Quels investissements faire cette année ? – Forecast mai 2011 N°2

Par Jean Christophe Bataille

http://www.kyos.com/upload/Consulting/ConsultingInvestment.jpg

Si les actions émergentes et les MP ont été porteuses de fortes plus values de mi-2008 à fin 2009, l’immobilier et les métaux précieux ont été les deux placements stars de ces deux dernières années. Cela nous a été profitable puisque nous avons racheté largement les actions en question durant la crise financière et que l’immobilier et l’or représentent depuis longtemps une part importante de notre portefeuille. La question à se poser est de prévoir les placements qui surperformeront les autres pour les deux années à venir. De nombreux actifs devraient baisser avec le ralentissement mondial attendu après les resserrements monétaires émergents et la fin du QE2. Ces actifs risquent de repartir ensuite à la hausse dans un contexte encore plus stagflationniste pour l’occident avec une nouvelle flambée des émergents et l’avènement du QE3. Cela signifie que tant que le premier mouvement ne s’est pas produit, il faut attendre pour investir. Le calendrier boursier est capricieux et la bourse anticipe les mouvements économiques 6 mois à l’avance. Il est donc difficile de prévoir le timing de ces évolutions mais il est certain que les mécanismes à l’œuvre vont avoir un effet de ralentissement temporaire sur l’économie et probablement sur l’inflation. C’est cette baisse temporaire du Core Inflation aux USA attendue pour 2012 qui va autoriser Ben Bernanke à lancer un QE3 encore plus délétère pour le dollar.

Dans un premier temps, les actions européennes a fort rendement que nous avons renforcées durant la crise japonaise devraient servir de parachutes à notre compartiment actions. L’immobilier devrait stagner voire rebaisser un peu cette année et l’or devrait très peu consolider. Le potentiel de rechute de l’argent est plus fort car les pressions inflationnistes devraient se relâcher pour un temps.

Nous conservons nos lignes d’actions matières premières (5 % du patrimoine) et d’actions émergentes (5 % du patrimoine) acquises ces dernières années car le scénario de baisse anticipé dans cet article peut être retardé de 1 ou 2 ans. Nos achats récents ont concerné le gaz qui devrait très bien résister à la baisse des MP étant donné son caractère sous évalué. Nous le renforcerons dans le creux de valorisation des matières premières. Si des arbitrages sont opérés, il faut préférer les valeurs en AUD ou en CAD. Encana, valeur canadienne, est par exemple à sa valeur d’achat. Cheasapeake, valeur américaine, a au contraire chuté de 11 %.

Les prix immobiliers ont atteint des niveaux à la limite de la solvabilité des acquéreurs et les taux longs sont à la hausse. Nous vendons actuellement les biens immobiliers déjà amortis les moins bien placés de notre patrimoine pour dégager du cash jusqu’à faire baisser leur pondération autour de 42 %. Nous conservons précieusement les biens acquis à crédit et à taux fixe autour de 3 % l’an dernier.

Dans la pratique, quel arbitrage allons-nous faire dans les mois qui viennent ? J’avoue ne pas le savoir encore vraiment. Les obligations en monnaies émergentes pourront être renforcées assez rapidement. Mais la véritable réponse est que nous achèterons tous les actifs appartenant au groupe des gros potentiels long terme qui vont être délaissés pour un temps par les investisseurs : énergie, matières premières, actions en monnaies émergentes, actions technologies d’avenir, sociétés européennes du secteur de la dépendance, actions japonaises au plus bas, obligations en monnaies émergentes et immobilier dans certains pays émergents pour ceux qui ont de fortes attaches locales (Amérique latine). Il conviendra aussi d’acheter largement et à bas prix en ayant le cœur bien accroché en cas de crise systémique monétaire. Durant cette période risquée pour les monnaies, nous conserverons sans prendre de bénéfices notre matelas de sécurité en métaux précieux.


Pour terminer et pour ceux d’entre vous qui sont intéressés par l’investissement immobilier hors de nos frontières, je mets en lien une étude de 2004 que j’ai trouvée sur le web concernant le potentiel des placements immobiliers dans chaque pays pour montrer à quel point les experts peuvent se tromper :

http://www.reading.ac.uk/REP/fulltxt/1905.pdf

Pour information, le tableau des rendements locatifs par pays en 2010 était le suivant :


http://futures-trading.fr/wp-content/uploads/2011/05/ranking-rentabilidad-alquiler-feb-2010.png

Bonne semaine !

50 réflexions au sujet de « Quels investissements faire cette année ? – Forecast mai 2011 N°2 »

  1. « Fab l’immo en Chine populaire n’est surement pas accessible aux occidentaux non résidents. Je ne le crois pas interessant. Les rendements sont faibles et l’immo surévalué »

     -> En effet, un etranger peut acheter de l’immo en Chine s’il est resident (carte verte) depuis + d’1 an »

    com40 sur els monaies.

     -> Regarder la courbe du CNY par rapport au USD sur 10ans pour comprendre la politique budgetaire de Pekin. De memoire Egalite vers les 8.3CNY:USD jsuqu’en 2004, puis le CNY merge avec
    le HongKongDollars et se detache progressivement de l’USD sur 3 ans, puis 3 ans de stabilite, et Pekin recommence tout juste a laisser filer l’USD (jusqu’a un niveau qui dependra de QE3 amha).

     -> A la chinoise : mouvement regulier, sans a coup destabilisateur.

  2. La correction est en cours. L’indice CRB des MP perd 1.35 % et le CAC 1.21 %. Seul le Gold index en euro ne bouge pas et le nap reste au dessus de 200 euros. Le silver est sous son support à
    38.83. La journée de demain est importante car en cas de poursuite de la baisse 30.90 devient le nouvel objectif. Il faut bien observer les mines. SLW a bien résisté G panther continue à baisser
    mais plus modérément. Pour demain sur Futures, une interview de Léonard Sartoni, spécialiste de l’or et du silver. Il nous donnera son avis sur la consolidation en cours.

  3. Le Dow a remonté progressivement pour finir en baisse de -0,55%.

     

    Cela a permis au CAC futures de terminer 22 points au-dessus de la clôture de 17h30, à 3963.

     

    A suivre…

     

  4. L’Allemagne insiste pour que le successeur de DSK soit un européen et les noms allemands fleurissent de toutes parts.

  5. Bonsoir (de retour après une petite semaine de congé),

    Pour le silver (physique) toujours pas de baisse, mon prix d’achat moyen est de 0,50€ /g, j’ai craqué au début de l’année pour un lot de 5 francs semeuse ce qui a augmenté mon prix moyen. 

    L’adage qui dit de vendre en Mai est de partir a joué à plein. je vais essayer de revenir à un prix moyen de 0,20 €/g si la fin du QE II fait croire aux gens une solidité du dollar.

    En attente en position crocodile 

    Sinon niveau immo, étant primo accédant (je ne regrette pas de m’avoir lancé l’année dernière en mois de Mai) :

    Taux vraiment bas

    Déduction des intérêts  (10 000€ sur 5 ans)

    En petite corounne en IDF (je paie la même mensualité en étant locataire ou propriétaire).

    Etant un petit joueur (petit patrimoine ou en cours de constitution) pas d’action et quelques nap.

     

  6. J’ai dit dans mon post précédent que la correction que j’attendais était en train de se produire. Je précise qu’elle devrait se poursuivre. J’ai un objectif à 3600 pour le CAC pour l’instant. Le
    SP 500 devrait lui aussi décrocher plus nettement. Les stats US de cet aprem sont vraiment pas bonnes et la croissance qui semblait pas mal partie pourrait s’arreter net à l’arret du QE2 :

    14:30

    USD

    Building Permits

    0.55M

    0.59M

    0.57M

    14:30

    USD

    Housing Starts

  7. Nouriel Roubini: L’UE doit arrêter de jeter de l’argent par les fenêtres !
    L’Echo: 01:00 – 17 mai 2011 par Nouriel Roubini et Stephen Mihm

  8. Mais précisément, ce qui est surprenant face à l’avalanche des mauvaises nouvelles macro-économiques + l’affaire DSK et la dette grecque c’est que les marchés ne dévissent pas tant que ça.

    Rien de bien spectaculaire.

    Il n’y a pas, pour l’instant, de pression vendeuse forte, on en a encore eu la preuve ce soir à WS.

  9. Le silver vient de rebondir sur son seuil de 33,80. J’avoue que je n’ai pas renforcé car je me pose la question de l’entre QE2 et QE3. La fed ne pourra pas justifier une nouvelle monétisation
    tant que l’économie US n’aura pas ralenti. Cela ne devrait pas manquer. Pour cela il faut attendre. Cela constitue un potentiel de baisse supplémentaire pour l’année. Ceci dit l’argent à 33 $
    c’est ama gagnant à long terme.

  10. Mercredi 18 mai 2011 :

    Les taux longs grecs sont repartis à la hausse
    mercredi, entraînant dans leur sillage les rendements portugais, alors que les Européens se déchirent sur la restructuration ou non de la dette grecque.

     

    A 18H30, les taux grecs à 10 ans se tendaient à
    15,628%, contre 15,455% mardi soir et ceux du Portugal à 8,982% contre 8,804% la veille.

     

    Même si le Portugal a réussi à lever un milliard
    d’euros de dette à court terme et a rencontré une forte demande, les investisseurs ont gardé mercredi les yeux tournés vers la Grèce.

     

    La question du rééchelonnement de la dette grecque
    suscite toujours des réactions passionnées en Europe. Mercredi, la Banque centrale européenne (BCE) a vivement réitéré son opposition à cette option.

     

    Une restructuration de la dette grecque serait une
    « recette pour une catastrophe », a estimé Jurgen Stark, membre du directoire de la BCE, lors d’une conférence organisée près d’Athènes.

     

    Peu après, son confrère, l’Italien Lorenzo Bini
    Smaghi, a affiché son opposition à une « restructuration douce » de la dette grecque.

     

    Le banquier central a insisté sur « l’impact négatif »
    d’une telle option sur les banques grecques et appelé le gouvernement grec à renforcer sa lutte contre l’évasion fiscale afin de réduire le déficit public.

     

    « Il y a une grosse opposition entre la BCE et
    l’Union européenne avec Jean-Claude Juncker (le chef de file des ministres des Finances de la zone euro) qui ne semble pas opposé à un allongement de la maturité de la dette grecque. Tandis que
    certains ouvrent la porte, d’autres la ferment », a estimé Jean-François Robin, stratégiste obligataire chez Natixis.

     

    http://www.romandie.com/news/n/BONDS_EUROPELes_taux_grecs_patissent_des_dissensions_europeennes180520111905.asp

  11. Le problème est que les américains sont dans leurs petits souliers après avoir incarcéré un français. Il vont peut etre tenter de rattraper le coup en nommant Lagarde. De plus ils préfèrent
    surement une européenne à un président venu des émergents …

  12. Coup d’épée dans l’eau, ou vrai signal ?

    La Norvège suspend son aide à la Grèce

    @JCB, tu as toujours les 3600 en point de mire ?

    A titre perso, comme je ne vois pas le marché capable de dépasser durablement les 4100, sans au moins y revenir si il les dépasse, je vais des A/R sur trackers bears dès qu’on passe un peu fort
    les 4000.

    C’est triste, je préfèrerai faire du vrai investissement, mais j’ai du mal à imaginer un vrai hausse durable dans les mois qui viennent.

    @+, Dex.

  13. Bonjour Dex,

    Ca fait un moment que je parle de baisse mais je crois vraiment qu’il va y avoir un clash. La difficulté est de savoir ce qui va se passer vraiment sur les marchés.  Les obligations
    devraient se casser la figure mais les BC veillent et injectent dès que nécessaire. Quand les obli chutent en temps normal, les actions chutent aussi car leur prime de risque diminue par rapport
    aux taux obligataires qui montent (crise 91-93). Dans la config actuelle, elles risquent de monter en monnaie courante car elles seront des protections contre la dévalorisation monétaire. C’est
    lié au fait que la montée des taux long est inférieure à ce que justifierait l’émission de monnaie. On est quelque part dans une situation de fuite devant la monnaie a minima pour l’instant. Ma
    conclusion est que la patrimoine type est bien réparti et qu’il faut garder des actions de rendement, des MP et des émergents, disposer de cash et renforcer si ca baisse comme je l’ai dit dans
    mon article car le timing et les mouvements sur les actions vont être totalement imprévisibles. Peut etre une chute brutale devant le ralentissement de fin de QE 2 puis une remontée par un
    mécanisme de fuite devant la monnaie qui porterait le cash sur tout ce qui est tangible : métaux précieux MP, actions émergents et immobilier, oeuvre d’art, terres agricoles etc …

  14. Pourquoi pas un scénario ressemblant à celui de juin – décembre 2007 – en plus réduit : Hausse des indices, des taux, des MP et commodities in fine insoutenables, clash à la baisse (CAC à 3300
    voire moins ?), puis fuite vers les actifs tangibles ? Le comportement du pétrole des MP et des taux longs m’incitent à le penser.

  15. Bien d’accord. Le noeud du problème est là.

    À moyen terme, on a tous en tête de se porter sur le tangible, dont les actions, mais plusieurs analystes attendent les « soldes », puisqu’on peut s’attendre à ce qu’un krach obligataire entraine
    dans un premier temps, un décrochage des actions.
    L’entre QE2/QE3 milite également pour la baisse.

    Sauf que nous sommes dans un cas de figure assez unique, entre les taux très bas, les QE, l’inflation, le surendettement, et un monde à deux vitesses (sans parler de tous les gens bourrés de
    cash, et qui ont le doigt sur la gachette, et le flash trading).
    Savoir aussi, qui des US ou de l’Europe va tomber le premier.
    On manque donc de repères historiques sur la situations actuelle.

    La question crash obligataire/hausse des actions, est abordée en ce moment sur le blog de Charles Gave.
    Un lecteur lui a demandé si l’argent qui sortirait du marché obligataire, ne ferait pas monter les actions.

    La réponse de CG ici.
    En même temps, Charles Gave est, de nature, plutôt bullish sur les actions…
    :)

    Il y a une expression chinoise (certains disent une malédiction) qui dit « puissiez vous vivre en des temps intéressants ».
    Les 6 mois/1 an qui viennent s’annoncent très intéressants.

  16. Vendredi 20 mai 2011 :

    Le Premier ministre grec George Papandréou a affirmé vendredi que son pays rembourserait l’intégralité de sa dette.

    « Nous rembourserons les emprunts », a affirmé M. Papandréou, dont le pays s’est vu accorder l’an dernier un plan d’aide de l’UE et du FMI d’un montant de 110 milliards d’euros pour lui éviter un
    défaut de paiement.

    La Grèce a vu ses coûts d’emprunts sur les marchés atteindre un niveau record vendredi, les taux de ses obligations à dix ans dépassant 16,5%.

    De nombreux observateurs estiment que la Grèce ne pourra éviter une restructuration de son importante dette publique, ce qui signifie payer les créanciers plus tard ou moins que prévu. Mais la
    Banque centrale européenne s’oppose à ce scénario.

     

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=b50a8ac3670a73e402ab5001d798871e

  17. Ok, no problem. Il s’agissait de l’avis de Peter Schiff le 13 mai. J’en retenais surtout que, selon lui, il n’y aura pas d’intervalle entre QE2 et QE3 et qu’il ne voit donc pas les MP, les métaux
    précieux et l’énergie baisser. Et qu’aussi l’économie US est sous perfusion et ne peut tenir sans QE.

     

  18. Question naïve à BA: Et si la BCE ou la Grèce injectait de la monnaie dans le système sans en avertir personne, ça se verrait ?

  19. En ce qui concerne Silver Wheaton, il ne faut pas perdre de vue que son modèle économique est atypique par rapport aux autres minières du secteur. C’est essentiellement une banque qui vendait
    encore il y a peu plus de 40 $ une once qu’elle avait acheté 4. Certes, sa croissance est assurée par la montée en production de plusieurs mines clientes d’importance mais seul un
    retracement marqué des cours de l’once et une certaine vague de pessimisme permettront à son nouveau CEO, Randy Smallwood, de lancer,comme il l’annonce lui-même, une « rafale » de nouvelles
    transactions. La croissance des bénéfices à long terme de SLW est à ce prix.

    http://www.fool.com/investing/general/2011/05/09/why-silver-wheaton-is-still-going-to-100.aspx

     

    Pour Clive Maund, qui vante par ailleurs la stabilité politique et les conditions économiques du Chili, (clin d’oeil à JCB) en organisant la baisse des MP la Fed achète du temps, et
    fait rentrer les investisseurs dans le dollar et les bons du Trésor. Tout en freinant les pressions inflationnistes. « Que du bonheur » dirait-on sur TF1. Il voit bien une consolidation en 3 vagues
    qui pourrait s’achever en juillet. Traditionnel creux dans la consommation mondiale de ressources malgré la driving season. Selon Maund, après avoir obtenu le résultat espéré, si elle ne veut pas
    que l’économie stoppe net, la Fed devra très vite procéder à un rétropédalage.

     

     L’introduction surachetée de Glencore, géant mondial (suisse! ) du commerce des MP, et accessoirement maison mère du géant charbonnier Xstrata, en froid avec l’hyper banque US Goldman
    Sachs, pourrait annoncer un recul plus marqué dans les prochaines semaines. Mais j’utilise le conditionnel!

     

    Une dernière remarque. Les cours du caoutchouc, du coton ou des métaux non ferreux ont reculé mais ceux des céréales restent élevés, comme ceux des oléagineux. Pour Philippe Chalmin,
    coordonnateur des rédacteurs du fameux rapport Cyclope, les aléas climatiques peuvent très vite déséquilibrer une situation déjà tendue. J’ai retenu deux constats:

     

    1- » Le supercycle des MP n’est pas terminé. » Avec  trois milliards de consommateurs avides potentiels,on s’en doutait un peu.

     

    2- » En ce qui concerne les céréales nous sommes sur le fil du rasoir. » J’ajoute qu’apparemment les fonds spéculatifs sont relativement absents de ce secteur, en ce moment, peut-être pour des
    raisons de géopolitique US, et que la sécheresse actuelle en Europe, mais aussi apparemment au Canada (incendies) va peser sur notre production de blé et surtout de maïs. Nul doute que les
    gouvernements moyen orientaux vont remplir leurs greniers à ras bord. Trois éléments qui pourraient provoquer une forte hausse dans les mois qui viennent si la récolte de cet été s’avère
    insuffisante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *