Où va l’économie mondiale à moyen-long terme ? – N°3

Par Jean Christophe Bataille

Forecast image type

Conclusion et stratégie d’investissement


Comme on l’a vu, les incertitudes sont nombreuses sur le devenir de l’économie mondiale que ce soit sur son évolution ou sur le calendrier de cette évolution.

La stratégie actuelle de Futures sur les matières premières et les émergents n’élimine pas la survenue d’un krach obligataire mais repose pour l’instant principalement sur l’hypothèse d’une inflation par les coûts et une appréciation de l’euro face au dollar. Elle compte sur la poursuite de la direction prise par les autorités monétaires européennes dans le sens d’une politique de rigueur rendue possible dans les deux pays leaders par un ratio recettes sur dettes plus favorable. La monétisation de la dette long terme pourra encore s’avérer nécessaire lorsque le marché obligataire européen sera attaqué. Le discours de Jean Claude Trichet hier a confirmé que la BCE continuera à en faire usage à la demande, ce qui a d’ailleurs eu pour effet de stopper immédiatement la spéculation à la baisse sur l’euro. Mais la banque centrale en fait une mesure de sauvegarde et pas une mesure de relance. La masse monétaire devrait donc ne pas augmenter dans des proportions démesurées. N’oublions pas que l’Allemagne a totalement évité la dévalorisation du Deutch Mark dans les années 70 et que c’est elle qui va mener la danse en Europe … Une hyperinflation parait donc peu probable sur l’euro. Cette hypothèse médiane n’exclue toutefois pas totalement la sortie de la zone l’euro de certains pays européens très endettés, ce qui renforcerait fortement la monnaie unique et pourrait limiter la hausse de l’or en euros. La stratégie de Futures n’élimine pas non plus la possibilité d’un krach obligataire dans le monde occidental et veut se doter des outils pour s’en prémunir.

La stratégie pour les années à venir est la suivante :

1. Position raisonnable sur les matières premières et les émergents aujourd’hui comme prévu au Forecast en continuant à saisir des opportunités à la baisse. Aucune position en dollar. On accumule les positions en dettes à maturité courtes en monnaies émergentes fortes en privilégiant le yuan. En effet, la revalorisation de ces monnaies et la montée des rendements constitueront deux leviers de profitabilité.

2. La part sécuritaire est importante.

L’immobilier reste un pilier du patrimoine. Sans parler de krach obligataire, le risque d’une augmentation des taux longs est important à moyen terme. L’immobilier baisserait dans ce cas mais son rendement resterait constant, les loyers ne baissant qu’en cas de déflation monétaire ou d’augmentation de l’offre physique.

Dans les patrimoines en devenir, une hausse des taux longs serait neutre au début sur l’acquisition d’un bien immobilier à crédit grâce aux effets de levier du crédit à taux fixe mais deviendrait vite très favorable si cette augmentation était associée à une hausse de l’inflation, ce qui est généralement le cas.

Une augmentation des taux longs diminuerait fortement la prime de risque pour les actions et dans le contexte actuel d’aversion au risque, les actions plongeraient au profit des nouvelles obligations émises.

La valeur des obligations chuterait en proportion de la hausse des taux et de la maturité des titres de créance détenus. C’est aussi la raison de notre exposition assez importante aux valeurs défensives européennes à haut rendement qui permettent de faire progresser le capital par le réinvestissement des coupons et peuvent constituer un parachute à la baisse en cas de hausse des rendements obligataires.

Le support euro de l’assurance vie exposé pour longtemps à une rémunération très insuffisante aurait l’avantage de préserver le capital. Maigre consolation !

2. Dans les métaux précieux, maintien d’une position aurifère approchant 18 % du patrimoine. 2 % de l’or pourrait éventuellement être arbitré pour du silver, toujours pour répondre aux anticipations de dévalorisation monétaire.

3. Couverture contre une montée rapide des taux longs ou d’un krach obligataire en shortant long terme les T bonds US en CFDs ou en achetant des trackers baissiers en levier 2 sur les Tbonds. Deux produits semblent disponibles :

Pour les obligations américaines :

AMUNDI ETF SHT US7
FR0010892745 – SU7

Notice

Pour les obligations européennes : 

AMUNDI ETF SHT 10

FR0010823385 – S10

Notice

Je n’ai pas encore d’avis tranché sur ces deux produits récents en particulier sur leur érosion dans le temps et leur exposition au roulement des positions sur contango …

4. Prises de bénéfices sur les matières premières et les émergents dans les hausses en fonction du degré de surachat et rachat dans les creux, car la montée des matières premières et des émergents ne se fera pas d’un trait et pourrait durer longtemps si la création de dollars ex nihilo se prolongeait.

5. Prises de bénéfices beaucoup plus massives sur les actions matières premières et émergents, sur le monétaire émergent pour remonter en cash ou en obligation longues lorsque nous aurons atteint un niveau de prix des matières premières intenable pour l’économie, que le yuan se sera suffisamment apprécié ou que les taux courts occidentaux commenceront à monter significativement.

6. Puis rachats massifs des matières premières, énergie et émergents en euros après leur chute.


L’ensemble de cette analyse est shématique et probablement caricaturale à certains points de vue. De nombreux scénarios équivalents sont plausibles en particulier en terme de calendrier avec toutes les incertitudes sur l’évolution possible des monnaies et surtout des politiques monétaires.

La stratégie proposée est très dépendante d’une très bonne tenue de l’euro par rapport au dollar car si l’euro plonge, les matières premières ne retrouveront plus un niveau d’achat raisonnable en euros. L’arrivée d’Axel Weber à la Banque centrale européennes et le leadership monétaire de l’Allemagne en est le facteur clé .

On peut trader à la hausse pour 2 % du patrimoine Silver, Uranium, Palladium, terres rares, charbon et gaz sur la portion spéculative du patrimoine. Le problème pour ces matières premières est l’identification des meilleurs véhicules pour assurer les plus values à échéance.

Les patrimoines types sont actuellement actuellement répartis comme suit :


Pour les patrimoines supérieurs à 1.5 millions d’euros :
Or physique 10,00%
Mines d’or 7,00%
Mines d’or moyenne importance 1,00%
Euros 3,00%
Obligations taux fixes 0,00%
Produit monétaires chinois en Yuan 2,00%
Obligations émergents 4,00%
Obligations taux variables 5,00%
Obligations High Yield 2,00%
Actions chinoises compartiment A et B en yuan 1,00%
Actions Emergents 4,00%
Energie matières premieres 5,00%
Actions défensives européennes 4,00%
Avoirs spéculatifs 2,00%
Immobilier 50,00%

Pour les patrimoines sités entre 400 000 euros et 1.5 millions d’euros :

Or physique 10,00%
Mines d’or 7,00%
Mines d’or moyenne importance 1,00%
Euros 2,00%
Obligations taux fixes 0,00%
Obligations émergents 5,00%
Obligations taux variables 5,00%
Obligations High Yield 2,00%
Actions Emergents 5,00%
Energie matières premieres 5,00%
Actions défensives européennes 3,00%
Avoirs spéculatifs 2,00%
Immobilier 53,00%

Pour les patrimoines inférieurs à 400 000 euros :

Or physique 11,00%
Mines d’or 9,00%
Mines d’or moyenne importance 1,00%
Euros 23,00%
Obligations taux fixes 0,00%
Obligations émergents 5,00%
Obligations taux variables 5,00%
Obligations High Yield 2,00%
Actions Emergents 5,00%
Energie matières premieres 5,00%
Actions défensives européennes 6,00%
Avoirs spéculatifs 5,00%
Immobilier 23,00%

Auquels devraient s’ajouter prochainement des produits de couverture sur la hausse des taux obligataires.

Précision importante : le ratio immobilier représente, comme dans une déclaration ISF, la partie amortie du bien soit sa valeur vénale inscrite à l’actif otée du capital restant dû inscrit au passif. En cas de nouvelle acquisition, il correspond à l’apport en fond propre mais est amené à croitre avec l’évolution et l’amortissement du crédit.

47 réflexions au sujet de « Où va l’économie mondiale à moyen-long terme ? – N°3 »

  1. Bonjour Jean-Christophe,

    Merci pour ce nouvel article. 2 questions
    1. Quand tu dis que la prime de risque des actions plongeraient en cas de remontée des taux longs, parles-tu uniquement des actions cycliques ou aussi des parapétrolieres et defensives
    européennes ?

    2. Est-ce que le maintien d’un euro fort par une Europe prise en main par l’Allemagne remettrait en cause l’hypothèse d’une inflation par les coûts rendant l’achat immobilier aujourd’hui
    attractif à credit malgré les prix élevés ? (i.e sans aller jusqu’à l’hyperinflation, peut-on selon toi imaginer une inflation à 5-6%/an dans cette hypothsèe ?)

     

     

  2. Un premier évenement qui risquerait de ralentir la croissance mondiale et de permettre une consolidation intéressante des MP et des émergents (simple creux à exploiter pour acheter):

     

    Soucieuse d’enrayer l’inflation, la Chine annonce un resserrement monétaire :

    La Chine a annoncé vendredi un resserrement de sa politique monétaire pour l’an prochain, présageant de nouvelles hausses de taux d’intérêt, selon les analystes, alors que la deuxième
    économie mondiale cherche à endiguer une inflation qui s’accélère.

    La hausse des prix à la consommation, qui atteint en octobre 4,4%, son plus haut niveau en plus de deux ans, est alimentée par la grande quantité d’argent injectée dans l’économie chinoise
    depuis la crise financière mondiale.

    Le Bureau politique du Parti communiste, la plus haute instance dirigeante du pays, a annoncé que la politique monétaire, jusqu’ici « relativement accommodante » allait devenir « prudente », a
    rapporté l’agence Chine nouvelle.

    En 2011, Pékin mettra en oeuvre « une politique monétaire ciblée, flexible et efficace », selon l’agence officielle.

    L’inflation, qui a été par le passé à l’origine de troubles sociaux en Chine, inquiète particulièrement le gouvernement qui a annoncé le mois dernier qu’il se tenait prêt à recourir si
    nécessaire au contrôle des prix des denrées de base.

    L’annonce d’un resserrement monétaire intervient avant une réunion, prévue courant décembre, des plus hauts dirigeants pour définir les grandes orientations économiques du pays, alors que la
    Chine élabore actuellement son 12ème plan quinquennal pour la période 2011-2015.

    « C’est un signal très clair que des hausses de taux d’intérêt sont imminentes », a déclaré à l’AFP Brian Jackson, économiste à la Royal Bank of Scotland.

    « Les taux (actuels) sont trop bas au regard de l’inflation. Ils ont seulement progressé de 25 points de base (0,25 point de pourcentage, ndlr) depuis le le début 2009, c’est de plus en plus
    inadapté à la situation actuelle », a ajouté cet analyste.

    Un resserrement « était largement attendu. Nous avons déjà vu le début d’un resserrement de politique monétaire », a constaté de son côté Stephen Green, de la banque Standard Chartered à
    Shanghai. Des hausses de taux d’intérêt pourraient intervenir « à tout moment durant les semaines à venir », selon lui.

    Afin de lutter contre l’inflation et la hausse des prix dans l’immobilier, la banque centrale a relevé pour la première fois en près de trois ans les taux d’intérêt au mois d’octobre et
    augmenté cinq fois cette année les taux de réserves obligatoires des banques, après avoir massivement injecté des liquidités dans l’économie durant la crise financière mondiale.

    Les mesures de soutien s’étaient élevées à 4.000 milliards de yuans (455 milliards d’euros) et le gouvernement avait ouvert très largement les vannes du crédit, tandis que les autorités
    locales ont créé des structures ad hoc pour pouvoir s’endetter et investir.

    Ces investissements ont notamment créé une envolée des prix dans le secteur immobilier et ont fragilisé les banques. Selon une enquête gouvernementale rapportée par la presse en octobre,
    environ 26% des 7.660 milliards de yuans (871 milliards d’euros) prêtés à ces sociétés créées par des municipalités, districts ou provinces sont considérés comme risqués.

    La semaine dernière, un haut responsable de la banque centrale avait par ailleurs mis en garde contre les afflux de capitaux spéculatifs en Chine qui tablent sur une appréciation du yuan et
    alimentent, eux aussi, l’inflation.

    Selon le communiqué de la réunion du Bureau politique, présidée par le président Hu Jintao, la Chine va également lutter contre les projets de « construction aveugles et redondants », tout en
    « renforçant le travail d’économies d’énergie et de protection de l’environnement ».

    La Chine promet enfin d’assurer une croissance stable du commerce extérieur et d’agir pour augmenter les importations » alors que ses principaux partenaires se plaignent des déséquilibres de
    leurs échanges commerciaux en faveur de Pékin.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=f3da973657ed7eafbdb15811f762d9a4

  3. Bonjour Julien,

    On parle de stratégie à 5 ou 10 ans. Les actions baisseraient toutes en cas de krach obligataire mais dans des proportions différentes, moins pour les défensives et les PP et ce n’est pas pour
    tout de suite. Et il n’est pas pertinent de n’avoir aucune action. Il faut pour se protéger avoir dans son patrimoine des actifs qui superformeront en cas de krach obligataire pour compenser.
    C’est le fondement de la diversification car tant que les obligations tiennent,  les actions MP et émergent peuvent continuer leur ascension et apporter de la valeur. Il faut donc en avoir.
    Personne ne sait d’ailleurs quand tous ces évènements ont se produire.

     

    Le maintien de la stabilité de l’euro n’est pas incompatible avec l’inflation par les couts. L’allemagne aura du mal à lutter contre ca étant donné ce qui nous attend. Mais la rigueur budgetaire
    éviterait en revanche une fuite importante devant la monnaie avec hyperinflation.

  4. Merci Jean-Christophe pour cette 3ème partie. 

    Je n’ai pas de commentaire ou question particulière à faire car je suis en accord avec ton analyse  

    Je surveille ma petite action Rubis qui pour l’instant ne fait pas grand chose…

  5. Bernanke n’écarte pas de nouveaux rachats d’obligations. La hausse du chômage américain va pousser les républicains à prôner de nouvelles baisses d’impôt avec à la
    clé une détérioration budgétaire. Cela ne renforcera pas le dollar.

  6. L’analyste iconoclaste de la Soc Gen continue de jouer les Cassandre…

     

      Emergents et matières premières : une bulle (Albert Edwards – SG)

    (AOF / Funds) – « Dans le contexte actuel de turbulences dans la zone euro, le sentiment à l’égard des pays émergents et des matières premières reste solide. Une fois encore, les investisseurs
    considèrent la Chine comme le seul investissement qui vaille », note Albert Edwards de Société Générale Cross Asset Research. L’analyste affirme rester convaincu « que nous sommes en train
    d’assister à la formation d’une bulle d’une ampleur sans précédent qui, en éclatant, prendra les investisseurs de cours comme ce fut le cas en Asie dans le milieu des années 1990″.

    « L’argumentaire d’investissement en faveur des marchés émergents (ME) et des matières premières est attrayant : faible croissance des pays occidentaux et du Japon qui plient sous le poids de la
    dette massive du secteur privé et, à présent, du secteur public. La plupart des observateurs, et notamment le FMI, reconnaissent désormais que les effets des politiques monétaires accommodantes
    appliquées en Occident se transmettent dans leur quasi totalité aux économies émergentes. L’accès facile au crédit et la solide croissance des pays émergents à forte intensité de matières
    premières soutiennent la dynamique de marché haussière des matières premières, des valeurs minières et autres titres du secteur. »

    « La conjoncture actuelle me rappelle à plus d’un titre l’euphorie générale qui régnait au S1 2008. A cette époque aussi, les investisseurs axés sur les pays émergents et les matières premières ne
    tenaient pas compte de la détérioration des indicateurs avancés des économies émergentes. Face à l’ampleur et au caractère soudain de l’effondrement des matières premières qui a suivi au S2 2008,
    la chute du Nasdaq a semblé bien modeste. »

    « Une fois encore, l’indicateur avancé pour la Chine laisse présager un ralentissement économique très important de la croissance économique. La dernière fois que l’indicateur avancé de l’OCDE
    pour la Chine a été si faible, les matières premières venaient juste d’atteindre leur plus-haut de mi-2008, les investisseurs ayant passé les six premiers de l’année à ne pas relever les signes
    annonciateurs d’un brusque ralentissement de l’économie. Les investisseurs haussiers sur les matières premières et les marchés émergents ignorent à leurs risques et périls la faiblesse de
    l’indicateur avancé pour la Chine. L’indicateur avancé de l’OCDE n’est pas le seul à afficher un niveau si faible. L’Office national des statistiques chinois, qui publie son propre indicateur
    avancé, confirme en tous points la version de l’avenir de l’OCDE. »

    « L’indicateur avancé officiel chinois se révèle même plus faible que l’estimation de l’indicateur de l’OCDE ! Il ne peut tout simplement pas s’agir d’une coïncidence. Non seulement l’économie
    émergente préférée des marchés devrait, semble-t-il, ralentir fortement, mais l’OCDE est également arrivée à la conclusion que le Brésil est officiellement en phase de ralentissement. L’Inde se
    trouve même dans une situation plus critique, qualifiée de point de retournement, à l’instar des cinq grands pays asiatiques (Chine, Inde, Indonésie, Japon et Corée). Il est étonnant que de
    telles nouvelles passent aussi inaperçues au milieu de l’euphorie générale des marchés émergents et des matières premières. »

    « Comme nous l’avons souvent répété, d’importantes liquidités ne peuvent à elles seules suffire à soutenir la hausse des marchés émergents et des matières premières. Face à un ralentissement
    cyclique marqué, le cycle prédominera et les prix s’effondreront. La conjoncture actuelle est tout simplement identique à celle du premier semestre 2008. »

    « Les marchés émergents et les matières premières ne sont pas les seuls à rouler sur la réserve. Le rally du marché actions américain semble être soutenu par des données économiques plus solides
    que prévu. Nous appelons donc de nouveau à la prudence et rappelons à nos lecteurs l’expérience du début des années 1990. Nous avons alors connu quelques années de désendettement du secteur privé
    après la crise des Savings and Loans. Et ce n’est qu’à partir du second semestre de 1993, bien après la fin de la récession, que l’appétit du secteur privé pour la dette est revenu et qu’un
    service normal a repris. »

    « Pendant le processus de désendettement au début des années 1990, l’économie est restée extrêmement fragile. Il n’y a pas eu une seule dégradation des données économiques au lendemain de la
    première reprise qui a suivi la récession, mais trois, les chiffres enchaînant une succession de pics et de creux. Au cours de cette période, chaque alerte sur la croissance a tiré les rendements
    obligataires à des niveaux encore inférieurs. A l’identique cette année, après la première reprise, les investisseurs ont été frappés par la contraction des données économiques. Celles-ci
    semblent désormais se redresser. Si l’on tient compte de l’expérience du désendettement du début des années 1990, les investisseurs devraient s’attendre à davantage de rechutes dans le futur et à
    une réaction des marchés à mesure que nous nous rapprochons de la déflation. »

    Je donnerais cher pour avoir l’avis de Hu Jintao,Lula da Silva et de sa copine présidente,ou de l’indien Mukerjee sur les élucubrations de ce catastrophiste.Peut-être qu’ils se taperaient sur les
    cuisses à leur lecture.En privé s’entend.Mais mon vieux fond anxieux l’écoute quand même d’une oreille.

    Edwards a tendance à simplifier à l’extrême.C’est son point faible.Le second étant de croire à la répétition exacte des crises passées,alors que celle-ci par son contexte mondial,son étendue et
    la gestion de ses conséquences est quand même assez extra-ordinaire.

    Il n’y a pas que les MP et les valeurs chinoises qui sont le seul investissement qui vaille.Je viens de regarder le potentiel accordé par les analystes à quelques valeurs industrielles
    allemandes…Elles affichent des per autour de 10/12 après avoir beaucoup progressé cette année …Ce type est peut-être dans le vrai mais il me déprime! Et si tout le monde le croit,on
    court direct à la déflation.Il ne faudrait pas minimiser le phénomène d’auto-réalisation.Dans l’autre sens non plus!

     

        

  7. Je présente mes excuses sincères à M Susilo Bambang Yudhoyono le président d’une Indonésie en plein développement,la 4e démocratie de la planète, ex-général et auteur de chansons très
    populaires si l’on en croit Wikipedia. Sa famille étant dans les affaires,son avis nous serait précieux.A défaut,je me contenterai de celui de Jean-Christophe et des contributeurs de ce
    blog. 

  8. A ce qui paraît toutes les institutions financières ont deux stars, une pour la déflation et le scénario du pire et l’autre pour la croissance et le scénario du tout va bien.

    Rien ne remplace de se faire son propre avis, une chose est sûre c’est que les agrégats monétaires en Europe sont faibles (M2 et M3), tout le monde pense à rembourser sa dette, plutôt que de
    contracter de nouvelles, malgré les taux historiquement bas. Il y a comme un doute qui s’installe, et comme si l’effet levier marche encore uniquement pour l’immobilier et jusqu’à quand ?

    Mais c’est vrai qu’on s’en fou un peu de l’euro, puisque tout tourne grâce au dollar, ce qui mène à la volatilité des taux de change et crée une situation instable.

    C’est pour ça que je suis de très prêt le blog de JCB, où la diversification du patrimoine est la solution.

    Si nous n’étions pas dans un fiat système ou papier monnaie, je serait à 100% cash (puisque mon argent serait échangeable contre de l’or quand je veux, et quand on voit le prix de l’or, on
    comprend pourquoi rester cash était la meilleur solution dans les années 30). Maintenant il ne faut pas louper une occasion pour changer son cash contre des valeurs tangibles, et à part son
    logement principal éviter de s’endetter.

     

  9. Dans le style catastrophiste,il y a aussi le dernier article du « forum monétaire »,ils pensent que les actions vont plonger et les métaux précieux physiques partir au ciel….

    Du coup Mme Michu pense qu’il est bien difficile de se faire une opinion;c’est pourquoi elle aime bien ce blog aussi:on peut diversifier ses avoirs même en n’étant pas spécialiste;et puis les
    conseils selon les niveaux de patrimoine,c’est bien.

  10. @ Gloxinia,

    Pour rester dans le domaine que je connais le moins mal.Il y a action et … action.

     

    Celle dont la valeur est supportée par un bnpa qui devrait continuer à s’apprécier,soit que,même si le pouvoir d’achat dans les pays riches décroît, la demande globale le tire,celle qui
    est tournée vers l’export,bénéficie d’un avantage concurrentiel,soit technologique,soit monétaire,soit les deux à la fois (exemples: valeurs allemandes,ou nordiques comme Metso) ,ou encore
    d’un pricing power irréfutable…Celle qui donne accès aux MP et à l’énergie (avec ce froid et la baisse du dollar,le charbon thermique est à 116,50 $ la tonne à Londres ) ou tout ce qui améliore
    la compétitivité des entreprises,style Riverbed,actuellement hors de prix.

     

    La valeur d’une part d’une bonne minière,propriétaire ou concessionnaire d’un gisement d’or, d’argent ou de platinoïdes (palladium + platine + Rhodium) à la durée de vie de plus de
    cinq ans ne va pas s’effondrer,même si repli temporaire des cours il y a ,car aussitôt elle fera des envieux soucieux de placer leurs dollars dans quelque chose de fiable.Chinois ou
    autres.

     

    Idem pour une plantation d’hévéas mature plutôt en Afrique car à l’abri des typhons asiatiques qui comme l’a fait Megi anéantissent la production.Ni au Brésil à cause d’un vilain
    champignon qui décime les arbres.

     

    La situation politique en Côte d’Ivoire pourrait avoir (a déjà) des conséquences sur les cours du caoutchouc naturel et surtout du cacao dont la tendance baissière vient d’être
    interrompue.

     

    Les favoris d’Isabelle Mouillesaux:cuivre,fer,charbon,caoutchouc,étain.

     

    Les valeurs étain,hors Indonésie sont rares.Ce métal est sans cesse en situation de pénurie plus ou moins organisée par des rivalités internes et le souci de faire durer les mines .

     

    Kasbah Resources développe un projet relativement petit mais quand même significatif au Maroc. Estimation actuelle 7 M t de minerai à 0,8% (8 kg par tonne),au bas mot  54 000 t
    contenues.Début novembre,ce métal avait dépassé les 26 000$ la tonne.Le coût cash devrait être en rapport avec celui de la main d’oeuvre locale.Le risque géopolitique est faible tout comme
    celui d’une nationalisation surprise.    

  11. C’est que vous êtes une mine à vous tout seul,bxx !!

    Je pensais moi-même au caoutchouc la semaine dernière,c’est la récente pénurie de pneus pour l’hiver qui m’a remis cette MP en tête.

     

     

  12. @ Bxx… Metso Lindemann… vieux souvenir de travail :-)

     

    Je ne sais plus quel chantier, mais ça me rappelle bien un chantier, Metso Lindemann. Que de souvenirs, je me sens vieille tout à coup !

     

    Daniela

     

  13. Bonjour,

    Merci JCB pour ton site ,la qualité de tes articles et des collaborateurs qui s’y retrouvent.

    Je me pose une question (parmi beaucoup d’autres…)

    Pourquoi ne pas acheter par exemple du TOTAL (ou ENI, SAIPEM… )?Il s’agit de pétrole et de gaz ,d’une boite connue et compréhensible, avec un historique sérieux, un bon rendement .Cela me
    paraît plus « concret » que des dérivés (que je ne maitrise pas) qui m’apparaissent, peut être à tort ,comme des produits virtuels et bancaires.

    Je te (vous) remercie de m’expliquer.

    Bonne journée

    Cordialement

  14. Bonjour Pascal,

    Les majors pétrolières souffrent de l’auto-exploitation des réserves pétrolières par les pays producteurs. Elles ont un peu perdu le contrôle de celles-ci. Ne vont -il pas souffrir du même
    problème avec le gaz ? Leur avenir se situe plutôt dans les relais de croissance comme les nouvelles énergies. Sauront elles les trouver ? Leur potentiel de plus values est pour
    l’instant limité et leur rendement important en est le témoin. Total fait partie des défensives à bon rendement que je possède mais il faut investir aussi dans les para-pétrolières ou les
    intervenants les plus techniques dans les shales gaz dont aucun acteur pétrolier ou gazier, pays producteur ou major, ne peut se passer. Les trackers pétroliers sont à fuir. J’ai un peu
    plus de confiance (pour l’instant) dans ETFS NATURAL GAS qui est un certificat.

  15. @ Pascal, une réponse rapide qui mériterait d’être développée mais le principe y est : les compagnies pétrolières telles que Total, Shell, etc sont moins sûres que des parapétrolières qui ne
    dépendent pas de leurs réserves de pétrole.

    Il s’agit dans cette optique d’un investissement long-terme (>15 ans).

     

    Exemple : rien ne permet à ce jour de confirmer que Total sera en mesure de produire autant de barils/jour dans 10 ans qu’actuellement. Les réseves de production des compagnies pétrolières cotées
    sont souvent plus faibles et moins confortables que celles des compagnies non cotées (Saudi Aramco, Gazprom).

    Si Total verse un dividende de 6% mais si Total n’a que dix années de production en réserves, alors la société n’existera plus dans dix ans, le redement final : dividendes totaux + revente / prix
    d’achat devient dans ce cas inférieur à 1 (!) dans cet exemple, puisque que le prix de revente est alors nul.

     

    Pour ne pas subir les incertitudes liées aux réserves de production des compagnies extractrices dont il est possible d’acheter des actions (comme vu précédemment, plusieurs compagnies sont des
    compagnies nationales), il est préférable d’acheter des actions de sociétés de services pétroliers. Toutes les compagnies, extractrices seront obligées d’y faire appel, que ce soit pour faire de
    nouvelles prospections, de nouveaux forages, des injections d’eau sous pression dans les champs existants etc.

     

    D’un point de vue plus simple, cela revient à observer que le prix du baril est condamné à monter exponentiellement dans les années qui viennent (500 dollars assez rapidement d’ici 20 ans ?),
    mais pas nécesssairement le cours des compagnies cotées.

     

    Daniela

  16. Merci Jean Christophe et Daniela

    Vos explications sont trés claires.Existe t’il des compagnies cotées  qui possèdent des réserves pérennes ,je pense comme tout le monde au Brésil, à la Norvège ,mais il y en a peut être
    ailleurs ( Asie centrale, Afrique …)?

    Pour les parapétrolières,leur cout élevé qui me fait peur reflète donc (et c’est bien naturel) leur attractivité.Quelles sont celles qui vous paraissent à un prix d’achat actuellement?

    Que pensez vous de SAIPEM?

    Encore merci.

    Cordialement

     

  17. Bonjour Daniela ! Merci de ta réponse très détaillée.

    Pascal,

    Pour moi les para-pétrolières sont à accumuler à la baisse. Elle sont un peu chères actuellement et pourraient rechuter avec le ralentissement des émergents ou une éventuelle hausse des taux
    longs dans le cadre d’une crise obligataire. Il faut donc acheter méthodiquement ligne par ligne à la baisse. La première que tu achèteras ne sera probablement pas la meilleure affaire mais ce
    n’est pas grave pour un investissement à long terme.

    Sapeim ne rentre pas en PEA. Je dois l’avoir quelque part avec Adanarko, schlumberger et transocéan dans un fond commodities en enveloppe assurance vie.

  18. @ Gloxinia,

    Une excellente idée,le caoutchouc naturel.Les pneumatiques absorbent 70% de la production. La demande chinoise de 15 millions de véhicules cette année,plus le passage du typhon Megi sur le
    sud-est asiatique s’ajoute à une offre qui avait déjà du mal à suivre.95% du caoutchouc naturel provient d’Asie,seulement 5% d’Afrique,où il est de meilleure qualité.

     

    Ne pas oublier le marché du remplacement,y compris dans les pays développés même si les pneus low-cost grignotent les parts de marché de Michelin,ou Continental. D’où des perspectives à mon
    avis radieuses pour cette matière première .Sans oublier que les produits d’hygiène médicale à base de latex se généralisent,y compris dans le monde émergent.Et je ne parlerai pas
    des récentes et heureuses paroles de Benoît XVI qui accentueront encore la demande.Selon les spécialistes,le marché sera déficitaire en 2 011.Offre de 9,4M t versus 10,3 M t de
    demande.

    Les dégâts de Megi pèseront sur la production plusieurs années.

     

    Le bon sens de Madame Michu,qui se méfie avec raison des pièges des banquiers (ETF, trackers,certificats open-end,…) devrait la pousser à s’intéresser de près à la société SIPH,la rolls
    française du latex.

     

    Le risque immédiat:une dégradation de la situation en Côte d’Ivoire où se trouvent une partie de ses plantations.

    Le risque long terme:la découverte d’un polyisoprène de synthèse supplantant le latex.Mais là le prix s’alignerait sur celui du brut dont il est déjà un peu dépendant.

     

    SIPH: (un an: + 113%   depuis janvier: +91%) Un petit repli serait une occasion de se placer sur une affaire bien gérée,géographiquement bien répartie et à la production en
    croissance.Michelin est au capital.

     

    Est. de bnpa  09 / 10 / 11 : 7,7€ (6,01 fois) 9,7 € (8,85 fois) 11,12 € (7,73 fois) 

     

    P S : A une époque,les savants soviétiques,sûrement adeptes des théories fumeuses de Lyssenko ont essayé d’augmenter la quantité de latex produit par le pissenlit géant russe.En
    reprenant l’idée,il se pourrait bien qu’un jour une manipulation génétique donne des résultats …

  19. @ Jean-Christophe,Daniela et Pascal,

     Je suis globalement d’accord avec vos arguments.J’en ajouterai un autre.Les majors pétrolières comme Total ,ENI, Repsol … ont pour la plupart deux activités qui se
    neutralisent.

    -L’amont qui consiste à trouver puis extraire du pétrole et du gaz.En simplifiant,plus le cours du baril monte,plus elles font de profit.Cependant dans une période de restrictions budgétaires et
    plus le sentiment d’injustice sociale monte dans l’opinion,plus une super taxation risque de s’abattre sur elles.De toute façon,l’Etat actionnaire gagne sur tous les tableaux:l’IS,les
    dividendes,la TIPP. 

     

    -L’aval qui comprend le raffinage et la pétrochimie.Toujours en simplifiant à l’extrême.Plus le cours du baril monte,plus le litre de carburant s’envole,plus la consommation décroît.Et les
    profits faits en amont sont laminés.Les raffineries de Total sont en plus vieilles,mais moins que les américaines qui explosent souvent,et mal adaptées à l’envol de la consommation de
    gazole.En 2 007,elles expédiaient de l’essence aus Etats-Unis,pendant que la France importait du fuel.

     

    En fait,je suis incapable de me faire une idée synthétique claire et à peu près fiable du devenir boursier d’une major pétrolière comme Total.Disons qu’elle suivra la
    tendance générale…

     

    Ce qui ne veut pas dire qu’il faut éviter les productrices de brut C’est là où nous divergeons.J’évite celles dont le le gaz représente une moitié  ou plus de la
    production.Difficile à stocker,coûteux à transporter,prix aléatoires selon la zone géographique,les contraintes environnementales,la technologie,les contrats L T déjà signés.On ne maîtrise
    pas,à part cas particulier.

     

    J’essaie de trouver des sociétés,petites ou moyennes, en phase de croissance de production,ou avec un management qui a fait ses preuves,qui dit ce qu’il fait et fait ce qu’il
    dit,avec des actifs situés dans des bassins identifiés et si possible dans des zones politiquement stables.Comme elles ne sont pas légion,il faut bien accepter une certaine dose de
    risque.Ensuite certains critères spécifiques interviennent,comme l’inscription sur une bourse étrangère peu fournie en pétrolières.

     

    Des exemples,dans le désordre:(Ce ne sont que des pistes à explorer,en aucun cas des conseils d’investissement,quoique …)

    Pacific Rubiales,Canacol,Gran Tierra,Alange Energy,Petroamerica,(Amérique du Sud)

    Afren Energy(Golfe de Guinée) ,

    Ithaca (mer du Nord)

     Petroneft* (Russie) que je n’ai pas osé acheter il y a un an car elle devait d’abord poser un pipeline de 60 km au fin fond de la Sibérie et qui fait un parcours époustouflant.

    Sans oublier Dragon Oil…

    *Petroneft: Une Irlandaise donc éligible au PEA,managée par des anciens de Marathon (pas la victoire grecque,la major américaine!) et qui ne devrait pas payer trop d’impôts maintenant
    qu’elle a commencé sa production ! (Clin d’oeil à Daniela)   

  20. Merci bxx,hier soir je me posais justement la question du risque » Côte d’Ivoire » sur SIPH en regardant leur site et la localisation des plantations…

    Et aussi je pensais à la Russie,c’est plein de MP aussi là bas:gaz,métaux etc…mais peut-être trop opaque ou trop « mafieux »pour y investir?

    Au fait,vous qui demandiez où trouver des krugs,avez vous essayé les vendeurs d’argent allemands?Ils ont de l’or aussi,certains des krugs et des pièces d’une once européennes avec prime
    raisonnable et la hausse du métalavale les frais de port du jour au lendemain .

  21. Bonjour,

    Par un contact, j’ai appris que le coton était à des sommets, en particulier sous la force des spéculateurs chinois.

    Je cherche donc des supports permettant de jouer à la baisse le coton. Connaissez-vous de tels supports?

  22. Bonsoir J-C,

    Pourquoi Saipem spa ,valeur italienne si mes souvenirs sont-exacts, ne serait-il pas éligible au PEA? Excellent parcours de cette para,la plus grosse valeur européenne de services pétroliers.

     Aucun mérite,j’ai lu un article sur Bloomberg ce matin…Ils viennent de signer un contrat d’un milliard pour des usines d’extraction de bitume. 

  23. Bonsoir Gloxinia,

    Je ne crois pas à un embrasement en Côte d’Ivoire,ou alors ce ne sera pas spontané,si vous voyez ce que je sous-entends.L’ex-président de l’Afrique du Sud Tsabo Mbeki est arrivé à
    Abidjan.Il y a des chances que son charisme sauve une paix fragile.

     

    Pour revenir à nos moutons,un repli est attendu sur SIPH.Les frontières ont été fermées.Quelques jours d’incertitude pourraient le provoquer.Si les choses se tassent,comme je l’espère,le titre
    reprendra vite sa marche en avant.

    Alassan Watara a le défaut d’être le candidat du FMI,avec la connotation péjorative qu’on imagine.Mais malgré ses origines ethniques discutables,il pourrait être un très bon gestionnaire
    pour la Côte d’Ivoire et ouvrir le pays aux investissements étrangers.Soit la Côte d’Ivoire s’enfonce  à nouveau dans l’anarchie et les conflits
    soit-disant ethniques soit elle décide de suivre ses voisins,remonte dans le train de l’histoire et retrouve sa prospérité passée.Affaire à suivre…

    Il y a aussi quelques minières dans ce grand pays qui fut  l’une des rares réussites de la colonisation française.

  24. Bonjour à tous, je ne sais plus si ça a été évoqué sur ce site avec un lien, mais une documentation quelconque étaye t-elle la pondération 1/4 or 1/4 oblig 1/4 actions et 1/4 immo ?

     

  25. Bonjour Oméga,

    J’en ai parlé il y a quelques temps mais je n’ai pas de lien. C’est la config tout terrain qui aurait permis de passer toutes les crises depuis le début du siècle.

    Elle probablement encore du sens aujourd’hui. On a tout de même envie de mettre moins d’obli souveraine …

  26. Juste pour préciser. Il est bien question ici de PORTEFEUILLE… Donc la proposition est de 25% oblig LT, 25% gold, 25% actions, 25% cash. L’immobilier ne rentre pas dans le calcul.

  27. Justement, c’est vraiment très curieux et c’est ce qui me poussait à sortir du bois… Pour voir si nous avions des écrits en la matière.

    Car les seuls écrits que j’ai pu repérés, et qui soient un peu argumentés, sont américains, et précisent comment passer sans dommages 4 types d’évènements (crise inflationniste,
    récessionniste, etc…) ; le fameux « permanent portfolio » que d’autres appellent le portfolio 25 est construit dans ce but. La FAQ du blog est détaillée, et précise même pourquoi prendre des Obli
    LT et pas des Oblig indexés sur l’inflation, etc… Mais curieusement l’immobilier n’y est pas abordé du tout… Les autres actifs ayant tous un
    intérêt à un moment donné.

    D’où mon questionnement pour savoir s’il existait également des écrits sur cette répartition de patrimoine avec de l’immo…

  28. bonsoir

    merci pour les infos sur le coton

    je n’ai pas creusé encore cette info mais le coton dvrait être maintenu à la hausse jusqu’au nouvel an chinois. Pourquoi? je ne sais pas pour le moment mais je vais essayer de trouver… si
    raison il y a

  29. @Bxx et Cie,

    suggestion pour une junior pétrolière active en argentine qui devrait très bientôt franchir de nouveaux seuils de valorisation : Crown Point Ventures. Les terrains achetés en octobre sont vastes et prometteurs. Objectif à 3-5 ans: multipler par 10+ la
    production.

  30. @fabCH :

    alors toi aussi tu surveilles crown point !!!

    autre valeur que j’ai vu car elle était en survente importante : rsi d’env 20 stoch et W%R au plancher : TESSI  : valeur spécialisée dans les moyens de paiement (notamment les chèques), et
    dont la petite surprise est CPoR. elle se fait malmener depuis la parution du CA du T3 le 8 novembre. soit il y a quelques chose qui m’échappe soit elle ne devrait pas tarder à remonter.

    si quelqu’un a un avis je suis preneur.

  31. Bonjour Novy,

    Chez Natexis, ils commencent seulement à prendre en compte la possibilité d’une inflation importée. Ils font partie des analystes déflationnistes qui pensent qu’il ne peut
    y avoir d’inflation sans surchauffe.

  32. @ FabCH et Esteban,voilà une bonne info,

    J’ai jeté un coup d’oeil rapide à Crown Point.Affaire à suivre de près.Elle possède aussi des actifs au Saskatchewan,ma province canadienne préférée.On ne sait pas trop ce qu’elle compte en
    faire…

    Il faudra lever pas mal de fonds et tomber sur les bons réservoirs avant de multiplier la production par >10…

     

    Comme je suis d’un naturel inquiet,je m’intéresse à une société quand elle possède suffisamment de paramètres pour me rassurer.C’est moins profitable,mais je joue très mal au
    poker.J’attendrai qu’elle fasse ses preuves. 

     

    PS @ Daniela,

    Pour Marc Fiorentino,un trader ne meut jamais…Quelqu’un qui fait du capital risque ne peut pas vieillir! Il acquiert de l’expérience.

  33. @ Gloxinia,à qui je n’ai qu’à moitié répondu faute de temps et d’énergie,

     

    Pour la Russie,vous avez déjà la réponse.Je résumerai en disant: »trop d’Etat … et pas assez d’Etat ».Pour le gaz,bien sûr le géant Gazprom.J’ai eu un moment des titres Novatek,(petite M
    V),un minuscule concurrent de Gazprom coté à Londres et Francfort.Le problème c’est que les prix intérieurs du m3 sont administrés et très faibles,même s’il est prévu de les laisser
    s’apprécier au fil des années et que l’exportation peut être soumise au bon vouloir gouvernemental,ce que je comprends,mais qui rend toute projection dans le temps très aléatoire.Pour le
    moment.Il en va de même pour le charbon ou la potasse dont la société Uralkali est un acteur mondial majeur.Cotée à Londres.  

     

    Mais il y a des cas particuliers.Petroneft en est un.Je regarde aussi Rusforest,dirigée par un management suédois très expérimenté.On peut également passer par East Capital,une firme suédoise
    elle aussi,mais installée en France depuis quelques années et qui connaît bien la Russie et l’Europe de l’Est.La responsable française est assez fantastique.Ils proposent des fonds,qu’on
    peut suivre sur leur site.Je crois qu’ils en ont un sur la Turquie,un pays en plein développement qu’on a tort d’oublier en France.

     

    J’ai compris que le krugerrand n’était pas le meilleur investissement or pour un Français.C’est plus une monnaie d’échange internationale.Ce qui fait l’intérêt du napoléon,c’est sa rareté
    momentanée et donc sa prime,surtout quand elle est quasi-inexistante à l’achat.Les cours pouvant varier sans aucun lien avec l’évolution du prix du lingot.

     

    A ce sujet:

    La pièce de 20F et celle de 10F sont composées d’or fin à 900 millièmes.pour connaître la valeur de l’or contenu dans un napoléon,il faut tenir compte de son poids,6,4516 g et de sa teneur.La
    base de calcul étant le cours du lingot de 1 kg.

    .  

  34. Question à fabCH quand il sera recescendu de la montagne et à Esteban :

    Ne trouvez-vous pas le site de Crown Point un peu opaque? Ils sont à la fois prolixes et un rien secrets.J’ai cherché en vain quelle était leur production actuelle.Même le nombre de
    puits en production varie…J’ai obtenu quelques infos sur www.sedar.com

    Ils ont fait fin novembre un placement privé d’environ 10 M $ (plus 2M $ de surallocation) soit  6,452 M  d’actions à 1,55 C$ qui sera cos le 14.Interdit aux Etats-Uniens et …aux
    Québécois!

     L’acquisition d’un block dans le bassin de Neuquen de réputation mondiale est prometteur,puisqu’il est proche des puits déjà exploités par des majors.Cependant la moitié en reviendra au
    partenaire de Crown Point.Qui est donc ce mystérieux associé?  Il semblerait qu’il s’agisse de brut épais…

     

     

     

  35. @Bxx,

    un analyste suit de près Crown Point Venture. De quoi répondre à tes questions au travers de
    ses multiples billets sur le titre

  36. Bonjour à tous.

    Ayant une assurance vie je me suis penché de très près sur deux sicav rentrant dans les fonds « mine d’or et emergents ». EX:
    federal or et matieres premieres FR0000978868

    fédéral indiciel apal FR0000987950

    elles sont déja à leurs plus haut de 2007 2008 !

    Par contre certaines SICAV 100% français ont encore de du potentiel à l’image de tricolore rendement FR0000987950

    Pour rejoindre un post ne serions nous pas dans un phénomene de bulle car sans consommation de l’occident peu de production chez les émergents donc peu de consommation de matieres premieres?

    Merci d’avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *