Hausse de la pression fiscale : comment réagir ?

Par Jean Christophe Bataille

http://photo.europe1.fr/finances/economie/impot-declaration-sur-le-revenu-pretexte-maxppp-930620-273493/3700508-1-fre-FR/impot-declaration-sur-le-revenu-pretexte-maxppp-930620_scalewidth_630.jpg

Une situation budgétaire dangereuse

Les socialistes au pouvoir ont mis en place une stratégie budgétaire qui est dans la droite ligne de leur idéologie : augmenter fortement le taux de prélèvements obligatoires et conserver un niveau de dépense publique élevé. Cela répond à un impératif de justice sociale et d’égalitarisme. Est-ce efficace ? Personnellement je ne le crois pas.

La masse salariale pléthorique du secteur public et le manque de productivité de l’appareil administratif, les dépenses incontrôlées des collectivités territoriales pour beaucoup passées à gauche ont conduit notre pays à un niveau record d’étatisme. Je suis loin d’être un ultralibéral. J’ai toujours pensé qu’un filet social efficace, raisonnable était un facteur de croissance économique et qu’un état plutôt fort pouvait être une des conditions du bonheur collectif. Le curseur de l’interventionnisme a toutefois largement dépassé son objectif en France et explique en grande partie la faible croissance économique que nous connaissons depuis 30 ans. Les interventions socialistes des années Mitterrand, Jospin-Aubry, sans vrai retour à plus de raison lors des mandats de droite aboutit à cet étonnant paradoxe : nous avons beaucoup plus de fonctionnaires que dans les années 80 alors que la productivité a considérablement augmenté dans tous les secteurs d’activité grâce à l’informatique et l’internet.

Sans vouloir asséner des chiffres trop complexes, l’état a une véritable propension à la dépense non productive avec une mention spéciale pour l’enseignement qui monopolise la moitié de nos dépenses en masse salariale.  Ce secteur, noyauté par de puissants syndicats fermés à toute évolution, affiche un niveau de productivité dans l’enseignement secondaire qui n’a fait que s’aggraver avec le temps. Les résultats obtenus par notre système scolaire ne sont bien sur pas à la hauteur de l’argent investi par le contribuable, en particulier dans les zones difficiles, véritables déserts culturels qui émaillent désormais tout le territoire :

Repartition-des-1-934-490-emplois-de-l-Etat.JPG

La masse salariale qui est depuis longtemps un facteur d’aggravation des comptes de la nation ne représente toutefois que 41.3 % des dépenses : 

Analyse-par-nature-des-charges-budgetaires-de-l-Etat.JPG

Les dépenses d’intervention en particulier dans le domaine social qui sont un des piliers de notre état providence ont largement contribué l’aggravation de notre endettement malgré une pression fiscale considérée comme une des plus fortes du monde. Rappelons que cet état providence est parvenu a démotiver une partie de la population à travailler, les revenus du travail étant parfois inférieurs à ceux de l’aide sociale bien comprise et constatons que la classe moyenne souffre d’une baisse de pouvoir d’achat sans aucune contrepartie.

Enfin la charge de la dette qui représente désormais 15.5% de nos dépenses exigerait que nous ne vivions plus au dessus de nos moyens, précepte manifestement ignoré par nos nouveaux dirigeants.

Des réponses politiques inadaptées

Ce rapide panorama montre que les socialistes au pouvoir vont démotiver et faire chuter le pouvoir d’achats des  populations les plus actives par une pression fiscale en forte hausse à laquelle il faudra rajouter le financement d’un système social pléthorique avec une augmentation très significative de la CSG. Ils n’ont aucun projet de baisse drastique des dépenses de l’état. Le principe du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite est en train de disparaitre. Cette philosophie n’aboutira qu’à un étouffement de l’économie.

Les français qui ont un patrimoine important et qu’on peut logiquement qualifier de productifs en terme d’emploi et de création de richesse pour le pays vont être lourdement sanctionnés au nom d’un égalitarisme d’un autre siècle après une communication électorale savamment orchestrée par l’ensemble de la gauche.

A un niveau de patrimoine dépassant le plafond estimé par la nomenclatura, votre fiscalité va beaucoup s’alourdir. Tout d’abord comme pour tous les français : augmentation de la CSG, nouvelle tranche d’imposition, augmentation des droits de successions etc .. Vous allez aussi avoir droit à un traitement particulier qui apportera peu en termes d’impôts pour l’état mais qui permettra aux socialistes au pouvoir de faire accepter à la classe moyenne française sa nouvelle politique de spoliation fiscale généralisée sans réduire le train de vie de l’état. Il s’agit tout simplement de dire « vous payez, mais les riches vont payer beaucoup plus ! » Nouvelle doctrine, la richophobie est la potion qui permet de faire passer toutes les pilules fiscales à destination du grand public. Les barèmes de l’ISF, cette quadruple taxe qui n’existe nulle part ailleurs et qui vous est imposée si vous avez eu le malheur de créer de la richesse et de faire croitre l’économie, reviennent à leur ancien niveau. Nicolas Sarkozy qui a beaucoup manqué de courage durant son mandat pour abolir cet impôt marxisant, avait réussi toutefois à l’alléger.

Notons que quand l’ISF a été créé en 81, les taux obligataires étaient à 10 %. Un prélèvement fiscal de 1 % n’avait pas nécessairement de caractère confiscatoire. Aujourd’hui les progressions de patrimoines bien gérés dynamiquement ne dépassent pas 2.5 ou 3 % après impôt sur les revenus et les plus values. Les prélèvements de 0,75% entre 1,3 et 2,5 millions d’euros, 1% entre 2,5 et 4 millions, 1,3% entre 4 et 7,6 millions, 1,65% entre 7,6 et 16,5 millions ont vite un caractère confiscatoire. Si on tient compte d’une inflation officielle à près de 3 % l’an dernier, probablement plus officieusement, le gouvernement en rétablissant les anciens barèmes parvient à son but : faire régresser en euros constants la taille des patrimoines des plus gros financeurs de l’économie. Or il est une évidence de l’histoire que lorsque les capitaux ne sont plus rémunérés, ils fuient d’une façon ou d’une autre …

Après ce préambule plutôt politique, ce qui nous intéresse sur Futures est de savoir comment réagir à cette attaque en règle contre l’investissement productif des épargnants qui possèdent un peu ou beaucoup de patrimoine.

Comment réagir ?

La réponse est complexe car elle dépend de la situation patrimoniale et personnelle de chacun :

Pour un patrimoine supérieur à 10 millions d’euros :

http://www.valentin-gwladys.fr/wp-content/uploads/2011/07/avion-decollage.jpg


1. Si vous avez un patrimoine supérieur à 10 millions d’euros et que vous ne ressentez pas /plus un attachement particulier à la France, il est préférable de délocaliser votre patrimoine. Les destinations sont nombreuses :

1. La Belgique pour les patrimoines très importants car il n’existe pas d’ISF et les plus values/revenus sont peu taxées.

2. La Suisse pour les hauts revenus car l’imposition de ceux-ci y est beaucoup plus acceptable qu’en France. Elle repose sur le régime du forfait fiscal. Le contribuable va négocier avec l’administration fiscale son assiette fiscale auquel sera appliqué le taux normal de l’impôt suisse. L’intérêt du forfait fiscal est qu’il ne tient ni compte des revenus, ni du patrimoine du contribuable. Il est basé sur son niveau de vie et ses dépenses.

3. La Lettonie qui est en train de devenir un paradis fiscal européen qui a l’avantage de n’imposer aucune condition de résidence. C’est le statut de résident fiscal par l’investissement. Il suffit d’y investir entre 150000 et 300000 euros.

Si vous parlez parfaitement une autre langue anglais, allemand, etc … vous pouvez aller partout dans le monde, peu de pays infligent une pression fiscale aussi forte que celle de la France.

4. Singapour est une délocalisation particulière très intéressante pour les entrepreneurs grâce à un programme spécifique pour les résidents non habituels (NOR): il permet de ne pas être imposé sur la partie de ses revenus qui correspond à la période passée en dehors de Singapour au cours de l’année d’imposition. Cette période devant être de 90 jours au moins. Le taux d’imposition sur les revenus compris entre 0 et 20% et il n’y a pas d’imposition sur les plus-values et sur les dividendes. Pour vos affaires, l’impôt sur les sociétés est de 17%.

5. En dehors du monde de l’offshore, l’Angleterre, le Canada, les Etats-Unis, l’Australie ou même l’Allemagne et de nombreux pays présentent l’intérêt pour une population jeune n’ayant pas encore cotisé lourdement en France pendant de nombreuses années, de pouvoir développer leur activité ou leur entreprise dans un contexte plus dynamique et moins fiscalisé. Cette question se pose en dehors de toute idée de défiscalisation pour des gens qui n’ont pas un gros patrimoine mais qui sont tout simplement en désaccord avec le socialisme à la française.

Pour les patrimoines compris entre 1.3 et 10 millions d’euros

Pour un patrimoine compris entre 1.3 et 5 millions d’euros quitter le pays est très difficile, faute de moyens suffisants. Les frais de mise en place de ce départ sont importants.

Entre 5 et 10 millions, la décision de l’exil fiscal est une question d’âge et de projets personnels. A partir d’un certain âge, vous avez cotisé dans un système social français extrêmement coûteux mais généreux. Il est difficile de partir vers un pays ou les prélèvements sont très bas mais dans lequel vous ne bénéficierez d’aucune des prestations pour lesquelles vous avez cotisé une vie durant. Quitter un pays tard dans la vie n’est pas non plus facile. Les facultés d’adaptation sont moindres et les préoccupations deviennent plus successorales que fiscales. L’exil vers la Lettonie est à étudier de près car il n’impose pas de condition de résidence. Si vous êtres intéressé, contactez une société spécialisée dans la fiscalité internationale.

Que faire lorsqu’on reste en France ?

http://www.votremaison-iledere.com/votremaison/images/stories/calculette.jpg


L’optimisation fiscale n’est pas simple car le législateur prévoit tout pour que le contribuable ne puisse pas échapper à l’impôt. Il reste tout de même quelques mesures à prendre et quelques orientations à suivre.

Il faut tout d’abord prendre une mesure de rétorsion : ne plus financer la dette française. C’était une précaution salutaire, cela devient une question de principe. Je suis favorable à la vente de tous les supports en euros des contrats d’assurance vie. Ces supports truffés d’OAT iront trouver preneurs ailleurs, chez les bobos du 6e arrondissement. Les allocations d’actifs obligataires doivent être recentrées sur les dettes émergentes en monnaie locale ou la dette américaine via des fonds de placements mixtes comme Carmignac Patrimoine, Carmignac Portf Emerging Patrimoine A ou pures comme Amundi Fds Bd Global Emerging AU-C ou Pictet-Emerging Local Currency Debt. Il ne faut plus avoir que très peu d’actions françaises : quelques valeurs de rendement et un PEA de parapétrolières.

En ces temps de dévalorisation monétaire, l’or doit toujours tenir une part très importante dans l’allocation des actifs. La fiscalité ne s’est pas aggravée sur l’or physique.

L’assurance vie reste une enveloppe fiscale privilégiée pour loger les FCP malgré tous les prélèvements qui se sont greffés au fil du temps sous la droite comme sous la gauche. Le seul risque est celui des difficultés que pourraient connaitre certains assureurs. Le garde fou de Solvency 2 devrait nous prémunir de faillites. Je crois de plus qu’il sera peut etre plus facile de sortir des unités de compte que des support en euros en cas de blocage des rachats. Les restrictions contractuelles de sortie portent généralement sur les supports en euros. Et même en cas de blocage, la progression des unités de compte devraient etre bien meilleure que celle des supports en euros. Il suffit alors de laisser porter son investissement qui reste une dette de la compagnie envers son souscripteur.

La Suisse est à la mode et placer dans une banque helvétique une partie de son patrimoine sans le délocaliser est possible mais expose au contrecoup d’un franc suisse qui a beaucoup grimpé. Vous subiriez de toute façon dans ce cas la fiscalité française. Le seul intérêt pourrait être d’avoir beaucoup plus de liberté en termes de gestion monétaire en cas de crise systémique et d’instauration d’un contrôle des changes. Ce scénario n’est pas pour moi le plus probable.

Côté immobilier, fuyez l’investissement dans les appartements en revenu foncier. La fiscalité s’est aggravée avec Nicolas Sarkozy et va se dégrader encore avec la gauche. La notion d’amortissement du bien a totalement disparue des revenus fonciers et les propriétaires deviennent la vache à lait de l’état. Pour favoriser la construction, on a réservé les avantages fiscaux au neuf en ne faisant qu’enfler les prix, sans augmenter les rendements locatifs. Le Scellier est un piège que je dénonce depuis des années car un appartement neuf surévalué devient vite un appartement ancien trop cher à la vente. L’avantage fiscal est donc déjà intégré dans le prix et les emplacements de qualité sont très rares.

Seule la location en meublé jouit d’une fiscalité et de conditions de location acceptables et logiques. Les statut de LMNP et LMP sont attrayants. 

Privilégier l’immobilier d’entreprise bureau, boutiques. Leurs loyers sont indexés sur la construction et non pas sur l’indice des loyers.

Investissez dans l’immobilier étranger. De réelles opportunités existent dans les pays émergents : Asie, Amérique latine. L’Allemagne et les pays du nord pourraient avoir un attrait si l’on croit à une explosion de la zone euro. Il est préférable cependant d’avoir une connexion avec ces pays pour conduire une opération immobilière sans accroc. Si la Grèce sortait de l’euro nul doute qu’il serait possible pour les français d’y investir à des prix très intéressants dans des biens liés au tourisme.

Il y a bien sur d’autres suggestions à faire … A vos commentaires sur Futures ! 

J’espère que cette analyse et ces quelques conseils alimenteront votre réflexion dans la chaleur de l’été.

Bonnes vacances !

50 réflexions au sujet de « Hausse de la pression fiscale : comment réagir ? »

  1. Bonjour à tous,

    En tous les cas pour l’instant pas d’inflation à l’horizon … au contraire.

    Pas plus d’augmentation de salaires… au contraire.

    Par ailleurs depuis QE1 et QE2 toujours pas  d’inflation à ce jour.

    Par contre le chômage lui continue son ascension.

    La récession et la déflation c’est maintenant ! (tiens ça me rappele quelqu’un…).

    fred marseille

  2. @Anatole

    Au niveau du risque, je n’ai jamais parle de moyenne, ni meme de gestion mais d’analyse. La tu raisonnes comme:

    – un assureur qui evaluerait le risque d’un accident dans les 10 ans a 30% avec 1000 morts et qui va donc calculer la prime pour 300 morts. Son role n’est pas d’intervenir dans le process pour minimiser le risque, sauf a dire « je n’assure pas ».

    – l’industriel pour calculer une perte de production par rapport a l’equipement qui empecherait cette perte. Mais la on parle de perte materielle.

     

    Mais ca n’a rien a voir avec l’analyse du risque.

    Le risque est dans le cas que j’explicitais la probabilite de  [l’evenement et sa consequence.]

    Le risque serait [l’incendie et le nombre de morts]. On ne peut pas empecher un incendie mais on peut diminuer tres fortement sa probabilite (process, stockage, surveillance) et ses consequences
    (sprinklers, alarme, balisage des itineraires d’evacuation, sensibilisation, exercices d’entrainement, acheminement des secours.)

     

    Si tu consideres que quelque chose va se produire, ce n’est plus un risque mais une certitude. On n’assure pas d’ailleurs une certitude.

     

    On sait developper des processus industriels surs. Sur, ca veut dire que l’on parle de defaut en ppm (parts per million).

     

    Mais dans tout ce que tu mets en avant, tu melanges un peu tout.

     

    Au niveau des centrales, c’est une tres mauvaise analyse du risque. Il y a aussi eu des problemes d’etancheite de digue a Blayais.

     

    Ne crois surtout pas que ce soit des economies. A Fuckshima ce n’est pas un probleme de hauteurs de digues: on peut mettre les pompes en souterrain dans un compartiment etanche. UA niveau du raz
    de marre on peut mettre des brises lames.

     

    Dans les deux cas: Tchernobyl et Fuckshima, ce sont des erreurs humaines qui ont concouru a la catatrophe. Un automatisme maitrise mieux un process, mais il faudrait alors faire de la prog
    correcte. Ariane s’est casse la gueule la premiere fois car un programmeur a reactive une fonction qui avait ete desactive dans celui d’Ariane IV. C’est fou le paquet de routines, parfois de
    debug – qui trainent dans les programmes. Et en general ce sont des routines pour bypasser des securites.

     

    La 2eme fois qu’Ariane a merde c’est a cause de la rotation de la fusee sur elle meme pendant l’ascension… pas de souci normalement, sauf que ca a cree un vortex sur le carburant… (comme
    quand ton lavabo se vide) et le capteur de niveau a cru a un manque de carburant… donc il a active d’autres propulseurs un peu trop tot… et il manquait de carburant pour finir la mise en
    orbite.

     

    Je parle d’Ariane V car je connais bien. On aurait pu eviter ce probleme car ca c’etait deja produit sur un lancement japonais.

     

    Les sondes pitot de l’Airbus etait un probleme connu depuis plus d’un an. Mais on n’a rien fait. Je ne pense pas que ce soit une histoire de budgets mais de qualification du materiel, des
    procedes etc… C’est tres lourd la gestion d’incidents. En voulant aller trop vite, on pourrait solutionner un probleme mais en creer un autre plus grave.

     

    Le probleme vient aussi de l’enorme flux d’informations a gerer. On recoit des alertes rouges sur tout et n’importe quoi. La derniere que j’ai recu, c’est de Rio Tinto, un gars qui s’est coupe en
    voulant rattrape une assiette… N’importe quoi.

     

    Concernat le plastique, je pense que tu t’egares. C’est de la gestion de dechets inertes. On ne peut pas accuser le plastique.

     

    Sinon, pour ce qui est du nucleaire, j’ai l’impression quand meme qu’il y a de doux reveurs sur cette planete. 

    On est pret a accepter le risque en prenant sa voiture. et pourtant le risque peut aussi venir d’un tiers pour ce qui est des accidents. On continue a prendre sa voiture bien que les gaz
    d’echappement soient cancerigenes. Meme en connaissant les risques on a continue a distribuer de l’essence avec plomb, du gazole alors que les voitures n’avaient pas de filtres a particule. Idem
    pour l’amiante… et le sang contamine…

     

    Et au premier incident nucleaire on veut arreter les centrales du jour au lendemain !

     

    Dans le domaine de la science, on en apprend tous les jours et on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs.

     

    Si on avait raisonne comme cela depuis des siecles, on en serait encore a l’age de pierre…

     

    Le risque si on n’avance pas, c’est de crever sur la planete… car il ne faut pas rever, ce ne sont pas les eoliennes qui vont nous sauver… faut arreter le delire.

     

    SP

  3. Oui DDL je ne t’avais pas lu avant d’ecrire, mais ca va dans le meme sens au niveau des cata dues a d’autres energies, mais on dirait que les gens se sont habitues.

    Y a de ‘l’espoir alors… encore une dizaine d’accidents, et on n’y fera plus attention.

     

    Ah toi aussi tu donnes dans les dll…

    SP

  4. D’ailleurs je suis pour que l’on n’alimente plus les ecolos en courant que 20% du temps, ca les fera reflechir aux energies alternatives ! 

    SP

  5. Fred,

     

    Un peu de pédagogie. Je ne sais pas quelle est ta définition de l’inflation mais il me semble que tu en méconnais le taux réel.

     

    3 % l’an dernier avec une croissance à 1%, et 2% cette année avec une croissance nulle ça fait 2 % de stagflation réelle à chaque fois. Compare avec les années d’avant 2008, 2% d’inflation et
    entre 2 à 3 % de croissance, les taux d’interet réel étaient posistifs ou nuls.

     

    Nous sommes en stagflation. C’est tout. Ceux qui parlent de déflation aujourd’hui confondent monnaie et croissance. Il ne peut y avoir de la déflation que si la monnaie se renchérit, ce qui n’est
    pas le cas, elle se dévalorise.

  6. J’avais pose la question a un de mes teneurs de compte titres pour savoir si la taxe etait deduite des PV… MDR… J’ai recu la reponse…. A votre avis ?

     

    SP

  7. @JCB

    Sauf erreur il me semble que l’inflation en 2011 était de 2,5 %.

    L’inflation en 2012 (prévisions) : 1,8 %.

    Une stagflation, sauf erreur, c’est une croissance faible et une inflation élevée.

    On est loin très loin même de l’inflation des années 70/80 et cela malgré la montée très importante des matières premières.

    On devrait donc tout naturellement rentrer progressivement (à priori avant la fin de l’année) en déflation. C’est désormais inévitable.

    fred marseille

  8. @JCB

    Au contraire des taux à 0 voire négatifs n’ayant pas relancés la machine… cf le japon !

    fred marseille

     

     

  9. « J’avais pose la question a un de mes teneurs de compte titres pour savoir si la taxe etait deduite des PV… MDR… J’ai recu la reponse…. A votre avis ? »

     

    Oui. Sinon la taxe serais imposée à l’IR et tu serais le premier à hurler !

  10. eh ben… pas de bol Goelo !

     

    Bonjour Monsieur X, 

     

    Vous nous avez contactés afin d’obtenir des informations concernant la TTF.

     

    Nous vous informons que cette taxe ne vient pas en déduction des plus values pour l’imposition dans le cadre d’un compte titres.

     

     

    Nous restons à votre disposition pour toute information complémentaire. 

  11. SP, merci de me répondre ce roman fleuve. Je lirai. Mieux vaut passer pour un idiot aux yeux d’un type intelligent que pour un génie aux yeux d’un fou. Bon, je dis çà a priori, lol.

  12. Same Player, comme j’ai besoin de décompresser et que je vais me faire moine contemplatif jusqu’en septembre, je fais bref: j’ai compris qu’on ne parlait pas de la même chose mais je ne tenais
    pas forcément à parler de la même chose, je posais une question en me demandant ce que tu allais y répondre connaissant tes connaissances en stats. J’ai bien compris que je mélangeais certaines
    choses mais quoi … il faudra que je relise. Au final, on n’est pas d’accord du tout. Côté plastique, c’est de la gestion de matière inerte, il ne faut pas accuser le plastique … bien
    si … il faut accuser le plastique puisque le fait est que ce matériau est mal géré par les hommes et qu’il fallait tenir compte du comportement humain lors de l’invention de cette merde. Je ne
    crois pas qu’en changeant de paradigme l’on retourne jamais à l’âge de pierre mais je te répondrais volontiers que contrairement à toi, je ne suis pas pressé d’arriver (où d’ailleurs) avant
    d’être parti. L’homme blanc sait comment mais pas pourquoi disaient les amérindiens qui disaient aussi qu’on aurait tout désertifié avant de comprendre que l’argent ne se mange
    pas. Mieux vaut vivre heureux avec une plume où tu voudas que cancéreux et malheureux (ça n’arrive qu’aux autres disaient-ils). Moi, je suis d’avis que tous les progressistes
    forcenés émigrent volontairement à Fukushima pour y fonder un pays joyeux. Puis à tchernobyl, soyons généreux. Bonne soirée.

  13. Bonjour à tous,

    Achat à l’instant Crédit Agricole à 3.81.

    @JCB en ce qui concerne la baisse du CAC, dans le cas où tu ne l’aurai pas remarqué, elle a commencé depuis 2007, le CAC passant de 6100 à 3400 (aujourd’hui).

    Et à priori çe n’est pas fini… Ce qui n’exclu bien sur pas des rebonds comme ces derniers jours.

    fred marseille

  14. Fred

     

    « En ce qui concerne la baisse du CAC, dans le cas où tu ne l’aurai pas remarqué, elle a commencé depuis 2007, le CAC passant de 6100 à 3400 (aujourd’hui). »

    Tu n’es pas marseilais pour rien. Non seulement je l’ai remarqué mais je l’ai prévue bien avant 2007 en ayant une allocation actions réduite et en achetant de l’or dès 2004. Je parle aujourd’hui
    de la grande baisse court terme que toi, abadie, durden etc … annonciez imminente il y a un ou deux mois. Tu as meme pris des shorts pour spéculer dessus. J’ai dit également qu’il fallait que
    le marché remonte pour pouvoir baisser. Cela veut dire que je peux envisager ue nouvelle baisse mais au fond je suis loin d’exclure une poursuite de la hausse car nous allons avoir une
    monétisation supplémentaire des dettes souveraines avec des hausses sur les actions. Tout dépend des options choisies par les politiques.

  15. @JCB,

    Qui a dit qu’il y aurait une baisse à court terme ? Moi ?

    Que nenni. Je crois à une baisse lente qui durera tant que des plans seront mis en places pour soutenir l’activité grâce … à plus de dettes !!

    Lorsque ce petit jeu sera terminé (faillite d’un ou plusieurs état européen par exemple) à ce moment oui je me positionne à l’achat (hyperinflation inéluctable).

    Mais pour l’instant effectivement je suis positionné short sur le CAC sans regret aucun ! Les rebonds seront suivis de baisses de plus en plus importantes.

    Par ailleurs je suis prêt à parier que le CAC franchira un plus bas avant la fin 2013.

    fred marseille

  16. On n’est plus tres loin à mon sens d’un top majeur sur le s&p, les émergents…Question de semaines à mon sens au max

    -Le sentiment était devenu extremement bearish , avec 82% de bulls sur le dollar fin juillet et un plus haut de bulls en 15 ans sur les bonds… Un petit rally haussier en aout avec un short
    squeeze pour achever les derniers vendeurs, rien de tel pour calmer tout le monde… Il n’y a plus de vendeurs :
    http://www.zerohedge.com/news/short-squeezeability-two-main-market-etfs-slides-multi-year-lows

    -Quand on va se rendre compte que la récession en Europe/ ralentissement mondial ailleurs est plus fort que prévu

    -Que Draghi bluffe, qu’il a besoin de l’accord de la Bundesbank qui ne lui donnera  pas tant que les chiffres européens ne sont pas déflationnistes (Je rappelle que le seul objectif de la
    BCE est la stabilité des prix et que l’inflation est déja au dessus de 2%)

    -Que Bernanke et Dragui sont coincés par la hausse des matières agricoles, voir la hausse du prix du pétrole et qu’ils ne peuvent lancer maintenant de grands programmes

    -Que le marché US va devoir pricer le fiscal cliff,

    -Que les marges des entreprises US commencent à montrer d’inquiétants chiffres de retournement

    -Que la Chine ne peut pas envoyer de stimulus fiscal avant d’avoir changé de chef

    -Qu’un défaut/restructuration de dette de la Grèce (à nouveau..), du Portugal, voir de l’Espagne ou de l’Italie est possible

    -Que les intervenants ouvrent les yeux sur les divergences qui s’accumulent

    http://blog.kimblechartingsolutions.com/wp-content/uploads/2012/08/truckingpredictingaug2.jpg

    Ou encore un dangereux flag sur le SSEC :

    http://blog.kimblechartingsolutions.com/wp-content/uploads/2012/08/shanghaihelpaug6.jpg

    Cela dit, je garde ds un coin de ma tête que les gouvernements  mondiaux enverront le meme signal qu’en 2008: un vaste programme de stimulus de4 ou 5 trillards .. Ca sera tellement plus
    facile;;. Mais je persiste et signe , on verra Cac 2500 avant de voir cac 3800

  17. @ Goelo

    Pour IGMarkets… c’est pas marque La Poste…

     

    Moi j’avais trouve ma reponse, c’etait gerant de fait (par opposition a gerant statutaire)…

    So sorry 

    SP

  18. @ Durden 292

    Ca au moins c’est une prise de position… (2500 avant 3800) c’est clair… Tu prends des risques.

    Surtout qu’entre 3600 et 3800 il n’y a pas grand chose. on pourrait bien faire 3801 !

     

    SP

  19. Durden,

    J’ai pris bonne note de ta prévision. Elle est tout à fait plausible pour moi car la montée des cours finira par fragiliser le marché. En revanche, je ne fixerai pas nécessairement une limite à
    3800 car s’il y a injection massive de monnaie selon un plan international concerté, on pourrait facilemetn dépasser 4000. Mais avant cela de nombreuses oscillations sont possibles aved les
    attermoiements des politiques. Par ailleurs 2400 me parait désormais très bas si l’on tient compte de la dévalorisation monétaire. C’est comme si tu me disais que ton café payé 1 euro en 2000 qui
    vaut maintenant 2.50 euros allait revaloir un euro. Je sais bien que la valo d’une société dépend de ses bénéfices et de la situation éco mais le gros de la baisse liée à la crise a été acté et
    les émergetns sont un moteur qu’on n’arretera pas. Un CAC 2750 me parait désormais un grand minimum pour une nouvelle dépression nerveuse des marchés. Encore faudrait-il qu’elle se produisent car
    les news en cours sont très mauvaises (récession 3eme trimestre prévue par la BDF) et le CAC ne baisse pas vraiment …

  20. bonjour à tous,

    on peut dire que l’épargne aura peu d’échappatoire…

    il faudrait posséder des oeuvres d’art….

    pour ma part, je continu tranquillement mes achats : un peut de CWH (reit US) avec objectif dividendes.

    les précédents invest sont mitigés (surtout peugeot) avec des foncières étrangères qui progressent (acucap, growthpoint et KWG).

    encore 5-6 opérations et mes liquidités auront été totalement replacées.

  21. bonsoir,j’aimerai me positionner sur du carmignac dans une prochaine vague de baisse,que me conseillez vous:

    un pea,un cpt titre,ou une ass vie investit uniquement en fonds carmignac.

    ps:j’ai 40 ans et j’ai un horizon de 5 ans voir plus merci pour votre réponse,perso je pense plus à une ass vie boursorama.

  22. @ stephane
    perso, je te conseille une assurance vie chez Linxea: c’est un petit courtier qui propose des contrats chez 4 assureurs différents (ACMN, generali, Suravenir, Spirica).
    Je te déconseille Génerali car problèmes de gestion récurents. Par contre avec ACMN, tout marche comme sur des roulettes.
    C’est le contrat Linxea Evolution.

  23. Ce qu’il y a de bien avec la voie d’eau, c’est que l’on peut rester sur le bateau:  c’est plus sûr que de se jeter à l’eau ou de s’embarquer dans le radeau de survie.

    En cas d’incendie par contre, c’est un euphémisme que de dire que c’est chaud comme ambiance! 15 mn pour éviter les brûlures, larguer le radeau de survie et embarquer tout le monde, ça risque de
    faire un peu court! Si dans l’affolement on oublie de balancer la bouteille de gaz à l’eau et qu’elle explose, ça fait beaucoup de travail pour rien.

  24. La stagflation…

     

    Elle marche (on fait glisser la monnaie pour adoucir les dettes, facile…) dans un contexte ou les relances par influx monetaire font en sorte que la population consomme plus de ce qu’elle
    produit elle-meme.

     

    Actuellement, les instants des QEs sont correles avec la croissance des emergents, plus que des economies dans lesquelles sont reellement fait ces QEs.

     

    Le premier QE a qqs annees maintenant, il a fait monter les salaires en Europe ou aux USA? Non.

  25. Bonsoir The Nboc

    Il y a stagfaltion a partir du moment ou les taux d’interet réel sont négatifs. C’est une perte de pouvoir d’achat de la monnaie.

    Le pouvoir d’achat baisse. C’est aussi à cause de l’inflation réelle. Le deuxième tour viendra. Ce n’est qu’un question de calendrier. En attendant, ou est ton CAC à 800 points et la grande
    dégringolade tropicale ? …

  26. Jean Christophe, S’il y’a stagflation alors il n’y a pas de cac a 800, par contre s’il n’y a pas cac a 800, ca ne veut pas dire qu’il y’a stagflation. (contraposee et reciproque sont 2 choses
    differentes)

     

    Je n’ai d’ailleurs moi meme jamais parle de cac a 800 :)

     

    Un article que je trouve personnellement interessant sur la Chine :

     

    http://www.agefi.fr/fiche-livres-wikifinance/la-chine-une-bombe-a-retardement-1884.html

     

    Autrement dit : nous ne sommes pas encore dans une problematique de deficit de l’offre, mais ca risque de venir…

    La stagflation sera l’effet de second tour quand la monnaie aura reellement trop glissee quand les politiques auront reellement eu une politique de relance par la demande (y’a encore enormement
    de marge contrairement a ce que certains pensent, les problemes actuels de l’Europe sont politiques autant qu’economiques). La actuellement c’est pas encore le sujet la stagflation, des
    rebondissements il y’en aura beaucoup entre temps.

  27. The Nboc

     

    On a pas la meme définition de la stagflation. Par ailleurs ce qu’on appelle l’effet de deuxième tour est la montée des salaires après la montée des prix. Elle survient en général plusieurs
    années ans après la montée des prix versus croissance dans une économie stagnante qui est soutenue par la planche à billets. Elle est la suite logique d’une économie en stagflation.

  28. tout à fait l’immobilier c’est pas que Paris… de même que le bois ne
    rend pas les coups…

    bon désolé, je sors…

  29. A partir de 3.40

    http://www.zerohedge.com/news/mark-grant-and-rick-santelli-europe-its-ponzi-scheme-be-honest-you

    A se rapprocher de cela :

    http://www.boursorama.com/actualites/les-etrangers-se-delestent-de-leurs-titres-de-dette-italienne-effd64225e2812a05892804a123e9dd0

    « La part de la dette publique de l’Italie détenue par des étrangers était de 36,5% en avril, à comparer avec près de 41% un mois plus tôt et plus de 50% en juin 2011 »

    Juste -240 milliards pour l’Italie en 3 mois d’investissements étrangers. Oh et l’Italie, c’est 17% du PIB européen et de l’ESM/EFSF etc… Ca va.. tout va bien se passer

  30. Durden… tu nous fais une petite deprime ! ?

    Heureusement qu’il y a quelques difficultes au sein de la zone euro, car si les problemes etaient resolus, on ne serait pas a 1.22 mais a 2$/E.

     

    Sinon je viens de decouvrir que j’avais un point commun avec…

    bla bla bla… Pierre Moscovici, qui a souligné mardi qu’un blocage n’était « pas évident » à instaurer.

    « Il n’est pas question que les prix des carburants continuent d’augmenter », a assuré le ministre de l’Economie sur Europe 1,

     

    Ouais, quand je suis entoure de jolies filles… c’est pareil… je veux que ca continue… c’est chiant de re reveiller au milieu d’un reve.

     

    SP

  31. Bonjour JC,

    j’ai aujourd’hui environ 100keuros a investir. Je m’appretais selon ce que j’avais compris de tes conseils (billets precedents) a acheter un appart dans l’ancien dans une grande ville de France.
    Ton dernier billet indique cependant qu’il est preferable de s’orienter vers des bureaux et des actions pour esperer une plus value. Si je comprends bien : immo c’est pour maintenir la valeur
    d’un patrimoine pdt periode inflation alors que actions pour plus values ? 

    Dans le cas d’actions en FCP, que peut on acheter maintenant, MP, Mines d’or ?

    Enfin le shanghai index me parait bas en ce moment, n’est ce pas le moment d’acheter ?

    Merci!!

  32. Bonjour Novin,

    Je maintiens qu’il faut dans un premier temps posséder sa résidence principale : appartement au centre d’une ville. Petite parenthèse : il faut savoir qu’une très grosse maison avec piscine en RP
    ou en R secondaire est un gouffre financier : frais charge fiscalité travaux mais c’est aussi un plaisir A chacun de faire ses choix de vie en fonction de ses moyens. Une bonne qualité de vie
    c’est aussi de la rentabilité. Pour le locatif : appartement dans le centre des grande villes oui mais en meublé. Ensuite murs de commerce et bureaux très bien placé bien sur. Or, mines d’or, MP,
    émergents sont à des prix intéressants en ce moment. Mais pour 100 000 euros sicave toi impérativement avec des FCP, pas de titres vifs.

  33. Merci JC pour ces precisions. Pour etre sur de pas faire de betises !! avec ces 100keuros, tu me conseilles FCP et/ou meublé (j’ai dejà un pret sur ma RP). Le question est pour moi la repartirion
    sachant que j’ai deja aquis 150 keuros d’appart en locatif… Est ce que tu penses que 70keuros dans un meublé et 30keuros en FCP c’est raisonable? ou alors rester en 100% FCP ?

    MERCI MILLE FOIS !

  34. Bonjour,

     

    quelqu’un saurait-il pourquoi le Nasdaq 100 (3e ligne) a connu une
    telle hausse après la clôture hier
    soir, un calcul en partant du niveau actuel des futures (lien plus haut), indiquant un niveau à la clôture au moins égal à 2738,50. Une valeur de l’indice aurait-elle été remplacée ?
    Autre explication ? Je ne décèle pas de décalage analogue sur les autres indices américains DJI et S&P500…

    Merci.

     

     

  35. Novin, ton cash ne doit servir qu’à disposer d’un apport perso pour un crédit achat immo. Les taux sont très bas. Acheter de l’immo en cash est moins interessant si tu en as déjà et que tu es
    jeune. Je dirais 30 à 40 % pour achat immo à crédit si tes revenus le permettent et 60 % FCP dans une AV. Ne pas oublier l’or physique mais la il a déjà bien remonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *