Le poids de la Chine dans le monde

Par Jean Christophe Bataille.

http://www.economiesolidaire.com/images/bebes-chinois.jpg

En 2014, selon les projections du FMI, la Chine comptera pour 15% du PIB mondial, l’Inde 5%, le Brésil 2,8%, la Russie 3,4%. L’économie américaine ne pèsera plus que pour 18% du PIB mondial.

La Chine, c’est une démographie égale à 10 fois le Japon. C’est un rattrapage technologique bien plus rapide favorisé par une politique de transfert que n’a pas connu le Japon. C’est une direction politique très centralisée qui brule les étapes et gère les infrastrucures de façon cohérente. Ce qu’il faut savoir pour ceux qui ne connaissent pas la Chine, c’est que contrairement aux pays qui se sont developpés plus lentement dans le passé, la Chine rase une grosse partie de son environnement urbain dans les grandes villes. Le Pekin et le Shanghai de 1990 n’existent plus. Une grande partie de ces villes a été rasée puis reconstruite. Seuls les quartiers ayant une valeur historique ont été conservés. La vitesse de développement est considérable et repart sans frein avec des infrastructures adaptées et des rues très larges.

La population veillit mais est loin d’être au niveau du Japon ou de l’Allemagne. Une population agée n’est pas nécessairement un handicap. Il suffit de voir la puissance économique de l’allemagne actuellement. Il est des populations jeunes dans l’histoire qui ont conduit les plus sinistres politiques : les khmers rouges. Il est des populations jeunes possédant de grandes richesses en matières premières incapables de se développer aujourd’hui : l’Algérie.

Je me suis amusé avec ma calculatrice financière à composer les taux de croissance présumés de la Chine sur 25 ans et ceux des US sur la meme durée Le résultat bien que shématique est sans appel :

En 25 ans avec un taux de croissance de 10 %, la Chine multiplie son PIB par 10 alors que les USA par 1,85 !

Bien sur, ce taux de 10 % est shématique et la Chine finira pas ralentir. Mais l’évolution des PIB illustre bien la différence entre pays émergents et pays développés. Ce calcul ne tient d’autre part pas compte des effets d’echelle qui doivent nous conduire à appliquer à la Chine une surpondération démographique tenant compte du fait que la Chine est 5 fois plus peuplée que les USA. Cette avantage devrait en effet lui offrir un immense marché captif à même de propulser fortement son économie et lui permettre d’assoir une véritable domination monétaire, économique et militaire.

Je ne rajoute pas à l’équation l’Inde, la Russie et le Brésil. Nul doute pour moi que les USA pèseront beaucoup moins que l’ensemble des BRICs dans seulement 10 ans.

5 réflexions au sujet de « Le poids de la Chine dans le monde »

  1. @ Jean-Christophe

    Entièrement d’accord quand tu écris: »Une population âgée n’est pas forcément un handicap »

    Ni de son propre point de vue ni du nôtre.J’ajouterai que sur le terrain toujours tentant pour une puissance en expansion de l’impérialisme militaire c’est plutôt une bonne chose.Les
    rhumatismes et l’expérience des souffrances de la vie enlèvent à la plupart leur ardeur belliqueuse.Il n’en reste pas moins que nous aurons affaire à une population majoritairement
    masculine composée essentiellement d’enfants-rois exigeants…

     

    Un autre atout de la Chine à prendre en compte est l’existence d’une importante diaspora.Dans certains pays d’Asie comme l’Indonésie, elle constitue une classe moyenne industrieuse et
    riche,jalousée par le reste de la population.

    Sans oublier la diaspora d’émigration plus récente,éduquée à l’occidentale et parvenue souvent comme aux Etats-Unis ou au Canada, trop peu en France à la classe supérieure.La Chine dont
    le modèle d’éducation encore trop rigide a tendance à formater plus qu’à laisser libre cours à la recherche individuelle mise beaucoup sur le retour à grands frais de chercheurs actuellement à
    l’étranger pour doper sa recherche et obtenir des prix Nobel.

     

    Je crois que la force d’une nation moderne n’est ni dans le nombre de ses habitants ni dans la jeunesse de sa population,ni dans la richesse de son sous-sol.Tu as raison,l’Algérie est
    malheureusement pour elle,pour ses voisins et par contrecoup pour nous une dramatique illustration.La France des colons fortunés y a sa part de responsabilité.Pas de développement
    sans cohésion sociale,sans éducation,sans une équipe au pouvoir responsable,cultivée et visionnaire.L’Etat dont on dit parfois à raison le plus grand mal,étant la colonne vertébrale de
    l’ensemble.

     

    Plus qu’un cadre administratif contraignant et tâtillon,et au final malthusien il devrait être une exigence que s’impose chacun de ses membres, fonctionnaires et dirigeants au nom
    de l’intérêt collectif,donc finalement individuel,toujours en butte à la puissance des intérêts particuliers de tel ou tel ou de tel ou tel lobby.Ceux-ci l’imprimant à leur tour au reste de
    la société par l’intermédiaire des services publics,à commencer par l’école et les médias d’Etat.

     

    En gros,ce que la Grèce,où la corruption est un sport collectif admis par tous, n’a plus et ce que la France perd peu à peu.Derrière le nationalisme un peu naïf des
    Chinois que Jean-Christophe pointait du doigt,transparaît une foi en eux,en leurs dirigeants,en leur avenir commun que nous avons perdue depuis bien longtemps.Ce qui manque
    encore peut-être à la Chine et que l’Amérique possède toujours et qui fait son aura,c’est une grande capacité d’invention,de remise en question technologique,mais aussi artistique,philosophique
    ou politique.   

  2. Nimen hao!

    Merci pour cet article. La Chine est sans aucun doute un pays fascinant. Quelques compléments/commentaires de ma part :

    – tout d’abord, il faut bien comprendre que le rêve de beaucoup de Chinois est de devenir riche (dixit des Chinois eux-mêmes). Hormis en jouant à la fdj, ça fait longtemps que ce n’est plus une
    aspiration dans nos pays développés (car au fond nous sommes déjà riches)

    – je peux témoigner de cet urbanisme tout à fait étonnant que décrit Jean-Christophe. Et il ne s’agit pas simplement de la construction de buildings modernes. L’urbanisme est une discipline qui
    ne s’improvise pas. Dubaï, qui est éminemment moderne, représente un parfait contre-exemple : le plan d’urbanisme y est à mon sens inexistant. Une ville n’est pas une simple juxtaposition de
    bâtiments…

    – pour modérer la dernière remarque de bxx, il y a 10 ans, les réponses chinoises aux appels d’offres qu’on lançait faisaient sourire pas mal de monde : ils répondaient positivement et sans
    détail à tout, là où des entreprises centenaires n’étaient pas capables de remplir 75% du cahier des charges. De toute évidence, il y avait un problème de crédibilité ; mais je me rappelle
    parfaitement remarquer à l’époque qu’à la place de nombres d’entreprises occidentales, je ne sourirais pas trop. Je donnais une quinzaine d’années à la Chine pour rivaliser sérieusement avec ses
    concurrents en place et ayant pignon sur rue. Que nenni, cinq ans après, on achetait déjà leur produits (de haute technologie). Et pas sur un seul critère financier (ils ne sont pas aussi bon
    marché qu’on pourrait le penser). Leurs produits sont simplement bons.

    – j’ai aussi assisté durant ce même laps de temps à un changement du comportement des Chinois/des entreprises chinoises : prenant part à des comités internationaux, il y a 10 ans, ils venaient,
    écoutaient, puis repartaient. Aujourd’hui, ils participent activement et déposent des brevets. Ils n’ont pas hésité non plus à débaucher des experts occidentaux.

    – je vois néanmoins une grosse difficulté pour ce pays, à savoir l’avenir de la population rurale. Les dizaines de millions de nouveaux aisés ne doivent pas oblitérer les centaines de millions
    qui ne voient pas (encore ?) les fruits de la croissance. Je souhaite de tout coeur que les dirigeants chinois y réfléchissent.

    PS : j’en profite pour remercier bxx pour ces commentaires qui sont un régal à lire.

  3. « La Chine devrait être en tête de l’activité liée aux brevets d’ici 2011, c’est ce que révèle une analyse détaillée de la propriété intellectuelle publiée aujourd’hui par la division Solutions IP
    de Thomson Reuters »

    [source]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *