Quel processus de décision pour investir dans un fond ?

Par Yves Belmont

De tout temps, les investisseurs ont été confrontés à quatre questions essentielles :

Quand faut-il acheter ?
Que faut-il acheter ?
Quand faut-il vendre ?
Que faut-il vendre ?

Le processus de décision que je vous propose comporte plusieurs étapes.

Ces étapes sont formulées sous forme de questions.

Les bonnes réponses à ces questions dépendent non seulement d’un examen approfondi des dimensions macro-économiques et géopolitiques, de l’évolution des prix, de la psychologie des marchés et des valeurs qui y sont traitées, mais aussi des instruments et des outils susceptibles de fournir une vision synthétique.

Avant tout, il s’agit de minimiser le risque d’erreurs lié au choix d’un investissement et d’optimiser le moment de son exécution.

1. Quelle est la tendance de fond ?

2. Quelles sont les catégories d’investissement les plus prometteuses ?

3. Qui sont les meilleurs gérants dans ces catégories d’investissement ?

Par une heureuse coïncidence, cette répartition en trois groupes correspond à l’organisation de ce blog.

Ainsi, vous trouverez ici des idées pour vous aider à répondre à ces trois questions fondamentales:

La rubrique SICAV et FCP traite essentiellement du point 3. Comment rechercher, identifier, évaluer et suivre les meilleurs gérants dans la catégorie d’investissement que vous avez ciblée.

Les réponses aux questions 1 et 2 sont surtout à chercher dans les autres rubriques de Futures.

A mon avis, ce processus a l’avantage d’aborder des problèmes complexes de manière simple. De créer une typologie et une hiérarchie dans les différentes questions et sous-questions à traiter. Comme une valse en trois temps, ce processus est facile à comprendre.

Parce que le mode change et parfois de manière brutale comme en 2008, il est important de réévaluer périodiquement ses décisions d’investissement. Une décision a pu être excellente dans un certain contexte. Au fil du temps qui passe les conditions initiales se modifient et appellent d’autres décisions.

Avez-vous des exemples concrets à me soumettre qui illustrent une situation où il est important de réévaluer périodiquement ses décisions d’investissement ?

A bientôt sur Futures.

5 réflexions au sujet de « Quel processus de décision pour investir dans un fond ? »

  1. Bonjour

    Un exemple concret : un gestionnaire de dette (quelle soit publique ou privée) avec un encours de dette à taux variable

    Quelle répartition (risque entre taux fixe et taux variable) ? Tout dépend du contexte économique, des anticipations du gestionnaire, des acteurs extérieurs (BCE, liquidités, confiance …)

    Sur sa partie variable : il doit être à l’affut pour prendre les bonnes décisions en toute réactivité.

  2. @ coulous

    Bonjour,

    Exactement. « Etre à l’affût pour prendre les bonnes décisions en toute réactivité »
    Idem pour les obligations et les convertibles.

    Ainsi que pour tout instrument fonctionnant selon une seule tendance (hausse ou baisse).
    D’où l’importance soit d’être à l’affût (i.e. de gérer les entrées-sorties), soit de confier son épargne à des gérants qui peuvent investir à la hausse, comme à la baisse, et même rester en dehors
    des marchés.
    D’où l’importance de diversifier son portefeuille.

    Dans cette perspective, je publierai prochainement un tableau des corrélations entre les différentes classes d’actifs (cash, obligations, actions, immobilier, hedge fund et matières premières),
    vous verrez, c’est très instructif (et utile).

    Cordialement
    Yves Belmont

  3. Voila je débute en investissement et je me demande si en terme de frais de gestion et de fiscalité, il n’est pas plus judicieux d’acheter des FCP dans le compte d’une assurance vie plutot que sur
    un compte titres ? En résumé quel est le meilleur support pour investir dans des fonds ?
    Merci d’avance.

  4. Bonjour mickael,
    Cela dépend de l’étendue de votre patrimoine, de vos perspectives de revenu durant votre retraite et évidemment des conditions du package « FCP – assurance vie » que l’on vous propose (remboursement
    anticipé, fiscalité, etc). 

    Permettez-moi deux généralités:
    1. L’assureur va effectuer un certain travail, pour lequel il voudra être rémunéré. Il y aura donc des frais apparents ou cachés.
    2. J’attends d’un intermédiaire qu’il ait une vraie valeur ajoutée, mesurez bien quelle est cette valeur ajoutée, dans le doute il vaut mieux avoir affaire directement au « producteur ».

    Il arrive que ce genre de produit apporte un gain important sur le plan fiscal. Si tel devait être le cas, essayez de vérifier quelle est la pérennité de cette « niche » fiscale.

  5. Pq cette file est elle devenue muette? Je la suivais avec beaucoup d’intêret, car c’est un formidable outil d’apprentissage(comme tout le site d’ailleurs!). n’ayant que peu de talents boursiers, je
    préfère me tourner vers des sicavs, mais le choix est difficile pour des non avertis et les sources de conseils sont rares… alors, merci de continuer à nous éclairer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *