Les turbos : conseils de base.

Par Jean Christophe Bataille

Nous utilisons souvent les turbos dans la file trading. Voici quelques conseils pour les visiteurs qui n’y sont pas habitués et qui sont intéressés par leur effet de levier.

Pour connaitre toutes les caractéristiques techniques d’un turbo, le carnet d’ordre et son évolution, tapez son identifiant de 5 caractères dans la zone de saisie « Code, Libellé ou Mot clé » en haut de la page du site de Boursorama :
http://www.boursorama.com/

Pour rechercher un turbo, support de votre prochain trade, en fonction du marché qui vous intéresse, cliquez sur Warrants/Certificats – sous menu Turbo également en haut de page. Sur la page suivante, la recherche est effectuée en selectionnant les différents critères de choix qui vous intéressent.

Choix d’un turbo

Quelques principes de base :

– Les turbos call permettent de parier sur la hausse du sous-jacent (Gold index, indices ou actions par exemple). Les turbos put parient eux sur la baisse du sous-jacent.

– Il est souvent préférable de choisir un turbo sur lequel il y a un certain volume de transactions. Ce dernier garantit une certaine liquidité et correspond aux turbos les plus choisis par les intervenants du marché.

Deux précautions essentielles :

– Vérifier la date d’échéance du turbo qui doit être suffisamment éloignée pour que le turbo ne soit pas rapidement invalidé.

– Vérifier le Strike qui est la barrière de désactivation du turbo (colonne « niveau 1 ») qui marque le niveau à partir duquel le turbo perd sa valeur.

Attention ! Plus le Strike est proche de la valeur du sous-jacent plus l’effet de levier est important.

Dernières remarques :

– Les volumes et les sommes investies sur le marché des turbos sont souvent faibles.

– Vous retrouverez le plus souvent chez votre broker le turbo choisi par le code de 5 caractères de la 2ème ligne de sa dénomination. Exemple F938B ou 2741Z.

Pour de plus amples informations, Daniela, qui est une spécialiste des turbos sur actions rédigera probablement un article de perfectionnement.

Bon trade !

15 réflexions au sujet de « Les turbos : conseils de base. »

  1. bjr JCB, j’en profite pour vous remercier ainsi que Daniela pour vos réponses à mes questions sur l’Or. Concernant les turbos, lorsqu’on gagne de l’argent avec, on gagne contre la banque ou
    l’argent vient d’ailleurs (sorte de « création monétaire ») ?

  2. Bonjour Olivier C,

    Lorsqu’un intervenant réalise une plus-value sur un turbo (et plus généralement sur un produit dérivé), il gagne contre la banque.
    Les turbos sont des produits proposés par des banques émettrices.

    Par contre, bien sûr, les banques assurent en interne des mécanismes de régulation et de couverture qui leur permettent de sortir probablement gagnantes dans l’importe quelle situation
    boursière.

    C’est un point crucial dont j’ai déjà discuté en privé avec Jean-Christophe. Les explications détaillées ne tiennent pas dans un seul commentaire et ne tiendraient pas dans un seul article (très
    long). De plus, comme je n’ai jamais travaillé dans un front office, il est certains paramètres que je suppose fortement, mais dont je n’ai pas de preuves matérielles.

    Exemple : si le différentiel {somme de tous les turbo call CAC} – {somme de tous les turbo short CAC} est positif pour Commerzbank, c’est à dire que Commerzbank a, en instantané, plus vendu aux
    clients de call que de put, alors Commerzbank, afin d’assurer sa couverture et un delta neutre, devrait (pas de preuve mais c’est pratiquement obligé) prendre position à la baisse sur le FCE pour
    s’assurer une couverture en cas de hausse de l’indice.

    La psychologie des intervenants, les spread achat/vente, les erreurs de jugements des clients, les strike, l’érosion monétaire et autres facteurs font que statistiquement, la banque émettrice gagne
    sur les turbos généraux.
    Pour les turbos spécifiques à très faible liquidité, c’est moins évident… j’aimerais pouvoir découvrir le fonctionnement du front office sur ce point !

    Le raisonnement pragmatique est le suivant : si une banque de marché émet des produits dérivés d’un certain type, c’est que ces produits lui rapportent. Imparable et cruel.

    Cordialement,

    Daniela

  3. Bonjour,

    on peut trouver sur internet le dossier d’instruction de Kerviel, qui détaille la façon dont il se couvrait en gérant les turbos (même si ce n’est pas très clair, du moins à mes yeux).

    J’ai une question : comment calculer la valeur d’un turbo illimité en fonction du sous-jacent, si il y a 2 strikes ? exemple F938B strike 1 = 773, strike 2 = 750, apparemment valeur de calcul = 760
    (vendu hier à 2,71 sans doute trop tôt ?)

  4. Bonjour jpdidjango,

    Donc tu as posé la question ailleurs et personne n’a su te répondre… ;-)

    Lorsqu’un turbo contient deux strikes, il s’agit d’une approximation de langage. Les turbos n’ont toujours qu’un seul strike, et un seul niveau de référence.
    Le strike est le niveau de prix qui désactive le turbo.
    Le niveau de référence est le niveau de prix qui fixe le cours du turbo / divisé par la parié du turbo.
    Les turbos Citigroup fusionnent strike et niveau de référence, de sorte que seul le strike apparaît.

    Les turbos Commerzbank, Société Générale, ont un strike et un niveau de référence distincts.

    Exemple :
    Turbo fictif 1234z, turbo call CAC strike 3500, niveau de référence (appelé parfois strike2) 3440, parité 1/100.

    Pour un CAC à 3805, le turbo cote (3805-3440)/100=3,65€ soit 3,64/3,66 avec un spread de 0,02€.
    Si l’indice CAC touche le niveau de strike 3500, le turbo cesse de coter MAIS dans ce cas, els détenteurs du turbo reçoivent une indemnité égale à sa valeur lors de la désactivation. Dans ce cas,
    cette indemnité serait de (3500-3440)100=0,60€.

    Ceci répond-il à tes interrogations?

    Daniela

  5. Daniela,

    ok strike 1 = barrière désactivante et strike 2 = niveau de référence…c’est plus clair sur boursier.com que sur boursorama. En fait boursorama n’a pas l’air toujours réactif quand l’émetteur
    change les valeurs.
    Pour F938B le calcul donne un niveau de référence de 763 plutôt que 750 comme annoncé (à l’instant T et en fonction du cours du $ au même moment bien sûr) ? bizarre bizarre

    Sinon c’est bien vu j’ai posé la question autre part…tss tss bonne mémoire on dirait -)

    Merci pour les infos et bonne continuation

  6. BONSOIR à Tous
    et merci pour ce blog de qualité.
    J’ai une question digne de TURBO for DUMMIE.
    Qu’est ce que je peux perdre au maximum avec un turbo.
    si je joue 500 Euros sur ce fameux turbo fictif 1234z.
    si on arrive à 3500 je perd tous mes 500 Euros si strike 1= strike2.
    Est ce que je peux revendre le turbo au moment ou cela m’arrange le plus ?
    si je ne le vends pas et que la date de validité arrive qu’est ce que je perd ?
    y a t-il des cas ou je peux perdre plus que mes 500 Euros de départ ?
    Merci.

  7. j’ai encore des questions de Dummies:
    Concernant le Turbo Put : CAC40 DE000CM4HHL0 – 2741Z cité en exemple, je vois que la date de maturité = aucune…
    est ce ceci qu’on appelle turbo infini ??
    Si j’ai bien compris le cours de ce turbo suit le CAC mais inversé un peu comme le BX4….
    Mais avec un levier plus important.
    comment peux t-on calculer le cours et le levier ?
    est ce un cacul mystique des sorciers de la banque ??
    que signifie parité 1/1000.
    Enfinje vois type=indice. Est ce que cela veut dire que l’appelation officielle est un indice par opposition aux tracker et aux actions ?
    et DONC c’est un PUT Indice ??
    est ce que c’est à cela que l’on fait référence dans EPCRI ???
    Encore Merci .

  8. –>JA
    Tu ne peux jamais perdre plus que ta mise.
    Par exemple si la clôture est à 3501 et que l’ouverture est à 3420 le turbo est désactivé mais l’émetteur ne peux pas te réclamer l’équivalent des 3440 -3420 (0.2€/turbo) qu’il a perdu dans
    l’affaire.

    Tu peux revendre le turbo quand tu veux jusqu’à quelques jours (environ une semaine cela dépend des émetteurs) avant la date de maturité.

  9. toujours moi.
    dans l »Exemple :
    Turbo fictif 1234z, turbo call CAC strike 3500, niveau de référence (appelé parfois strike2) 3440, parité 1/100.

    Pour un CAC à 3805, le turbo cote (3805-3440)/100=3,65€ soit 3,64/3,66 avec un spread de 0,02€.
    Si l’indice CAC touche le niveau de strike 3500, le turbo cesse de coter MAIS dans ce cas, els détenteurs du turbo reçoivent une indemnité égale à sa valeur lors de la désactivation. Dans ce cas,
    cette indemnité serait de (3500-3440)100=0,60€.
    je comprend tous sauf:
    « soit 3,64/3,66 avec un spread de 0,02€. »
    Toujours merci.

  10. Je pense que le problème vient de ce que tu lis « 3,64 divisé par 3,66 » or il est question d’une fourchette entre 3,64 et 3,66 (spread de 0,02€).

  11. Merci Dex et Manu pour vos réponses

    Au fait le fameux 2741Z turbo put cac à fait +75 % aujourd’hui…

    sur ce turbo le cours est à varié de 0.19 à 0,28 €
    oui je vois qu’il y a une fourchette.
    Sur ce turbo elle est à 0,28 / 0,30.

    Je ne vois pas à quoi correspond cette fourchette

  12. 0,30€ c’est le prix auquel tu peux acheter à la banque émettrice du turbo
    0.28€ c’est le prix auquel tu peux lui vendre.
    (il faut bien qu’elle vive la pauvre)
    C’est appelé le spread qui te sera certainement mieux décrit par google qui est ton ami.

  13. Merci.
    j’irais voir.
    Cependant et ça n’a qu’un petit rapport le terme spread est utilisé en télécommunication et signifie ETALEMENT….étalement en fréquence du spectre ou étalement de la bande passante

  14. bonsoir a tous ,

    j’ai vu plus haut qu’il était possible de récupérer une indemnité si un turbo call ou put si celui-ci passait la barriere désactibante , cela m’est arrivé en décembre dernier .

    je suis chez boursorama , et ils ne m’ont pas informé de ce fait , quelqu’un pourrait’il  m’indiquer comment procéder auprés d’eux ??

    merci du coup de main

    didier

  15. Votre enrichissement est déterminé au décalage via le broker en ligne tout comme peut retrouver jusqu’à 85% d’activement votre investissement. Vis-à-vis les déterminations, il vous-mêmes se trouver
    être donc toléré de trader de chemin simpliste en raison de les choses en marché financier, le forex, les matières premières (or, numéraire, pétrole) et les ébauches boursiers (cac40, Nasdaq) aussi
    bien à la hausse que au tassement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *