Les grandes tendances pour 2014

Placements

La règle d'or : diversification.

Actions : je prends des bénéfices régulièrement sur les actions depuis de nombreux mois. Je viens encore de diminuer sensiblement mon allocation actions, toutes classes confondues exceptés les mines d'or. La croissance mondiale est extrêmement fragile et ne se poursuit que grâce à des injections monétaires massives. Il faut en garder une allocation de 10 % car c'est un actif tangible et la hausse des actifs à long terme est mécanique dans un contexte d’inflation monétaire même si cet actif est soumis à des fluctuations importantes.

Or : je suis bien sur à conserver pour le métal que j'accumule depuis 2004. Les politiques monétaires accommodantes ne peuvent pas s'arrêter sous peine de voir une récession-déflation s'installer. L'inflation monétaire va donc se poursuivre. L'accès de faiblesse de l'or est parfaitement normal après une évolution très rapide de ses cours ces dernières années. L'or papier est par ailleurs pour moi l'objet de manipulations indubitables qui auront leurs limites. Il faudra bien fournir du physique un jour ou l'autre (l'allemagne réclame le sien à la FED qui est incapable de le lui fournir). La détention d'or physique est une sécurité incontournable pour tous les patrimoines en cette période économique troublée et à haut risque. Les trackers sont à proscrire.

Argent : support spéculatif qui n'a pas d’intérêt en détention physique.

Matières premières : à conserver. La progression de leur prix à long terme est inéluctable. Le nombre d'habitants de la planète accédant au développement va croissant et les problèmes économiques n’empêcheront pas les humains de vouloir accéder à tous les biens de consommation possibles. Les réserves n'étant pas illimitées, les pénuries sont inévitables. Le répit dû à la récession, aux shales oil et gaz n'a fait que reporter l'échéance.

Obligations : high yield et corporates seulement. Fuir les obligations souveraines occidentales.

Immobilier : C'est le fondement d'un patrimoine. L'actif tangible par excellence. Il sert à héberger des gens ou des entreprises et c'est une fonction incontournable. A posséder dans les zones tendues. Centres villes de province et dans Paris dans les meilleurs quartiers. Les zones protégées pourraient continuer à prendre beaucoup de valeur si la paix sociale est menacée. Fuir les baux d'habitation en RP ! Les socialistes sont en train de tuer l'activité de location en RP comme beaucoup d'autres choses d'ailleurs.

Forêts : un de mes placements préférés en diversification.

Expatriation et évasion fiscale : le mouvement va se poursuivre avec la politique conduite actuellement et malheureusement chez des jeunes hauts diplômés à bac plus 5 ou 6 formés grâce à nos impôts. Dans le même temps, nous importons et produisons des bacs moins 6 à la pelle à cause d'une politique sociale et d'une politique de la ville indigentes !

Politique – élections municipales : il faut s'attendre à une forte progression du front national. Populisme et bêtise en nette hausse ! Les partis républicains vont prendre une claque pour n'avoir pas eu le courage politique de l'Allemagne. Cela ne sera pas neutre.

Je vous souhaite une très bonne année 2014 !

Les grandes tendances pour 2014

50 réflexions au sujet de « Les grandes tendances pour 2014 »

  1. Blague à part, Blythe Master a vendu son épicerie à Mercuria basé à Genève, constitué d’anciens de la Goldman Sachs, pour 3,5 milliards de dollars (dixit Pierre Jovanovic).

  2. Ukraine. Le gaz de schiste, une affaire de familles
    Sébastien Gobert*
    « C’est un grand événement que nous avons vécu aujourd’hui. J’ai l’impression que nous sommes presque devenus une famille ! » : le 24 janvier 2013, en marge du forum économique de Davos, le président ukrainien Victor Ianoukovitch affichait un sourire radieux devant les photographes. Accompagné de son ministre de l’Énergie, Edouard Stavitsky, il venait de signer un accord majeur de partage de production avec le géant anglo-néerlandais Royal Dutch Shell.
    En jeu : un investissement d’au moins 10 milliards de dollars pour l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste du gisement de Iouzivska, situé dans l’est de l’Ukraine. Avec, à la clé, la promesse d’une ressource énergétique disponible à faible coût. Pour un pays qui paie au prix fort les importations de gaz russe – celles-ci assurent plus de la moitié de la consommation ukrainienne –, l’initiative pourrait bouleverser les logiques de production. Elle serait aussi de nature à modifier certaines affiliations de l’Ukraine indépendante, entre « famille post-soviétique » et « famille européenne ».

    http://www.ladocumentationfrancaise.fr/pages-europe/d000689-ukraine.-le-gaz-de-schiste-une-affaire-de-familles-par-sebastien-gobert/article

  3. La Russie prône la coopération et non des sanctions (Kremlin)
    MOSCOU, 21 mars – RIA Novosti

    La Russie ne recherche pas la confrontation et n’invente pas des sanctions, mais prône au contraire le développement de la coopération avec l’Occident, a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse Dmitri Peskov, porte-parole du président russe.
    "Nous ne recherchons pas la confrontation et ne sommes pas à l’origine de cet échange de sanctions. Qui plus est, nous déplorons que nos partenaires aient recours à des sanctions qui sont, à notre avis, absolument inadmissibles. A chaque fois, nous y répondrons en conséquence, mais nous sommes toujours pour la promotion de notre coopération", a indiqué M.Peskov.

    http://fr.ria.ru/world/20140321/200781890.html

  4. Jean-Christophe, penses-tu que d’avoir quelques liquidités en Yuan est une bonne idée ? La monnaie est destinée à s’apprécier dans les années à venir, non ?

  5. si tu est prêt à perdre de l’argent achète de l’or
    et là seulement tu pourras peut être en gagner.

    si tu veux gagner de l’argent
    joue en bourse ou au casino.

    j’ai de l’or parce que je suis inquiet,
    si je n’en ai pas, je suis encore plus inquiet.

    l’or est un bon somnifère.

    j’ai de l’or parce que je ne veux pas de papier.

    c’est anti-système.

    c’est ne croire personne
    ni politiciens ni banquiers.

    l’or est une assurance en cas d’effondrement monétaire.

    si tu a de l’or, prie pour que son cours n’explose pas
    le monde serais dans un triste état.

    l’or est un patrimoine.
    cache le et donne-le à tes enfants.

    il y a ceux qui n’aiment pas l’or.
    c’est leur droit. laisse dire.

    l’or est la monnaie des riches
    le papier est la monnaie du peuple
    la dette est la monnaie des pauvres.

    ne dit jamais que tu a de l’or
    tu serais en danger.

    quand les pays seront bien gouvernés
    l’or ne sera qu’un métal comme les autres.

    j’ai de l’or quand on imprime de la monnaie.

    j’ai de l’or quand les banques
    ont des réserves fractionnaires insuffisantes.

    ne paie personne avec de l’or,
    paie avec du cash.

  6. Comment préparer un changement de régime (diététique) en Ukraine : http://youtu.be/2-kbw00aqqc
    (…) "la conversation montre que les États-Unis ne sont pas intéressés par les slogans officiels des manifestants de la place Maidan (le rattachement à l’Union européenne), mais qu’ils œuvrent pour changer le régime, placer un homme à eux au pouvoir, et répandre les troubles."

  7. http://patrimoine.lesechos.fr/patrimoine/placement/actu/0203385934186-immobilier-de-bureaux-la-grande-illusion-659193.php

    JCB a plusieurs fois parlé de l’immo d’entreprise comme un bon placement… Qu’en disent Les Echos?

    "Entre franchise, ristournes et cadeaux divers, l’écart entre loyers réellement payés et loyers affichés atteint fréquemment 25 % sur le marché des bureaux.
    Ces pratiques faussent les prix et donnent l’illusion d’un marché insensible à la crise. Tous les acteurs du secteur entretiennent cette opacité, car tous en profitent.
    Si la « bulle » éclatait, les valeurs baisseraient brusquement, entraînant avec elles les cours des foncières cotées et des parts de SCPI souscrites par les épargnants.
    (…)
    Comme au souk de Marrakech… Il suffit de poser les yeux sur un immeuble pour que son loyer baisse. D’y entrer, pour que l’agent immobilier, tout sourire, dégaine promptement sa palette de cadeaux divers et variés, sobrement baptisés « mesures d’accompagnement », censés faciliter l’accord entre une entreprise qui cherche des mètres carrés et un propriétaire pressé de les louer.
    (…)
    Pas besoin de marchander en ce moment sur le marché des bureaux, les bailleurs sont si contents de trouver un locataire ou de garder le leur qu’ils sont prêts à lâcher, beaucoup. Et les mesures s’additionnent : la mise à disposition anticipée des locaux, (comptabilisée nulle part), un loyer progressif, la facture des travaux d’aménagement, celle du déménagement, une promesse de nouveaux cadeaux au bout de trois ans…
    (…)
    Calculé sur toute la durée du bail, le montant que touchera le propriétaire passe ainsi d’une valeur faciale (affichée) à une valeur économique (réellement payée, après ristourne). Et la différence peut atteindre de 20 à 25 %. Jusqu’à 35 % fin 2013.
    (…)
    Pourquoi s’inquiéter alors de ces discussions de marchand de tapis, classiques sur n’importe quel marché et oscillant avec l’offre et la demande ? Parce que le prix auquel se louent les immeubles, finalement fixé entre les deux parties, n’est connu que d’elles seules et ne correspond en rien à la valeur communiquée au marché. Lors des grand-messes réunissant les acteurs du secteur et les analystes financiers, les principales sociétés de conseil comme BNP Paribas Real Estate, DTZ, CBRE et JLL fournissent des chiffres faux. Ce sont pourtant ceux-là qui alimentent la base de données d’Immostat, référence nationale et internationale de la santé du marché tertiaire français. Lequel s’est montré étonnamment résistant depuis 2008, debout au milieu de ses voisins qui perdaient pied et dévissaient. La courbe des loyers est quasiment plate, alors que, au début des années 1990, ils avaient baissé de 50 % en cinq ans. Rien d’étonnant : depuis le début de la crise financière, les écarts entre loyers « faciaux » et « éco » n’ont cessé de se creuser. Et toute la place le sait.
    (…)
    Aujourd’hui, les investisseurs se battent pour des immeubles dont les revenus sont pourtant en baisse, explique Alain Béchade, ancien broker aujourd’hui professeur au CNAM. En maintenant des valeurs faciales hautes, ils espèrent préserver la valeur de leurs actifs afin de mieux les revendre ou cultivent l’espoir que les loyers remontent un jour".

    Tiens, il n’y a pas que pour l’inflation que les indicateurs officiels seraient bidonnés à la baisse?

  8. Bonsoir, Merci à Dozier et à Bill pour vos explications suite à "La montée de l’or a-t-elle reçue un coup d’arrêt pour une grande période?" reçu sans e, évidemment. Maintenant on sait à quoi s’en tenir.
    Dan

  9. Bonjour,
    lisez ou du moins essayez de lire jusqu’au bout ces 29 pages de Jean Maillard, qui explique la manipulation du libor euribor et tibor. Sur les cours de l’or, le contengo la backwardation le gold lease rate le gofo le libor.
    Franchement, je suis plutôt pessimiste pour qu’on voit un jour le cours réel de l’or car tous " ces gens " de la finance sont trop puissants et en plus disposent de l’appui implicite des gouvernements.
    http://www.forum-monetaire.com/wp-content/uploads/2014/03/arnaque.pdf

  10. Comment pouvez-vous encore continuer à perdre autant l’argent ? Car ils vont continuer à vous prendre tout ce que vous placerez en or. Regardez combien JC a déjà perdu en ayant acheté de l’or au plus mauvais moment ! Et ses autres placements … que des pertes qui s’aggravejr !!!! Ce sont des gens comme lui que les autorités visent et cela fonctionne très bien.

  11. @ dozier

    effectivement ce n’est pas un plan d’investissement

    c’est un plan de bataille
    nous sommes en guerre

    après avoir eu de l’or en 1980
    j’ ai eu des obligations à 16%
    que j’ai gardé 10 ans
    puis des actions
    puis de l’immobilier
    en 2014 tout est faux
    taux d’intérêts
    actions gonflés à l’hélium
    banques endettées
    états endettés
    bail in

    à mon grand regret
    au revoir "confiance"
    que du cash et de l’or

  12. Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
    J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

    Je ne regarderai ni l’OR du soir qui tombe,
    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
    Et, quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

    Les Contemplations (Victor Hugo, 1846)

  13. la BCE va imprimer
    je m y attendais depuis 5 ans quand j’ai acheté de l’or.
    toutes les banques centrales vont imprimer
    après les américains, les anglais les japonnais
    et maintenant l’europe; les autres pays vont suivre.
    Il n’ont pas le choix, le monde entier est en faillite.
    les dettes sont irremboursables.
    Ils vont essayer de tuer la valeur de la monnaie papier,
    donc de notre argent.
    ça prendra plusieurs années.il ne peut pas y avoir
    de croissance avec le boulet de la dette.
    le cheminement reste à écrire. ça va bouger.

    lien:

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20140326trib000822012/bce-a-quoi-ressemblera-un-qe-a-l-europeenne-.html

  14. Moi, j’arrête de publier ici. Je vous dis adieu. Merci pour les aides et conseils sur ce qui fut un bon blog fréquentés par des gens souvent sympas, et quand même quelques grosses morues que j’oublierai vite fait.

  15. http://www.forum-monetaire.com/
    Tout cela étant, par ailleurs, baissier pour les métaux précieux (or et argent-métal surtout), qui ont vraisemblablement atteint en mars 2014 leur plus haut de toute l’année 2014 puisque la reprise du dollar US et la déflation mondiale sont négatives pour eux et que des mécanismes les empêchant de monter durablement ont été mis en place, sur lesquels nous restons shorts avec comme premiers objectifs leurs plus bas de 2013. Et s’ils les cassaient, leur chute sur les niveaux de 1.050 et 14,75 USD l’once (pour l’or et l’argent-métal respectivement) deviendrait possible. ==> j’attends avec impatience les 400-500$ l’once !

  16. @ pascal H

    l’analyse technique n’est plus ce que c’était. tout est manipulé
    nous en reparlerons quand ils appliquerons le bail in
    ça risque d’être dur pour lui, il n’a que de l’or papier.

  17. @ pascal H
    on ne peut pas tout prévoir
    mais il faut se préparer sans précipitation
    et s’adapter à l’évolution de la situation

  18. Les Japonais se préparent aux conséquences des Abenomics en achetant de l’or

    Les Abenomics, soit la politique économique du premier japonais Abe, qui consistent à créer des sommes astronomiques de yens à tel point de faire passer la Fed pour de petits joueurs, finiront par se payer. Il semblerait que ce moment se rapproche, alors que les Japonais se mettent à acheter beaucoup d`or pour se protéger des conséquences terribles des Abenomics.

    Abenomics-Or

    ZeroHedge, qui surveille de près ce qui se passe au Japon et qui a déjà noté que les prix alimentaires ont fortement augmenté sans que cela ne se traduise par une hausse des salaires, tandis que les dépenses des ménages sont en baisse, relaie un article du Financial Time qui indique que les Japonais se ruent en ce moment sur l`or.

    Tanaka Kikinzoku Jewelry, spécialisé dans le commerce des métaux précieux, a enregistré une hausse de ses ventes de 500 % ce mois. Dans son magasin principal de Ginza, ce jeudi dernier, des clients ont fait la queue jusqu`à 3 heures afin de pouvoir acheter des lingots de 500 gr, d`une valeur de 22.500 $. La société a ainsi enregistré, en mars 2014, son plus gros chiffre d`affaires mensuel en 120 ans d`histoire.

    ZeroHedge de noter que le Japon pourrait emboîter le pas à l`Inde en compliquant les achats de métal jaune pour rediriger les économies des Japonais vers des dépenses plus « approuvées par Keynes », mais pour l`instant le gouvernement, après s`être contenté d`augmenter la taxe sur l`or de 0,5 %, a d`autres chats à fouetter, notamment face aux prix de l`énergie qui ne cessent de grimper.

    Itsuo Toshima, qui conseille un fonds de pension, ne tourne pas autour du pot quand il s`agit de décrire la situation qui règne au Japon :

    « Lentement mais sûrement, les gens se préparent au pire, à savoir à l`échec des Abenomics. »

    « Afin de protéger leur patrimoine, les Japonais achèteront de l`or. Et si l`économie devait replonger dans la déflation, la recherche de la sécurité profiterait également au métal jaune. »

    Un jeune trader de 33 ans qui s`est présenté chez Tanaka a déclaré sous le couvert de l`anonymat que la future augmentation de la taxe de 0,5 % représente une bonne opportunité pour acheter, étant inquiet de détenir trop d’avoirs en yens. « Je compte le garder un bon bout de temps, jusqu`à ce qu`une bonne opportunité de vente se présente, par exemple lorsque le yen s`effondrera… »

    Et ZeroHedge de conclure en se demandant ce qu`il se passera lorsque les 100 millions de Japonais se mettront tous dans l`idée d`acheter 1/2 kg d`or.

  19. Accueil › Barron’s › Mister Market and Doctor Conjoncture du Mardi 1er Avril 2014: L’illusion de sécurité sur les nouveaux prêts à risque Par Bruno Bertez
    Mister Market and Doctor Conjoncture du Mardi 1er Avril 2014: L’illusion de sécurité sur les nouveaux prêts à risque Par Bruno Bertez

    Par The Wolf le 01/04/2014 • ( 7 )

    Mister Market and Doctor Conjoncture du Mardi 1er Avril 2014: L’illusion de sécurité sur les nouveaux prêts à risque Par Bruno Bertez

    Nous parlons beaucoup de politique, de géopolitique, et même de bourse. A cet égard, nous vous recommandons de relire nos derniers textes boursiers, ils sont un peu théoriques, ils sont un peu abstraits, mais c’est l’abstraction qui nous permet de mettre en ordre le réel et de l’anticiper. Le fait que nous soyons incapables de fournir des indications de calendrier ne change rien aux avertissements que nous lançons : nous sommes dans une phase nouvelle et bien peu de gens en ont pris conscience. Beaucoup de paramètres prennent des comportements atypiques, beaucoup de corrélations sont en train de se « déglinguer ». Le système financier global se réaménage, comme le montrent les portefeuilles étrangers de Treasuries, la chute du Yuan, la hausse de l’Euro. N’oubliez jamais, la transitivité chère à Soros fonctionne dans tous les sens, à la hausse et doublement à la baisse. Les opérateurs sont encore sur les convictions de la période précédente, sur les paris sur Yellen, sur les assurances de liquidités et de « put » perpétuel alors que le jeu de la carte, la règle du jeu, ont changé, elles sont ailleurs.

    On ne parle plus de QE, de « Taper », tout cela est déjà du passé, on parle des conséquences et des inconvénients des politiques qui ont précédé. On ne parle plus de l’expansion de la Chine, mais de ses faillites et ses défauts. On ne parle plus des risques de hausse des taux, on parle du caractère artificiel des marchés de crédit, des retours du subprime chez les Corporates. On ne parle plus de la reprise du « housing », on se demande s’il va y avoir éclatement de la seconde bulle initiée par Bernanke. Mais tout cela n’a pas encore fait son chemin dans les médias, encore moins dans la tête des opérateurs financiers lambda.

    On a oublié que la fuite en avant de 2008 a suscité de plus en plus de laxisme et de fragilité et donc qu’à ce stade, le système est redevenu sensible à toute évolution imprévue, non désirée, même marginale. On a oublié que les spreads, encore au minimum historique en ce moment, sont aussi artificiels que les cours de bourse et le niveau des taux ; ils sont eux aussi faits à la main, manufacturés. Et c’est là, la nouvelle zone de fragilité du système. Un signe qui ne trompe pas: alors que les taux d’intérêt n’ont monté que marginalement, les émissions de MBS, sont, par rapport aux records de l’été 2013, en chute de 60%. Les professionnels, eux, y font attention, tout comme à la chute du volume des repos. Le reflux est continu depuis le bruit de Taper.

    On a seasonally adjusted basis, mortgage purchase applications (and real median household income) remain at 1995 levels.

    mbapsa032614

    But some other economic indicators like employment-to-population ratio and M2 Money Velocity are lower than pre-1995 levels.

    mbapm2veloc032614

    Le marché des Leveraged Loans, du High Yield Corporate, des Junks, des émissions à faible covenants, s’est considérablement dégradé avec une poursuite irresponsable de la dégradation de la qualité des émetteurs et surtout des conditions de garantie exigées par les prêteurs. Ceux-ci empaquettent les prêts de mauvaise qualité, douteux dès le départ, avec autant d’impudence et de cynisme qu’ils le faisaient avant la crise de 2008. Les prêts à covenant-lite, prêts accordés avec peu de garanties, dépassent la moitié de l’ensemble des prêts, a fait remarquer récemment le journal Barron’s. Depuis l’alerte du printemps dernier, la débauche s’est poursuivie de plus belle, chacun semble croire que cela ne peut que continuer.

    Demand for leveraged-loans is surging (as rate concerns rise)…

    And where there is demand, supply rises to meet it – as the least lender-protected notes surge in issuance…

    Cov-lite issuance is over 45% of all loan issuance in 2013!!!

    bear in mind that the great majority of this issuance is being used for refinancing – not capex or growth-related spending

    In context – that is more than double the amount of the last bubble peak!!

    Nous vous rappelons qu’en 2013, c’est plus de 1 trillion de prêts High Yield et Leveraged Loans de qualité douteuse qui a été émis placé. L’argument commercial des banques, argument classique des périodes d’excès et de fin de cycle, étant que le taux de défaut est très faible, historiquement faible. Or cet argument est un argument… contrarian! C’est quand le taux de défaillance est dans les plus bas que l’on approche de la fin du cycle. L’excès de liquidité masque la situation réelle des emprunteurs et distord la situation sous-jacente dans un sens qui fait apparaître solvable ce qui en réalité ne l’est plus. Ce que l’on croyait non corrélé, statistiquement indépendant, comme lors de la crise du housing, se révèle au contraire très corrélé à un même facteur, le facteur « liquidité ».

    Plus que le marché des actions, peut-être plus encore que la situation chinoise, la santé du marché de ces nouveaux subprimes nous paraît être à surveiller, sans complaisance ou illusion. Le niveau des taux est artificiellement bas, les spreads sont faits à la main et comprimés, le taux de défaut est à un plus bas historique, il est temps de s’alarmer.

    L’illusion de sécurité que donne le comportement des marchés est précisément un indice de danger, voilà le message que nous voulons faire passer. Oui, il y a un « put », une assurance sur les marchés, mais rien ne dit que le prix d’exercice de ce « put » ne se trouve pas… beaucoup plus bas. Notre pari est que si les risques que nous anticipons se concrétisent, et si ce n’est pas demain, ce sera après-demain, les corrections seront tout, sauf normales!

  20. La dette de marge (Margin Debt) correspond au montant d’argent que les gens empruntent pour acheter des actions.

    La dette sur marge sur le New York Stock Exchange (NYSE) est à un niveau record, plus élevé que ce qu’il était juste avant la derniere récession , juste avant que les cours des actions ne commencent à baisser !!

    Plus la dette de marge augmente et perdure, plus le sell-off (vente massive) dans les actions sera important, car avec un tel effet de levier, un mouvement négatif dans le marché boursier entraînera inévitablement un effet domino.
    Les appels de marge créeront alors une contrainte supplémentaire à la baisse sur les investisseurs qui voudront dans la panique couper leurs pertes en vendant d’autant plus vite que l’effet de levier jouera contre eux.
    En 2000 et 2007, tout comme aujourd’hui, les indices boursiers clés étaient près de leurs sommets

  21. De moins en moins optimiste pour les actions … J’ai encore largué quelques lignes pour réduire la voilure.

  22. La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a estimé mercredi que la crise en Ukraine pourrait avoir de "vastes" retombées sur l’économie mondiale si elle n’est pas "bien gérée".

    "La situation en Ukraine, si elle n’est pas bien gérée, pourrait avoir des retombées plus vastes" sur l’économie mondiale, a déclaré la dirigeante du Fonds monétaire international (FMI) à Washington selon le texte de son discours communiqué à la presse.

    L’Ukraine, qui a obtenu un pré-accord du Fonds pour un plan d’aide, est au bord de l’asphyxie financière et connaît de fortes tensions avec son voisin russe qui a absorbé une de ses régions, la Crimée.

    En représailles à l’absorption de la Crimée, les Occidentaux ont sanctionné plusieurs proches du président Vladimir Poutine et menacent de frapper plus durement l’économie russe en cas d’escalade.

    "J’espère que les tensions géopolitiques vont disparaître (…) afin que le programme (du FMI en Ukraine) fonctionne", a relevé Mme Lagarde lors d’une séance de questions-réponses.

    Le plan d’aide du Fonds, qui pourrait se monter à 18 milliards de dollars sur deux ans, sera conditionné à la mise en oeuvre de mesures d’économies drastiques par les autorités de Kiev.

    "Il semble que les discussions sur les sanctions aient déjà produit certains effets" sur l’économie russe, a par ailleurs pointé Mme Lagarde.

    "Quand vous regardez le reflux de capitaux (hors de Russie) et quand vous regardez les changements de politique monétaire qui ont dû être faits, cela montre qu’il y a eu des conséquences immédiates", a poursuivi la dirigeante.

    Les sorties nettes de capitaux en Russie devraient se monter à 60 milliards de dollars au premier trimestre, selon les prévisions de Moscou. La Banque centrale russe a par ailleurs mené plusieurs actions, dont une vente record de devises étrangères, afin de soutenir le rouble.

    Selon Mme Lagarde, la crise ukrainienne s’inscrit plus généralement dans la "montée des tensions géopolitiques" qui menacent les perspectives économiques mondiales. Le FMI doit publier mardi ses nouvelles projections de croissance lors de son assemblée générale à Washington.

    La dirigeante craint également une déflation dans les pays riches, particulièrement dans la zone euro, qui pourrait "restreindre" la demande et l’activité.

    Pour éloigner ce spectre, Mme Lagarde juge "nécessaire" que la Banque centrale européenne assouplisse davantage sa politique monétaire, notamment en recourant à des "mesures non-conventionnelles".

    Début mars, le FMI avait déjà appelé la BCE à baisser davantage ses taux directeurs et à augmenter ses injections de liquidités par des rachats d’actifs.

    Un des responsables de l’institut monétaire européen, Vitor Constancio, a toutefois affirmé mardi ne pas croire au scénario de la déflation en zone euro.

    Dans son discours, la patronne du FMI a également assuré que les pays émergents restaient exposés à des risques de "volatilité financière" en raison du progressif retour à la normale monétaire aux Etats-Unis.

  23. Un article très intéressant de Léonard Sartoni sur l’or…
    http://argent-or.blogspot.fr/2014/04/gold-le-supercycle-des-matieres.html
    quelques extraits :
    …Si nous prenons en compte la pression sur les ressources exercée par des pays comme la Chine et l’Inde, la croissance de la population mondiale, le sommet de la production déjà atteint sur plusieurs matières premières, ainsi que le dérèglement climatique pour la production des soft commodities, ce supercycle est loin d’être arrivé en bout de course! Une chose est sûre, l’indice des matières premières ne pourra pas reprendre son marché haussier sans l’or et l’argent !…
    …La Fed n’a plus le choix. Elle est simplement en train de recharger son fusil pour garder un semblant de crédibilité, mais tout ce qu’elle peut faire pour lutter contre les pressions déflationnistes de ce long cycle (hiver de Kondratieff) est d’imprimer, imprimer et imprimer. La prochaine crise a toutes les chances d’être une crise sur le dollar et de contaminer l’ensemble du système monétaire, déjà en situation de dévaluation compétitive. Le besoin d’or physique, en tant qu’extincteur de la dette et garant de stabilité pour les monnaies, va devenir de plus en plus grand et conduira très probablement à l’entrée en phase de hausse finale de ce supercycle. L’or à $1300 sera vu comme une aberration d’ici quelques années ! …
    Bonne journée.

  24. Les indices US d’aujourd’hui sont pourris. Attention la montée de l’or si la conjoncture continue à se dégrader. Il faudra encore lâcher du papier coté actions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *