La montée du Yen

Japon

 

A première vue, l’appréciation du yen peut paraitre paradoxale alors que le desserrement de la politique de la BOJ s’amplifie.

Plusieurs raisons expliquent pourtant parfaitement ce phénomène :

  1. La montée du yen a été déclenchée par la baisse des perspectives de croissance mondiale, que ce soit en Chine, en Europe ou aux USA. La chute de USD JPY a démarré avec la baisse des bourses mondiales. C’est l’effet haussier du mode risk off sur le Yen.
  2. Ensuite la BOJ a perdu de sa crédibilité car l’ensemble des mesures prises jusqu’à présent n’a pas permis d’atteindre les cibles d’inflation qu’elle s’était fixées. J’ai déjà formulé mon avis. Seule une allocation à destination de la population peut créer une inflation forte. Mais son utilisation par les banques centrales en ferait un outil dangereux et difficile à maitriser. Il ne devrait être utilisé qu’en cas de risque déflationniste majeur. Les marchés ne croient donc plus vraiment à l’action des banques centrales sur les taux ou au quantitative easing, en particulier dans les pays où ils ont été mis en œuvre trop tard.
  3. Enfin, il faut comprendre que lorsqu’un mouvement de hausse puissant se pérennise sur une devise, les entreprises qui ont négocié leurs marchés sur une valorisation donnée doivent se couvrir en achetant cette monnaie sur le marché des changes. Or cela potentialise mécaniquement le phénomène d’appréciation de la devise. Rappelez vous ce que je disais lors de la remontée de EUR USD. L’euro est remonté pour beaucoup à cause du rachat des commerciaux lorsqu’ils ont débouclé leur couverture à la hausse sur le dollar. Le phénomène est identique et la hausse de USD JPY se produira de la même manière lorsque les commerciaux considèreront que le yen a atteint son point haut.

USD JPY a actuellement de fortes chances de poursuivre sa route en direction de 105. Seule une intervention plus précoce de la FED sur les taux US pourrait inverser cette tendance, mais pour l’instant, ce n’est pas ce qu’exprime Janet Yellen dans ses discours.

Bonne semaine !

 

 

 

149 réflexions au sujet de « La montée du Yen »

    • Je n’ai pas dit ça. Chacun fait comme il le sent. Les voies empruntées par les paires de devises sont impénétrables : – )

  1. Les avis de Chevalier sont toujours aussi américanophiles et europhobes mais il n’a pas toujours tort.

  2. Bonjour à tous,
    Merci JC pour l’article. On avait bien détecté en weekly le potentiel baissier de USDJPY. Mais les fondamentaux étaient incertains. Bravo à ceux qui ont swingé la baisse. ça me parait maintenant un peu tard pour rentrer.
    Suis toujours sur long NZDUSD levier 2. Le NZD me parait en retard sur les autres paires vs le USD. Gros potentiel graphique en weekly (au moins +10%) si on passe franchement la ligne de cou et les rollovers sont positifs.
    J’ai aussi pris un soldat Gold ce matin.

    • C’est possible. GBP remonte et JPY s’affaiblit. En UT longue ca ne veut rien dire mais a court terme c’est pas terrible. Les commerciaux commencent peut être à se racheter.

  3. Les acheteurs se sont déchainés sur GBP JPY. Double bottom haussier.
    Pas évident de trouver une devise à fort potentiel. L’or est toujours aussi volatil et NZD et AUD sont très dépendants du PIB chinois de vendredi. Je suis long NZD depuis un moment mais sans conviction profonde.

    • Pas faux mais la volatilité tue le trading sur l’or. Il faut mettre les stops à 100 $ de distance et y croire. Comme il existe une forte incertitude sur l’arrivée ou pas d’une récession aux US, rien n’est clair.

    • L’or est dur a trader je m’en suis bien rendu compte (merci les retracements a 100%..). Donc en effet je joue avec de petits volumes

  4. short gbpjpy levier 2 avec un prix moyen de 156.35… Je vais essayer de les garder un peu encore. :-) Long gold également.

  5. bonjour à tous,
    Swissquote : En pleine forme pendant la séance asiatique, le yen s’est apprécié face à toutes les devises du G10, notamment vis-à-vis de la livre sterling (+0.31%).L’USD/JPY a glissé de 0.30% à 107.85, malgré les avertissements des autorités contre les mouvements abrupts. Cette nuit, le cross a testé le support des 107.67 du 7 avril. Côté baisse, le principal support se tient à 105.23 (plus bas d’octobre 2014). A la hausse, une résistance s’établit à 114.87 (plus haut du 16 février). Selon nous, le cross devrait continuer de reculer, car les marchés doutent d’une remontée des taux de la Fed dans un avenir proche et perdent confiance dans la capacité de la BoJ à stopper la progression du yen.

    L’EUR/USD a défendu ses positions autour des 1.14, tandis que les rendements des Treasuries US subissent toujoursdes pressions. Les 2 ans, très sensibles à la politique monétaire, restent sous le seuil de 0.70% après avoir perdu plus de 30 pb depuis mi-mars. Egalement affectés, les 5 ans évoluent autour des 1.15%. La courbe des taux US s’est aplatie par rapport au mois dernier, les perspectives de croissance et d’inflation restant faibles.

    En Chine, l’IPC de mars est ressorti à 2.3% a/a, stable par rapport au mois dernier, mais sous les attentes du marché de 2.4%. Dans le détail, les prix alimentaires ont bondi de 7.6%, alors que les autres composantes ont pris 1%. La tendance de l’inflation demeure positive par suite des différents cycles d’assouplissement monétaire. Enfin, l’IPP de mars s’est contracté de 4.3% a/a, contre une projection médiane de -4.6% et -4.9% le mois précédent. En glissement mensuel, il a progressé de 0.5%, après avoir baissé pendant plus de deux ans, laissant penser que le pire est passé. La Banque populaire de Chine a fixé le yuan à 0.13% de moins, à 6.4649 USD/CNY.

    Le dollar australien a piétiné entre 0.7525 et 0.7580, sans pouvoir profiter de la reprise des prix des matières premières, les traders s’interrogeant sur la durabilité du potentiel haussier après le rebond entamé début 2016. L’or a gagné 0.86% etl’argent 0.70%. Les contrats à terme sur le minerai de fer pour livraison en septembre ont augmenté de 3.73% sur la Bourse de Dalian.

    Les places de Chine continentale se sont affichées en vert dans le sillage des bons chiffres de l’inflation. Les Shanghai et Shenzhen Composites se sont respectivement adjugé 1.68% et 1.95%. A Hong Kong, le Hang Senga avancé de 0.31%. Tokyo a, en revanche, pâti de la vigueur du yen. Le Nikkei 225 a ainsi cédé0.44% et le Topix 0.61%. Le reste de l’Asie a évolué en ordre dispersé. En Europe, les futures sur actions sont dans le rouge.

    Le calendrier du jour comprend les IPC danois et norvégien ; la balance courante turque ; le total des avoirs à vue suisses ; la production industrielle italienne ; la balance commerciale russe.

    • India Rubber for ERASER. And a couple of other comments. I assume from what I read here that TICO is nor peeaortivj. The only TICO I ever heard of is Tico Tico no fubá, made famous by Carmen Miranda and a very popular song when I was growing up. Last, HOT PANTS were a big thing 40 years ago, but the clue exaggerates their minimalism. It was more their colors and materials that caused them to stand out.As for HOLST, I have never taken to his music and perhaps it’s my loss.

  6. je suis sorti ce matin quand ça a explosé à la hausse sur gbpjpy. Maintenant en voyant les cours je me dit que j’ai été bête, mais sur le coup, vu la force acheteuse je ne savais pas où ça allait s’arrêter. Prudence est mère de sûreté ! lol
    sur le court terme on peut aller encore bien plus haut, sur cette paire les variations peuvent être fortes.
    sinon long nzdusd et gold et short audnzd

    • content de te savoir avec moi sur trois positions esteban.
      Long NZDUSD, j’ai renforcé ce matin. Levier 3. Bonne analyse de Vincent Ganne à l’instant sur Daily FX qui va dans le même sens sur l’horizon de cette semaine.
      Long Gold levier 0,3. le gold est très difficile à trader petit levier.
      Short Audnzd levier 0,3
      J’ai pris des soldats long GBPAUD ce matin aussi. On a un double bottom en daily et un gap à 2 :-). C’est peut-être prématuré et on risque de rester en range avec le referendum UK seulement en Juin mais je ne pense pas que le GBPAUD retournera sur les plus bas.

  7. Je suis long NZD USD mais c’est tout.
    Le rally haussier de ce matin sur GBP JPY est probt lié à la sortie d’un large trader avec une puissance de feu non négligeable. Ca ne veut pas dire que GBP JPY sort de son trend mais qu’il risque de consolider. Quand les gros sortent c’est malgré tout pas bon signe.
    Pas vu l’analyse de Vincent sur NZD USD Daily FX était plutot bear sur la paire la semaine dernière. Tu as le lien ?

  8. Forex news : Autre preuve des interventions de la BNS (par Arnaud Masset)

    Les avoirs à vue auprès de la Banque nationale suisse ont marqué leur plus forte augmentation depuis mi-février la semaine dernière, laissant entrevoir des interventions de la banque centrale sur le marché des changes pour affaiblir le franc. Le total des avoirs à vue a bondi de 2.67 milliards à 486.4 milliards CHF sur la semaine close le 8 avril. De même, les avoirs à vue des banques helvétiques ont progressé de 3.3 milliards à 423.6 milliards CHF. Si l’on prend en compte l’accroissement prononcé des réserves de devises en mars – de 570.9 à 575.8 milliards -, il paraît clair que la BNS est intervenue pour défendre le swissie. De fait, les avoirs à vue auprès de la BNS ont cru régulièrement sur fond de montée des incertitudes mondiales autour des économies de la Chine et des Etats-Unis.

    Malheureusement pour la BNS, cette situation n’est pas près de changer, d’autant que la dette de la Grèce va probablement revenir sur le devant de la scène dans les mois à venir. La banque centrale devra donc sans doute se passer une nouvelle fois de vacances cette année, pour faire face au regain de pressions acheteuses sur le franc. La tendance à l’assouplissement de la BCE n’est en outre pas faite pour lui faciliter les choses.

    Retournement possible du dollar à surveiller (par Peter Rosenstreich)

    Le dollar a continué de s’affaiblir face aux devises asiatiques cette semaine. Les rendements US à 10 ans ont peiné pour étendre l’élan haussier au-dessus des 1.71% et semblent prêts à redescendre sur les 1.65%. Leur recul devrait intensifier les pressions vendeuses sur le dollar. Cependant, les données de l’IMM indiquent que les positions notionnelles longues sur l’USD sont modestes et nettement sous le pic de novembre 2015, suggérant qu’il y a place pour un retournement basé sur les fondamentaux. Les investisseurs continuent d’évaluer la probabilité d’un ralentissement accru de l’économie chinoise, d’où l’importance des statistiques attendues cette semaine. Le rythme de l’IPC chinois a davantage ralenti qu’anticipé après une solide tendance au renforcement de quatre mois. L’IPC de mars a baissé de -0.4%, contre -0.3% m/m att., et de 2.3% contre 2.5% a/a att., signe que les pressions déflationnistes restent prédominantes. Ces chiffres ont incité Ambrose Evans-Pritchard du Daily Telegraph à suggérer que Pékin risque une crise de change du « style ERM ». Jeudi, les investisseurs surveilleront de près la publication du PIB du premier trimestre, qui orientera sans doute l’appétit pour le risque.

    Aux Etats-Unis, la journée de mardi sera marquée par une rafale de discours des gouverneurs de la Réserve fédérale, qui pousseront sans doute le dollar à la hausse. A en juger par les récents effets des prises de parole des membres de la banque centrale US sur le marché, les commentaires de Patrick Harker, John Williams et Jeffrey Lacker pourraient aisément inverser la direction du billet vert en accroissant les attentes d’une hausse des taux en juin. L’allocution de M. Williams sera sans doute la plus importante, en ce que le président de l’antenne de San Francisco pourrait bien endosser le rôle de leader du camp des faucons de la Fed. Pour ne pas être en reste, son homologue de Richmond M. Lacker, l’un des plus fervents partisans de la ligne dure au sein du FOMC, devrait tenir des propos critiques concernant la présidente Janet Yellen (du point de vue de la lutte contre l’inflation et du leadership). Nous nous attendons à voir l’EUR/USD peu fluctuer, inverser sa tendance haussière et viser le plancher du range des 1.1335.

     

    • « que » levier 3 pour l’instant. positions en stop BE. Graphiquement c’est très propre. On s’est arrêté sur l’objectif du range en M15. Effectivement ça manque de fondamentaux.

  9. J’ai sorti les 2/3 de mes gbpusd à 154. Je continue à surveiller. Je vais aussi essayer de trouver un point d’entrée sur NZDUSD. Mais là on est trop près de la R2 journalière…

  10. je continue à prendre des renforts sur les fibo en unités courtes avec stop loss courts à 0,05% du compte.
    On a encore un peu de potentiel de hausse en daily par rapport aux ATR.

  11. pris un petit soldat long XAGUSD pour suivre. ETEI en formation en weekly, entrée dans le nuage, gros potentiel si on casse la ligne de cou.

    • An awesome post, I just passed this onto a colleague who was doing a little research on that. And he in fact bought me breakfast because I found it for hi&028#3m; :).. So let me rephrase that: Thnkx for the treat! But yeah Thank you for spending the time to discuss this, I feel strongly about it and enjoy reading more on this topic. If possible, as you gain expertise, would you mind updating your blog with more info? It is extremely helpful for me. Two thumb up for this article!

    • les BC ont compris que pour qu’une intervention marche il faut surprendre. Je crois plus à une intervention surprise de la RBA en ce moment.

  12. bonjour à ts,
    trading très difficile, suis hors marché, et j’attends, je n’ai pas votre technicité.
    merci JC pour l’article.

  13. EUR USD toujours coincé dans les 1.14. NZD était un meilleur choix. Maintenant la continuation de la chute du dollar n’est pas gagnée. Je préfère en tout cas shorter le dollar qu’acheter de l’or pour l’instant. L’or est vraiment trop volatile.

    • Ico, será que além de ter um ótimo carro do Mago da f-1, a Red Bull também está a se beneficiar de que houve uma melhora sutbaancisl do motor da Renault?? Antes eles eram bem fracos….

    • Bonsoir,Il y a pleins de choses à dire et à redire là-dessus, mais ce qui m’a fait marrer c’est que le gars a l’honneur d’avoir été pincé pour ~tweet en état d’ébriété~=p

  14. Bonsoir,

    Le risque que la RBNZ baisse ses taux le 27 avril a prendre en considération. Attention NZD USD, ce n’est pas un trade facile. Les stats chinoises peuvent inverser également le trend. On est de plus encore sur la résistance en W1. On ne peut pas dire que l’on ait franchi. Prudence !

  15. Pas serein sur NZD. Ca biseaute sur la résistance. Je prends mes gains. Je reviendrai plus tard. Mis a part le Yen les marchés restent peu directionnels.

  16. Bonjour à tous,
    j’ai au contraire renforcé NZDUSD ce matin avant de lire ton commentaire….la grosse résistance pour moi était autour de 0,687. La voie me semble libre jusqu’à 0,695 en H1, ce qui nous ramènerait sur le haut de la résistance weekly. Les stats chinoises sont seulement dans 2 jours et le 27 avril c’est loin avec la rapidité des mouvements en ce moment.
    Pris un long CADJPY en daily pour jouer une ETEI en H1 légèrement inclinée et le double bottom en H1 sur USDJPY. Attention c’est du Daily en contre tendance.

    • J’ai une divergence baissière en M30 H1 et un institutionnel a vendu du lourd ce matin. 0.69.5 c’est pas une cible éloignée. Trop d’incertitude avec les stats. En fait je n’aime pas ce cross qui évolue sur des stats nocturnes. Je ne voulais d’ailleurs pas le mentionner sur le blog car je le trouve trop risqué. Tant mieux pour toi si ca monte. J’ai pris mes gains car pour l’instant on a pas franchi en hebdo.

    • merci pour la divergence que je n’avais pas vue. Si elle est invalidée ça permettra de renforcer. J’ai un peu allégé et pris des bénéfices suite à tes conseils. N’ayant pas d’autres swings sur le papier, je garde le reste en stop BE levier 3, quitte à perdre les bénéfices….

    • Je trouve le marché inconfortable au possible. On est sur support ou résistance en base hebdo partout sur les paires en dollar …

  17. La meilleure affaire reste le Gold mais il est insupportable à trader. N’ayant pas de compte fixe je ne suis pas rentré sur le break out à 1220. Dommage … J’attends toujours que les formalités bancaires soient terminées pour trader sur mon compte pro.

  18. Bonjour à tous,
    Swissquote : A l’exception du yen, de l’aussie et du kiwi, qui ont connu des mouvements conséquents, les marchés des changes ont peu fluctué pendant la séance asiatique du fait de l’absence de nouvelles économiques. En Asie, le dollar australien a progressé pour le troisième jour d’affilée sur fond de forte amélioration des indices d’activité et de confiance des entreprises. D’après le rapport de la NAB (National Australian Bank), le premier a bondi à 12 en mars, contre 8 au mois précédent, à son plus haut niveau depuis octobre 2014, sous l’effet de l’amélioration des trois composantes (commerce, bénéfices et emploi) au cours du mois considéré. De même, la confiance des entreprises est ressorti à 6 en mars, après 3 en février, laissant penser que le redressement des secteurs non miniers est toujours sur les rails. Globalement, l’économie australienne semble avoir relativement bien résisté à la volatilité des marchés financiers et à la montée des inquiétudes mondiales, grâce à la reprise de la plupart des cours des matières premières et à l’amoindrissement des attentes d’une nouvelle hausse des taux de la Réserve fédérale cette année. L’AUD/USD a atteint 0.7646 à Sydney, sans toutefois réussir à casser la résistance des 0.7637 (plus haut du 7 avril). Côté baisse, le principal support se tient à 0.7477 (plus bas du 24 mars). A moyen terme, la structure technique favorise un biais haussier, mais le cross aura besoin d’une nouvelle impulsion pour rompre la forte résistance située entre 0.7850 et 0.80.

    L’EUR/USD a évolué latéralement à Tokyo et s’est maintenu dans le range des 1.14-1.1420, les traders attendant la prochaine série d’indicateurs économiques en provenance des Etats-Unis. Les ventes de détail et l’IPP de mars, ainsi que le Livre beige, paraîtront demain et devraient susciter des quelques mouvements. D’un point de vue technique, la résistance la plus proche s’établit à 1.1454 (plus haut du 7 avril). A la baisse, une zone de support se trouve entre 1.1310 et 1.1350 (plus bas multiples).

    La plupart des places asiatiques se sont montrées fermes, à l’exception de celles de Chine continentale. Les Shanghai et Shenzhen Compositesont reculé de 0.84% et 1.60%. A Hong Kong, le Hang Senga grappillé 0.27%. Tokyo a inversé ses pertes d’hier. Le Nikkei et le Topix se sont adjugé 1.13% et 1.53% respectivement, tandis que l’USD/JPY a rebondi.

    L’USD/JPY semble avoir touché un plancher autour des 108. Les spéculateurs n’ont pas réussi à tirer le yen à la hausse, par crainte d’une intervention de la BoJ pour affaiblir le JPY. Côté baisse, un support se tient sur 107.63. A la hausse, une résistance se situe à 109.10 (plus haut du 8 avril).

    Aujourd’hui, les traders suivront le rapport sur l’inflation en Suède et au Royaume-Uni ; le RPI, l’IPP et l’indice des prix immobiliers de l’ONSau Royaume-Uni ; L’IPC et la production industrielle en Inde ; les ventes de détail au Brésil ; la présentation du budget mensuel, ainsi que les discours des gouverneurs de la Fed Jeffrey Lacker, John Williams et Patrick Harker aux Etats-Unis.

    • la tenkan en D1 correspond presque avec la MA50 en H4 qui est sous le kumo (toujours en H4)

  19. de retour. la divergence baissière en M30 sur NZDUSD est sur le point d’être invalidée. ça peut être explosif à la hausse.

    • He can leap tall buildings in a single bound, but can’t turn left.I am a 28 years old doctor, mature and beautiful.and now I am seeking a good man who can give me real love , so i got a username Lindasunny2002 on21#211;a&#8ge&88217;l’es’s’da’te.c óm–.it is the first and best club for y’ounger women and old’er men, or older women and y’ounger men,to int’eract with each other. Maybe you wanna ch’eck ‘it out or tell your friends!

  20. Ça marche pas mal ces entrées sur invalidation de divergences en unités courtes. Je ne les utilise pas assez pour les entrées. Merci JC pour le rappel des divergences.

    • Il y a un autre biseau en time frame supérieur. On est en phase de distribution.

  21. forex news :
    La procédure de mise en accusation se poursuit (par Arnaud Masset)
    Dilma Rousseff, la présidente du Brésil, est en mauvaise posture après le vote (38-27) d’une commission parlementairerecommandant son procès en destitution devant le sénat (chambre haute) pour violation de la loi de Finances publique. Même si ce vote n’a pas force obligatoire, il donne clairement le ton à celui de la chambre des députés (chambre basse) prévu le 17 avril. Une majorité des deux tiers est requise (342 sur 513) en faveur de la mise en accusation avant que le sénat se prononce à son tour. Si la chambre basse donne son feu vert dimanche, Dilma Rousseff fera probablement appel devant la cour suprême, ce qui retarderait le vote du sénat. Elle restera donc à son poste pendant les délibérations de la cour et jusqu’à la décision.

    Concernant le marché des changes et plus précisément l’USD/BRL, les derniers rebondissements ont profité au réal et le cross a touché 3.4871, son plus bas niveau depuis mi-août 2015. Nous ne sommes cependant pas convaincus que le BRL parviendra à conserver ses gains récents, puisque le fond du problème – autrement dit le fossé budgétaire – n’a pas changé. La progression de la devise brésilienne ne tient qu’à l’espoir que le nouveau gouvernement, en cas de destitution, s’attaquera au problème rapidement.

    Les faucons de la Fed montent au créneau (par Peter Rosenstreich)

    Il semble que l’emballement de ces dernières semaines autour de la montée de volatilité se soit calmé, comme nous l’anticipions. Les publications des résultats d’entreprises US se sont révélées sans surprise. Le S&P 500 s’est maintenu dans son range étroit de 40 points et l’indice VIX fait une pause autour des 16.26. Si la courbe des taux US s’est encore aplatie, les rendements des 2 ans s’efforcent de rester au-dessus des 0.71%. Le dollar a légèrement fléchi face aux devises du G10 (à l’exception du yen, en raison des commentaires du ministre japonais des Finances Taro Aso et des craintes d’une intervention de change) et émergentes avant la rafale de discours de membres de la Réserve fédérale attendue ce mardi. Comme nous l’avons mentionné hier, la tendance baissière du billet vert (soulignée par les données de l’IMM indiquant la rapide liquidation des longs sur l’USD) se fonde sur le scepticisme quant à une inversion de la trajectoire de taux de la Fed à court terme résultant d’une communication hawkish. Les marchés des changes sont de plus en plus sensibles aux commentaires de la Fed et l’après-midi nous réserve des interventions des faucons Patrick Harker, John Williams et Jeffrey Lacker, respectivement présidentde la Fed de Philadelphie, de San Francisco et de Richmond. Entré auFOMC cette année, M. Harker penche vers la ligne dure. Ses propos pourraientfournir quelques indices sur la « migration » des centristes vers le resserrement et la communication de la Fed en mars. Faucon d’entre les faucons, M. Lacker visera sans doute directement la présidente Janet Yellen dans son discours intitulé « Leadership économique dans un monde incertain ». Il a critiqué le contrôle du FOMC par Mme Yellen et devrait développer son analyse aujourd’hui. Les propos contradictoires des gouverneurs de la Fed accroissent encore la confusion et les incertitudes du marché. Une série de commentaires hawkish devrait déclencher une progression temporaire du billet vert. Il est toutefois peu probable qu’elle perdure. La hausse de l’EUR/USD devrait être contenue par la résistance des 1.1450, avec un objectif baissier situé sur le support des 1.1327.

  22. Pour moi actuellement, il est quasi impossible de dire quelle direction va prendre le forex. je suis prêt à acheter du dollar comme a le vendre.

  23. Pris encore des profits sur nzdusd malheureusement loin des plus hauts. Je n’aime pas les dernière bougies H1. Soldé aussi mes shorts société générale en perte.

    • en tout cas vu la tête que ça a en H4, ça peut sortir fort au nord comme au sud. Je suis plutôt perdu dans les marchés en ce moment, avec des mouvements qui sont courts et puissants, mais qui peuvent se retourner aussi sec. Mes regrets de ces derniers temps c’est d’avoir lâcher le gbpcad en short alors que j’étais rentré à plus de 2.02…. trop de levier et sur une conso j’étais sorti du reste de mes positions (prises de profits avant car il y avait peu visibilité sur le brut), ensuite le train est reparti sans moi et je n’ai plus trop suivi la paire , alors que graphiquement il y avait de belles choses à construire.

    • Je suis short EUR CAD petit levier. 150 pips de gain dans la journée. Cétait le bon plan. Mais attention a Doha ce dimanche. Une mauvaise surprise et c’est le méga gap lundi !

    • oui c’est un peu lassant. ce marché rend hyper prudent et empêche les grosses perfs. +5% sur 4 semaines mais toujours 13% de drawback. Je me console avec un plus de x2,4 hors versements sur 2016 pour l’instant. Beaucoup s’en contenterait mais ce n’est pas ce que l’on cherche sur ce blog :-) et je commence à manquer de patience, c’est la que je commence à faire des conneries….

    • je sortirai du marché Vendredi soir. Doha c’est la loterie. L’ouverture des marchés va être intéressante et on aura de belles opportunités.

  24. Bonjour à tous,
    Payback, ta perf de l’année tu l’as faite sur un trade : GBP JPY. C’est toujours la même leçon. Une belle tendance en UT longue et on multiplie les gains. Le reste c’est une perte de temps et d’argent. En ce moment je surveille les devises qui pourraient entamer un mouvement au long cours sans trop de pollution politique. Il faut qu’on sorte des ranges.

  25. Bonjour à tous,
    Oui la perf de l’année se fait sur seulement quelques Trades! Le reste du temps il faut essayer de ne pas perdre d’argent et de ne pas s’épuiser psychologiquement. En réunion toute la journée, je suivrai les marchés de loin. Toujours un reste de long nzdusd (que levier 0.5 ) et des petites positions longues xauusd et Xauusd.
    bonne journée à tous.

    • Oui je sais, mais graphiquement on atteint la tankan en D1, le kumo en H4 et une oblique descendante. Si ça casse je sortirai ; mais l’évolution du gold et du dollar ne plaident pas en ma faveur

  26. Bonjour à tous,
    Swissquote : Les haussiers du dollar sont restés sur la touche pendant la première partie de la semaine, dans l’attente de la prochaine série de statistiques en provenance de la première économie mondiale. L’indice dollar, qui mesure la performance du billet vert face à un panier de devises, a gagné 0.30% en Asie pour atteindre 94.25. Il a cependant évolué sur une note négative ces sept derniers jours, les traders commençant à douter d’une nouvelle appréciation du dollar. L’EUR/USD a inversé ses gains d’hier pour revenir à environ 1.1360. Il s’est globalement maintenu entre la solide zone de résistance autour des 1.15 et le support des 1.1310 (plus bas du 31 mars). La monnaie unique aura besoin d’une forte impulsion pour casser le niveau actuel à la hausse. La résistance suivante se tient à 1.1714 (plus haut d’août 2015). Les ventes de détail et l’indice des prix à la production US attendus cet après-midi devraient témoigner d’une amélioration de l’économie américaine. Une déception pourrait aider l’EUR/USD àfranchir la zone des 1.15 et ouvrirait la voie vers les 1.1714.

    En Chine, les exportations ont progressé de 11.5% a/a en mars (en dollars), marquant leur plus forte augmentation depuis juin 2015. Leur rebond laisse espérer que l’économie se stabilise enfin après la forte dégradation de février (-25.4% a/a). Toutefois, les données ne sont pas corrigées des variations saisonnières et la tendance est plus négative que positive depuis 2015, aussi est-il trop tôt pour parler de stabilisation. En glissement mensuel, les exportations ont bondi de 27.5%, mais elles se sont contractées de 20.8% en janvier et de 28.9% en février. Les importations ont reculé de 7.6% a/a, battant les estimations de -10.10%. La balance commerciale s’est établie à 29.86 milliards de dollars, contre une projection médiane de 34.95 milliards. Le marché a salué ces chiffres en poussant les valeurs asiatiques à la hausse. En Chine continentale, les Shanghai et Shenzhen Composites ont avancé de 1.71% et 1.86% respectivement, tandis qu’au Japon, le Nikkei et le Topix ont grimpé de 2.84% et 2.55%. A Hong Kong, le Hang Seng s’est octroyé 2.33%.

    La correction intervenue cette nuit sur les cours du brut a pénalisé les monnaies matières premières. La couronne norvégienne a glissé de 0.57% à 8.2150 face à l’USD. Le dollar australien a cédé 0.42% à $0.7654 et le dollar canadien a reculé de 0.35% à 1.2793 vis-à-vis du billet vert. Le WTI teste une zone de résistance clé entre $42 et $44. Nous nous attendons à une consolidation sous le seuil des $50. Les stocks de brut US doivent être communiqués ce mercredi. Ils sont anticipés en hausse de 1 million de barils, contre une contraction de 4.9 millions de barils la semaine précédente.

    Le menu du jour comprend les IPC français et espagnol ; la production industrielle et des discours des gouverneurs de la BCE en zone euro ; les ventes de détail sud-africaines ; l’IPP, les ventes de détail, les stocks de brut et le Livre beige aux Etats-Unis ; la décision sur les taux de la Banque du Canada (statu quo anticipé).

  27. forex news : USD porté par les faucons de la Fed

    Les marchés des changes ont continué de rouler sur des montagnes russes pendant la séance asiatique. Comme nous l’anticipions, les discours des gouverneurs hawkish de la Réserve fédérale ont dopé le dollar. Jeffrey Lacker (Fed de Richmond) a déclaré que l’accélération du rythme de l’inflation pourrait justifier environ quatre hausses de taux de 25 pb en 2016. John Williams (Fed de San Francisco) s’est montré un peu plus accommodant en évoquant 2 à 3 relèvements. Etonnamment (car c’est exactement ce que nous nous attendions à entendre), la partie courte de la courbe des rendements US s’est infléchie à la hausse, les 2 ans prenant4 pb à .75%.Le dollar en a profité pour s’apprécier face aux monnaies du G10 et émergentes. Le fixing de l’USD/CNY est toutefois resté quasiment inchangé à environ 6.4671 et n’a pas été impacté par les bonnes statistiques chinoises.

    Chine : performances commerciales de bonne facture

    L’Asie boursière a poursuivi sa progression grâce à la publication de chiffres du commerce extérieur chinois nettement supérieurs aux attentes. Après huit mois consécutifs de contraction, les exportations ont augmenté de 11.5% a/a (en dollars), tandis que les importations ont ralenti de 7.6%. L’excédent commercial s’est établi à 29.9 milliards de dollars, en léger recul par rapport à février. Il sera intéressant de voir comment les places US vont réagir aux commentaires hawkish de membres de la Fed, conjugués à l’amélioration des termes du commerce international chinois. D’une façon générale, un accroissement des attentes de hausses des taux de la Fed et des signes de stabilité en Chine s’accompagnent d’un pull-back des cours des actions. Malgré la vigueur temporaire du billet vert, nous doutons toujours d’un relèvement des taux en juin du fait du contexte international et du ralentissement de l’inflation, ce qui laisse penser que la correction actuelle du dollar sera de courte durée.

     
    Remontée du pétrole

     
    La propension au risque a également bénéficié de l’évolution des cours du brut. Les spéculations croissantes autour d’un gel de la production de pétrole lors de la réunion de l’OPEP prévue à Doha ce week-end ont tiré les prix du brut à la hausse (bien qu’aux dernières nouvelles, une réduction soit peu probable en raison de rumeurs sur des discussions entre l’Arabie Saoudite et l’Iran), sans affecter les attentes d’inflation (conditions « Goldilocks » pour les actifs risqués). La hausse des prix des matières premières devraient continuer de profiter aux monnaies des pays émergents producteurs de produits de base et intensifier la quête de rendements des investisseurs. Nous restons haussiers sur les RUB, MXN, ZAR et BRL, tandis que le JPY et le CHF, devises refuges à bas rendements, sont surachetées, ce qui en fait de bonnes monnaies de financement.

    Peter Rosenstreich Chief FX Analyst

  28. Je suis toujours sur mon compte perso mais j’ai shorté EUR CAD à 1.4687 et EUR USD à 1.1365 puis j’ai renforcé les positions ensuite. J’avais annoncé ça hier et ce matin sur l’analyse Forex de Krechendo live

    • Je voulais rentrer sur eurcad dans le pull back sur l’obliue daily si il y en a une mais la volatilite de doha a venir fait peur.

  29. Bien joué JC le short Eurusd. Il fallait oser. J’ai,essayé de trader sur smartphone aujourd’hui résultat -1% :-(
    Comment on fait pour te suivre sur krechendo live?

  30. Le site est en béta test et accès libre pendant quelque temps. Il faut s’enregistrer en démo depuis allez sur Analyse Forex. J’ai commencé à écrire des posts pour les gens de Krechendo. Je devrais mettre des graphes demain.
    http://krechendo-live.com/

    • Les niveaux d’entrée, je viens de les donner ici et bien sur si tu connais un peu ma façon de trader, je ne suis pas sorti. Je vais de toute façon publier les graphes. Je teste le blog depuis quelques jours et Krechendo commence à le faire connaitre chez ses clients depuis aujourd’hui. Mais ce sont plutôt des scalpeurs qui tradent au carnet d’ordre sur futures et connaissent moins les techniques de day trading ou de swing sur le forex. Le blog et le live vidéo seront réservés aux clients mais je n’ai pas les dates d’ouverture pour l’instant. C’est Krechendo qui devrait décider ça.

    • Je suis un peu sur les deux blogs mais vis à vis de mes partenaires, je me dois de mettre mes signaux de trading plutôt chez Krechendo. Le live vidéo avec le chat instantané va apporter une vision complémentaire. Je suis plutôt content des nouveaux outils. Je devrais faire un nouveau live porte ouverte la semaine prochaine.

  31. Je suis sorti de mon long XAUUSD. Un peu degoute, +6% hier (j’avais bien surfe la vague a partir de $1214) me voila a -2%. Vraiment frustrant. Je me suis laisse avoir sur mes convictions sur l’or (je suis un peu un gold bug) et j’ai pas adopte mon money management habituel.

    • J’adore qu’ils osent sortir des predictions sur le forex en 2017 alors que bien malin est celui qui peut predire grand chose a plus de 6 mois :-)

  32. swissquote forex: Le pétrole a creusé ses pertes en Asie sur fond de hausse des stocks américains : le WTI, la référence américaine du brut, a cédé plus de 2.5% à $41.25 le baril à l’annonce d’une augmentation de 6.6 millions de barils, alors que le marché tablait sur 1 million. De même, le Brent, la référence internationale, a reculé de 3% à $43.60. Le cours a cependant trouvé un support solide sur les $43.39 (MM200j). La pression acheteuse sur le brut devrait rester limitée dans les jours à venir, dans l’attente d’un possible accord de gel de la production entre les principaux producteurs de pétrole lors de la réunion prévue à Doha le 17 avril.

    Le dollar néo-zélandais a piqué du nez pendant la séance asiatique, les cambistes se préparant à la publication des chiffres de l’inflation américaine cet après-midi. Le marché a par ailleurs peu réagi à l’annonce d’un PMI manufacturier néo-zélandais décevant. Ce dernier s’est contracté de 54.7 en mars, contre 55.9 (après révisions à la baisse) au mois précédent, pour tomber à son plus bas niveau en cinq mois. La composante de l’emploi est restée sous le seuil des 50, indiquant une contraction, alors que tous les autres sous-indices, bien qu’en baisse, se sont maintenus au-dessus des 50, signe que le secteur devra faire face à un ralentissement de la croissance. Le NZD/USD a touché 0.6826 à Wellington, soit un repli de 1.25%. D’un point de vue technique, le cross a manqué de la force nécessaire pour casser la résistance clé des $0.70 (Fibonacci à 50% de mars 2009 – juillet 2011, plus haut de fin mars), et a effectué un double top. Compte tenu du biais accommodant de la RBNZ et de la diminution de la demande mondiale en produits néo-zélandais, nous nous attendons à voir le kiwi accentuer son repli, avec 0.66 comme prochain objectif.

    Après une période de stabilisation, le GBP/USD a commencé à inverser les gains engrangés la semaine dernière, plombé par un retour de la dynamique négative. La livre a perdu 0.58% face au dollar à Tokyo, du fait d’une montée en puissance du billet vert. La décision sur les taux de la Banque d’Angleterre est en outre attendue cet après-midi, mais elle ne devrait causer aucune surprise, car la banque centrale restera sans doute en retrait avant le vote sur le Brexit programmé en juin. Le GBP/USD s’achemine vers un test du plancher de son range d’un mois à environ 1.40. Le biais reste baissier, le prochain support se tenant à 1.3836 (plus bas du 29 février).

    L’Asie boursière est restée sur son élan haussier jeudi dans le sillage de Wall Street. Les actions japonaises ont enregistré le plus fort rebond de la région, le Nikkei et le Topix plus large s’octroyant respectivement 3.23% et 2.92%. Les autres places ont également profité de l’optimisme ambiant. Le Shanghai Composite a pris 0.41%, les valeurs australiennes ont grimpé de 1.27%, et le Kospi a avancé de 1.75%.

    Aujourd’hui, les traders suivront les prix à la production et à l’importation en Suisse ; l’IPC de l’Italie et de la zone euro ; la décision sur les taux de la Banque d’Angleterre ; les inscriptions hebdomadaires au chômage, l’IPC et le discours du gouverneur de la Fed Dennis Lockhart aux Etats-Unis.

  33. forex news : L’AUD défend ses positions grâce à un bon rapport sur l’emploi (par Arnaud Masset)

    Le dollar australien a fait preuve de résilience jeudi en défendant ses positions face au renforcement du dollar. A l’exception du yen, qui a consolidé vis-à-vis du billet vert après avoir reflué de près de 2%, l’aussie a été la seule devise du G10 à progresser cette nuit. Il a consolidé ses gains autour des 0.7660 sur l’annonce de bons chiffres de l’emploi. Le taux de chômage est tombé à 5.7% en mars, son plus bas niveau depuis octobre 2013, contre 5.8% au mois précédent, signe que l’économie australienne parvient à s’adapter aux prix bas des matières premières et à la baisse de la demande chinoise.

    Il convient cependant de prendre ces statistiques encourageantes avec prudence, car l’amélioration de l’emploi résulte essentiellement d’un bond inattendu des postes à temps partiel (+34.9k après -14.7k en février), alors que les temps plein se sont contractés en mars (-8.8k après +13.9k en février). Au vu de ces signaux mitigés, il est un peu tôt pour dire que l’économie australienne est tirée d’affaire. Il en faudra plus pour que l’AUD casse la zone des 0.77-0.7725 à la hausse, puisque le marché est conscient du biais accommodant de la RBA. Le risque reste baissier sur l’AUD/USD, dans la mesure où un regain des attentes de relèvement des taux de la Réserve fédérale entraînerait un repli du cross.

    Assouplissement inattendu de la politique monétaire de Singapour (par Peter Rosenstreich)

     
    L’Autorité monétaire de Singapour (MAS) a modifié sa politique d’appréciation modeste pour aplatir la pente du taux de change effectif nominal (TCEN) du SGD à 0% (neutre), ce qu’elle n’avait plus fait depuis la crise financière. Malgré cettemodification inattendue, la MAS n’a pas changé ses prévisions. Elle a simplement évoqué l’affaiblissement du marché du travail, ainsi que la probabilité de voir l’inflation et la croissance s’établir sous les projections. D’après les statistiques publiées ce jour, le PIB singapourien a stagné au premier trimestre 2016, à 0.0% t/t contre 6.2% (il est resté inchangé à 1.8% en rythme annuel) sous l’effet d’une baisse des services. Outre le ralentissement de l’économie intérieure, elle a cité l’affaiblissement de la croissance aux Etats-Unis, en Chine, au Japon et en Europe pour justifier son geste. La prolongation d’une croissance mondiale atone, malgré nos anticipations d’une légère amélioration de l’activité en Chine, signale le risque d’un nouvel assouplissement monétaire et d’un abaissement des prévisions officielles. Les Bourses asiatiques ont tiré profit de l’annonce, considérée comme une réaction à une vigueur non souhaitée des devises régionales. Toutefois, la stratégie de la MAS fait manifestement partie de la guerre des changes en cours (ou dévaluation compétitive, pour rester « politiquement correct ») et elle sera probablement négative pour les autres monnaies asiatiques, jusqu’à ce que les pays concernés prennent des contre-mesures. Concernant l’appétit pour le risque, un assouplissement accru devrait profiter aux actifs risqués et renforcer notre vue constructive sur les devises émergentes et matières premières face à celles du G10.

     

     Décision sur les taux de la BoE sur fond de risque de Brexit (par Yann Quelenn)

    Les marchés s’attendent à ce que la Banque d’Angleterre annonce le maintien de ses taux à 0.5%, un plus bas record, cet après-midi. Ces derniers n’ont pas bougé depuis sept ans. Nous pensons qu’il existe un risque de réduction des taux cette année. Le Royaume-Uni doit rester compétitif face à une BCE toujours en mode d’assouplissement et à une Fed de plus en plus accommodante au fil des réunions du FOMC.

     
    Pour l’instant, le Brexit est la préoccupation majeure du Royaume-Uni (et de l’Europe !). Les récents sondages sont très partagés. Une dette massive, des politiques d’austérité, la déflation et la perte de souveraineté sont des pierres d’achoppement majeures. David Cameron mène une campagne pour le maintien et il a décidé de consacrer 9 millions de livres à une brochure expliquant pourquoi le gouvernement estime que voter en faveur du maintien dans l’Union européenne est la meilleure décision pour le Royaume-Uni. La brochure ne comprend malheureusement pas de témoignages en provenance du Portugal et de la Grèce.

     

    Sur le marché des changes, la livre subit toujours des pressions baissières face à la monnaie unique et elle s’approche d’un plus bas de 28 mois à environ £0.80 pour un euro. Pour l’instant, il y a un consensus massif sur le fait qu’en cas de Brexit, l’EUR/USD atteindra la parité. Le franc suisse n’est donc pas encore sorti de l’ornière et un fort repli de l’euro poussera la BNS à réagir. Les antécédents proactifs de la banque centrale helvétique, qui s’efforce toujours de devancer la BCE, nous donnent à penser que des mesures monétaires seront prises en Suisse avant le 23 juin, date du référendum, compte tenu du sentiment d’inquiétude ambiant.

  34. ETEi toujours valide sur AUD/NZD en W1 + tasse et anse en formation en D1 : nouvelle tentative de break-out sur 1.13 à prévoir ?

    Toujours en position longue depuis le 12/02 avec toujours pour objectif 1.26 (horizon plusieurs mois) en cas de cassure validée des 1.13. De quoi pyramider au fil de l’eau…

    • je pense qu il traite différemment les particuliers des professionnels, donc ca devrait aller vite pour vous ;).
      Et vous devez avoir un serveur dédié, donc ca differe beaucoup.

  35. Bonjour à tous,
    Swissqoute forex news : En Asie, le won sud-coréen a bondi de 0.75% face au dollar grâce à des chiffres de l’emploi meilleurs que prévu. Le taux de chômage est ressorti à 3.8% (c.v.s.) en mars, contre une projection médiane de 3.9% et 4.1% au mois précédent. Malgré ces données encourageantes, la tendance du chômage est plutôt à la hausse, le pays souffrant du ralentissement de l’économie chinoise. Après avoir ouvert à 1,152.39, l’USD/KRW a glissé à 1,147.80. Il piétine au-dessus des 1,140 depuis début mars et nous n’anticipons pas de nouvelle progression du won, le marché ayant déjà intégré les commentaires accommodants de la Réserve fédérale.

    En Chine, la dernière série de statistiques s’est révélée d’assez bonne facture. La production industrielle a augmenté de 6.8% en mars par rapport à l’année passée, alors que le marché tablait sur 5.9%. Les ventes de détail se sont également logées au-dessus des attentes, à 10.5% a/a en mars, contre une projection médiane de 10.4%. Enfin, le PIB du premier trimestre s’est établi à 6.7% a/a, son plus bas niveau depuis la crise financière, conformément aux prévisions, mais en recul sur les 6.8% du trimestre clos en décembre.

    L’Asie boursière évolue pourtant sur une note hésitante en cette fin de semaine, donnant à penser que les traders espéraient de meilleurs résultats de l’économie chinoise. Les places chinoises et japonaises ont marqué un recul, alors que les Bourses d’Australie, de Nouvelle-Zélande et de Singapour pointent en légère hausse.

    Les monnaies matières premières ont étendu leurs gains en Asie, les cambistes étant rassurés par les statistiques chinoises qui laissent entrevoir une stabilisation de la deuxième économie mondiale. Le dollar néo-zélandais a gagné près de 0.70% cette nuit et a testé la zone de résistance des 0.69-0.70 pour la troisième fois depuis le début du mois. Pour l’instant, le cross manque de la puissance nécessaire pour franchir l’obstacle, car les traders attendent toujours des signes d’amélioration de l’économie américaine avant de recommencer à intégrer un relèvement des taux de la Fed. L’aussie a également été soutenu, mais l’AUD/USD a encore une fois buté sur la résistance des 0.7720. Le fait que l’indicateur RSI journalier continue de refluer, alors que l’AUD/USD continue de pousser à la hausse, souligne une divergence baissière et suggère un risque de correction sur l’AUD/USD.

    Le dollar canadien a gagné 0.30% à Tokyo, sous l’effet de la stabilisation des prix du brut. Le WTI a défendu ses positions autour des $41.60 le baril, tandis que son homologue de la mer du Nord, le Brent, a évolué légèrement sous le seuil des $44. L’USD/CAD s’est replié à 1.28 cette nuit. Côté baisse, un support se tient à 1.2745. A la hausse, une résistance se trouve à 1.2897.

    Le menu du jour comprend le taux de chômage turc ; la balance commerciale italienne ; les ventes manufacturières canadiennes ; l’indice Empire State, la production industrielle, l’utilisation des capacités et l’indice de confiance du Michigan aux Etats-Unis.

  36. forex news : L’économie chinoise se stabilise au premier trimestre (par Arnaud Masset)

    La dernière série de statistiques chinoises nous paraît positive. Elle montre en effet que la deuxième économie mondiale en a encore sous le pied, avec une progression de 6.7% a/a au premier trimestre, contre 6.8% au T4 2015, conformément aux attentes du marché. La stabilisation intervient dans le sillage d’un rebond du secteur immobilier, où l’investissement total a atteint 1768 milliards CNY, ce qui correspond à une croissance réelle de 9.1% en glissement annuel.

    Sur le front de l’inflation, l’indice des prix à la consommation a augmenté à 2.1% a/a au premier trimestre, après 1.5% au dernier trimestre 2015, les prix alimentaires continuant à croître à un rythme régulier. Toutefois, les prix à la production des produits industriels se sont contractés de 4.8% a/a, signe que le secteur manufacturier n’est pas encore tiré d’affaire.

    Enfin la production industrielle a cru de 6.8% a/a en mars, contre 5.9% attendu. Sur le trimestre clos en mars, l’indice a augmenté de 5.8% a/a, contre 5.4% au trimestre précédent et une projection médiane de 5.5%.

    Les données publiées par le Bureau national des Statistiques sont globalement encourageantes, en ce qu’elles laissent penser que l’économie chinoise s’adapte avec succès à la « nouvelle normalité ». Nous pensons toutefois qu’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, car rien n’a vraiment changé. Il pourrait s’agir simplement d’une pause avant un nouvel ajustement à la baisse. La Chine fait toujours face à un endettement croissant dans le secteur des entreprises et à une surcapacité industrielle. La tendance positive de la pression inflationniste amoindrit la probabilité d’un assouplissement, notamment au vu des signes récents de stabilisation. La PBOC maintiendra donc son biais accommodant, mais nous doutons d’une nouvelle réduction des taux et/ou du ratio des réserves obligatoires. Le ralentissement en cours de la Chine pèsera encore sur l’économie mondiale et nous ne serions pas surpris de voir une correction de la plupart des monnaies matières premières, telles que l’aussie et le kiwi, dans les semaines à venir.

     
    La production industrielle russe en jeu sur fond de baisse persistante des importations (par Yann Quelenn)

    Les marchés s’attendent à un redressement de la production industrielle russe. Les données de mars sont anticipées à -1% a/a, en recul par rapport à février où elles ont rebondi à 1% a/a. L’an dernier, la production industrielle a baissé de 3.4% a/a et les importations se sont effondrées de 40%. On peut en conclure que l’économie intérieure n’a pas réussi à combler le vide laissé par la moindre quantité de produits occidentaux. En d’autres termes, des secteurs supplémentaires de l’économie sont en jeu. Sur le plan des fondamentaux, l’inflation massive et les prix bas des matières premières (malgré le récent rebond) continuent de peser sur le pays. Cela montre aussi que la dépendance de la Russie aux matières premières est plus importante que les marchés ne le pensaient.

    Le rouble se renforce pourtant face au billet vert. Un dollar vaut un peu plus de 66 roubles. Le rebond actuel des cours pétroliers tire les valeurs russes à la hausse et le RUB poursuit sa progression. Enfin, la position accommodante de la Fed devrait profiter à la devise russe, qui nous semble appelée à continuer sa progression.

    Les marchés émergents entrent dans un régime « Goldilocks » (par Peter Rosenstreich)

    Les données encourageantes publiées par la Chine offrent une raison supplémentaire d’anticiper la poursuite du rebond des devises émergentes. Parmi les autres facteurs clés, citons l’opinion générale d’une trajectoire de taux faibles de la Réserve fédérale (conjuguée aux politiques monétaires accommodantes des autres banques centrales), le redressement des données économiques de nombreux pays émergents depuis le troisième trimestre 2015 et l’augmentation régulière des prix des matières premières. Il en est résulté une demande conséquente sur les marchés émergents, sur fond de quête de rendements élevés par les investisseurs et de poursuite d’amélioration des données macroéconomiques. La durabilité du rebond pourrait toutefois être remise en cause, car la reprise s’est en partie appuyée sur une embellie de l’économie intérieure due à un recul des monnaies. Les raisons fondamentales du redressement ont toujours posé question. Il est possible que dans un contexte de décélération mondiale, l’amélioration des données soit uniquement liée à la baisse de change. Une appréciation des monnaies pourrait donc faire dérailler la situation prometteuse actuelle.

    Dans le présent environnement, nous restons optimistes sur le peso mexicain. L’affaiblissement de la conjoncture intérieure semble avoir touché un plancher depuis l’an passé. La semaine dernière, les données ont fait apparaître un recul de la production industrielle de 0.1% m/m supérieur aux attentes, avec une expansion positive dans le secteur manufacturier. La lecture laisse penser que la décélération a été de courte de durée et corrélée avec le pull-back US des PMI. Le Mexique s’oriente vers une croissance du PIB de 2.3% en 2016, la demande intérieure restant résiliente. La Banque du Mexique a attribué 239 milliards MXN (13.6 milliards USD) au gouvernement fédéral pour réduire la dette publique en raison de la baisse des revenus pétroliers. Ce geste devrait permettre de conserver la confiance des investisseurs après la dégradation par Moody des perspectives de la note de la dette souveraine du Mexique de stable à négative, du fait de l’affaiblissement de la croissance économique et de la fragilité des finances publiques. Cependant, la principale raison d’acheter le peso est la corrélation suivie entre le pétrole et la devise mexicaine. Bien que l’on ne s’attende pas à ce qu’un accord soit trouvé à Doha, les réductions régulières de la production mondiale et l’absence de dépenses d’équipement devraient permettre aux cours pétroliers de remonter. Notre vue selon laquelle l’offre pourrait rapidement augmenter avec la remontée des prix a été affectée par le fait que l’accès au crédit est devenu plus complexe. Les traders de l’USD/MXN devraient viser le support des 16.50.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *