Investir son épargne : rappel des fondamentaux

Par Jean Christophe Bataille.



http://doh.sd.gov/diabetes/img/eggs.jpg



Personne ne peut véritablement prédire aujourd’hui le niveau du prochain point bas des marchés. Avoir un biais bear à 6 mois ou un an est déjà une prédiction forte et pourtant il y a statistiquement une chance sur deux pour que cette baisse se réalise. Devant cette incertitude qui divisent les gourous et les économistes, il convient de sécuriser la démarche d’investissement au maximum. Je ne peux que conseiller d’accumuler les actions cibles dans les périodes de pessimisme.


J’ai acheté ces derniers mois dans les creux de marché 15 % du volume des actions que je prévois d’acheter. Si les indices chutent vraiment, je n’aurai aucun mal à faire baisser fortement mon prix d’achat en accumulant plus bas. Si le plus bas ne se matérialise pas, j’aurai toujours en portefeuille ces premières positions.


Sur le fond, je pense que les marchés devraient aller plus bas. Si le niveau minimum possible pour moi (CAC 2400) me parait difficilement atteignable, je ne l’écarte pas. Je garde donc une quantité très importante de liquidités pour moyenner en baisse sur des niveaux intermédiaires et dans cette direction.

Ensuite  le timing est soumis aux mêmes incertitudes. Je recommande très souvent sur Futures d’éviter de spéculer sur des volumes importants de votre patrimoine. Cela n’a jamais été aussi vrai. C’est à mon avis obligatoirement perdant à moyen terme alors que les solutions d’investissement que je préconise ont toutes les chances de vous faire gagner de l’argent à long terme. Il est déjà difficile de savoir quelle direction vont prendre les cours, il est encore plus difficile de savoir quand ils vont prendre cette direction. Que chacun s’interroge : avez vous vraiment fait fructifier votre patrimoine en jouant de grosses sommes sur les dérivés sur indice ? …

La seule stratégie efficace sur l’investissement long terme reste donc pour moi l’accumulation des positions. C’est d’ailleurs celle qui est mise en oeuvre par les gros investisseurs institutionnels. Il est des évidences comme la pénurie des matières premières à venir sur 10 à 20 ans, le potentiel de certains pays ou la progression de certains leaders dans les industries porteuses d’avenir, qui permettent de ne pas se tromper.

Enfin  la diversification est fondamentale. C’est elle qui permet de pallier les aléas d’évolution des différents actifs. Diversifier, c’est encore une façon de garantir son patrimoine. Les investisseurs qui misent tout sur un seul actif, pire sur un seul timing, peuvent être à peu près certains de perdre leur argent un jour ou l’autre.

2 réflexions au sujet de « Investir son épargne : rappel des fondamentaux »

  1. Ok pour les matière premieres, perso je pense aussi regarder vers les terres arables car j’ai des opportunités en asie et je pense que le prix des terres va s’accroitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *