Que faire avec les supports en euros ?

Par Jean Christophe Bataille

http://www.lefigaro.fr/medias/2011/03/03/b06147b4-45a2-11e0-a157-b94c20dcdfb9.jpg

Que faire avec les supports en euros de l’assurance-vie ? Je n’ai qu’une réponse : les vendre progressivement. 

Il est évident que les taux d’intérêt occidentaux vont monter à un moment ou à un autre. Que ce soit à cause de l’inflation importée que je décris à longueurs de page dans ce blog ou à cause de l’exigence grandissante des emprunteurs de compenser par du rendement la dilution monétaire mise en oeuvre par la BCE via la monétisation. Dans ce cas, les obligations détenues par les compagnies d’assurances vont perdre en valeur. Ces compagnies vont alors essayer de garder ces obligations jusqu’à échéance pour ne pas perdre en capital et continuer à servir un rendement conforme à celui qui prévalait à l’émission. Que vont faire les épargnants devant des rendements inférieurs à ceux des nouvelles émissions ? Sortir leur argent des supports euros pour acheter des SICAV obligataires fournissant un rendement supérieur. Deux solutions pour les compagnies : soit elles vendent leur obligations à perte ce qui fera chuter un peu plus les rendements, soit elles refusent les rachats de contrats en se prévalant de certaines clauses écrites en petits caractères ou tout simplement en demandant à l’état de restreindre les possibilités de rachat.

Ce n’est pas tout. Si la dette de certains PIGs est restructurée (c’est à dire promise à n’être que partiellement payées) on comprend que les compagnies d’assurance vont encaisser de nouvelles pertes en capital qui ne pourront être assumées que par les épargnants via le support en euros.

Cela fait donc beaucoup de risques pour des contrats qui rapportent aujourd’hui beaucoup moins que l’inflation réelle.

Vous pouvez remarquer que dans le patrimoine type nous n’avons pas plus  de 1 % de supports en euros et aucune obligation à taux fixe. L’ensemble des titres de créances est concentré sur la dette émergente, le high yield et la dette indexée sur l’inflation. Croyez-moi, ce n’est pas un hasard !

Que faire de l’argent tiré de la vente des support en euros. Il faut pour cela  savoir quels actifs résisteront à une hausse des taux. Voici un tableau résumant l’évolution supposée des différents actifs en monnaie courante en cas de hausse des taux selon qu’elle se déclare en environnement inflationniste ou en environnement stable sur le plan monétaire :

      Qté Sans inflation Avec inflation
       
       
Or physique 10,00% Baisse Forte hausse
Mines d’or 7,00% Baisse Forte hausse
Mines d’or moyenne importance 1,00% Baisse Forte hausse
Silver 1,00% Baisse Forte hausse
Euros 0,00% Forte baisse Forte baisse
Obligations taux fixes 0,00% Forte baisse Forte baisse
Produit monétaires chinois en Yuan 2,00% Hausse Hausse
Obligations émergents 4,00% Neutre Baisse
Obligations taux variables 5,00% Neutre Forte hausse
Obligations High Yield 2,00% Baisse Baisse
Trackers short sur obligations 1,00% Forte hausse Très forte hausse
Actions chinoises compartiment A et B en yuan 1,00% Neutre Hausse
Actions Emergents 5,00% Neutre Hausse
Energie matières premieres 5,00% Baisse Forte hausse
Actions défensives européennes à gros rendement 4,00% Neutre Hausse
Avoirs spéculatifs 2,00% Neutre Neutre
Immobilier 50,00% Baisse Hausse

L’évolution monétaire va beaucoup dépendre des événements économiques qui vont faire monter les taux. Le débat reste donc ouvert sur l’évolution de l’ensemble des marchés. J’ai personnellement déjà choisi, l’inflation est l’hypothèse pour moi la plus probable.

Pour des raisons techniques Internet Explorer bloque les commentaires. Ils sont en revanche parfaitement lisibles avec Firefox de Mozilla.

50 réflexions au sujet de « Que faire avec les supports en euros ? »

  1. Bonjour Jean Christophe,

    Comme beaucoup ici je voulais d’abord vous remercier pour la qualité de votre blog, de votre travail objectif et surtout pour votre disponibilité qui donne, à beaucoup d’érudits comme moi qui
    restent dans l’ombre, la possibilité d’avoir accès à des explications simples dans ces temps plutôt troubles pour l’économie.

    J’ai une question concernant les AV. j’ai 40% de mes placements (400k€) sur une AV multisupport (90% fond € – 10% support fond action) le reste étant sur de l’or physique (20%), de l’immobilier
    (17%), de l’action PEA (11,5%) et du cash (11,5%).

    Je voulais savoir ce qui est le plus judicieux (dans mon cas), entre garder ce % en AV mais en revoyant la répartition entre le fond € et les différents supports ou sortir un certain % de l’AV
    pour renforcer les autres actifs (cash, immo, action PEA ou autre) en s’inspirant de la répartition que vous présentez dans les forecasts.

    Les risques que vous évoquez sont-ils les mêmes si l’argent d’une AV est majoritairement investi sur les différents supports actions ou autre plutôt  que sur le fond €.

    Désolé si c’est un peu confus et si ce type de question a déjà été posé. 

  2. Bonjour RFO,

    Ce sont les supports en euros qui risquent de poser problème en termes de rendement mais aussi éventuellement en termes de capital. Pour les UC, il faut distinguer les UC maison et les OPVCM
    externe inclus dans les contrats. Les deuxième étant plus sur que les premiers. dans ce dernier la migration interne au contrat a du sens. 

    Le problème de ta répartition est l’llocation très insuffisante de l’immobilier. C’est la que je corrigerai.

  3. Bonjour Gloxinia,

    Sur des gros patrimoines, il faut éviter de jeter des contrats qui vont assurer une franchise de droits de succession sur 150000 euros, On eut éventuellement essayer d’arbiter un peu si il y a eu
    une conversion Fourgous. Sinon on peut rester en euros sur ce poste là. Ca dépends aussi de l’age du souscripteurs A 50 ans ce n’est pas comme à 90 ans. L’espérance de vie n’est pas la meme.

  4. Tout à fait d’accord avec ce nouvel article. Par contre, un des gros problèmes de l’immobilier est que de plus en plus de locataires font défaut de paiement. D’autre part, les plus anciens
    bâtiments ne vont-ils pas pâtir (cad perdre de la valeur) en raison des nouvelles normes ou »cotations » énergétiques?

    Bonne soirée à tous.

    Daniel.

  5. Bonjour, je n’arrive pas à lire les commentaires : » l’ascenseur » se bloque après le premier. Ce n’est pas le cas des autres articles. Avez-vous une explication? merci d’avance.

  6. Bonsoir Jean Christophe et merci pour ta réponse. Dans l’optique d’augmenter l’allocation immobilière d’un patrimoine, l’immobilier papier (type SCPI) peut- il être une solution et si oui as-tu
    des exemples ou des sites ou trouver ces exemples, d’avance merci.

  7. Bonjour JC,

    dans votre tableau vous indiquez que le High Yield va Baisser aussi bien sans qu’avec inflation. Je ne comprend donc pas très bien l’intéret d’un tel placement alors que le portefeuille en
    contient 2%.

    Vous indiquer aussi que les obligations émergente vont baisser en cas d’inflation. Dans ce cas pourquoi en avoir en portefeuille si votre prévision est l’inflation ?

    Simon

  8. Bonsoir,j’allais poser une question semblable au commentaire 45,mais je suppose que du high yield,même s’il baisse,reste toujours un peu plus high que le reste…

     

    Par contre,les trackers short sur obligations,ça me parait complexe…j’ai lu un article dessus,je ne sais pas ce qu’il vaut,en voici le lien

    http://www.allofinance.com/dossiers/comment_se_proteger_et_profiter_du_retour_de_l_inflation_237.pdf

    Il y a de nombreux ETF,la question de la maturité des obligs etc….le truc qui arbitre entre les obligs à taux fixe et celles à taux variable semble intéressant,mais je me connais,le temps que
    j’étudie tout pour trouver le produit « idéal »(si ça existe),on en sera déjà à 8% d’inflation  !!!

  9. Bonsoir,

     

    Je rejoindrais RFO dans sa question, est ce que les SCPI dans le cadre d’une AV est une alternative intéréssante ? (mêmes si celles-ci n’ont pas le meme rendement que celle que tu conseilles..)

    Il est vrai que lorsque l’on a plusieurs AV qui représentent la majorité de son patrimoine, ce type d’article fait peur… mais il a le mérite d’éveiller les consciences…

     

    Derniere question, les fonds obli opvcm ds les  AV sont moins risqués que les fonds € des assureurs si j’ai bien compris le raisonement exposé dans les différents commentaires…

  10. Bonjour JCB,

    Impossible de lire les commentaires sous votre dernière intervention: »Que faire avec les supports en euros », alors que tout le reste fonctionne à merveille…

    Bonne journée

  11. Mardi 8 mars 2011, vers 10 heures :

     

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,922 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

     

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,420 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

     

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 7,577 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

     

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 9,428 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

     

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 12,593 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

  12. kikionyx

     

    Les UC obligataires à taux fixe europeens de l’AV sont encore plus dangereux que les supports en euros : la perte en capital sera maximum car il n’y a pas l’effet de cliquet. Il n’y en a aucn
    dans le patrimoine type. Le problème des supports euros est que le rendement va tendre vers 0 et pour longtemps. C’est ce qui fait que les épargnants vont le quitter pour d’autres actifs qui vont
    monter avec l’inflation (ils seront alors inaccessibles) ou baisser s’il n’y a pas d’inflation (utopie a mon avis parce que les taux montent essentiellement parce qu’il va y avoir de
    l’inflation). L’immobilier est peut etre le seul actif qui sera encore accessible dans un accès de faiblesse a cause la montée des taux et de son inertie, mais ce sera pendant une période très
    courte que j’évoquais déjà en 2008 (fenetre de tir) durant laquelle les salaires vont mettre du temps à suivre la montée des prix. Espérons qu’a ce moment la les fonds euro AV ne seront pas
    bloqués pour pouvoir acheter de l’immo comptant à meilleur compte. Ensuite l’immo va grimper en monnaie courante et deviendra très cher pour les gens en cash.

     

    J’ai conseillé l’immo a crédit l’an dernier avec des taux fixes autour de 3% et des rendement à 6%. Aujoud’hui c’est dejà trop tard, les taux de base hors assurance sont à 4% et le rendement l’a
    pas bougé. Le différentiel taux rendement s’est donc contracté et l’acaht a moins d’interet. Il faut attendre une chute temporaire des prix mais à ce moment là les taux auront encore monté. Donc
    pour l’achat à crédit, ca va devenir compliqué et moins avantageux. Pour l’achat en cash, il faut voir …

  13. Post 45 et 46

    Le high yield est à 2 % du patrmoine type et reste un élement de diversification. Il deviendrait interessant si les taux montaient peu pendant encore un moment grace de la monétisation. Leur
    rendement est pour l’instant encore interessant car bien plus haut que le marché souverain et la hausse des taux est moins déletere sur eux. Il est probable que je les venderai au moment opportun
    en prenant des bénéfices qui seront moins importants qu’ils auraient pu etre car, je l’ai déjà dit, je suis rentré l’an dernier un peu tard sur ces supports. Leur problème est surtout que les
    high Yield concernent des sociétés très endettées qui supporteront mal une hausse majeure des taux et leur solvabilité risque d’etre altérée.

  14. Gloxinia,

    Le lien que tu as fourni est intéressant. Je le republie :

    http://www.allofinance.com/dossiers/comment_se_proteger_et_profiter_du_retour_de_l_inflation_237.pdf

    Il liste très bien les supports sur les taux  et sur l’inflation.

    Je voudrais attirer l’attention sur un point fondamental :

    Si la hausse de l’inflation devrait provoquer une hausse des taux, cette relation n’est pas certaine. Il pourrait y avoir une hausse de l’inflation sans hausse des taux du fait de la
    monétisation. Inversement les taux peuvent monter sans que l’inflation ne se soit encore déclaré (fuite devant la monnaie).

    L’hypothèse la plus probable est que les deux vont aller de concert. Mais il faut tout prévoir et c’est le role de la diversification du patrimoine que je défends depuis longtemps sur Futures et
    ailleurs.

  15. – Emprunt à 6 mois :

     

    Quand l’Allemagne lance un emprunt à 6 mois, elle doit payer un taux d’intérêt de 0,870 %.

     

    Quand la France lance un emprunt à 6 mois, elle doit payer un taux d’intérêt de 0,837 %.

     

    Et la Grèce ?

     

    Mardi 8 mars 2011 :

     

    En Grèce, l’agence de gestion de la dette publique (PDMA) a vendu pour 1,625 milliard d’euros d’emprunt à six mois, avec un rendement supérieur de 11 points de base à celui de l’émission
    précédente le 8 février.

     

    Le rendement a été de 4,75 %, contre 4,64 % en février. 

     

    (Source : dépêche Reuters)

     

    – Emprunt à 2 ans :

     

    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 16,317 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

     

    – Emprunt à 10 ans :

     

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,822 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

     

  16. JCB,

    Serait-il possible de faire une selection de supports présents au sein des principales assurances vie multi-supports comme Bousorama, Fortuneo ou Linxea… et qui correspondent à ton allocation
    d’actifs.

    Cela en particulier pour les parties monétaires et obligataires, actions européenes de rendement, avoirs spéculatifs et immobiler (sous forme de SCPI?).

    En terme de timing, étant principalement investi en supports euros que conseilles tu comme timing d’investissement, de nombreux fonds ayant déja beaucoup progressé.

    Cordialement.

     

  17. Bonsoir Dubois,

    Question pas facile car si on a vraiment que des euros, arbitrer d’un seul coup aujourd’hui expose à des rechutes. Il faut faire ça tranquillement en profitant des consolidations sur actif. De
    plus il y a l’incertitude d’un double dip qui serait provoqué par une contamination globale de la crise au moyen orient avec un petrole à des prix rédibitoires. Pour le coup il faudrait sortir en
    urgence de certains marchés. Il faut donc du pragmatisme et de la réactivité.

  18. Bonjour JCB,

     

    merci d’avoir répondu à ma question. 

    En effet, je me rappelle très bien tes posts sur l’achat à crédit sur l’immo fin 2009 debut 2010. Malheureusement pour moi je n’ai jamais trouvé de bien avec un rendement de 6%. Aujourdhui c’est
    la folie, les gens font du nimporte quoi, j’ai vu des achats se faire dans la journée sur des biens locatifs (certe de qualité) qui avait des rendements inférieur à 2,5% brut… je crois que
    c’est de la peur panique.

    Bref, me concernant, il est vrai que je suis un peu perdu. Je ne suis pas encore pret pour l’achat de ma résidence principale (car je n’ai pas défini le lieux et le type de bien que l’on achetera
    avec ma compagne) et nous trouvons que le marché est vraiment cher… 

    donc me voila avec bcp d’AV… j’ai de tout, des anciennes et des nouvelles.. avec des vieux fonds € et des fonds tout jeune (moins de 3 ans).. de plus les 3/4 de mes av sont des contrats
    individuels, j’ai cherché la clause de préemption des avoirs en cas de probleme..je ne l’ai pas trouvé. Mais je pense qu’en cas de GROS problème, les avoirs seront bloqués…

     

    Je me pose donc la question de l’arbitrage de tout ça… j’achete donc du gold physique, j’ai loupé à 2€ pret l’achat de nap à 185€ il ya quelques semaines…

     

    pour le reste, j’observe, il est vrai que comme je suis un novice, l’ensemble de tes conseils me sont très utiles, mais d’un autre coté, me font un peu peur (car je ne maitrise pas tout et ne
    comprends pas tout…) …

    Mais je reste un fidèle lecteur de l’ombre… J’apprécie particulièrement ton approche globale patrimoniale.

    merci

  19. Bonjour Jean-Christophe,
    S’il te plaît, classes-tu les parapétrolières dans ‘Energie matières premières’ ou dans ‘Actions défensives à gros rendement’ ? Et: « Quelle est le pourcentage de parapétrolières dans la catégorie
    ? » En te remerçiant,

  20. Bonjour, habitant Lille

    Pour info j’ai téléphoné il y’a quelques jours A l’établissement  » Au Collectionneur  » que se situe à Tournai en Belgique… étant pourvu en lingot d’argent ainsi qu’en lingot d’or j’ai demandé à
    combien ils rachetaient ? après calcul, ils prennent environ 4,53% de frais sur le lingot d’or et 16,25% sur le lingot d’argent. Ils rachètent au prix cookson, non au prix cpor et payent en
    liquide.

    L’avantage comme tout le monde sait et qu’il n’y a pas la fameuse taxe des 8% à payer sur l’or. Par contre, si je met la somme sur mon compte je suppose que je me ferai attraper… me trompe-je ?

     

    Sinon, le type de l’agence m’a dis qu’il y’avait bcp de monde qui venait chez lui…

     

  21. – Emprunt à 15 ans :

     

    Quand l’Allemagne lance un emprunt à 15 ans, elle doit payer un taux d’intérêt de 3,536 %.

     

    Quand la France lance un emprunt à 15 ans, elle doit payer un taux d’intérêt de 4,008 %.

     

    Et l’Espagne ?

     

    Mardi 8 mars 2011 :

     

    L’Espagne a placé 4 milliards d’euros de titres à 15 ans dans le cadre d’une émission syndiquée dirigée par Caja Madrid, Crédit agricole,
    Deutsche Bank, HSBC et Santander, indique le quotidien économique espagnol Cinco Dias sur son site Internet. Les obligations ont été émises sur la base d’un spread (ou différentiel de taux) de
    217 points de base (2,17%) au-dessus des taux midswaps.

     

    Le rendement à l’émission est donc de 6 %, ce qui suppose une prime de 10 pb par rapport au cours de l’emprunt espagnol à 15 ans sur le marché
    secondaire (SPGB 4,65% 30/7/25).

     

    http://www.obliginfos.fr/2011/03/08/lespagne-leve-4-milliards-deuros-a-15-ans/

     

    Malgré les fortes tensions sur le marché de la dette périphérique, l’Espagne a effectué une émission obligataire à 15 ans pour un montant de 4
    milliards d’euros. La demande a atteint plus de 7 milliards d’euros, émanant d’environ 150 investisseurs.

     

    Le Trésor espagnol a choisi de lever de la dette par syndication, c’est-à-dire via un carnet d’ordres tenu par un groupe de banques. Le prix
    final est ressorti à 6,012 %, soit le taux mid-swap + 217 points de base.

     

    Les taux sont en hausse : c’était 5,95 % lors de la dernière émission.

  22. Mercredi 9 mars 2011 :

     

    Le Portugal emprunte 1 milliard d’euros à 2 ans à un rendement accru.

     

    Le coût d’emprunt du Portugal a sensiblement augmenté à l’occasion d’une adjudication mercredi d’obligations à échéance septembre 2013.

     

    L’agence de gestion de la dette IGCP a placé pour un milliard d’euros d’obligations à deux ans, soit dans le haut de la fourchette indicative,
    à un rendement de 5,993 %, contre 4,086 % pour la précédente adjudication de septembre.

  23. Bonjour,

    A votre avis, vaut-il mieux arbitrer les supports en euros vers d’autres fonds tout en restant dans le même contrat d’assurance vie, ou carrément faire un retrait (même avant les 8 ans) ? Que se
    passerait-il en cas de problème sur le fonds en euros, est-ce que les autres fonds resteraient accessibles pour un arbitrage ou un retrait ?

  24. Les taux du Portugal atteignent des sommets après l’émission de dette.

     

    Le rendement des emprunts d’Etat portugais à 10 ans a battu des records, ce mercredi 9 mars. Lisbonne a payé quasiment 6 % pour lever de la dette à 2 ans.

     

    Juste après l’émission de dette du Portugal ce mercredi matin 9 mars, le rendement des emprunts d’Etat à 10 ans a atteint ses plus hauts depuis la création de l’euro, à 7,67 %. A 15h, le taux
    portugais se détendait légèrement.

     

    Le gouvernement portugais a procédé au placement d’obligations à 2 ans sur le marché, pour un montant de 1 milliard d’euros. Le prix payé est très élevé : le taux moyen est ressorti à quasiment 6
    % (5,993 %). 

     

    La demande a en outre été relativement faible, seulement 1,6 fois le montant offert.

     

    Conséquence, la perception du risque augmente sur les marchés : le « CDS » (« credit default swap ») du Portugal grimpe à 502 points de base. En effet, le risque de voir le pays faire appel à
    l’aide de ses partenaires, dans le sillage de l’Irlande, grandit. 

     

    Un coût de financement à 10 ans de 7,5 % est jugé insoutenable par nombre de spécialistes.

     

    « Les coûts d’emprunt élevés du Portugal ne sont pas tenables à long terme, mais restent acceptables dans l’immédiat, » a déclaré le secrétaire au Trésor, Carlos Pina, interrogé par Reuters,
    réaffirmant que le pays n’avait pas besoin d’aide extérieure.

     

    Les autres pays périphériques sont aussi sous pression. Les taux continuent de grimper pour la Grèce et l’Espagne. Le trésor espagnol a d’ailleurs dû payer un taux légèrement supérieur à 6 %
    mardi pour lever de la dette à 15 ans. Un seuil qui inquiète les autorités et les marchés, même si la situation est nettement plus favorable que pour le Portugal.

     

    La solution est désormais en grande partie entre les mains des dirigeants européens, qui se réunissent le 11 mars, puis le 24 mars. Faute de réponses convaincantes, la crise de la dette
    souveraine risque d’être ravivée.

     

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201207848137-les-taux-portugais-atteignent-des-sommets.htm

  25. Un article très intéressant sur la manipulation de l’argent

    l’article a été traduit par Menthalo, plus un ajout de commentaire et de la façon dont il voit les choses. Un extrait : Q.U.E.L
    S.C.A.N.D.A.L.E !!

    Sauf erreur de ma part, 33,5$ + 80% de prime = 60,3$
    Si la plupart des traders ont été dédommagés à hauteur de 50$ l’once d’Argent, ce groupe a fait exploser la barre très au-dessus des plus hauts atteints en 1980.
    Nous sommes les dindons de la farce à devoir négocier nos monnaies au cours officiels du papier.
    Ceux qui ont investi dans les mines d’Argent se font voler sur la valeur de leurs actions.
    Ceux qui ont des trackers indexés sur le cours du silver sont victimes d’une escroquerie.

    ==> Après lecture je me demande si un jour l’or, tout comme l’argent seront évalués à leur juste valeur… ça commence à être décourageant, car en face JPM & Co ont des cartouches à
    l’infini, ils peuvent jouer à ce petit jeu encore très longtemps.

  26. Mercredi 9 mars 2011 :

     

    Rouge.

     

    Tous les clignotants sont au rouge.

     

    Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,990 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

     

    Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,511 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

     

    Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 7,629 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

     

    Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 9,550 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

     

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 12,900 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

     

    Grèce : taux d’intérêt des obligations à 2 ans : 16,725 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

  27. Bonsoir à tous,
    Si quelqu’un connaît des FCP/ SICAV pharmaceutiques, ça m’intéresse.
    @BA, alors, que fait-on s’il te plaît ? On vend tout et on attend que ça crashe ?

  28. Que fait-on ?

     

    Deux possibilités :

     

    1- On reste tous ensemble dans le Titanic « ZONE EURO ». Et on meurt tous noyés, mais tous ensemble.

     

    2- Ou alors on évacue le Titanic « ZONE EURO ». On se dirige vers les canots de sauvetage, dans l’ordre, dans la discipline. Concrètement : retour aux monnaies nationales.

     

     

    Mercredi 9 mars 2011 :

     

    Le Portugal « dans l’urgence économique et financière », selon le président Anibal Cavaco Silva.

     

    « Le Portugal vit actuellement une situation d’urgence économique et sociale, qui est déjà aussi une situation d’urgence sociale », a déclaré au Parlement M. Cavaco Silva, président conservateur
    réélu dès le premier tour de la présidentielle avec 52,9 % des voix. 

     

    « Je pense que nous réussirons à dépasser les problèmes actuels si nous sommes capables d’apporter une réponse collective aux défis qui se présentent », a-t-il ajouté, s’engageant à assurer une «
    magistrature active » et à rester « un facteur d’équilibre du système politique ».

     

    Lourdement endetté et menacé de récession, le Portugal est considéré comme le prochain pays de la zone euro susceptible de solliciter une aide extérieure pour régler ses problèmes budgétaires, en
    dépit des dénégations répétées des autorités. 

     

    Illustrant le regain de tension vécu ces derniers jours sur les marchés obligataires, les taux des emprunts portugais à dix ans ont atteint hier de nouveaux plus hauts historiques, à 7,545 %.

     

    « Le financement de l’État continue de se faire à des taux anormalement élevés, ce qui affecte le fonctionnement du système financier portugais et de notre économie », a déploré le chef de l’État
    dans son discours, appelant les responsables politiques et économiques à « libérer le pays de cette situation ».

     

    http://www.lorientlejour.com/category/%C3%89conomie/article/693018/Le_Portugal_%3C%3C+dans_l'urgence_economique_et_financiere+%3E%3E,_selon__le_president.html

  29. Suite du commentaire 75

    Pour golforex: si c’est pour vendre:ok – mais si c’est pour acheter: fiare très attention à la qualité des pièces … venir avec un connaisseur si vous ne l’êtes pas ! …  si vous voulez
    pouvoir un jour exploiter la notion de prime et ne pas vous retrouver avec une revente au spot!

  30. Confucius, si les pièces viennent de chez eux et que tu les laisses dans leur emballage, il n’y a pas de problème.

  31. 77 = oui 15% de non boursable – revendu vite fait pour aller à la qualité !

    78 : oui mais tu es obligé de revendre chez eux ! un autre pro va ouvrir le sachet et payer la qualité … seulement!

  32. Les six graphiques qui tuent.

     

    Regardez bien ces six graphiques :

     

    – Portugal :

     

    Portugal : taux des obligations à 2 ans : 6,464 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT2YR:IND

     

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,552 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

     

    – Irlande :

     

    Irlande : taux des obligations à 2 ans : 8,385 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB2YR:IND

     

    Irlande : taux des obligations à 10 ans : 9,530 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

     

    – Grèce :

     

    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 17,018 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

     

    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 12,767 %.

     

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

  33. Encore un article qui tire à boulets rouges sur le fonds euros…Les faiblesses du fonds euros en cas de crack obligataire, c’est pas nouveau. On en parle depuis 20 ans et le reflux continue des
    taux longs. Pour l’instant, je suis sceptique quant à un scénario de remonter imminente des taux ( vu que la FED n’est pas du tout pressé).

    Par contre, il est clair que ce genre d’article, c’est tout bénéf pour les assureurs qui ne veulent plus faire du fonds euros ( c’est la compagnie qui prends le risque et en plus c’est pas
    rémunérateur) et préfère orienter les clients vers les UC nettement plus rémunérateur pour elles.

    Là où je ne suis pas d’accord c’est le comportement de l’immo en cas d’inflation. En ce moment, le taux de rendement de l’immo tourne autour de 3-4% par an tout comme celui des obligations.

    En cas de rupture avec la période de désinflation actuelle et un retour de l’inflation, les taux de rendements des obligations passant par exemple à 7-8%, les loyers doivent doubler pour
    s’aligner sur le rendement à 7-8% -> impossible (au plus ils progressent comme l’inflation). L’ajustement se fait donc par la baisse des prix de l’immo (dans le cas présent -50%).

    Sans parler bien sûr du second effet kiss cool dû à la hausse des taux de crédit immo… Ceux qui sont investis en immo se prennent donc une claque. Mais après ajustement (i.e. les -50%), il
    est clair qu’en situation inflationniste les prix immo suivent l’inflation vu que les loyers sont indexés sur l’inflation.

  34. Je reviens sur un article  plus que jamais d’actualité .

    Sur les assurance vie, dans les fonds proposés on trouve des fonds liés au monétaire .

    Si jamais les taux remontent, n’y aura-til pas une hausse des taux des monétaires;

    auquel cas les fonds monétaire des A-Vie peuvent être une solution en remplacement des fonds euro

  35. Votre gain reste résolu à l’avance du fait de le broker en lign’et aussi mettre en boîte accéder jusqu’à 85% d’activement votre investissement. Simultanément les déterminations, il vous signifie
    donc réalisable de trader de manière quelconque de l’autre côté les choses en bourse, le forex, les métaux primes (or, trésor, carburant) mais aussi les indices boursiers (cac40, Nasdaq) aussi bien
    à la hausse que à la décrue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *