent en
    profondeur leurs économies. Il est possible que cela suffise à rassurer les marchés. 

  13. Je voudrais rajouter une chose fondamentale. On dit que les taux européens montent. C’est plutot normal car l’inflation ayant augmenté, les taux s’ajustent en dehors de toute crainte sur la
    solvabilité des états. Les taux francais ne me paraissent pas excessifs si l’on tient compte de l’inflation qui dépasse désormais depuis un an les objectifs de la BCE. La véritable anomalie se
    trouve dans les taux allemands et américains qui sont nettement trop bas vs l’inflation, du fait de l’aversion au risque.

  14. @jcb post 184 et plouf post 186:

    Au sujet du bois comme MP et source d’énergie,ma question était surtout de savoir si c’est une idée qui vous parait bonne pour l’avenir,je citais les titres comme exemple uniquement.

    Perso je préfère investir dans des titres directement plutôt que dans des fonds(bien que j’en aie aussi),même si mon portefeuille n’est pas de plusieurs centaines de k€.Ca me donne plus de
    stisfaction quand ça monte (parce que « c’est moi qui l’ai fait »)et ça me fait moins râler quand ça descend(ou plutôt je ne m’en prends qu’à moi-même,ce qui me fait moins râler que d’avoir fait
    confiance à un gestionnaire qui s’est planté).D’ailleurs ça descend en général un peu moins.

    Je dirais qu’avec un recul de plusieurs années les performances sont comparables ,voire un peu meilleure pour le portefeuille « en direct ».C’est sûr qu’en ce moment ce n’est pas folichon.

  15. Ah,encore une question que j’ai oublié de poser.Tout ne va pas bien et il ya de l’inflation:comme se fait-il que l’euribor 1 Y baissait deuis début Novembre?Ca ne ma parait pas trop
    logique….(enfin in vient de remonter aujourd’hui)

  16. Gold Will Hit $2,400 Bubble: Jim Rogers
    Published: Wednesday, 9 Nov 2011 | 6:38 AM
    By: Shai Ahmed
    CNBC Associate Editor

    Interview vidéo de Jim Rogers sur CNBC

    Gloxinia: moi, à mon avis, trouver un bon gestionnaire de fonds n’est pas beaucoup plus facile que trouver une bonne action. Il y a déjà du mérite à ne pas se planter dans le choix des bons
    gestionnaires, je dirais. Idem pour trouver la bonne banque, le bon produit, et même le bon blog ! :-)

  17. A Stanley et JCB : Ca fait longtemps que je le dis qu’il y a en Belgique un service de police fédérale qui s’occupe des cas de harcèlement avéré. J’ose espérer qu’un auteur de blog de qualité
    osera franchir le pas, et qu’il sera suivi par tous les autres. Pourrir un blog n’est pas anodin. Les pourrir tous et pendant des mois voire des années c’est punissable.

     

    Bon week-end à tous les participants et merci à JCB pour son blog qui est un morceau d’anthologie.

  18. LVM (alias avocat) habite bel et bien rue Basse Mehagne, 103, 4053 à Embourg-chaudfontaine depuis 1991. Tél: Téléphone: 043719898. email: et n’a rien à voir avec
    l’ophtalmogue. LVM est un mythomane obsessionnel qui emmerde le monde sur tous les blogs financiers, acte puni par la loi. LVM est banni de ce blog depuis deux ans. Il lui suffit de le comprendre
    une bonne fois pour toute.

  19. Autre page utile: http://www.over-blog.com/contact.php?dest=legal

    N’importe qui peut écrire au service juridique d’Overblog pour signaler un abus et dire qu’il se sent personnellement dérangé par les posts de ce troll qui s’impose ici depuis des temps
    immémoriaux alors qu’on lui à maintes fois signifié qu’il n’y était pas le bienvenu.

    Et, si l’on veut bien de mon avis personnel, par solidarité avec ce blog et son auteur, par solidarité entre nous ! c’est un geste qui peut-être facilement être fait et refait par chacun aussi
    souvent que nécessaire jusqu’à ce qu’Overblog nous débarrasse de ce harceleur compulsif en bloquant sa connexion ici.

    C’est techniquement possible et je pense que ç’est la meilleure chose à faire.

    Et puis autant en rajouter une couche en envoyant une copie de votre plainte à abuse@scarlet.be où le troll à sa connexion internet.

    PS.: le troll n’est pas plus médecin que son homonyme vivant en Flandre n’est un troll.

    Bonne soirée.

  20. Je souscris au contenu des posts 220 et 221 et je me joins à ces suggestions: Overblog, Scarlet: plaintes argumentées et copies des posts de ce LVM seront envoyées. Je me ferai un plaisir ! Qu’on
    en finisse.

  21. L’eurozone en crise Hans-Werner Sinn : la Grèce doit sortir temporairement de l’euro

    http://fr.euronews.net/2011/11/09/hans-werner-sinn-la-grece-doit-sortir-temporairement-de-l-euro/

    Hans-Werner Sinn est le président de l’IFO, un prestigieux institut d‘étude économique allemand, basé à Munich. De passage à Bruxelles, il a répondu aux questions d’euronews sur
    la crise de l’euro et la situation de l’Italie et de la Grèce. Il pose son diagnostic sans langue de bois.

    Rudolf Herbert, euronews : “ Professeur Sinn, ces derniers jours, les taux d’intérêt pour les emprunts de l’Italie ont fortement augmenté. Est-ce que l’Italie a un problème de
    crédibilité ou de dette ? “

    Hans Werner Sinn : “ Les deux. L’Italie n’a pas profité de l’avantage qu’apportait l’euro en termes d’intérêts pour économiser de l’argent. L’euro a placé l’Italie au même niveau
    que l’Allemagne pour les taux d’intérêt, et même en Allemagne, les taux étaient bas. Si l’Italie avait alors fait des économies, le pays n’aurait presque plus de dette souveraine aujourd’hui.
    Mais l’argent a été utilisé dans le cadre du budget. Et aujourd’hui, la dette est aussi élevée qu’avant par rapport au PIB. Mais la situation est pire qu’auparavant parce que l’Italie ne peut
    plus dévaluer sa monnaie. “

    euronews : “ Que doit faire l’Italie ? “

    Hans Werner Sinn : “ L’Italie doit convaincre ses créanciers qu’elle sera capable de rembourser sa dette. Et c’est seulement possible si le pays commence à faire des économies.
    Il doit cesser de produire du déficit et produire de l’excédent. Et cela doit commencer maintenant plutôt que demain. “

    euronews : “ La sixième tranche de l’aide à la Grèce n’a pas encore été déboursée, mais une restructuration de la dette a déjà été décidée. Il a aussi été décidé que le pays
    aurait un second plan d’aide. Est-ce que cela rend une autre restructuration nécessaire ? “

    Hans Werner Sinn : “ Les problèmes de la Grèce ne peuvent pas être résolus avec une restructuration. La Grèce coûte trop cher. Elle devrait dévaluer sa monnaie de 44% pour
    arriver au niveau des prix turcs, si toutefois cela était possible. C’est la dure réalité. Mais ce serait une dévaluation d’une telle ampleur qu’elle ne pourrait pas se faire dans la zone euro.
    C’est le problème majeur. Le pays est devenu trop cher à cause du crédit bon marché qui est arrivé en Grèce avec l’euro. Et maintenant, personne ne sait comment résoudre la situation. “

    euronews : “ Mais est-ce que la Grèce peut être sauvée par les plans de Bruxelles ? “

    Hans Werner Sinn : “ Non. “

    euronews : “ Que recommanderiez-vous à la Grèce, au peuple grec ? “

    Hans Werner Sinn : “ Je pense qu’il y a une seule issue pour la Grèce : sortir de l’euro temporairement, dévaluer la monnaie jusqu‘à ce que le pays redevienne compétitif et
    convertir les dettes en drachme, ce qui signifie dévaluer aussi les dettes. De cette manière, les bilans des banques et de l‘économie réelle pourront plus ou moins rester en ordre. Tout le reste,
    par exemple une dévaluation au sein de la zone euro, en abaissant les salaires et les prix, n’est tout simplement pas possible. Les syndicats refuseraient, le pays sombrerait dans une situation
    de quasi-guerre civile. “

    euronews : “ Et est-ce que cela provoquerait l’effet domino tant redouté ? “

    Hans Werner Sinn : “ Si la Grèce reste dans l’euro, il y aura de toutes façons un effet domino, parce que sauver la Grèce coûtera une énorme quantité d’argent aux pays de la zone
    euro. Dans ce cas, le prochain pays à devoir être sauvé serait le Portugal. Et dans ce cas, l’Italie devrait elle aussi se faire aider. Cela ne mènerait nulle part, seulement à perpétuer
    durablement une perte de compétitivité et des coûts élevés que personne ne voudrait plus payer. “

    euronews : “ Y a-t-il un danger que la zone euro implose ? “

    Hans Werner Sinn : “ Le risque de voir la zone euro s’effondrer est réel. Tout le monde le sait. Nous espérons tous que cela ne se produira pas, et qu’une solution sera trouvée
    pour l‘éviter. “

    Copyright © 2011 euronews

    Autre interview très intéressant du même Werner dans L’Echo papier ou abonné en ligne du samedi 19.11.2011: « L’Union européenne ne fait que retarder l’inévitable ».

  22. Salut Stanley,

    Oui c’est intéressant. La provocation est la bannière permanente de Farage. C’est pratique pour se faire connaitre, il suffit d’avoir une grande gueule. Dénoncer les défauts de l’autre n’est pas
    une qualité en soi. Pour moi l’Europe est une grande réalisation démontrant que les échanges pacifiques entre nations peuvent repousser les marchands d’armes accrochés aux basques de politiques
    exaltés et belliqueux. Ceux la même qui pour obtenir le pouvoir offre aux peuples en détresse des explications simplistes, déculpabilisantes et souvent méchamment radicales.

    L’Europe est naturellement, une construction humaine, vulnérable, imparfaite, offrant un immense terrain de jeu aux grands défauts de tous. On est dans une période ou l’on doit corriger de graves
    défauts et même en payer les conséquences. Corrigeons et payons. C’est pas si cher pour rester une zone respectée de paix et de prospérité.

    Par principe, l’Europe tolère, écoute, les Farage, les sceptiques, les excités, les pessimistes invétérés… ect C’est aussi comme ca que l’on progresse.

     

  23. Merci Kingmart.

    Corrigeons et payons. C’est pas si cher pour rester une zone respectée de paix et de prospérité.

    Voilà, je suis d’accord avec çà. Pas envie de me retrouver un petit pays.

    Mais en lisant l’interview de Hans Werner Sinn dans L’Echo de ce weekend, je suis pour des mandats longs au Parlement européen, et des Etats-Unis d’Europe dans de plus nombreux domaines. Comme le
    dit Werner, depuis 1945, les gouvernements élus gouvernent à vue en refilant la patate chaude au suivant. Puis un jour, on paie toutes les erreurs passées en une fois.

    Il est aussi pour la taxation des transactions financières et çà, j’aime bien, parce qu’il en faut peu pour tuer le nanotrading qui à mon avis déstructurent les marchés.

    Dommage, cet interview est accessible via l’abonnement ou via la version papier.

  24. bonjour à tous,

    outre le problème de l’europe, je suis d’accord avec JCB concernant la fragilité du $.

    on entend peu( pas) parler de la supercommission aux US qui devaient « scalper » les dépenses (1500M$, non). le silence dans les médias est « assourdissant ».

    quelqu’un sait il si ça va être positif. pour ma part je pense que les US n’auront pas trouvé d’accord. par conséquent, les agences vont encore les dégrader( je ne parle pas des baisses sur
    indice- l’écart entre DJ S&P 500 et indices europe pourrait se réduire. allé, je me lance: -20% sur DJ et encore -5% sur CAC).

    par contre, je ne vois pas de catapultage de l’euro…..

    Bref, ça sent le brulé et je reste toujours « liquide »( je préfère perdre 4-5%/ an plutot que d’aller sur la bourse très volatile et même les MP qui pourraient monter /descendre en fonction de
    l’évolution du $).en liquide je sais où je vais!

    pour moi, les semaines à venir sont US très très dangereux / europe dangereux et récession….. seuls les émergents pourraient enfin découpler.

  25. Ok avec toi Stanley. Le trading haute fréquence et la titrisation ultra-sophistiquée, donc ultra-opaque font partie des jouets de banksters qui ne sont pas que made in USA. C’est la face obscure
    et pervertie de la finance. Les grands voyous en col blanc devraient plus souvent s’expliquer en face des juges. Ca permettrait aussi aux vrais banquiers de restaurer leur image. Mais il serait
    intéressant d’entendre un avis contraire. Peut être que le HFT a des vertus cachées !

  26. J’atais en italie là, à Milan il y quelques jour. Je peux vous dire un truc, c’est que si l’Italie fait faillite, les milannais, eux, ça à l’air d’aller. J’ai vu une queux devant Abercrombie Milan, je pensais de prime abord qu’un musé exposait la dépouille de
    Mairie-Madeleine excavée le matin même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *