Le pétrole : l’investissement long terme privilégié de Futures

Par Jean Christophe Bataille

Si l’or est condamné à former une bulle puis à s’effondrer dans quelques années, le prix du pétrole risque de poursuivre sa hausse et de façon beaucoup plus durable. Les dernières conclusions de l’Agence gouvernementale américaine de l’énergie (AIE)sur le Peak Oil sont révélactrices de la pénurie qui attend la planète dans les années à venir. Le monde aurait atteint la limite de ses capacités de production et celles-ci serait condamnées à décroitre même si les investissements nécessaires étaient réalisés. Or ceux-ci sont constamment retardés.

Les récentes données de l’International Energy Agency’s World Energy Outlook 2009 sont intéressantes à plus d’un titre.

Pour les 20 prochaines années la demande occidentale devrait stagner du fait de la maturité des équipements des populations, de l’absence de croissance démographique et des efforts qui seront consentis pour développper les énergies nouvelles. En revanche la demande des émergents devrait exploser avec l’accès des populations aux différents éléments de confort que nous possédons.

Le rapport de l’AIE précise les prévisions de croissance de la demande pétrolière des différents pays est édifiant :

Selon la journaliste Maryann Bird « If by 2030 China and India alone were to achieve a per-capita [resource consumption] footprint equivalent to that of Japan today, together they would require a full planet Earth to meet their needs ».

C’est dire si l’approvisionnement en pétrole va devenir difficile.

Le hyatus entre la production sur les gisements actuels et les besoins futurs est considérable. Contrairement à une idée reçue, les gisements en pétrole non conventionnels comme les schistes bitumineux ne pourront en aucun cas combler le déficit.

Rajoutons à cela l’AIE prévoit une hausse de 2,5 mb/j de la consommation mondiale à l’horizon 2011. Mais la production hors OPEP ne pourra satisfaire cette demande car l’offre de ce groupe, en augmentation de 410 000 b/j en 2010, devrait ensuite décliner de 140 000 b/j en 2011, en raison de l’épuisement des deux grandes sources traditionnelles que sont le Mexique et la mer du Nord. L’étude de l’EIA confirme à quel point le déclin des gisements ayant dépassé leur pic de production peut être rapide : le champ mexicain de Cantarell, l’un des plus grands au monde, ne produit plus que le quart du niveau atteint lors de son pic, en 2005. En mer du Nord, la chute est de 50% depuis 1999. La disparition de ces sources d’approvisionnement traditionnelles, qui ne seront que partiellement compensée par le Brésil et l’Asie Centrale, provoquera un déplacement du centre de gravité du marché mondial du pétrole, prévoit l’agence, entrainant la fin de relation commerciales bien établies, et renforçant le pouvoir de l’OPEP (source contre-info)

Il faudra donc reprendre de façon très active recherche et exploration actuellement réduites à leur minimum par la crise.

Ma conclusion est que les parapétrolières ont de beaux jours devant elles et que même achetées au prix actuel, elles sont une bonne affaire et seront beaucoup mieux valorisées dans quelques années. Le pétrole lui même est à un prix très inférieur à ce qu’il sera dans 10 ans.
J’ai acheté beaucoup de ces actions sous CAC 3000 jusqu’à CAC 2500 et les ai revendues progressivement ensuite jusqu’à CAC 3800. Je dois le confesser, je n’imaginais que les actions iraient au dessus de CAC 4000. Mon allocation actuelle en MP surtout en pétrole n’est que de 2% du patrimoine. Comme je l’ai déjà dit, une évolution vers le support de CAC 3400 voire 3600 serait pour moi l’occasion de commencer à procéder à des achats sans me soucier de l’évolution de ces titres à court terme tant leur potentiel me parait élevé

50 réflexions au sujet de « Le pétrole : l’investissement long terme privilégié de Futures »

  1. Bonjour Barth,
    Le coal to liquid va mettre énormément de temps à être opérationnel et le pétrole est irremplacable pour tout un tas de chose. Les gens qui croyaient au coal to liquid il ya un an prévoyait le peak
    oil dans trente ans, c’est dire s’ils se sont trompés. Par ailleurs le charbon est l’energie la plus polluante qui soit. Mais ca ne l’empechera pas d’etre exploité à mort tant l’energie est vitale
    pour nos sociétés mais il n’y a aucune pénurie à prévoir pour les 10 ans a venir. Les réserves de charbon sont considérables. Je suis extrèmement positif pour les 20 ou 30 ans à venir sur le
    pétrole et l’uranium qui va également exploser.
    D’ailleurs si Daniela qui a été étudié ce sujet voulait faire un article sur le Yellow Cake, ses perspectives et les supports intéressants, ce serait pas mal.
    Une remarque : il ne faut pas jouer les  majors pétrolières car comme tu le soulignes très bien les états vont garder le monopole de l’extraction. En revanche les budgets de recherche,
    exploration et exploitation vont catapulter au zenith les parapétrolières. Ce sont elles qui sont intéressantes.

  2. la techno pour transformer du charbon en pétrole existe depuis longtemps, les nazis l’utilisaient déjà  en 40, ainsi que les sud africains durant l’embargo de 70-90 
    le problème c’est le rendement, hors si le pétrole décroit rapidement au alentours de 2015-2020, la violence de la décrue et la monté des cours risque bien de faire basculer durablement les
    investissements et la recherche  sur le charbon . bref tout est une question de timming mais je suis sur a 100 % que la seule énergie plausible face au pétrole est le charbon 

  3. D’accord avec ce que tu dis car le charbon représente la matière énergétique la plus abondante sur la planète. Mais le prix des MP est lié essentiellement au rapport demande / capacité de
    production et ce rapport va exploser sur le pétrole et l’uranium pour tout un tas de raisons que je ne suis pas le seul a exposer, ce qui ne sera pas le cas pour le charbon dont l’exploitation est
    aujourdhui suffisante pour combler les besoins (mise a part une petite pénurie en Chine récemment à cause d’incidents mais c’est conjoncturel).
    L’idée que le coal to liquid va remplacer dans les 10 ans tous les produits pétroliers légers est pour moi fausse. C’est d’ailleurs admis par la plupart des experts.

  4. Entièrement d’accord avec JC en réponse à barth pourquoi il est préférable de jouer les para-pétrolières et non les majors  

  5. JC–> Post 7
    Q1:
    Oui l’idéal serait que cet arbitrage gagne à la hausse comme à la baisse. Si la combinaison superforme le livret A ou surtout les obligations c’est le jackpot 

    Sur les 11 derniers jours ça marche, mais on est dans un mouvement baissier. J’ai fait un petit tableau journalier qui permet de différencier les journées de hausse de baisse  pour se faire
    une meilleure idée

    http://imagik.fr/view-rl/202464
    Moyenne 6 représente la performance journalière moyenne de toutes les valeurs, moyenne 5 ne prend pas en compte SLB qui est peu liquide.

    Il en ressort que sur 6 jours de baisse, les parapétrolières superforment 4 fois, sous- performent 1 fois et sont neutres 1 fois.
    Sur 4 jours de hausse on a 3 neutres et 1 sous performance.
    Sur la période on gagne assez nettement à la baisse et on perd très peu à la hausse, C’est mitigé car on ne gagne que dans un sens.
    Toutefois sur la période le pétrole est en baisse (-8% sur janvier). Donc à recalculer avec le pétrole en hausse.

    Q2 :
    Oui ou 4X sur le Turbo Put. Mais on peut aussi imaginer un biais suivant la volatilité des MP, mais bon là il faut être outillé au niveau logiciel.

    Q3: Oui c’est clair, il faut surveiller le comportement de la position dans sa globalité.

    Je n’ai jamais testé la couverture Parapétrolières/BX vue que l’idée date d’hier. Par contre je passe parfois dans des positions de type neutral pour différentes raisons.

    L’expérience montre que même si l’approche semble prudente, il faut rester vigilant. C’est rare, mais il est possible de se retrouver avec tout à la baisse. Par ex, sur les 4 sorcières de 2008
    j’avais couvert mes BX avec Total qui « tenait le CAC » à ce moment là.
    Logiquement si FP décrochait le CAC aussi. Résultat FP a baissé nettement et le CAC monté nettement. L’inverse arrive également, comme ce lundi. Dans une position que je pensais neutral (prise car
    quasi-indisponible 4 jours) le CAC a décroché mais mes défensives ont légèrement augmentées.

  6. Bonjour, Daniela as tu l’intention dans les semaines qui viennent de nous faire un papier sur l’uranium. Les perspectives semblent à première vue excellentes à long terme. Mais je crois que la
    difficulté est quel support interressant : tracker 4061S, achat d’actions en direct comme Paladin Energy, Uranium Particpation Corporation, Uranium One Inc ou alors simplement des fonds matières
    premières ayant de grosses positions dans des sociétés d’uranium ?
    Tchao Bon Week end à tous.

  7. L’avenir de l’uranium,dans un monde apparemment soucieux de préserver son atmosphère semble …radieux. Il est pourtant soumis à plusieurs contraintes à commencer par le sérieux problème posé moins
    par ses déchets que par leur stockage à très très long terme.

    L’hypothèse établie d’un monde relativement stable où un puissant état « démocratique » et ses alliés veillent à maintenir l’ordre (le leur) ne peut être projeté sur plusieurs siècles.Un conflit
    généralisé et son corollaire de terrorisme mondialisé sont redevenus une hypothèse plausible.La course aux matières premières à l’énergie et à l’eau semble y mener,et la fin annoncée de l’hégémonie
    de l’empire américain ne se fera pas sans heurts.

    Le coût des centrales nucléaires qui ne cesse de monter avec leur technicité qui s’accroît (Finlande,Flamanville) et leur durée de construction qui s’allonge ne répondent pas aux besoins immédiats
    de nombreux émergents ni à leur moyens financiers.J’ai lu qu’une centrale à charbon,à production équivalente,coûtait dix fois moins tout en étant opérationnelle beaucoup plus vite.

    Sans oublier que le pays qui fait le choix du nucléaire se place sous le regard international et se met en situation de dépendance vis à vis de quelques grands fournisseurs estampillés,ce qui n’est
    pas politiquement neutre.

    D’un côté,le yellow cake n’est pas très abondant et de l’autre,l’essentiel de ses échanges se traite par contrats de plusieurs années.Le prix spot ne concernant que des tonnages marginaux.Sans
    oublier le poids que fait peser sur ce prix le recyclage de combustible militaire.Cela fait beaucoup de paramètres,j’en oublie sûrement.

    Le charbon,malgré sa mauvaise réputation,avec ses contrats annuels et sa réponse immédiate à l’expansion des émergents me semble plus prévisible.L’expérience a montré que tout en étant moins
    volatile il est très lié au pétrole.Mais j’attends impatiemment le travail de la spécialiste.  

  8. Bonjour Bxx,
    Il apparait que toutes les formes d’énergie vont augmenter y compris le charbon. Je défends l’idée que la ressource dont les réserves ont été les plus entamées et dont les capacités de production
    sont les plus basses par rapport à la futures évolution de la demande est le pétrole d’où un choix d’investissement très affirmé sur Futures.

    Chaize va sortir un nouveau papier sur l’uranium. Je le mettrai en lien dès que je l’aurai.

  9. Je le pense aussi,mais la hausse du dollar et un nouveau recul des économies développées attendu pour le second semestre (les marchés anticipent toujours) devraient dans un premier temps continuer
    de faire reculer le baril.

    C’est aussi ce que prévoit Thierry Béchu,spécialiste de l’analyse technique et gérant de hedge funds chez Lyxor.  

    « Avec la rechute attendue de la conjoncture,les prix du pétrole pourraient glisser ponctuellement vers 60 $,ce qui fournirait un excellent point d’entrée pour les retardataires.Une fois la barre de
    80 $ effacée,mon objectif sera de 140 $,soit le record historique de l’été 2008.Un niveau réaliste,compte tenu de la poursuite de la croissance des pays émergents,gourmands en pétrole face à une
    offre de plus en plus incertaine. »

    P.S. Ce monsieur,le 23 février 2009,était haussier sur le pétrole,l’or et s’attendait à un bear market rally ramenant le cac à – je cite-« 3400,3600,voire 4050 ».Et on en était loin.Chacun sait que
    les performances passées ne présagent en rien des performances futures,et que le hasard est parfois complice,mais cela constitue quand même un gage de crédibilité.

  10. A Bxx

    J’ai la même analyse. 60 $ sera probablement le bon point d’entrée. J’ai d’ailleurs remonté nos niveaux d’intervention sur le pétrole dans le Forecast car ils étaient précédemment à 50 dollars. Il
    faudrait pour atteindre ce niveau que la prochaine course au cash soit majeure, ce qui est loin d’être certain.

  11. Merci Coulous,

    Excellents articles. Le premier dit une chose essentielle : il va y avoir encore du pétrole dans les 20 ans à venir mais son cout d’extraction va exploser car les puits dit
    faciles d’accès ont tous été exploités. D’ou l’intérêt majeur de concentrer ses investissements sur les sociétés qui vont profiter des moyens couteux mis en oeuvre pour extraire le
    pétrole qui va manquer à l’appel très bientôt avec la croissance soutenue des émergents. Mon raisonnement est associé à la conviction que j’ai depuis quelque temps de la réalité du
    découplage des émergents.
    A noter que ce n’est pas le cas du charbon dont les couts d’exploitation n’ont aucune raison de grimper étant donné l’importance des réserves facilement accessibles. Le seul levier pour le charbon
    sera donc l’augmentation de la demande. 

  12. Je ne pense pas que l’on puisse investir directement sur le charbon,contrairement au pétrole.Il existe de nombreuses classifications correspondant à autant de prix.Et les contrats annuels sont
    établis au 1er avril.
    Mais si une hausse des coûts n’est pas envisageable,eu égard à la quantité disponible*,le cours des actions des sociétés productrices amplifiera d’autant plus la hausse par la demande.Demande qui
    sera tirée par le besoins en électricité des nouvelles populations urbaines. Et certaines sociétés sont très réceptives.

    Exemple:Patriot Coal [PCX] spin-off du géant Peabody,surtout thermique intérieur usa,commence à exporter du métallurgique vers l’Asie

    C’était très visible en 2008 dans un sens et en 2009 dans l’autre.L’action qui était montée à 75$ dans la phase d’euphorie était tombée à 3$ en mars.Elle était à 21$ mi-janvier 2010.La récente
    crainte de retour en récession l’ayant ramenée autour de 15,50.
    Per 7 fois

    * Contrairement au charbon thermique abondant et dont les qualités médiocres sont utilisables,surtout dans les émergents,le charbon cokéfiable à haut pouvoir calorique et pauvre en soufre est plus
    rare et… nettement plus cher. 

  13. « Nous pensons en effet que les prix des matières premières vont devenir très élevés (à partir de 2014-2015?). »

    Telle est une partie de la conclusion de Patrick Artus,dans la dernière analyse de Natixis.Jean Christophe est-il trop pressé,Artus trop patient? De toute façon il ne faudra pas attendre la phase
    euphorique pour sauter dans le dernier wagon.Mais avoir raison trop tôt,c’est avoir tort.

    http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=51512

    Après une première phase  dans la ligne de la période actuelle (croissance faible/pas d’inflation /monétisation),une seconde phase,à plus long terme serait caractérisée par la hausse des
    matières premières dans un contexte un peu différent. (croissance faible/pas d’inflation/pas de monétisation).Artus ne parle pas de stagflation,mais on ne peut s’empêcher d’y songer.

    Ce serait assez logique.
    La croissance ne reviendra pas rapidement dans les pays développés en raison du désendettement qui devrait durer,du resserrement du crédit  et des pressions exercées sur les salaires à la fois
    par la politique de réduction des coûts des entreprises et par l’augmentation des ponctions fiscales.Tout cela sur fond d’inquiétude des populations et de thésaurisation de précaution.Pour soi et
    pour ses enfants dont l’avenir apparaît chaque jour plus incertain.

    L’excés d’investissement dans les émergents risque de suralimenter une demande qui ne sera tirée au plan mondial que par leur propre croissance,encore peu orientée vers la consommation, étouffant
    ainsi toute inflation généralisée.

    Reste la question des matières premières sur lesquelles la boulimie des émergents,associée au manque d’investissement d’un occident en mal de financement va se concentrer.Leur demande solvable
    devient gigantesque et concentrée dans un temps bref comparativement à ce que fut celle des pays actuellement développés qui s’est étalée sur au moins un siècle et demi. Alors que l’offre,depuis
    longtemps adaptée à une croissance diversifiée dans les pays riches n’est pas pléthorique.

    Non seulement les quantités disponibles ne sont pas élastiques,mais les gisements géants sont de plus en plus rares,et leur teneur souvent plus pauvre,et il faut entre 5 et 7 ans pour mettre en
    production une mine.Un hévéa produit peu avant quatre ou cinq ans.Et l’exploitation des immenses gisements brésiliens en offshore profond n’est pas pour demain non plus.

    Ces activités sont extrêmement gourmandes en capitaux,et les contraintes environnementales et sécuritaires (je pense au plomb par exemple,ou à l’or) se feront de plus en plus pesantes,y compris
    dans des états qui sont encore peu interventionnistes.Le fait qu’actuellement des sociétés occidentales prospectent des zones difficiles comme le nord du Groenland ou pour d’autres raisons
    l’Erythrée montre bien que,dans certains secteurs,la ressource facile est en voie de disparition.

    Par ailleurs,les matières premières obéissent aussi à des cycles d’une vingtaine d’années,d’après les experts.La respiration de 2008/2009 marque peut-être le milieu du cycle actuel.

    PS J’ai lu l’autre jour une petite phrase que je rapproche peut-être à tort des conclusions de Patrick Artus et des pronostics de ce blog.L’article relatait la montée au capital (19,9%) du géant du
    Zinc Nyrstar (euronext Bruxelles) dans un petit explorateur ayant découvert un gisemement de classe mondiale qui n’entrera pas en production avant 2013.Le représentant de Nyrstar disait: »Ce projet
    […] a le potentiel pour devenir l’une des plus importantes mines de zinc au monde,idéalement
    placée sur la courbe des prix… »Or,l’étude de faisabilité ne sera pas rendue avant
    fin 2010,on ne peut donc pas encore évaluer de façon précise le coût cash de la livre de zinc.Pourtant Nyrstar a déjà mis la main sur 35% de la production pour toute la durée de vie de la mine.Il
    faut dire qu’il venait de se faire doubler par le Japonais Toho Zinc dans un autre dossier.

  14. Bonjour Bxx,

    J’ai deux convictions :

    La difficulté en bourse n’est pas de ne pas avoir raison trop tôt mais d’avoir raison à temps car il y a toujours un petit malin qui anticipe avant soi. Bon nombre de gens m’ont pris pour
    un fou quand j’ai acheté mon premier lingot en 2003 à moins de 400 $ l’once. C’était il y a 7 ans … C’est dire s’il faut regarder les marchés avec une longue vue. Quand j’ai acheté des
    para pétrolières avec un pétrole sous 40 $, on me prenait aussi pour un fou chez tropical et on m’affirmait qu’il irait à 12 $ … Je réponds aujourd’hui que nous verrons si ceux qui attendent une
    rechute bien en dessous de 50 $ arriveront à remplir leurs citerne  :-) Je maintiens donc avec la même conviction les niveaux d’achat de mon article.

    Patrick Arthus se plante sur les surcapacités de production chinoise. J’en parlerai dans le prochain Forecast. J’ai des données qui viennent du terrain par la voie de grosses sociétés qui bossent
    en Chine depuis très longtemps. Les prix montent et les sous traitant n’arrivent plus à livrer. Il faut qu’il revoit ses chiffres et sa copie.
     

  15. Bonjour J.C.

    « Avoir raison trop tôt… »

    Ma phrase ne se voulait en rien une attaque de tes convictions.Plutôt une expression de mes propres doutes.Ta réussite personnelle en matière de placements donne à ces convictions beaucoup de
    poids.Mais les marchés sont assez déroutants,en tout cas pour moi.  Par ailleurs je ne prends pas les conclusions de Patrick Artus pour infaillibles.Mais je trouve ses analyses à la fois plus
    honnêtes et plus mesurées que celles d’autres économistes,ou prétendus tels.Il est un des seuls à avoir pointé la sous-évaluation manifeste des monnaies émergentes comme la cause amont essentielle
    .

    Par ailleurs,si nous avons de bonnes parapétrolières,(elles sont sur la file), nos sociétés productrices me semblent moins prometteuses.Total n’est pas suffisamment réactif à une hausse du baril
    (comme toute compagie géante et intégrée) Elf Gabon est en fin de vie et Maurel et Prom s’avère depuis longtemps incapable de tenir ses promesses. Je recherche une mid-cap avec réserves pas trop
    endettée,sur le point ou déjà en production dans des zones fréquentables.La perle rare! J’ai bien sûr quelques pistes,(Tullow,Heritage,DNO international,Afren) mais plusieurs avis valent mieux
    qu’un seul.

    P.S. L’essor automobile dans les émergents va-t-il compenser la décroissance de ce secteur en zone OCDE? Auquel cas,en plus du pétrole,on pourrait s’intéresser au plomb et au caoutchouc
    naturel…   

  16. Bonjour Bxx,

    Pas de problème. Juste une réaction à ça car je trouve que la plupart du temps les gens prennent position beaucoup trop tard.

    Mon travail se situe souvent sur le champ macro énomique et j’étudie peu les valeurs. Merci d’apporter ces précisions sur les différentes sociétés du secteurs. J’ai tendance quand je crois à
    un secteur à acheter toutes les valeurs pour diluer mon risque. Par exemple l’an dernier, les médias encensaient Bourbon et il progresse mal cette année avec des résultats décevants. C’est pourtant
    une société prometteuse en cas de boom de l’or noir. A l’inverse CGG était sous évaluées et explose en ce moment après la reco de Goldman Sachs.

    L’étude de l’AIE (qui a pourtant toujours été en deçà de la réalité dans ses prévisions) semble formelle la décroissance de conso occidentale ne compensera pas l’explosion de la conso des
    émergents. Le graphe est très parlant -120 Mtoe pour l’Amérique +400 Mtoe pour la Chine et pendant ce temps, il reste a trouver en nouveaux puits l’équivalent de ce que nous produisons
    aujourd’hui. Quand on sait que les bitumineux ne représentent pas grand chose, on peut sauter sur le parapetrolières sans état d’âme.

  17. bonjour JCB,
    avec la baisse générale actuelle, ça commence à devenir interessant pour (re)commencer à faire ses emplettes ou est ce encore trop tot ?? 
    cordialement 

  18. Bonsoir débector,
    Je crois que nous pouvons avoir de meilleurs prix sur le pétrole. Le pétrole  est encore à plus de 70 $ et les parapétrolières ont des PER à 15. Pour l’or, je pourrais renforcer bientot entre
    1030 et 970 $ sous forme de mines d’or.

  19. merci pour la réponse.
    en ce qui concerne l’or, en lisant differentes analyses de « specialistes », je vois qu’il y a consensus sur le niveau 1030 pour jouer le rebond, nous allons bientôt être fixé. 

  20. Bonjour,

    Connaissez-vous un OPCVM spécifique au secteur parapétrolier? Je n’ai pas réussi à en trouver…Dans quelle catégorie de sicav est on susceptible de trouver des parapétrolières? Industrie?
    Matériax et Infrastructures?

    Merci

  21. pour ceux qui cherche des valeurs pétrolières et parapétrolières en plus de celles qui ont déjà été fournies ici, il ya ces 2 liens :
    http://www.lse.co.uk/sector-constituents.asp?sector=0530&sectorname=oil_&_gas_producers
    http://www.lse.co.uk/sector-constituents.asp?sector=0570&sectorname=oil_equipment_services_&_distribution

    une bonne partie de ces sociétés sont éligibles au PEA car côtées à londres, et la performance de certaines sur l’année 2009 est assez intéressante :), donc à surveiller dans le futur si
    opportunité d’achat à meilleur compte

  22. Il y a bien sûr des compagnies très différentes dans cette listes de pétrolières cotées à Londres,de la micro cap exploratrice très endettées à la future major disposant de plusieurs milliards
    de baril.Voici le peu que je sais de quelques-unes,mais à chacun de vérifier et ce ne sont pas des conseils d’investissement.

    Tullow est en train de changer de statut et va produire en partenariat avec CNOOC et Total en Ouganda.En rachetant la part de son associé (Heritage)elle a prouvé qu’elle voulait devenir
    productrice et non pas vendre ses milliards de barils au plus offrant.Centrée sur l’Afrique.Le management, jeune et dynamique) (pas les vieux filous de M & P) attend une production de
    200 000 bpd dans 3 ans…Versus 60 000 en 2 009.

    Cairn est un poids lourd,son principal intérêt réside dans sa filiale Cairn India.

    Dragon est bien connue des lecteurs de Tropical Bear.Une production confortable,un actionnaire majoritaire (ENOC) qui vient de se casser les dents en tentant une prise de contrôle totale,et
    Carmignac parmi les minoritaires qui ont refusé de lâcher l’affaire.Seul point à surveiller:le Turkménistan,qui pose moins de problème que le Yemen ou l’Irak,mais tout près de l’Iran…

    J’aime bien Afren,qui commence à produire,dispose d’actifs dans plusieurs pays du golfe de Guinée,sûrement la région la plus dotée en réserves pétrolières d’Afrique.Le cours est à la merci
    d’une bonne ou d’une mauvaise nouvelle.Ses partenariats avec des compagnies locales assurent une certaine sécurité.

    Heritage,société canadienne (donc interdite de PEA) a découvert 1 Md de barils au Kurdistan,zone autonome de l’Irak.Elle vient de vendre à Tullow à laquelle elle était associée en Ouganda sa
    part des gisements découverts soit 1,5 Md $,de quoi financer l’exploitation du gisement et rembourser quelques dettes.
    Deux point noirs:l’attitude des autorités politiques du kurdistan qui ont empêché un rapprochement avec la société turque Genel d’aboutir et un conflit récurrent entre les gouvernants du Kurdistan
    et le gouvernement irakien sur le partage des redevances. 

  23. La guerre des Malouines,vous vous souvenez? 
    La presse de l’époque nous l’avait vendue comme un ultime sursaut d’orgueil de l’ancien empire britannique face à une dictature militaire argentine qui voulait fuir son désastre économique
    intérieur.Outre la préservation de son territoire national,la protection de ses ressortissants et de leur immense cheptel de moutons,il existait peut-être un enjeu caché pour expliquer une riposte
    aussi violente dans laquelle l’équipage d’un bateau britannique brûla et de nombreux jeunes appelés argentins trouvèrent la mort.

    Les fonds marins entourant l’archipel des Falklands (Malvinas,pour les Argentins,Malouines pour les Français) recèleraient d’importantes quantités de brut.Des recherches ont été effectuées par des
    majors comme Amerada Hess,Lasmo et Shell en 1998 mais un prix de 20 $ les a contraintes à laisser tomber.

    L’estimation moyenne étant de plusieurs milliards de barils,plus quelques trillions de cubic feet de gaz plus embarrassant,la probable bonne tenue des prix futurs du brent pousse
    aujourd’hui trois petites sociétés anglaises à reprendre les recherches.Entre temps,elles ont acquis très cher des données sismiques auprès de sociétés comme PGS ou Fugro et s’entendent
    pour échelonner les forages sur 2010.

     Inutile de dire qu’elles jouent gros.A 300 000 $ la location journalière de la plate-forme (L’Ocean Guardian de Diamond Offshore) leur capital va fondre comme neige au soleil antarctique,mais
    en cas de réussite,elles s’assurent un brillant avenir autant que celui de leurs actionnaires.Inutile de dire que l’Etat britannique dont les réserves en Mer du Nord se tarissent doit regarder
    ces sociétés d’un oeil favorable. 

    Chacune a sa spécificité capitalistique,ses blocs de forage,et pour l’une d’entre elles un actionnaire de taille puisqu’il s’agit de BHP Billiton à 51%.Pour amateur de sensations fortes
    uniquement,mais c’est une affaire que je vais surveiller.Il est difficile de les départager et à chaque intéressé de se faire une idée de la fiabilité de l’entreprise. 

     Les trois nominées sont:Desire Petrroleum,Falkland Oil and Gas,Borders and Southern.

    P S: Ces infos ne sont pas tirées d’une quelconque lettre confidentielle,ou autre proposition commerciale plus ou moins bidon mais sont le résultat (partiel) de ma recherche personnelle.

  24. Bonjour Bxx,

    J’ai une question sur Fugro. J’ai voulu en acheter une petite ligne mais il apparait que c’est un certificat et pas une action. J’ai l’impression qu’il s’agit d’une erreur de mon intermédiaire qui
    maitrise mal les cotations à francfort. En sais tu plus ?

  25. Et de quatre:Rockhopper Exploration qui détient 7,5% du premier bloc prospecté. (Liz)

    Selon la Société britannique de Géologie il pourrait y avoir 60 mds de barils sous les eaux côtières des Falklands.Trois fois moins qu’au Venezuela,il me semble mais quand même…

    L’affaire prend de l’ampleur puisque Mme Kirchner demande l’intervention de l’ONU pour faire arrêter les forages et que le président Chavez assure l’Argentine de son soutien et s’attaque à la
    reine.La Chine soutiendra l’Argentine,se voulant le champion des émergents.Le gouvernement britannique rappelle sa force navale dans l’Atlantique sud. 

    C’est à la fois symbolique de la rivalité entre un vieux pays riche, jaloux de sa puissance déclinante face à une coalition de pays émergents qui s’émancipent et c’est
    aussi l’esquisse de ce qui pourrait bien nous attendre d’ici dix ou quinze ans,quand les ressources seront insuffisantes pour satisfaire tout le monde.

    http://www.latinreporters.com/argentinepol19022010.html  (pour la carte)

    Petit rappel:
    Les marins de St Malo furent les premiers à s’installer sur l’archipel,d’où le nom 
    des îles.L’Espagne les expulsa au XVIIIe et céda le territoire au Royaume Uni.Cela suffirait à me persuader de l’existence de gisement d’importance.Nous nous sommes toujours fait sortir des
    endroits riches en ressources naturelles:le Canada,la Louisiane,l’Australie,le Sahara… 

  26. Bonjour Jean-Christophe,

    Il semble que pour empêcher un raid hostile Fugro fasse coter des « certificats représentatifs d’actions » sans droits de vote.A part le fait de ne jamais profiter d’une OPA ça n’a pas l’air d’être
    un handicap majeur. 

    http://www.fugro.com/ir/share.asp

    Je suis allé sur le site de PGS (petroleum Geo Services,société norvégienne) On peut y comparer son graphe avec ceux de ses paires CGG et Schlumberger.
    L’intérêt serait de cumuler la hausse possible de l’action avec l’appréciation de la couronne norvégienne par rapport à l’euro.Il devrait descendre jusqu’à 1,16$ d’ici l’été selon
    André Malpel.Mais le problème est toujours le même,un doublement en douze mois appelle une consolidation.

    PGS a finalisé la vente de son activité onshore à l’Américain Geokinetics en février, tout en rentrant au capital pour presque 20%.Coût total pour Geokinetics: 210 M de $ dont 184 en
    cash et le reste en actions à 12,11$ l’unité.L’action de la société américaine accuse le coup,mais la baisse semble sur le point de se terminer.Geokinetics est devenu le No 1 mondial de la sismique
    onshore. 

  27. Qu’est-ce que vous pensez de Bourbon ?

    Elle n’a pas l’air à la fête, mais elle me semble dans le secteur visé et semble avoir un PER raisonnable (si j’en crois les données Bourso)

    En gros, elle me paraitrait intéressante (meme aux cours actuels) pour commencer à constituer petitement (sur 2-3 % du montant visé à terme) la part de portefeuille dédié aux parapétrolieres. Mais
    c’est seulement valable si elle est juste boudée par le marché (ce qui me conviendrait). Pas s’il y a des raisons fondamentales et je connais assez peu la valeur… donc si certains peuvent
    m’éclairer !?

  28. Je ne sais pas ce qu’en pense Bxx mais j’aime bien Bourbon. C’est une société de transport maritime qui a orienté progressivement son activité vers le pétrole, donc pleine de bon sens. Quelques
    revers récemment mais du potentiel pour les dix ans a venir. Perso, j’en ai une petite ligne. Surtout pas de grosses positions dans les actions. Des débuts de ligne pour prendre date.

  29. « Falklands oil and gaz,a great future! » en version française,au moins pour le fun

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ixxtyG7gYThWRhFnmFzD1h3ts8aQ

    Bourbon?
     Ce n’est pas une pure parapétrolière,il me semble qu’elle fait aussi dans le transport de vrac,la promotion immobilière à travers CBo et des activités annexes comme les chantiers navals
    et la pêche qu’il était question d’introduire en bourse avant la crise.Un peu foisonnant,et un peu opaque…

    En ces temps incertains,la bourse préfère les pure players du secteur pétrolier.D’autant plus que Bourbon subira la hausse possible du brut car il ne pourra pas la répercuter immédiatement sur
    ses clients.La diversification est une arme à double tranchant,une sécurité pour l’entreprise,mais un repoussoir pour le spéculateur.Heureusement elle a vendu ses abeilles mais elle doit toujours
    avoir une activité dans l’assistance portuaire.Le mot Groupe a disparu du nom de la société,mais pas de l’activité réelle.  

    Il faudrait savoir où elle en est de ses nombreuses commandes de bateaux,où en sera son bilan au terme des livraisons (2 011 ou 2 012?).En 2 007,c’était génial mais depuis les coûts du
    fret ont dévissé. J’ai comme l’impression que son ambitieux PDG,Jacques de Châteauvieux,s’est fait surprendre par la récession.Voilà un véritable entrepreneur,pas un PDG jetable au
    salaire faramineux…

    En cas de hausse du pétrole,les sociétés de géophysique sont les plus réactives parmi les parapétrolières,car les moins impactées par la hausse des coûts.
    —-> CGG,PGS,Schlumberger (plus diversifié),sans oublier Geokinetics (pas très cher en ce moment)

    Vallourec bénéficie d’une intégration qui le met partiellement à l’abri d’une hausse des MP.Le chinois Anhui Tianda oil Pipes vient de doubler sa capacité de production!
    Ce n’est que mon avis.
     

  30. Bonjour Jean-Christophe,
    je suis aligné sur ton  point de vue  concernant les parapétrolières et j ajoute que des plans  d investissement sont en cours pour améliorer sensiblement la modelisation et l
    extraction pour certains d entre eux y compris les majors.
    En ce qui concerne l investissement MP, tu indiques un 2% patrimonial sur les MP, est ce uniquement sur des para ou inclus tu des certificats  de type SG/21245 ou BNP 2140B? Plus
    generalement ce theme des certificats n a pas encore ete abordé dans la file, est ce une evidence ?

  31. Bonjour Noel,
    Les 2% de commodities allouées sur le forecast représentent des MP de toute nature que posséde à titre personnel sous forme de FCP. J’ai par ailleurs des pétrolières par l’intermédiaire d’un autre
    fond. Cette allocation est volontairement basse car mes grosses positions en PP toutes acquise sous CAC 3000 l’an dernier ont été revendues cette années à la hausse. J’ai repris toutefois récemment
    quelques lignes pour accompagner la reprise technique des marchés et pour prendre date. J’espère en revanche acquérir plus bas les positions lourdes en PP car j’anticipe une nouvelle baisse des
    marchés actions en direction de CAC 3400. La suite à partir de ce niveau dépendra bien sur des taux d’intéret et une stratégie d’accumulation progressive des PP est nécessaire pour ne pas acheter
    trop cher.
    Je ne joue pas les certificats, surtout parce que je ne les connais pas bien. Je sais que de nombreux investisseurs ont eu des problèmes l’an dernier avec les trackers petrole qui ne suivaient pas
    le sous jacent à cause du contango. Je ne connais pas en revanche l’érosion des certificats. J’investis principalement en FCP (j’aime bien LCL Minergior monde qui associe petrole et gold), en
    titres parapétroliers français en PEA et en contrat CFD sur WTI et Oil à titre beaucoup plus spéculatif. Mais ce n’est pas une régle à suivre nécessairement, chacun doit jouer les supports qu’il
    connait le mieux. L’important est de bien comprendre le potentiel de ce secteur à long terme.
    As tu eu de bons résultats avec tes certificats quant au suivi du sous jacent ? Y a t-il un effet de levier intéressant ?

  32. Bonsoir Jean-Christophe, merci pour ta réponse. Je n ai pas investi dans les certificat car je crains aussi une erosion très decevante lors du renouvellement des contrats. Si un des lecteurs du
    blog a un retour d experience…Sinon si  j ai un peu plus de temps prochainement, je me lancerai sur une petite ligne pour avoir des faits.
    Ce message  est aussi pour moi l occasion de te remercier pour ton blog

  33. Aujourd’hui, le pétrole a fait moins 1% en 10 minutes à 17h55.
    L’écart entre le plus haut et le plus bas a été de presque 2%.
    Jusque là, c’est impressionnant mais toujours normal.
    Mais le CAC a monté de 1.5%.
    D’habitude quand les actifs montent, le pétrole monte…
    ce comportement est complètement anormal, en vision court terme, comme long terme. Les sites « grand public » n’ont rien vu et rien commenté.
    Je n’arrive pas à trouver une logique.

    Remerciement.

  34. Bonsoir Fabien_78

    Le pétrole effectue couramment des allez/retours rapides façon « ping pong » lorsqu’il se trouve coincé dans un range. C’est le cas depuis une semaine, le WTI oscille au sein d’un range 78$ – 80,50$.
    En raison de ces mouvements brusques et, il faut le reconnaître, souvent incohérents, je ne scalpe jamais le pétrole.

    Par contre, en swing Forex le pétrole est très intéressant car comme l’or, c’est un sous-jacent qui forme régulièrement des tendances assez claires. Mais la volatitlité que tu as remarqué nécessite
    de positionner des stops larges d’au moins 2$. Selon mon expérience du pétrole, il est illusoire de vouloir capter un mouvement sur plusieurs jours avec un stop inférieur à 1$.

    Enfin, si tu te places en UT 4 heures, tu remarqueras que la bougie de cet après-midi a une amplitude de 2$. Or il arrive fréquement que certaines bougies de 4 heures aient une amplitude double,
    soit 4$.

    Daniela

  35. Personne ne sait si « les trois petites Anglaises » trouveront assez de barils de brut au large des Malouines pour se lancer dans une exploitation rentable.

    En attendant,il est possible de s’intéresser à une autre société,cotée aussi à Londres qui fore en ce moment en Russie,dans la région d’Orenburg,près de la frontière avec le Kazakhstan.(C’est pas
    la Sibérie!) Un premier puits a permis de vérifier la présence d’huile,mais il n’aurait apparemment pas été creusé au meilleur endroit.La société à dû se recapitaliser et faire accepter
    une modification de sa licence. Le nouveau forage est en cours,après quelques soucis avec l’ex sous-traitant ,il devrait donner d’ici peu des informations précises sur la dimension du
    gisement.Les réserves prouvées et probables seraient de 19 millions de barils,mais la société espère les porter à 65 millions.Le brut est de bonne qualité (31° API) et les infrastructures
    proches.Et ce n’est peut-être qu’un début,la région dispose d’autres gisements.

    La société porte un nom déjà célèbre,tout au moins en France,Matra Petroleum.Espérons qu’elle aura plus de succès que la jolie voiture de sport.L’affaire est risquée,il ne faut pas se le
    cacher,mais tentante,pour une somme raisonnable.Quels éléments m’ont amené à en parler?

    1-La Russie n’est pas forcément un endroit à éviter pour une compagnie marginale qui ne fait d’ombre à aucune major,commeGazprom ou Lukoil.
    2-Son graphe montre une tendance haussière de long terme dans des volumes soutenus.
    3-Son tour de table est très intéressant.On y trouve Barclays avec 5,8%,l’Australienne Macquarie,une spécialiste de l’énergie et des MP avec 8,55% et surtout Delek Group avec 29%.Delek est un
    conglomérat israélien coté,puissant et diversifié dont les activités principales sont centrées sur les infrastructures et l’énergie.A la suite de la découverte de deux champs offshore,elle est
    devenue le premier producteur/fournisseur de gaz en Israel.Elle fait aussi dans l’électricité,la distribution de carburants et le désalement d’eau de mer.Avant de mettre ses 29% elle a dû
    éplucher l’affaire,il est évident qu’un développement favorable la forcera à participer aux augmentations de capital.
    4-Le pétrole existe,seule la quantité reste à déterminer.On peut supposer que Delek ne s’est engagée qu’à la suite d’un travail de géophysique et pas sur une rumeur,ou la bonne tête du
    manager,quoique…Un de nos présidents avait bien fait confiance à des avions renifleurs!  (J’achèterai vers 4p)
      

  36. Bonjour, avez vous un avis sur la société HEURTEY PETROCHEM coté sur Alternext et son potentiel à long terme ?

  37. A Mickaël,pour Heurtey Petrochem, 

    Voici le résumé de ce qu’en dit le JDF du 13 mars (mais tu l’as peut-être déjà lu …) 
    Heurtey fabrique des fours pour les raffineries et la pétrochimie.
    Crise du raffinage des deux côtés de l’Atlantique,mais forte demande dans les émergents.
    Après une année 2009 en demi-teinte ,nombreux projets viennent d’être confirmés en Inde,Russie,Moyen-Orient.

    Carnet de commandes à 265 millions d’€ au 31/12/09,déjà une belle visibilité.
    -CA 2009: 200 M €
    -per 2010 estimé:14,6 (pour un cours de 21,49)

    Pour le L T,Heurtey fonde de grands espoirs sur la construction d’unités complètes de production d’hydrogène,projet qui lui ferait changer de dimension.
    Le JDF est acheteur avec un objectif de 26 €.
    Je ne connais pas bien,mais quand M Pingeot était aux commandes on disait que c’était une société bien gérée.Je me demande si elle n’a pas un actionnariat familial,ce serait un gage de sécurité.Il
    faut regarder la part des émergents dans son carnet de commandes,son implantation locale lui permettra de profiter d’une  croissance forte et durable.Quant à l’hydrogène,cela me paraît un
    peu tôt. Ne pas oublier qu’en tant qu’industriel Heurtey sera sensible à une éventuelle hausse des métaux,surtout l’acier (et le nickel pour l’inox).

    A per comparable,je préfèrerais la filiale de Vinci,Entrepose Contracting,sorte de mini Technip,au flottant étroit,mais elle a déjà bien monté.Ce n’est qu’un avis. 

  38. Merci Bxx, effectivement j’avais lu l’article du JDF.
    Demain cette société publie les résultats. Concernant l’actionnariat, la famille Pingeot possédait 6% mais comme il n’est plus à la tête de la société ? Sinon en septembre 2008 l’ Institut Français
    du Pétrole a acquis 35% de la société et a placé un de ses hommes à la fonction de pdg ( Dominique Henri). Il a éxercé plusieurs fonctions importantes chez Technip.

    Entrepose Contracting est une très belle société que j’avais perdu de vu. (à regrets !!! Je pensais que l’entrée de Vinci allait pénaliser à long terme les petits actionnaires en controlant le
    cours pour à terme lancer une OPA pour une bouchée de pain). J’avais lu il y a plusieurs mois que son énorme trésorerie était en fait une avance de ses clients. Peux tu confirmer ?

    Autre question Bxx, toi qui connait bien le secteur des parapétrolières, à long terme les petites sociétés type Entrepose, Heurtey ont elles plus ou moins de potentiel que les Technip, Géophysique
    … ? Il me semble que c’est un secteur très concurrentiel, pourront elles résister ou alors se faire manger (Entrepose c’est déja fait)…

  39. A Mickaël,
    Pour entrepose et sa trésorerie je n’ai pas de réponse.Par contre elle vient d’obtenir un beau contrat pour la pose de pipelines onshore en PNG (Papouasie Nouvelle Guinée).C’est son adossement à
    Vinci qui rend ce genre de commande possible,elle y est associée à de grosses pointures.

    Il est bien difficile de répondre à ta question.Mid-caps et blue-chips ont chacune leurs risques spécifiques,leurs avantages et leurs afficionados et les OPA sont souvent une source de
    confortables plus-values pour investisseur fûté ou patient.De toute façon,quand je compare les gains de Bourbon à ceux de CGG,je me dis que j’ai encore beaucoup à apprendre.Il suffit parfois
    de choisir l’outsider,le diesel,celui qui finira bien un jour par se réveiller.Simpliste mais efficace.

  40. Pour les rares amateurs d’exotisme,déçus du parcours de notre champion national (Total) et de son challenger poids plume M & Prom,en attendant ses prochains succés en Tanzanie,le nouvel
    eldorado.

    Pour les aventureux prudents prêts à  prospecter en Amérique du Sud tout en s’adossant à la sécurité qu’offre le Canada voici une pépite dont la production est en croissance
    exponentielle…Je la suis depuis environ deux mois,et sa dernière découverte date d’avant-hier.

    Petrominerales fore en Colombie,surtout dans le riche bassin des Llanos.Son actionnaire à 66% est la société canadienne Petrobank,dont l’autre filiale,Petrobakken opère dans la région éponyme.Il
    y a des chercheurs qui cherchent.Elle,depuis le début de l’année,elle trouve.Les découvertes se succèdent et la production suit.Le cours s’envole mais à voir la progression de la production,et la
    bonne tenue du cours du baril,ça n’est pas fini.

    Les sociétés dont j’ai déjà parlé étaient de petite taille et leur avenir incertain.Je peux me tromper,mais je crois vraiment au brillant futur de cette mid-tier… et de ses actionnaires.Un
    dossier à étudier. 

  41. Pour l’agence de l’énergie US,le pic pétrolier est arrivé.Un article de Contreinfo,agrémenté de grahiques.Sans remettre en question ses conclusions,j’aimerais quand même connaître
    le degré d’indépendance de ses membres…

    http://www.contreinfo.info/article.php3?id_article=3017

    N B: Ne pas oublier les deux liens en bas de page dont le premier renvoie à un entretien avec l’auteur de l’étude.

    « Si l’âge de pierre a pris fin, ce n’était pas à cause du manque de pierres. »Aurait dit un émir du Golfe.Le monde selon Mad Max n’est peut-être qu’un cauchemar inutile de plus,même si les scènes
    de cette fiction réussie ont marqué nos imaginaires. 

    C’est la technologie des métaux qui a relégué la pierre au rang de matériau subalterne. En sera-t-il de même avec l’âge du pétrole? Il y a quarante ans,on pouvait espérer pomper 35% de
    l’huile d’un gisement.Les techniques modernes dites « E O R » (Enhanced Oil Recovery) permettent de récupérer jusqu’à 60%.Bien sûr pour un coût plus élevé mais toujours très profitable,selon un
    cadre de Total à Brunei.En soi une M P n’a guère de valeur,c’est l’intelligence humaine qui lui en apporte.Un jour l’ère du pétrole sera considérée avec mépris comme une sorte de Moyen Age
    économique car de nouvelles technologies seront mâitrisées,comme la fusion nucléaire à laquelle l’argent dilapidé dans cette crise aurait pu faire un bond considérable.

    Personne ne peut nier que les lobbies des pays producteurs et ceux des industriels de cette M P,voire des constructeurs automobiles sans oublier les Etats qui en ont fait l’assiette d’une
    bonne partie de leurs revenus ont un rôle de première importance dans la fixation de son prix.Son évolution future sera,ama, autant à mesurer à l’aune de la résilience de cette
    influence que de la seule raréfaction de la ressource.

    On remarquera que la volonté d’indépendance énergétique des USA ,suite aux attentats de 2001 a débouché sur la découverte de quantités énormes de gaz non conventionnel. Le sous-sol
    de l’Europe n’en est certainement pas dépourvu,mais à ma connaissance,seule la Pologne,trop dépendante du charbon et lassée de se faire montrer du doigt par une Europe écologique jusqu’au
    suicide, semble vraiment s’en préoccuper.Des contrats à long terme et des considérations politiques empêchent nos coûts énergétiques de s’aligner sur ceux de l’Amérique et diminuent notre
    compétitivité industrielle mais garantissent les rentes de nos fournisseurs et la pérennité de notre parc nucléaire.

    En conclusion,je crois que beaucoup de pétrole reste à découvrir* pourtant  je pense avec Jean-Christophe,que le prix du baril est appelé à grimper à terme,mais que ce
    sera plus le résultat de la dévalorisation des monnaies,de la hausse des coûts d’extraction,de choix politiques délibérés ,du sous-investissement d’Etats mal gérés et du lobbying
    industriel que celui de sa disparition précipitée.Comme dans toute action humaine les ressorts les plus puissants ne sont pas à rechercher du côté du rationnel.Vous me direz: »Peu importe le
    flacon,du moment qu’on ait l’ivresse », je préfère ne pas être dupe de l’explication univoque que G S ,M Jancovici ou d’autres voudront nous faire avaler demain.

    * Par exemple,au Kurdistan,Heritage Oil dispose d’un gisement d’un milliard de barils en attente depuis des mois pour cause de désaccord entre le gouvernement régional et celui de Bagdad
    portant sur la répartition des royalties…L’Opep retient sa production pour à la fois tenir les prix et assurer l’avenir de sa rente et par là la survie de bien des gouvernements.

  42. « La hausse des cours du pétrole attise l’inflation »

     

    C’est le titre d’un article paru dans la presse suisse.Même si l’auteur reconnaît l’opacité du mécanisme de fixation des cours,on ne peut pas être plus clair,et que par ailleurs le porte-parole
    de l’OPEP se félicite du pilotage de la production par les pays membres,les banques les plus impliquées sur ce marché, Deutsche Bank en tête, nous refont le coup de 2008,en l’adaptant aux
    nouvelles circonstances…

    Tension sur les prix dûe à la surconsommation asiatique…Dépassant la production totale du Nigéria! Imparable pour M Toulemonde qui vient d’entendre que Audi a vendu 51 000
    voitures en Chine.Anticipation de deux ou trois ans.Mais peu importe,c’est excellent pour les valeurs préférées de »Futures ». 

     

    Il n’empêche que l’EIA (Agence Internationale de l’Energie) prévoit une consommation de 85,66 Mbj (millions de barils jour) pour 2010 et 86,87 Mbj pour 2011.L’important n’est pas de savoir
    si les gens de l’EIA sont des amateurs,bien sûr que non,c’est de se rappeler que les banques doivent être sauvées.

     

    N’oublions pas que la première condition requise pour sortir du marasme c’est de reconstituer les fonds propres des banques.Les contribuables ont fait leur part,les clients grugés ont bien
    aidé,les commissions sur le placement de la dette des Etats aussi,la spéculation fera le reste.

    P.S. A Jean-Christophe,

    10% du prix pour la spéculation,pourquoi pas,je ne dis pas le contraire,pour l’instant.Je pense seulement que la fixation du prix est la résultante de multiples pressions exercées par des
    intérêts supposés antagonistes et qui ne le sont qu’en apparence.Et si on taxait le kérosène au même niveau que le carburant des scooters,pour voir?  

     

  43. Bonjour Jean-Christophe,

    Je recommande la lecture de « La Grande Alliance » de Frédéric Encel et Olivier Guez à ceux qui veulent comprendre et affiner leurs connaissance des enjeux pétroliers en Asie Centrale: http://www.fredericencel.org/bibliographie.htm# Avoir l’opinion d’économistes serait fort intéressant.

    Bon weekend,

  44. Hi JC,

     

    Juste par curiosité, que pensez vous des npuveaux pièces de 10€ en argent?

    est ce la peine d’en acquérir (je pas d’or, ni d’argent)

     

    Merci

     

    Chris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *