Bilan trading 2015 – Première partie – La folie et le levier

 

Freud

 

J’ai promis de raconter l’évolution du compte de Futures durant tout 2015 sans rien vous cacher. Je voudrais le faire avec la plus grande honnêteté et éviter les travers de certains blogs dans lesquels les trades sont tous parfaitement réussis. Je vous laisse en tirer toutes les leçons pour le trading.

Étant peu disponible ce week-end, je vous raconte dès aujourd’hui mes mésaventures du mois de février :

J’ai démarré le nouveau compte Futures à 100 000 euros mi-janvier. Nous avons pu profiter rapidement d’une poursuite de la tendance sur le dollar. En pyramidant un certain nombre de lots, le compte est vite monté à 136 000 euros.

J’avais lu quelque part que la plupart des grands traders devenaient fous, 2 % de leur temps. Il était incompréhensible pour moi que des gens capables de gagner beaucoup d’argent en trading puissent perdre la raison à un moment ou à un autre.

C’était sans compter sur les sentiments qui peuvent envahir un trader qui a gagné des sommes colossales. Après les gains de l’an dernier et ces premiers bénéfices sur le nouveau compte, j’ai eu le sentiment d’être invincible et la certitude que je pouvais gagner beaucoup d’argent en claquant des doigts. C’est là que le challenge que nous avions mis en place a aggravé les choses pour moi comme pour un certain nombre de lecteurs.

Poussé par l’esprit de compétition et ce sentiment d’invincibilité, je me suis mis à scalper le DAX avec des positions de 1000 contrats en espérant doubler ma position en quelques jours. Est arrivé ce qui devait arriver. Je me suis fait piéger dans un draw down avec la certitude que le DAX allait reprendre sa course dans la tendance.

Avec ce levier, la chute a été très rapide et j’ai fermé la position quand mon compte était à 70 000 euros. J’avais perdu 33 % de mon compte initial et 36000 euros de plus-values, soit 66000 euros, ce qui était peu au regard des gains de 2014, mais n’avait pas de sens sur le plan du trading. Seuls comptent les pourcentages de gains ou de pertes par rapport au capital. On ne doit pas trader avec un compte de 100 000 euros comme on trade avec un compte beaucoup plus gros.

Au delà du levier excessif, mon erreur a été de penser que le scalping ou le day-trading pouvaient produire des gains importants sans risque. Je sais aujourd’hui que c’est rigoureusement faux.

Cela explique pourquoi, je suis devenu très sévère avec les gros leviers sur le blog. Ils sont perdants quoiqu’il arrive. Les statistiques des brokers le confirment. Il vaut mieux gagner moins, mais très régulièrement, sans subir de grosses pertes.

Je me suis donc remis au travail avec un money management contrôlé et réfléchi, un trading précis, essentiellement basé sur le trend following.

Je vous raconterai la semaine prochaine comment se sont déroulés les mois suivants.

 

Copyright 2015 Jean Christophe Bataille. Reproduction interdite

41 réflexions au sujet de « Bilan trading 2015 – Première partie – La folie et le levier »

    • hmmm, le marché des options est professionnel, et se trompe rarement sur l’idée force. Cela fait réfléchir effectivement. 2 jours de vacances US pour réfléchir à ce qu’il faut faire avant la clôture de vendredi.

      La volatilité sur EUR.USD n’a rien à voir ces 8 derniers mois avec ce qu’elle a été pendant la tendance baissière de 2014, il suffit de regarder l’ATR pour s’en convaincre : les niveaux actuels en daily, bien que retombant doucement (downtrend daily oblige), sont au dessus de ce qu’ils ont été de Mai 2014 à Janvier 2015, qui a été également la partie la plus intéressante du trend baissier, la volatilité étant une ennemie de la tendance.

      L’accident de volatilité des 24 et 25 aout sur les marchés action, qui en a nettoyé plus d’un, est une autre manifestation de ce même phénomène d’assèchement brutal.

      Je ne connais personne (parmi les gens dont je ne pense pas qu’ils dissimulent) qui ait gagné de l’argent – correctement – en 2015. Même un ami trader algorythmique, d’un niveau proche de Ernie Chan, avec un sharpe dépassant les 3 depuis 10 ans, qui débusque, année apres année, de nouvelles niches d’arbitrage statistique, m’a rapporté qu’en 2015 rien n’a marché, particulièrement à partir du mois de Février. Selon lui il s’est passé quelque chose à ce moment là. Quoi, énigme en ce qui me concerne, l’arbitrage statistique c’est bien au dessus de mon niveau.

      A part cela, décerner des médailles est un peu futile, nonobstant, ton blog (cet article le prouve) est une exception en termes d’honnêteté. Cela mérite vraiment d’être salué, à chaque fois. Merci.

  1. Et bien merci pour le partage ! C’est du vécu pour moi.. sauf que jai grillé un compte (petit) de cette manière, car l’esprit ultra nocif de revanche était là. PLUS JAMAIS dorénavant.
    Levier faible, règles à respecter et discipline. Cest très dur dans le temps.

  2. tous les traders sont passés par là un jour ou l’autre, obligé, ça fait parti de l’expertise que l’on doit apprendre… le marché s’en occupe pour nous le faire rentrer dans le neurone.
    pour moi un trader qui n’a pas fait sauté son compte au moins une fois… c’est un looser en sursis, 100% garantie, à fuir.
    perso j’ai eu « la chance » à mes débuts de ne pas perdre… mais rendre tous mes gains j’étais un spécialiste LOL

    mais avec du travail, de l’expérience et un peu de passion… on peut aussi gagner beaucoup beaucoup (en brut j’entends LOL)
    ——————————————————————————————-
    « Au delà du levier excessif, mon erreur a été de penser que le scalping ou le day-trading pouvaient produire des gains importants sans risque. Je sais aujourd’hui que c’est rigoureusement faux. »

    là je suis plus mesuré, tout dépend du capital, de ce que l’on entends par « gains importants sans risque », blabla…
    mais gagner « régulièrement » et accumuler, en intra ou scalp, oui bien sur on peut, beaucoup le font mais il est vrai c’est pas la majorité.
    Par contre « sans risque » c’est une utopie, trader sur du 10s ou daily c’est la même chose, la clé c’est le risque… avec un peu de « technique » de trading quand même. :)

    il faut savoir un truc : on a une chance EXTRAORDINAIRE en tant que particulier, on coupe nos positions comme et quand on veux en 1s…. là ou votre banque laissera courir vos pertes… et ça change tout, mais alors tout en terme de rendement.
    on a aussi le choix des produits, on ne trade pas du DAX comme du forex ;)
    perso il m’est arrivé le contraire, je faisais du Dax, et toujours de l’YM… ben en passant sur forex me suis fait allumer au début LOL
    donc j’ai appris le forex par coeur pendant des mois, là ça va beaucoup mieux, j’ai pigé le truc :)

    Beaucoup de swingueurs qui passent au très cour terme se font allumer, sont pas formatés pour ça… et l’inverse aussi bien sur.
    Quand on a trouvé sa zone de confort pour trader (UT) c’est déjà pas mal, on a bien bossé :) le meilleur arrive…

    • et je n’ai jamais autant gagné depuis que j’ai baissé mon levier :)
      mais alors…. des années pour le faire « enfin » entrer dans mon cerveau :(
      voila rapido mon petit retour d’expérience.

    • Salut netjoker, j’apprécie toujours quand tu balances de long commentaires pour donner ta penser ou répondre.
      Ici en tout cas, cest encourageant.
      3ans de bourse, 3ans sur actions (la je men sors bien), 1an demi sur cfd indices devises, un fiasco malgré de bonne anticipation. Pourquoi ? Le levier, la discipline inexistante.. JCB nous le répète tant de fois, apparemment j’ai quand même voulu grillé mon argent pour vérifier lol…
      Now cest levier bas, respect total du plan (surtout du stop, javais tendance à sortir manuellement croyant que j’avais tort puis le marché allé ou je voulais. très frustant lol manque à gagner immense.., mais à cause du levier lol !) Alala

  3. Bonjour,
    Merci pour ces commentaires JC. Toujours en déplacement je raconterai toutes mes erreurs la semaine prochaine si ça peut servir….en 2015 mes comptes trading sont montés à x4 pour redescendre à +60% aujourd’hui. Que d’erreurs à raconter!

  4. Netjoker,

    Je suis formel, les scalpeurs qui gagnent de l’argent en gagnent peu. J’ai les vrais stats des brokers. c’est encore pire chez les particuliers. Un trend follower peut multiplier son compte de nombreuses fois, pas un day trader, ni un scalpeur. Les seuls qui peuvent gagner beaucoup en day-trading sont des professionnels au cul de l’info avec des privilèges exorbitants. C’est puni par la loi.

    Je suis d’ailleurs persuadé qu’en tant que day trader, tu n’as pas souvent gagné autant que lors de la tendance que l’on suit actuellement parce que tu dois être le mieux positionné des lecteurs en short EUR USD au dessus de1.10. Si tu as pyramidé correctement, tu as pris au minimum 50 % de plus values en deux semaines. Tu ne peux pas les faire en scalping ou en day trading sans prendre des risques considérables.

    D’une façon générale et je ne parle pas de toi, tu l’as compris. Je suis très a cheval sur la sincérité des performances annoncées. Payback a eu l’honnêteté de montrer son compte saxo via le chalenge. Il a divisé son compte par 4 cette année après avoir beaucoup gagné l’an dernier. Je lui ai même écrit que c’était très honnête d’afficher son compte mais que le résultat était inacceptable car il a vraiment pris trop de levier et trop longtemps : – )

    A l’opposé de Payback, il y a toujours des types, sur Internet, qui t’expliquent qu’ils font des merveilles et quand on voit leur compte, c’est un peu différent … Je supporte ça très mal. On est pas au cirque.

    J’aimais bien le principe du challenge avec publication des comptes car il évite les posts mytho, si fréquent sur le net. Je m’interroge pour l’an prochain pour un chalenge sous une autre forme mais l’esprit de compétition est fondamentalement nuisible en trading.

    Je publierai une capture d’écran du compte Futures en décembre pour la transparence des pertes et des gains qui est un des principes de ce blog. J’ai pu au final gagner de l’argent cette année, mais je peux te dire que je me suis battu pour rattraper mes conneries du début de l’année et surtout contre la volatilité du marché. Les performances restent honnêtes mais correspondent bien à une année pourrie comme le dit Valparaiso : -)
    Je publierai ce week end un nouvel article pour raconter les mois de mars à aout du compte Futures qui ont également été très mouvementés et très instructifs.

    • oui oui, en fait on parle de la même chose.C’est juste que moi je considère que en scalping, étalé sur l’année ça peut faire pas mal quand même.
      Le principe c’est que le marché n’est pas toujours en tendance… alors je fais les deux, j’essaie de choper des swings… et sur un autre compte je continue mes trades intra comme je fais depuis des années (suis quasi tous les jours sur le mini dow aussi)

      là suis pas trop mal en swing short sur l’euro (quatre essai dans l’année avant d’y arriver « un peu » quand même, épuisant parfois)… mais faut être honnête, pour l’instant c’est virtuel, toujours pas soldé mes positions… et là je la ramène moins même si je sais que je ne peux pas perdre j’ai pas forcement envie de voir le « virtuel » s’envoler, et là le scalping me fait « supporter » la pression du swing relativement facilement.

      et pour être honnête j’ai toujours pas pris ma décision si je solde ou pas avant la fed !
      en fait j’en sais rien et n’arrive pas à me décider, et l’actualité ne m’aide pas vraiment, surement solder une partie je pense… je sais vraiment pas :)

    • mais sans ton blog, là c’est certain, je n’aurai jamais essayé de swinguer l’euro, ça c’est certain… à force de te lire me suis dit : pourquoi pas essayer ;)

  5. bonjour à tous,
    Je suis rassuré de vous lire au sujet des perfs. Je croyais être le seul à être pris en défaut de trading rationnel, et je commençais à complexer fort, sauf que chez moi il s’agit bien plus que d’une faute passagère mais d’un vrai comportement à modifier. Ton blog JC m’est indispensable pour cadrer mon processus de progrès. Mais j’ai encore bien des choses à apprendre…

    • Non cet article est là pour expliquer que n’importe quel trader quel que soit son niveau peut faire des bêtises. Livermore, qui est probablement le plus grand trader de tous les temps, a fait d’énormes pertes à certains moments de sa vie en ne respectant pas les règles qu’il s’était fixées.

  6. Netjoker

    Merci pour l’honnêteté de ta réponse.

    Sur le swing actuel, je suis hésitant aussi. J’ai mis en stop win les positions hautes sur un niveau qui me permet de prendre, à coup sur, la moitié de mes gains actuels. Les positions les plus basses sont, quant à elles, en stop zéro. Je compte sur une baisse supplémentaire du cross avant la BCE. Après, c’est moins sur. Vente à la nouvelle ?

    En même temps, il y a encore l’attente du FOMC derrière qui va maintenir la paire au sud mais je pense que la FED, qui souhaite limiter la hausse du dollar, va faire une hausse des taux très dovish à 0.25 % avec des avertissements sur la lenteur du rythme des prochaines hausses. Et là, le marché devrait vendre la nouvelle.

    Le problème est qu’avant le FOMC et le lendemain de la BCE, on a les NFP US qui peuvent être mauvais. En tenant compte de la volatilité et de la baisse de liquidité du marché, j’ai personnellement envie de descendre les stop gains près des prix car je préfère sortir en cas de remontée en flash sur NFP décevant. Ensuite, il est possible de faire ce que je fais de plus en plus : positionner des sells stops sous les prix munis d’un stop loss pré-établi à 20 ou 30 pips au dessus, 10 secondes avant les NFP. Cela permet d’absorber la volatilité et d’être le premier servi à la news si le cross plonge en cas de bonne stat. En revanche ne pas faire ca au moment de la BCE car la volatilité sera trop forte et le stop loss peut sauter facilement à 30 pips sur une phrase de Draghi.

    Graphiquement on a un autre problème, c’est que le dernier plus bas à 1.0450 sera très défendu probablement immédiatement sous 1.05 vers 1.0490.

    Tactiquement et au delà des stops wins et des sell stops à positionner, je suis pour sortir de toutes les positions si le Kumo en H4 est franchi car cela signifiera une consolidation du cross en daily et celle-ci peut donner jusqu’à 500 pips de remontée. C’est d’ailleurs là que je positionne mes stop wins. Ce sont des variations que j’ai encaissée en 2014 avec un marché pourtant très baissier. Il vaut mieux dans ce cas mettre hors marché toutes les positions qui sont à moins de 500 pips des prix.

  7. normalement je pense me décider pour :
    – solder une grosse partie de mes positions les plus hautes pour prendre le cash
    – rester en be sur mes positions les plus basses

    du scalling quoi, comme pratiqué ici.
    le pire du pire qu’il puisse m’arriver c’est une méga bougie haussière qui explose mes be… mais qui seront largement couvert par le cash pris avant.
    et dans le meilleur des cas ça plonge et mes positions les plus basses deviendront mes nouvelles positions les plus hautes LOL

    • Vendre les positions les plus hautes est une bonne stratégie que j’ai beaucoup utilisée l’an dernier car en sacrifiant peu de son armée en trend following on encaisse un maximum de gains. je me suis toutefois rendu compte que si j’avais tout gardé depuis le début, je faisais encore un meilleur score. Mais actuellement la tendance a besoin de respirer. Tu veux prendre des bénéfices avant ou après la BCE ?

    • Je me demande s’il n’est pas plus pertinent de mettre des stops wins 70 pips au dessus des prix et d’attendre parce que Draghi veut faire baisser l’euro et ama il va charger la mule. Si on fait encore une figure à la baisse c’est dommage de ne pas en profiter.

  8. Bonjour à tous
    EUR USD en range. Journée d’attente alors que les US sont fermés. Ça devrait bouger beaucoup plus lundi.

    • Bonjour Payback,
      Oui, intéressant et à prendre en considération sur le plan graphique. Un consolidation va avoir lieu mais pas évident de dire quand. Probablement un peu avant ou après le FOMC. Mais le trend en mensuel reste haussier tant que l’Europe et le Japon ne prévoient pas de resserrer leur politique monétaire.

  9. bonjour à tous
    eurusd: beau mouvement quand même.
    gbpnzd: ETEI récalcitrante, une de plus. on a vraiment la tête aux pieds LOL.

  10. Si on arrivait a faire un nouveau plus bas sans les américains, ce serait lourd de signification pour la semaine prochaine. Pour l’instant on reste en consolidation horizontale.

  11. Ses propos très accommodants placent la BCE dans une position délicate – Market Blog 27/11/2015 15:11

    Par Yann Morell y Alcover
    PARIS (Dow Jones)–Le discours volontariste tenu depuis le mois dernier par certains représentants de la Banque centrale européenne (BCE) a placé la barre très haut pour l’institution de Francfort, avant sa réunion de politique monétaire du 3 décembre.
    En se montrant disposé à repasser rapidement à l’action, le président de la BCE, Mario Draghi, et d’autres membres du conseil des gouverneurs ont engendré des attentes très élevées chez de nombreux analystes. La plupart des économistes au sein des grands établissements financiers tablent désormais sur la présentation de mesures décisives.
    Baisse de taux et intensification du QE
    Dans de très nombreux cas, c’est non seulement une baisse du taux de rémunération des dépôts des banques commerciales auprès de la banque centrale et une prolongation de son programme d’achats de dettes publiques et privées (assouplissement quantitatif, ou QE) qui sont envisagées, mais aussi une intensification du rythme mensuel de ces achats.
    Si certains intermédiaires financiers plus prudents, tels qu’UBS ou Deutsche Bank, insistent sur les obstacles s’opposant à une accélération du QE, la plupart n’hésitent pas à afficher leur confiance.
    Ainsi, les analystes d’UniCredit estiment que la banque centrale devrait annoncer une réduction de 10 à 15 points de base du taux de rémunération des dépôts, ainsi qu’une augmentation du volume des achats mensuels de dettes, qui passerait de 60 à 75 milliards d’euros. Natixis et ABN Amro misent sur une diminution du taux de dépôt de 10 points de base et une hausse du volume des achats jusqu’à 80 milliards d’euros. De leur côté, les analystes de Citi anticipent une baisse de ce taux de 20 points de base, ainsi qu’une augmentation des achats de 15 milliards d’euros.
    Conjoncture presque inchangée
    Sur le papier, la BCE ne manque pourtant pas de raisons de ne pas se précipiter. La conjoncture internationale s’est globalement stabilisée après les frayeurs de l’été, et la reprise économique s’est confirmée en zone euro. Le scénario d’un redressement progressif de l’inflation reste valable. Le rebond des prix du pétrole et le recul de l’euro face au dollar observés depuis la publication des dernières prévisions économiques de la BCE, en septembre, devraient permettre aux équipes de la banques centrale de laisser leurs projections pour 2016 et 2017 globalement inchangées.
    Cela conduit certains analystes à se demander si la BCE n’est pas allée trop loin dans sa stratégie de communication très offensive des dernières semaines. « En insistant sur la nécessité d’agir plus vigoureusement et plus rapidement pour lutter contre les risques liés à la faiblesse de l’inflation, la BCE se met trop sous pression, alors que les programmes de QE ont généralement besoin de temps pour produire leurs effets », ont prévenu cette semaine les économistes de Standard & Poor’s.
    Après avoir réagi de manière relativement modérée au changement de ton de la BCE, les marchés se sont montrés de plus en plus convaincus ces derniers jours qu’un passage à l’acte de la part de l’institution de Francfort était imminent. Si bien que certains observateurs avertissent contre le risque d’un rebond de l’euro et des taux obligataires, si les mesures présentées la semaine prochaine se révèlent décevantes. Ce qui mettrait encore plus en péril le redressement des anticipations d’inflation en zone euro.
    L’annonce de mesures cosmétiques par la BCE la semaine prochaine serait d’autant plus difficile à justifier.

  12. J’ai bien regardé le graphe de zero hedge du lien de payback. Les sommets précédents ont obéi a des périodes de forte croissance, de baisse de l’inflation et de chute de l’or. Si on valide l’hypothèse d’une stagnation économique, le dollar ne devrait pas suivre le même chemin.

    • Merci Payback, Surfeuse, pour les lien / textes.

      Je regarde ces graphes long terme du dollar comme vous tous, depuis des mois, on a une structure « technique » similaire (quel que soit l’indicateur considéré, en mensuel, rsi, macd, etc… les charts sont clairement bullish sur le dollar), mais comme dit Jean Christophe, il y a quelque chose qui ne cadre pas au niveau fondamental.

      Charles Hughes Smith, auteur du papier (qui a fait partie des perma-bear sur le dollar et l’économie US pendant les 7 dernières années et a changé d’avis), présente comme inévitable le dénouement douloureux des carry trades. Ce me semble être précisément une chose que les US ne peuvent pas vraiment laisser faire à l’heure actuelle. De même, peuvent-ils se permettre une monnaie très forte par rapport aux trois devises majeures, à ce moment charnière ?

      Je n’exclue pas, techniquement, un mouvement de selloff « panique » sur les devises à un moment donné (comme la bougie mensuelle de juin 1989) , mais j’ai (encore) du mal à imaginer un dollar fort au long terme au vu de la situation économique actuelle.

    • C’est vrai que la situation US est enviable depuis l’Europe à plusieurs égards, mais leur niveau de dette ne permet sans doute pas un Dollar fort à long terme. Peut-être donc que nous aurons un Euro faible avec un Dollar légèrement ferme, ce qui nous donnera une baisse du Cross en crabe, un vrai panier de crabe pour se faire pincer nos portefeuilles durant l’année prochaine …
      En parallèle, je subodore que la BNS nous fasse de nouveau un coup de jarnac au cas ou la BCE enfonce le clou de son QE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *