Formation CFD et FOREX – N°2 – Gagner de l’argent en trading

Par Jean Christophe Bataille.

CFD.jpg

Est-il possible de gagner beaucoup d’argent en trading ?

La durée de vie d’un compte de trader en compte propre ne dépasse pas 6 mois dans 85 % des cas. Seuls 15 % des gens s’adonnant au trading gagnent de l’argent. Selon les brokers, ce sont en général des days traders. Tenir les positions longtemps apparait donc encore plus risqué pour les apprentis spéculateurs.

Sans avoir de statistiques, il semble que sur les swings longs avec trackers comme L40 et Bx4, le taux de réussite soit encore plus faible. Combien des lecteurs qui lisent cet article peuvent dire sans mentir qu’ils ont gagné beaucoup d’argent en 2009 en spéculant avec des trackers ? Déjà heureux sont ceux qui n’ont pas perdu un centime …

Sans mentionner le handicap du béta slippage et l’importance des frais, la raison de la moindre efficacité du swing long par rapport au day trading est triple :

– Contrairement au day trading, le news flows très abondant vient en permanence perturber l’évolution technique des cours et pénalise le swing.

– La pratique du day trading conduit naturellement à maitriser de vraies méthodes car le risque du fort levier rend celles-ci absolument vitales. L’évolution des cours est plus rapide, influencée essentiellement par les statistiques et nécessite une très grande précision dans le choix des stops, des points d’entrée, de sortie et le money management. Le swing ayant un levier plus faible, ses adeptes peuvent avoir l’impression que leur instinct suffit pour en déterminer les paramètres. La moindre importance du levier les conduit ainsi à en prendre finalement des risques important et souvent à perdre beaucoup d’argent, en particulier lorsqu’ils investissent une proportion importante de leur portefeuille.

– A contrario, si un swinger a de la méthode et un réel talent, l’absence de levier des swings ne lui permet pas de multiplier ses gains. Le travail en UT longues ne l’autorise pas non plus à multiplier les trades. C’est pourquoi son portefeuille ne fait pas d’étincelle … Si un spéculateur est vraiment doué, pourquoi n’en profiterait-il pas au maximum !

Devant un taux de réussite générale aussi faible, même en day trading, la spéculation a-t-elle un intérêt pour le particulier ?

Je réponds assurement oui ! Car personne ne sait, avant d’aborder le trading, s’il est doué pour cela ou pas. Le trader doit posséder des qualités d’analyses, d’observation, de méthode, de précision, d’adaptabilité, de patience, de rigueur, de résistance à la peur ou à la cupidité qui vont au final en faire un trader gagnant. Est-ce votre cas ? Vous ne le saurez que si vous tentez l’expérience en mettant en place une méthode utilisant des moyens auparavant dédiés aux professionels. Certains grands traders en compte propre était des smicards avant de se consacrer à la spéculation et sont devenus très riches. D’autres plus aisés ont vidé leur compte en moins d’un mois !

Combien investir ?

Fort de ces constats, il parait évident qu’il faut ouvrir un compte à hauteur d’un faible pourcentage de ses avoirs tant que l’on n’est pas certain d’avoir du talent. Cela doit donc être une expérience à faible coût, un simple ticket acheté pour savoir si on est doué, pas un investissement massif ! Sinon de lourdes déconvenues seront au rendez vous pour 85 % des entrants.

Compte démo ou compte réel ?

Commencer les premiers trades en CFDs avec un compte fictif en demo est simple et nécessaire pendant un mois. L’argent joué est virtuel et le risque est nul. Cela permet de se familiariser avec la plateforme. Je pensais auparavant qu’il fallait rester longtemps en démo avant de passer en compte réel. Je me suis rendu compte que c’était une erreur car on ne spécule pas du tout de la meme manière lorsqu’on met en jeu son propre argent. La solution qui me semble la plus adaptée est d’ouvrir un compte réel au bout d’un ou deux mois, pour peu qu’on ait pris le temps de se former, de ne jouer que des mini-contrats et de demander à son broker un levier pas trop élevé. Il faut sécuriser son compte en jouant sur :

– La taille des positions : un mini contrat sur le FOREX correspond à 1/10 d’un contrat normal. Les sommes engagées sont donc réduites et le risque beaucoup plus faible.

– Le levier : jouer le FOREX en levier 50 pardonne plus qu’en levier 400. Jouer le CAC en levier 1 coute 1 ou 2 points de spread soit 1 ou 2 euros et fait perdre 20 euros pour 20 points de variation du CAC. C’est très peu et cela met en condition de trade avec de l’argent réel.

Les problèmes de capitalisation.

On dit souvent qu’un trader doit être suffisamment capitalisé pour pouvoir assumer une longue période de malchance statistique. Je persiste à dire que ce problème doit être résolu par le money management, par le levier utilisé et par la taille de la position engagée par trade (jamais plus de 2% de son compte initial).

Il n’est ensuite pas question d’investir beaucoup de ses avoirs pour tester sa capacité à gagner de l’argent en trading. 1 % d’un patrimoine important ou 2 % d’un petit patrimoine me parait largement suffisant. C’est d’autant plus facile que les brokers acceptent l’ouverture de très petits comptes. Capitaliser lourdement son compte n’a d’intérêt que lorsqu’on a la certitude d’être capable de gagner de l’argent avec le trading.

Bon trades à tous !

Copyright 2010 Jean Christophe Bataille. Reproduction interdite

Une réflexion au sujet de « Formation CFD et FOREX – N°2 – Gagner de l’argent en trading »

  1. J’ai été très heureux de lire ce billet J.C. et je le ferai savoir.
    Il est certain qu’il aidera à faire comprendre qu’il est « judicieux » d’en apprendre « encore afin de …

    « Changer » est le préalable à une plus grande réussite, car il permet d’apprendre le mot « prudence ».

    Bon dimanche et bonne semaine. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *