Les prix de l’immobilier ne s’effondreront pas (suite)

Par Jean Christophe Bataille

http://www.centre-affaires-opera-louvre-bfi.com/docs/img_actu/000001/000001.jpg

Les prix de l’immobilier sont en grande partie inversement corrélés aux taux. Lorsque les taux baissent, les prix montent puisque les mensualités de crédit diminuent. Or il existe une véritable bulle sur les obligations souveraines. Les taux obligataires n’ont jamais été aussi bas en France, en Allemagne ou aux Etats-Unis alors qu’il existe une crainte réelle sur la solvabilité de la plupart des pays occidentaux. Dans des conditions normales, les taux devraient monter et faire baisser l’immobilier. Le problème est que dès que les taux montent, les banques centrales produisent de la monnaie en diminuant ainsi la valeur de l’argent et en provoquant la hausse du prix des biens tangibles quels qu’ils soient. Elle souhaitent en effet dans un contexte d’endettement majeur et de perte de compétitivité des pays occidentaux, éviter toute hausse des taux susceptible de se traduire par une récession-déflation avec destruction de l’économie. Cela me conduit à faire le pari que les dirigeants des banques centrales et les élus de tout bord, y compris en Allemagne, ne laisseront pas les taux monter en France. Que font-ils actuellement ? Ils font marcher la planche à billets pour noyer la dette à taux fixe des états dans la production de monnaie. En revanche, ils exigent un strict contrôle des budgets pour que cette dilution de la dette ne soit pas sans fin. Ce qui est tout à fait pertinent. Que fait l’immobilier dans ce contexte : il baisse modérément, mais il ne s’effondre pas car les taux ne montent pas.

La création monétaire pléthorique actuelle devrait justifier également une hausse des salaires qui ferait remonter le pouvoir d’achat immobilier. Or pour l’instant, il n’en est rien. Devant cette quasi-stagnation des revenus, beaucoup d’intervenants, donc Friggit, estiment que les prix de l’immobilier vont baisser pour normaliser le rapport prix sur revenu disponible car ils partent du postulat que les taux vont monter et les revenus stagner. 

En fait, pour que les salaires montent, il faut que les indices des prix montent en proportion de la production de monnaie. On n’augmente pas de 5% les salaires lorsque l’indice progresse de 1 %. Inversement on n’augmente pas de 1% les salariés lorsque l’inflation fait monter les prix de 5% par an. Ca n’est pas tenable plus d’un an ou deux. Or l’homme pris pour modèle dans les indices des prix achète un téléphone portable et une télévision tous les mois, une voiture tous les 6 mois, mange tous les 15 jours et consacre 10 % de ses dépenses à son logement. Autant dire qu’il n’existe pas. D’autant moins qu’avec l’indice Core inflation, il ne mange pas, ne se chauffe pas, ne se déplace pas. Donc pour que les indices montent pour cet homme modèle, il faut que les produits fabriqués aujourd’hui chez les émergents et surpondérés dans les indices des prix deviennent plus chers. J’estime que ce phénomène a déjà commencé aujourd’hui. Les chinois délocalisent leur production à l’ouest de leur pays et désormais vers d’autre pays du sud est asiatique. La fourchette d’appréciation du Yuan s’est élargie. Et surtout les américains relocalisent certaines de leurs productions pour des raisons qui devraient être pérennes : hausses des salaires émergents, augmentation des coûts d’acheminement des marchandises, volonté de faire croitre la réactivité de fabrication.

Un deuxième phénomène est en train de naitre. L’orthodoxie financière apparait comme étant de plus en plus léthale pour l’économie. Les prises de positions électorales récentes des hollandais, des socialistes français et des socialistes allemands sur ces sujets sont sans équivoque. Le keynésianisme risque de faire école chez les européens qui rejoindraient en cela les américains et les anglais. Un économiste de la Bundesbank, a écrit la semaine dernière que « l’Allemagne pourrait, dans le futur, avoir un taux d’inflation plutôt supérieur à la moyenne de la zone euro ». Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble s’est par ailleurs prononcé en faveur des hausses de salaires, alors que les demandes se font de plus en plus fortes dans le pays : « il est normal que les salaires augmentent plus fortement chez nous actuellement que dans tous les autres pays de l’Union européenne ». Jeudi dernier, il a ajouté que le pays pouvait se permettre une inflation comprise entre 2 et 3% ». Alors que la limite défendue par les plus orthodoxes est souvent celle des 2% par an.

Autant dire que si ce phénomène se poursuit les indices des prix ne pourront plus ni dissimuler l’inflation ni rester sous 3%. Que va-t-il se passer alors ? Les revenus, les loyers et les prix à la consommation vont augmenter, les rendements immobiliers vont monter et les prix immobiliers ne vont pas s’effondrer, en tout cas dans les zones ou l’on n’a pas sur-construit en Scellier. Ces prix peuvent éventuellement continuer à baisser encore un peu mais pas nécessairement à Paris dans les premiers arrondissements et certainement pas dans les proportions avancées par certains. Ils devraient stagner ensuite puis monter en valeur faciale. Les rendements locatifs devraient quant à eux s’apprécier. Dans tous les cas, les loyers et la plus value en monnaie courante de l’immobilier préserveront plus de valeur que les obligations ou les supports euros qui sont destinés à être laminés par l’inflation. Et si vous achetez à crédit et à taux fixe, vous avez même de bonnes chances de gagner de l’argent.

Bonne semaine !

50 réflexions au sujet de « Les prix de l’immobilier ne s’effondreront pas (suite) »

  1. Mercredi 16 mai 2012 :

     

    La Banque centrale européenne (BCE) a confirmé mercredi avoir cessé de fournir des liquidités à certaines banques grecques en raison de leur sous-capitalisation, confirmant ainsi
    une information diffusée par Reuters dans la journée.

     

    « En attendant la recapitalisation des banques grecques qui sont gravement sous-capitalisées en raison de la récente opération PSI (échange de dette ndlr), certaines banques
    grecques ont été transférées à l’Assistance d’urgence à la liquidité », a déclaré un responsable de la BCE, confirmant des informations publiées par Reuters plus tôt dans la journée.

     

    « Une fois le processus de recapitalisation finalisé – et nous espérons qu’il le sera bientôt – les banques grecques auront à nouveau accès aux opérations habituelles de
    refinancement de l’Eurosystème », explique-t-on.

     

    La nouvelle a entraîné l’euro à la baisse face au dollar, dans un climat de craintes croissantes sur les marchés que la Grèce ne sorte de la zone euro.

     

    Ce dernier développement souligne l’état de faiblesse du système bancaire en Grèce où les ménages procèdent à des retraits massifs sur leurs comptes en banque.

     

    La BCE ne fait d’opérations de refinancement qu’avec les banques solvables. Toutefois, les banques qui ne respectent pas les règles de la BCE mais sont jugées solvables par la
    banque centrale du pays concerné peuvent s’adresser à leur banque nationale pour la fourniture de liquidités d’urgence (FLU).

     

    Le nombre de banques concernées n’est pas connu, mais cette décision souligne le nombre croissant de banques grecques qui dépendent de prêts d’urgence de la Banque de
    Grèce.

     

    Selon une source proche du dossier, quatre banques grecques vont si mal qu’elles fonctionnent avec des fonds propres négatifs.

     

    Une autre source de la Banque Centrale Européenne a indiqué que les banques grecques ont été exclues des opérations de prêts de la BCE en faveur des opérations d’urgence (FLU),
    car vue l’impasse électorale dans laquelle se trouve le pays, les chances d’une recapitalisation de ces banques s’évaporent.

     

    (Dépêche Reuters)

  2. Un projet de la BNP en petite couronne parisienne (porte sud de Paris), 4500€ le m², mais il y a du monde.

    Pour moi c’est déjà fait, j’ai acheté début 2010 (profitant de la baisse de 2008/2009 et en négociant -20% sur le prix affiché) sans apport, à 3,6% sur plus de 20 ans, et je suis déjà largement
    en plue-value « vituelle », je m’en fou un peu c’est pour habiter. C’est au moment de la panique qu’il faut passer à l’action et je rejoins JCB dans cet instint de crocodile que son blog m’a permis
    de développer. La panique toute seule ne suffit pas, il faut la surprise aussi. 

  3. Mercredi 16 mai 2012 :

     

    Grèce : ruée bancaire à 800 millions d’euros par jour.

     

    La fuite de liquidités dépasse un milliard d’euros depuis le début de la semaine. Du jamais-vu depuis avril 2010. Plus inquiétant : la BCE a cessé ses opérations de refinancement
    de certaines banques grecques.

     

    Dans sa boutique de la rue Lekka, près du Parlement, Giorgos Moskopoulos, président de l’Association des vendeurs de coffres-forts de Grèce, croule sous les appels. «Ils veulent
    tous la même chose : des coffres-forts. Ils vident leurs comptes en banque pour cacher leur argent chez eux ! Nous, nous sommes en rupture de stock ! J’ai passé deux commandes en Italie. En
    attendant, on m’apporte des vieux coffres pour que je les retape…» raconte-t-il.

     

    Grâce à la crise, son chiffre d’affaires a grimpé de 40% en deux ans. «Je conseille souvent à mes clients d’aller dans la rue d’en face changer leur argent en or, car si nous
    sortons de la zone euro, avoir des euros sous le matelas ne servira à rien !» déclare-t-il.

     

    L’instabilité politique et sociale, les menaces d’un retour à la drachme ont déclenché une ruée sur les guichets. À Athènes, les distributeurs sont pris d’assaut. Plus d’un
    milliard d’euros auraient été retirés des banques grecques depuis lundi, au rythme de 700 à 800 millions d’euros par jour, d’après les transcriptions des discussions que le président Karolos
    Papoulias a eues mardi avec les chefs de file des partis politiques grecs.

     

    «Les retraits et les sorties à 16 heures, lorsque je l’ai appelé lundi, excédaient les 600 millions d’euros et atteignaient les 700 millions d’euros. Le gouverneur de la banque
    centrale s’attend à des sorties totales de l’ordre de 800 millions d’euros», a indiqué le président grec à ses interlocuteurs.

     

    Les retraits se sont poursuivis au même rythme mardi, selon des sources provenant de deux banques grecques, soit plus d’un milliard et demi d’euros retirés des banques grecques
    depuis lundi.

     

    Une fuite d’une telle ampleur est inhabituelle, en Grèce, même si en avril 2010, 8 milliards d’euros avaient été retirés en quelques jours, avant le premier plan de sauvetage du
    FMI.

     

    Depuis 2010, 75 milliards d’euros auraient été retirés des banques grecques, soit 30% des dépôts bancaires. Selon les premières estimations, 10% de ces retraits iraient en Suisse
    et 35% seraient transférés en Grande-Bretagne. D’autres optent pour Chypre ou gardent leurs économies chez eux.

     

    Cette fuite de liquidités ne pourra être comblée que par la Banque centrale européenne (BCE), seule institution capable d’offrir des liquidités illimitées aux banques. Encore
    faut-il que la BCE accepte de voler au secours des banques grecques, ce qui apparaît de moins en moins certain.

     

    Mercredi 16 mai, la BCE a annoncé qu’elle cessait ses opérations de refinancement avec certaines banques grecques «parce qu’elles n’avaient pas été correctement
    recapitalisées».

     

    De notre correspondante à Athènes Alexia Kefalas.

     

    lefigaro.fr

  4. La nouvelle drachme n’est pas encore née que les grecs la fuit comme la peste ! Je dis aux déflationnistes comme abadie, jattends pour acheter etc … Continuez à détenir du cash en attendant une
    baisse des actifs tangibles et vous perdrez beaucoup d’argent. On en reparle dans quelques temps …

    Bonne nuit à tous

  5. (Reuters) – MUMBAI | Wed May 9, 2012 4:40pm IST
    Gold traders pick bargains in thin trade (en Inde aussi la monnaie se dévalorise)
    http://in.reuters.com/article/2012/05/09/markets-india-gold-idINDEE84806S20120509

    (Bloomberg) – By Nicholas Larkin – May 11, 2012 6:13 PM GMT+0200
    Gold Bulls Weakest in Month as Investors Buy Dollar
    http://www.bloomberg.com/news/2012-05-10/gold-bulls-weakest-in-month-as-investors-buy-dollar.html

    Marc Faber – NDTV interview 16 May 2012 … (on suit mieux les réponses que les questions …).
    http://www.youtube.com/watch?v=2Bms8AUe0ZM

  6. bonjour à tous,

    un intervenant mentionnait le risque fiscal (en france) et j’adhère totalement. l’immobilier représente 60% (je crois) du patrimoine total des français et le nouveau gouvernement ne pourra pas
    l’ignorer longtemps. De plus, il prend le parti des jeunes et va tenter le coup vs les rentiers. Pour mmoi, l’immo est devenu une rente.

     

    Après, quels seront les moyens de taxer….. j’en sais rien.

     

    Il reste que ça poussera à « faire tourner »et à avoir un effet baissier.

     

    le seul avantage de l’immo c’est sa « viscosité » (qui permet d’avoir une baisse / hausse plus réduite).

    par exemple, mes dernieres entrées sont en belles MV (et l’immo l’aurait évité) mais ces investissements  faits visent les dividendes et l’espoir que l’inflation monétaire qui fera remonter
    les cours.

    mes 18-19% de liquidités seront totalement replacées car les opportunités réapparaissent mais c’est vrai que c’est SPORT!!!

    les boursicoteurs ne regardent  + les fondamentaux et saccagent des valeurs solides comme si c’était des sociétés en quasi faillite!!

    Pour info, j’ai aussi pris de l’akzo  à PU : 38.11€.

    Sans doute, vais je mettre 50% de mes liquidités sur un fond répliquant 1 indice (CAC?) parce qu’à 3000 Pts, mon esprit JOUEUR prend le contrôle!

  7. L’Espagne paie beaucoup plus cher pour lever près de 2,5 milliards d’euros.

     

    L’Espagne a emprunté jeudi 2,494 milliards d’euros à 3 à 4 ans, dans le haut de la fourchette visée, mais a dû concéder des taux d’intérêt en forte hausse, alors que le pays est
    considéré comme fragile face à la tension en zone euro créée par la situation grecque.

     

    Les taux des trois références proposées ont atteint 4,375% à 5,106%, bien plus que lors des dernières émissions similaires (2,89% à 4,037%), selon un communiqué de la Banque
    d’Espagne, même si la demande a été importante (7,4 milliards).

     

    Le pays suscite à nouveau, depuis quelques semaines, l’inquiétude des investisseurs, qui doutent de sa capacité à réduire son déficit public alors qu’il doit venir en aide à ses
    régions et à son secteur bancaire, tous deux fragilisés depuis l’éclatement de la bulle immobilière en 2008.

     

    La tension est remontée d’un cran ces derniers jours, dans un climat général de crainte d’une sortie prochaine de la Grèce de la zone euro, qui pourrait surtout perturber les pays
    périphériques comme l’Espagne.

     

    Signe de ces préoccupations, la prime de risque espagnole (surcoût que doit payer l’Espagne pour emprunter à dix ans, par rapport à l’Allemagne, considérée comme référence) a
    atteint mercredi un nouveau record historique, à 507 points.

     

    Jeudi en fin de matinée, elle restait à un niveau élevé (479,6 points), avec un taux espagnol toujours au-dessus de la barre symbolique de 6% (6,258%).

     

    La Bourse madrilène restait elle orientée à la baisse, après avoir clôturé mercredi à son plus bas niveau depuis juin 2003: à 09H14 GMT, l’indice Ibex-35 cédait 0,41%.

     

    http://www.romandie.com/news/n/_L_Espagne_paie_beaucoup_plus_cher_pour_lever_pres_de_25_milliards_d_euros80170520121125.asp

  8. T call gold/$ vendus 0,23. L’euro risque de poursuivre sa baisse et à MT il faut avoir de l’or en euro.

  9. Immo + levier du crédit ne fait jamais perdre de l’argent en situation de sous production de logement.

    La taxation a des limites et le blocage des loyers est stupide. Hollande va rentrer dans le rang après des promesses démagogiques. Les spécialistes vont lui rappeler que la loi de 48 avait bloqué
    les loyers et que les gens ont arreté d’acheter et de construire. Il y a eu telle pénurie de logements qu’on ne pouvait plus loger une partie de la population : appel de l’abbé Pierre etc … On
    ne lutte pas contre le marché ! Deux réalités :

    – Pénurie de logements dans certaines grandes villes en France. Celle ci ne va pas s’arranger avec la disparition du scellier et les tentatives de pomper les propriétaires.

    – Les monnaies se dévalorisent à la vitesse grand V.

    C’est incontournable stratégiquement et tous les autres raisonnements ne sont qu’une mayonnaise opérationnelle. Il faut réfléchir sur 20 ans pas sur 5 !

  10. Pour l’immobilier, on retrouve ce qu’on constate sur pas mal de marché  : performance du luxe et du haut de gamme … en bonne partie lié au boom des inégalités (au moins au niveau mondial,
    et en France sous Sarko) … il n’y a qu’à voir le cours de lvmh par rapport à renault … 

    du coup le luxe (Paris 1 à 7e, St-trop, etc.) devrait bien se porter, et le haut de gamme (gds centre-villes) pas mal …

    Pour le reste, les raisons de la bulle disparaissant (baisse des durées d’emprunt + hausse apport constatée, hausse des taux à venir ?, enthousiasme de la martingale « ça monte tjrs »), ça pourrait
    bcp baisser ! ça va rejoindre la baisse des produits de conso « moyenne gamme ». (à qd du low-cost immobilier ?)

    rq : je crois qu’il y a une déformation pour ton opinion JCB : trouver les 30% d’apport perso demandés aujourd’hui par les banques, c’est impossible pour 75% des français !

     

  11. Ce qui m’agasse chez ceux qui attendent les soldent du siècle, c’est qu’ils n’achètent pas ni à -20% ni à -50%, parce que tout simplement pour eux avoir un compte bien garnie devient un objectif,
    une raison de vivre. l’argent n’est plus un moyen mais une fin en soi, ils trouveront toujours des raisons pour rester liquide, dire que j’ai 1 million d’€ est plus valorisant que de dispatcher
    son patrimoine et prendre des riques. Que la monnaie en elle-même soit de l’or, de l’argent ou basée sur un système financier qui doit être solide, le problème est toujours le même, si une partie
    de la population empêche la circulation de la monnaie avec un grand niveau d’épargne, il y a problème, de même s’il y a une fuite devant la monnaie c’est aussi un problème, c’est pour cette
    raison que je crois que le rôle de l’état est de veiller à taxer le capital qui n’est pas réinvesti dans l’économie réelle, pour permettre à l’argent de circuler, ce qui est un de nos problèmes
    actuellement.

  12. JCB, pourquoi cette obsession sur le blocage des loyers? C’est seulement l’une des mesures fiscales concernant l’immobilier qui vont être prises prochainement. les autres auront un effet
    clairement baissier car elles entraîneront beaucoup de mises sur le marché pour éviter l’impôt: taxation de la détention du foncier constructible non bâti et des logements
    vacants, voire property tax. S’il faut payer 2 ou 3% de la valeur d’un bien tous les ans, beaucoup de propriétaires, et surtuot de multipropriétaires, vont voir
    le coût de la détention de l’immobilier augmenter en flèche, et ceux qui ne pourront pas l’assumer seront bien obligés de vendre. En face il y a moins d’acheteurs solvables
    (baisse des salaires, hausse des impôts, hausse des coûts de l’énergie, durcissement très brutal des conditions d’accès au crédit pour tous ceux qui n’ont pas un énorme apport comme vous JCB)
    >> blocage du marché >> baisse des prix.

    Effectivement « on en reparlera dans quelques temps ».

  13. @Yojaf,

    Avec entre 7 et 12% de frais de transactions sur l’immobilier, il vaut effectivement mieux y réfléchir à deux fois ! (détail : droits de mutation 6% + notaire 1% …+ agence ~5%) 

    la bulle avait aussi un peu anasthésié la réflexion de bcp. Après, on ne peut pas dire que l’argent mis dans l’immobilier soit particulièrement « utile » à l’économie (surtout s’il alimente une
    bulle).

    rq sinon : avec les durées d’emprunt revues en baisse (-1 an sur 3 mois, à suivre), il ne faut pas se tromper de timing sur l’inflation pour l’achat à crédit (à la louche il faut que ça démarre
    d’ici 5 ans).

  14. le rôle de l’état est de veiller à taxer le capital qui n’est pas réinvesti dans l’économie réelle, pour permettre à l’argent de circuler, ce qui est un de nos problèmes actuellement.
    Ha bon ? Parce que les banques ne se chargent pas de réinvestir le cash virtuel déposé qu’elles rénumèrent 2% pour en faire 4 ou 5 ? Et quand j’investis en argent métal et que l’argent
    métal roupille dans une vieille chaussette, c’est en espérant le revendre plus cher pour à terme l’investir dans l’économie réelle. Parce qu’avec 200k on investit de manière plus fructueuse
    qu’avec 100. Alors l’Etat doit ratisser tout ce qui dépasse et me forcer à attendre 10 ans au lieu de 5 pour en faire quelque chose ? Et l’Etat réinvestit intelligemment lui ? Permettez-moi
    d’en douter. Ces ministres des ponts et chaussettes commandent des travaux censés aménager les travaux des ministres précédents, eux-mêmes systématiquement insatisfait des précédents et,
    au bout du compte, on bétonne tout et n’importe quoi parce que ce marché est pourri jusqu’aux os par les dessous de table et çà, c’est notoire, il suffit de poser la question à n’importe quel
    architecte des travaux publics en confidence. Cela ne suffit pas à l’Etat de rogner les pièces d’or comme cela n’a jamais été fait dans l’histoire et à un tel rythme, il faudrait qu’en plus il
    taxe ce que l’on tente de mettre à l’abri de ce racket organisé ? Vous me faites rigoler. Des gares à 1 milliard d’euros commandées par un ministre socialiste dans une ville de 60.000
    habitants, des autoroutes parallèles saccagant une réserve naturelle, des trottoirs refaits et défaits, des lampadaires remplacés tous les 5 ans. Mais Vive l’Etat taxant l’argent non investi
    dans l’économie réelle. Parce que ce type de travaux, vous appelez çà de l’économie réelle ? Vous me faites rigoler !

  15. Mechu (n° 110): « rq : je crois qu’il y a une déformation pour ton opinion JCB : trouver les 30% d’apport perso demandés aujourd’hui par les banques, c’est impossible pour 75% des français ! »

    Bien sûr, c’est un énorme biais dans la réflexion de JCB. Personnellement, tous ceux que je connais autour de moi et qui ont acheté dans les 3 ou 4 dernières années seraient aujourd’hui
    INCAPABLES d’emprunter la même somme. Plusieurs personnes envisagent d’acheter aujourd’hui mais ne trouvent pas de prêts. Beauocp de maisons sont annoncées come « vendues » mais reviennent sur le
    marché quelques semaines plus tard (refus de prêt). etc. etc.

    La solvabilité des acheterurs s’effondre. Or très bientôt la fiscalité sur la détention den l’immo va grimper en flèche, pour plein de raisons:

    – parce qu’il FAUDRA BIEN trouver du fric pour éviter la banqueroute

    – parce que l’argent immobilisé (sic) dans l’immobilier n’est pas investi de manière productive

    – parce que la baisse des prix immobilier est un OBJECTIF à atteindre pour un gouvernement de gauche (ça permet à sa clientèle électorale de jeunes salariés et de familles modestes ou moyennes de
    se loger à moindre coût, et ça entraîne une redistribution de la richesse des rentiers vers les actifs)

    – parce que cet objectif est aussi, de plus en plus ouvertement, réclamé par le patronat, qui est confronté de plus en plus souvent à des difficultés de recrutement à cause de l’impossibilité de
    se loger à prix correct.

    etc. etc.

    On va donc avoir la conjonction de deux facteurs très baissiers (effondrement de la solvabilité pour des acheturs moins nombreux/ hausse de la détention de l’immobilier et du foncier
    constructible non bâti, avec à la clé un afflux de ventes).

  16. Nestor, t’as perdu, j’ai gagné, l’or a rebondi, tu me dois … mmmh, je déciderai le moment venu. Tiens-toi sur tes gardes.

  17. Charles, la banque doit nous informer de l’utilisation des placements (produits labélisés, ce qui commence à se propager) actuellement la limite entre la spéculation et l’investissement est
    tellement flou.

    L’immobilier est déjà taxé par la taxe foncière, pourquoi il n’y a pas de taxe sur l’épargne qui ne bouge pas (entre 2% et 3%). Je donne l’exemple du PEA qui est actuellement détourné pour
    défiscaliser et spéculer grâce à différents trackers, cela est-il de l’argent investi ? même les jeux de casino sont taxés. 

    Attendez-vous que des loups gardent les brebis, que JPMorgan et Goldman « fassent le boulot d’un dieu » même pour réguler nos vies de tous les jours, nous avons toujours besoin d’un état qui
    collecte et distribue, et la distribution doit être juste et transparente (mais ça c’est de la démocratie).

  18. Gold Sets For Rally As Bernanke Fed And ECB Rev Up
    The Printing Press
    Agustino Fontevecchia, Forbes Staff, 17.5.2012.

    En voilà un qui pense que l’or a touché le fond (le fond de l’air est frais).

  19. Or : Que faire !
    17 mai 2012 | Mathieu Lebrun | Catégorie: Métaux précieux

    Il est fortiche ce Mathieu.

     

  20. Charles, tu m’as l’air bien boudeur. Perso, j’aime assez mes extensions d’un raisonnement de Marc Faber. L’Etat devrait avoir de bonnes raisons de se plaindre de l’influence croissante des
    banques. Malgré cela, il les gave de QE en veux-tu en voilà. Mais l’Etat, c’est le peuple dans les démocraties, en principe du moins. Alors les QE devrait lui revenir prioritairement. Il
    suffirait à l’Etat d’imprimer les impôts que lui doit le peuple, l’utilisation qui en serait faite irait beaucoup plus certainement dans l’économie réelle. Plus d’impôts pendant 2 ans. Voilà une
    vraie bonne idée. L’Etat pourrait également accroître les fonds des banques accordant du micro-crédit et se montrer généreux envers tous les fauchés dotés de bonnes idées.

  21. Jeudi 17 mai 2012 :

     

    Grèce : vent de panique sur le secteur bancaire.

     

    Combien d’argent les Grecs ont-ils prélevé sur leurs comptes bancaires depuis lundi, jour où il est apparu évident que les responsables politiques seraient incapables de former un
    gouvernement d’unité nationale ? Les chiffres varient, mais il est probable que ce montant s’élève à quelque 1,2 milliard d’euros rien que pour les deux premiers jours de cette semaine. Des
    retraits en cascade qui s’ajoutent à ceux opérés depuis l’éclatement de la crise et qui font que plusieurs banques grecques sont désormais à court de liquidités.

     

    Depuis le printemps 2010, les Grecs ont retiré entre 2 et 3 milliards d’euros par mois en moyenne avec un pic en janvier de 5 milliards d’euros. On calcule que les dépôts
    bancaires ont fondu de 30 % sur l’ensemble de la période (environ 70 milliards d’euros). Sans compter les exportations illégales de capitaux générées par l’économie souterraine (environ 65
    milliards d’euros), soit plus que les économies réalisées dans le cadre des deux mémorandums.

     

    La panique des épargnants s’est accrue lorsqu’on a appris par les derniers sondages que les deux grands partis pro-mémorandum, la Nouvelle Démocratie, conservatrice, et le Pasok,
    social-démocrate, cèdent encore du terrain au profit notamment de l’extrême gauche de la Coalition de la gauche radicale (Syriza), farouchement opposée au plan.

     

    Si ces deux grands partis ne parviennent pas à remonter la pente d’ici aux prochaines élections anticipées du 17 juin, la Grèce ne sera pas en mesure de constituer un exécutif qui
    appliquera les conditions imposées par les Européens et le FMI en échange d’un second programme de financements. La Grèce ferait alors défaut et sortirait de la zone euro. Une éventualité que le
    Premier ministre sortant, Lucas Papadémos, a qualifié de « désastreuse » pour le pays dans une lettre ouverte adressée hier à ses concitoyens. L’ancien banquier central cède son poste au Premier
    ministre intérimaire, Panagiotis Pikrammenos, le président du Conseil d’Etat chargé d’organiser les nouvelles élections.

     

    Alors que l’agence de notation Fitch a abaissé jeudi soir la note de long terme de la dette grecque en devises et en euros à « CCC » contre « B- » jusque là, les bailleurs de
    fonds internationaux prennent déjà les premières mesures de précaution en vue d’un hypothétique abandon de la monnaie unique par ce pays. Mercredi, la BCE a confirmé qu’elle cessait de fournir
    des liquidités à des banques grecques sous-capitalisées.

     

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202068275590-grece-vent-de-panique-sur-le-secteur-bancaire-324454.php

  22. Salut JC… as tu une idée désormais plus précise du timing et de l’intensité de l’évolution inflationniste que tu prédis depuis 2009 environ ??? Car pour l’instant ni Abadie (pour reprendre le
    terme que tu emploies) ni toi n’avez raison en 3 ans de temps (pas de réelle déflation durable, pas plus que de réelle stagflation). Merci et bonne soirée à tous

  23. Bonsoir david,

    Nous faisons actuellement de l’inflation à un niveau officiellement supérieur à 2 %. Il s’agit donc d’inflation au sens de la BCE ensuite il suffit de reprendre mon article pour comprendre que
    l’inflation réelle est bien supérieure. Les populations ne vont pas demander une baisse de l’immobilier comme le pense « j’attends pour acherer » mais des hausse de salaire ! Allemagne, france,
    hollande, espagne grèce : tout le monde veut de la monnaie de singe.

  24. David et Jattendspouracheter, vous me sembler deux personnes bien éclairées.

    Sachez que j’ai le plaisir de constater que le nombre de mes lecteurs-donnateurs est en augmentation. Il faut avouer que Jean Christophe Bataille fait tout pour m’aider à me faire connaître.

    Quelques rectifications puisque l’on aime parler de moi ici :

    – je ne suis qu’à 436% de PV depuis 2008.

    – la maison qui est en photo est l’endroit de ma société, une autre est à Bruxelles, etc …

    – la voiture devant l’entreprise Serfix est une Mercedes C 220 CDI.

    – j’ai 54 ans pas 57 ans et j’ai effectivement travaillé dans une banque (mais pour la Banque Degroof en fait).

    – et je me porte à merveille, merci .

    – etc …

    Je vous souhaite un belle soirée.

    Serfix (ou LVM si vous préférez).

    Ps: « sell in may … » se fait généralement après l’échéance des options le 3e vendredi du mois donc le 18 mai de cette année … Demain donc .

    Ps 2: passez tous de très bonnes petites vacances. Et merci encore de parler de moi, sympa.

  25. Merci Jc pour cette réponse. J’ai acheté ma RP à crédit fin 2010 et une sortie inflationniste m’irait bien. Pour Loïc Abadie, c’est vrai qu’il est plus éloigné que
    toi de l’image « Diagnostic 2008 / Réalité 2012 ». Ce qui me surprend le plus, c’est qu’il n’a pas bougé d’un iota son analyse finale qui soldera cette crise. Sinon le VIX a
    fait une belle poussée hier 24,5, les 3000 sont en danger, vas tu commencer quelques achats ces prochains jours en moyennant si cette baisse devait prendre de l’ampleur ?

    Merci

    A Serfix, je suis un de ceux qui a connu tes diverses bouffoneries depuis 2008, tu comprendras donc que je n’ai pas d’appétences particulières pour ton blog ou tes prévisions

  26. Bonjour,

    Pour l’immobilier : Que font les prix en Grèce depuis 2 ans ?

     Que font les prix d’une mannière générale ?

    Car qu’on le veuille ou non, ce qui s’y passe nous pend au nez.

    André

     

  27. Serfix, comme ce faux profil d’ophtalmologiste que tu as créé, surfant sur le pseudonyme d’un compatriote flamand homonyme, profil supprimé à la demande de l’ordre des médecins, ou l’utilisation
    du prénom de ton épouse comme pseudo, épouse dont tu divorces maintenant parce qu’elle a probablement fini par comprendre, et tous ces blogs où tu laisses tes « observations » insultantes et
    déloyales et qui te valent des réactions indignées quand tu n’es pas simplement bloqué, sans parler de ton invention du fil à couper le beurre dont tu fais tout un foin. Quand tu prétends
    posséder une maison à Bruxelles qui est un centre nerveux, une capitale, mais que tu localises ta société à trifouillis-les-bains-de-pieds, on est en droit de douter de tes prétentions. Si tu
    crois que je vais lire ou m’abonner en tant que client à un psycho aux contours moraux plus qu’imprécis, tu rêves. Tu es amoral et je pense que tous tes clients sont des donateurs par définition.
    Tu peux faire le blog que tu veux et les performances que tu veux, pour moi, c’est NO WAY.

  28. désolé d’être hors sujet mais je suis depuis quelques mois l’action AREVA et j’observe une baisse de 53% en 3 mois ce qui valorise la société à 4 MDS d’€.

    je me demande si cette baisse n’est pas une bonne opportunité de long terme car je suis convaincu que l’energie nucléaire a de beaux jours devant elle malgré fukushima (augmentation de la demande
    mondiale d’energie, morosité du photovoltaique, baisse des energies fossiles, faible rentabilité de l’eolien…)

    inconvénient : le flottant est faible et le capital est détenu par l’état

    cercle finance se demande si cette baisse anormale ne cache pas un délit d’initiés. Bref les spéculations vont bon train et l’absence d’informations ou d’explications rationnelles alimente encore
    la baisse.

    un avis?

  29. une petite question à JCB : Après la dégringolade, est ce opportun de reprendre un peu de Dynamic Precious, histoire de faire baisser un peu un prix d’achat moyen actuellement supérieur à 300 ?

  30. Pour Areva, je crois que tout est dit dans la question.

    le titre chute de 50%sans info particulières : quelqu’un (initié) doit savoir quelque chose.

    Sinon, quelqu’un a t-il des info sur l’immo en Grèce ?

     

    André

  31. Quelqu’un peut-il me dire s’il est intéressant d’investir dans l’immo dans les pays de l’Est de la zone euro, et si oui, lesquels ? Merci.

  32. Forget Greece, China Biggest Risk to Global Economy:
    Faber
    Published: Friday, 18 May 2012 | 6:16 AM ET
    By: Jean Chua
    Writer for CNBC.com

    Forget Greece, which is an « insignificant » economy, it is China that poses the biggest risk to the global economy, Marc Faber the editor and publisher of the Gloom, Boom and Doom report told CNBC
    on Friday.

    « I think the biggest risk is actually China because if you look at Greece, it’s an insignificant economy, » Faber said on CNBC Asia’s “Capital Connection.” « Yes, they owe money, but the market
    knows that it’s bankrupt. »

    ETC

  33. Vendredi 18 mai 2012 :

     

    L’Espagne revoit à la hausse son déficit public 2011 à 8,9% du PIB.

     

    Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi qu’il révisait à la hausse son déficit public 2011 à 8,9% du Produit intérieur brut, contre 8,51% prévus jusqu’à présent, en raison du
    dérapage budgétaire de certaines régions espagnoles.

     

    Le ministère des Finances estime que les dernières données fournies par les Communes autonomes (régions) ont eu un impact de 0,4 point dans les comptes publics ce qui porte le
    déficit à 8,9% du PIB, indique un communiqué.

     

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___L_Espagne_revoit_a_la_hausse_son_deficit_public_2011_a_89_du_PIB_42180520122316.asp

  34. Complément de léonard sartoni

    http://www.24hgold.com/francais/actualite-or-argent-billet-invite-les-graphiques-de-leonard-sartoni.aspx?article=3918200022G10020

     

    Et avis de faber sur les minières

    Gold Shares Are Extremely Oversold

    Gold shares have become extremely oversold and could rebound in the next few days. – in Seeking Alpha Related, Newmont Mining (NEM), Goldcorp (GG), Barrick Gold (ABX), Yamana
    Gold (AUY), NovaGold Resources Inc. (USA)(NG) Marc Faber is an international investor known for his uncanny predictions of the stock market and futures markets around the world.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *