Forecast investissement – Novembre 2009

Par Jean Christophe Bataille

Les marchés semblent devenir plus incertains et on observe une certain retour de l’aversion au risque comme en témoigne la remontée du VIX.

La EMA 13 risque de croiser EMA 34 et une nouvelle tendance à la baisse pourrait s’installer. Rien n’est toutefois gagné  pour les bears, la reprise en V reste au menu pour bon nombre d’opérateurs. Les marchés actions seront donc heurtés durant le mois de novembre sans que l’on assiste à une vraie grande vague de baisse vers de nouveaux plus bas.

L’or consolide un peu mais notons que malgré la baisse des marchés actions, le métal reste campé vers ses plus hauts niveaux. Son évolution ne redeviendra négative qu’en cas de hausse du dollar et de retour des marchés vers le sud. La baisse de l’or ne pourra toutefois être que limitée car le métal jaune est en phase de remonétarisation et ne se comportera plus comme une simple commoditie dans les années à venir.

Pour les gros patrimoines déjà constitués, la répartition des actifs patrimoniaux laisse la part belle au cash (fonds en euros dans le cadre d’une enveloppe assurance vie, sicav monétaires) 39 %, à l’or physique 7 %, l’or papier, 3 % et à l’immobilier 45 %. Elle souspondère en revanche de façon importante les actions à 6% car leur potentiel de hausse parait désormais limité.

Pour les petits patrimoines, l’achat d’un bien immmobilier à crédit est prématuré, une nouvelle poussée de deleveraging étant probable. La répartition des actifs n’oublie pas l’or physique 7 %, l’or papier 4 %, actions 10 % essentiellement commodities, défensives et émergents. Le reste étant en cash.

50 réflexions au sujet de « Forecast investissement – Novembre 2009 »

  1. Bonjour JC,

    Les futurs US sont à -53 points sur le DOW, -9,25 pour Nasdaq, -6 pour le S&P 500 à 9h55 … tous en rouge donc !

    A suivre …

    Afin d’éviter de poluer la file car je ne sais pas si tu aimes que mes trades soit placés ici sous le billet, celui-ci sera le dernier de la journée.

    Portez-vous bien,
    LVM

  2. Bonjour,

    Je suis très heureux que tu continue à nous faire partager tes conseils et tes convictions toujours très bien argumentés. Je te souhaite un beau site et beaucoup de petits mails.

  3. Pour revenir sur l’or et la question de Vdan, une new qui montre que les émergents se ruent sur l’or du FMI : l’inde vient d’acheter 200 tonnes d’or au FMI.

  4. Bonjour Jean Christophe,

    J’ai une petite question concernant l’immobilier.

    Bien que l’ayant decourage de le faire, mon pere vient d’acheter un Scellier. Apparement il semble avoir evite tous les pieges de ce type d’investissement (le bien est dans un tres bon emplacement
    sur la cote d’azur, il connait le marche local, etc..). Mais il a emprunte a 4.1% fixe avec un pret in fine sur 15 ans. Est ce du suicide ou d’ici la l’inflation fera qu’il n’aura pas grand chose a
    repayer ?

    Bonne chance a ton blog.

    Renaud

  5. Bonjours à tous!

    Je suis ravie de découvrir ces sites d’informations et d’échanges conviviaux, tel que le vôtre celui de Mieux Investir et celui de L. Van Meulders.

    Je vois que LVM croit en une hausse de l’or, et que mieux Investir met en exergue le fonds Orion or et metaux précieux. J’aimerais connaître l’avis des spécialistes, car je ne parviens pas à avoir
    un historique de la cotation de ce fond. Degroof Lux qui le distrbue, ne donne que sa valeur journalière.
    De plus sur Boursier.com, dans le classement des fonds Or et metaux précieux ,ce fond occupe une place moyenne. C’est Placeuro or qui est en tête.
    Perdue dans ce flot de sicavs sur l’or, pouvez vous m’aider à me faire une idée ?
    Merci .

  6. Merci Jean Christophe pour ta reponse.

    Je lui redemenderai mais je suis quasiment sur qu’il m’a dit c’etait un taux fixe.

    Si c’est un taux fixe penses tu que ce n’est pas un si mauvais investissement ?

  7. Bonjour Jean Christophe,

    Au vu de ce qui est arrivé en 2008, n’est-il pas devenu très important de choisir des gérants qui soient capables de sortir rapidement du marché lorsque les conditions l’exigent.

    Ce n’est pas le cas des gérants du BGF World Gold Euro de Blackrock. Moins 31.11% en 2008.

    Qu’en penses-tu ?

    Cordialement.
    Yves

  8. Bonjour JCB!
    Je consulte régulièrement le blog de Loîc et j’ai toujours beaucoup apprécié tes interventions qui apportaient un autre point de vue extrêmement utile. Mais le blog de Loîc se bloque de plus en
    plus souvent (dernière page de commentaires actuellement inaccessible) et j’ai donc regardé ailleurs!
    Je suis arrivé sur ton blog sans trop savoir comment et j’en suis ravi. Je vois qu’il vient de naitre , alors bravo et felicitations au « Papa »!!

  9. Renaud. Attention.

    Il faut que ton père passe très vite chez le notaire.
    De nouvelles normes viennent de sortir sur le Scellier auxquelles seulement 5% des programmes en cours de V.E.F.A répondent.

    S’il attend 2010 la réduction devrait passer de 25 à 20% sur les 9 premières années (alors qu’au départ c’était bon pour 2010).

  10. Merci aussi pour ta réponse Jean Christophe.

    Je dois avouer que j’ai vraiment du mal avec l’OR. J’en avais il y a quelques mois que j’ai vendu avec PV si tu t’en rappelle, car j’ai toujours suivi les propos de Noureil Roubini (et qui ne m’ont
    jamais déçu jusqu’ici) et qui a toujours relaté que l’OR peut s’effondrer avec les matières premières … !

    Les MP chuteront normalement encore selon moi. Mais la question à 1 million est jusqu’à combien ? 3400, 3000, 2500 au CAC. D’où ma question sur LCL Minergior pour un achat LT car je moyennerais
    parcimonieusement à la baisse avec mes PV réalisées en BX4 et ce à partir de CAC 3400 ?? Je prendrais aussi des BGF WorltGold A2 Euro donc mais à partir de CAC à … ou déjà maintenant … ??

    Honnêtement j’aime ta vue générale, mais sur l’OR, je ne sais pas encore.

    Cordialement,
    Luc

  11. Pour l’illustrer la stabilité de l’or alors que le marché actions chute, on peut noter que :

    – La paire Eur/USD baisse actuellement de 0.72 %
    – Par effet d’appréciation de la devise, le Gold index n’augmente que de 0.08 %
    – L’once d’or en euros compense la chute de la devise européenne et s’apprécie de 0.92 % à 723.84 €.

    La force relative de l’or dans une situation de baisse des actions est donc assez importante actuellement. Cela rend encore plus difficile l’évaluation d’un bon point d’entrée pour ceux qui n’ont
    pas d’or car la baisse ne parait pas programmée à court terme et le potentiel de hausse selon les chartistes est à 1300 $ l’once …

  12. Merci Jef, je pense que mon pere est au courant vu qu’il sait qu’il doit signer avant la fin de l’annee. D’ailleurs il a ete impossible de negocier quoi que ce soit question prix, les promoteurs
    sachant tres bien qu’il ne reste pas beaucoup de temps pour signer.

  13. Suite discussion commentaire no 25 à 15h22: « N’est-il pas devenu très important de choisir des gérants qui soient capables de sortir rapidement du marché lorsque les conditions l’exigent (notamment
    en ce qui concerne les investissements Or et Métaux précieux) »

    Il est vrai que très rares sont les fonds étoilés de Morning Star qui ont eu une performance positive en 2008. Carmignac Patrimoine et … ???

    Mais faut-il vraiment attendre qu’un gérant puisse dérouler un track record de 5-6 ans avant de le choisir ?

    Il y a des études qui démontrent que, sauf exception, les fonds sont plus performants dans les premières années qui suivent leur lancement.
    Ensuite, plus ils ont de succès et plus ils ont tendance à ronronner …

    Toute la difficulté serait donc de savoir comment identifier les fonds les plus performants le plus tôt possible dans leur cycle de vie.
    A suivre.

    Cordialement.
    Yves

  14. Bonjour JCB.
    Très heureux d’avoir la possibilité de vous relire par ici.

    pensez-vous faire des commentaires sur « la séance du jour » et « l’évolution du lendemain ». je sais que cela demande beaucoup de travail, mais nous autres lecteurs en somme très friand.
    Longue vie à votre espace.

  15. Bonsoir,

    Dommage que vous ayez décidé de quitter le blog de Loic, vos « echanges » étaient interressant.

    Vous etes un partisant des matières premières mais en ce qui concerne les mp agricoles, voyez-vous, avec la crise actuelle du secteur, une opportunité d’achat sur le moyen-long terme.

    Un supports du type Parvest Agriculture vous semble-il constituer une bonne protection contre l’inflation.

    Cordialement

  16. L’or va enfin commencer à monter en €. Le kg était à 23K€ ce midi.

    Ceci dit, voilà une journée surprenante. Franche baisse des marchés, le $ monte et l’or explose ses records !
    Quelle époque.

  17. Bonjour JCB et encore merci pour ce blog ! je pense qu’il servira à beaucoup beaucoup de monde.

    J’ai une question, peux tu précise ce que entends par petit patrimoine et gros patrimoine dans ton article, peux tu donner une fourchette en centaine de k€.

    Merci

  18. Salut JC,

    Bravo pour ta démarche. On avait parlé ensemble il y a quelques semaines de l’éventualité d’un krach obligataire.

    1 / L’histoire nous montre qu’un tel krach peut avoir lieu même dans un contexte déflationniste (exemple en 30-31) sur fond de course à l’épargne mondiale.

    2 / Comment protèges-tu ton patrimoine par rapport à ce risque ? (or physique, vente bund ?)

    A bientôt,
    Cédric

  19. bonjour JC,

    Félicitations pour ton blog, en espérant que son succès ne prendra pas le dessus sur tes interventions…
    Pourrais tu me refaire la démonstration de la poule et l’oeuf concernant l’inflation et le cout des matières premières:

    est-ce la hausse des matières premières importées (par le jeu de l’offre et de la demande) qui fait partir l’inflation? ou bien les craintes inflationnistes qui font monter les matières
    premières?

    Merci pour ta réponse.

  20. Bonjour Jean Christophe,

    Que pensez vous de l’achat de terrains agricoles ? Peuvent ils faire office de valeur refuge ?

    Renaud

  21. Bonjour JCB,

    Content de te relire à nouveaux et bonne chance pour la suite.
    Je lis que tu ne préconises pas d’avoir des obligations.
    J’en n’ai pas mal sur des corporate qui ne sont pas investment grade. (type Wendel qui rapporte environ du 9%).
    Que penses tu de ce type d’oblig, (si l’emetteur minutieusement choisi ne fait pas défaut) ? Le rendement semble suffisant pour ne pas être géné par une hausse des taux….
    Marc

  22. Salut JCB,
    Content de voir que tu as créé ton blog. j’avais peur de ne plus te lire, car c’est la confrontation d’idées qui fait la richesse du débat et nous rend meilleur dans nos placements (effet
    intelligence des foules). D’ailleurs, Loïc reconnait peut-etre implicitement qu’il y a été un peu fort sur ses derniers reproches à ton égard, puisqu’il n’hésite pas à faire la pub de ton blog sur
    le sien…

  23. Le métal jaune est en phase de remonétarisation et ne se comporte plus comme une MP.Bien vu, les achats d’or de l’Inde le confirment.D’autres vont suivre ( BRIC) .C’est dire la confiance qu’ils
    percoivent dans le dollar et l’euro.

  24. Bonsoir JC,

    J’ai un peu honte de poser des questions de béotienne, mais la convivialité de votre site et votre gde connaissance du monde de la bourse n’y incitent..Mes interlocuteurs bancaires sont moins
    disponibles et plus « commercants » que vous , alors… méfiance..
    J’ai quelques oblis corporate , achetées à l’emission,d’une durée de 5 à 6 ans ,à du 5, 6 , 7 %+ ou -.Leur prix a bien grimpé.
    Est il plus intéressant de les garder jusqu’à l’échéance ou de vendre avant?
    Mon sentiment subjectif est de les garder, étant donné l’inflation faible, la hausse des taux lointaine et lente ,la sécurité du placement. Je raisonne juste ou faux? Merci

  25. Bonjour Mira,

    Je répondrais à votre question à mon humble niveau en attendant une réponse éventuelle plus précise de monsieur Bataille ou Belmont.

    Vos obligations entreprises représentent pour le moment un excellent placement, ce qui justifie par ailleurs leur montée comme vous le signalez. Les paramètres à prendre en compte sont les suivants
    :

    – Pensez-vous avoir besoin de cet argent avant échéance? (Vraisemblablement non, sinon vous n’en auriez pas acheté)

    – Quelles sont les entreprises émettrices des obligations que vous détenez? sont-elles solides financièrement? Une étude fondamentale pourrait faire le tri entre obligations risquées et obligations
    sereines.

    – Certaines de ces obligations sont-elles convertibles?

    – Existe-t-il actuellement un placement liquide avec pas ou peu de risque assurant 6,7% de rendement annuel? Réponse : non. A court terme, votre placement est donc particulièrement intéressant.

    – Le dernier point auquel je ne sais pas répondre est primordial : est-on susceptible de connaître une forte inflation supérieure au coupon de vos obligations avant le terme de celles-ci, c’est à
    dire 6 ans? Une telle inflation aurait pour effet de réduire le capital remboursé en monnaie constante à l’échéance. Cependant, des échéances de 5 à 6 ans ne me paraissent pas excessives.

    Cordialement,

    Daniela

  26. Bjr Mira.

    J’étais exactement dans cette situation il y a 1 mois.

    J’avais investi sur des coorporates en début d’année. Du 5 ans, comme du Saint Gobain à 8.25%.
    La moyenne des +V sur ce panier était à fin septembre à un peu plus de 17% compte tenu de la baisse du spread sur les coorporates.

    J’ai tout vendu il y a mois. Pourquoi ?

    Non pas que je pense qu’il y a un défaut possible sur ce type émetteurs en ce moment (ceci dit on ne sait jamais…) mais :

    Soit une reprise des taux, soit une remonté du spread sur les coorporate ruinerait rapidement la +V latente.

    Cette deuxième possibilité me parait plus probable à CT.

    Ceci dit les arguments de Daniela sont très valables. Les placement à plus de 5 voir 6% brut sur du solide ça ne cours pas les rues en ce moment.

    D’ailleurs j’ai repositionné cette +V sur des cooporates à 7ans de société à forts risques qui offrent en ce moment des taux de rendement très très sympats.

    Pour le principal, j’attends à nouveau une hausse des spread sur de meilleures signatures.

  27. Je rajouterais, qu’au delà du défaut, le vrai risque sur ce type de placement est le crack obligataire.
    Dans cette configuration, difficile de vendre une obligation décotée et on reste scoché jusqu’au remboursement du nominal avec une inflation galopante qui grignote capital et intérêts.
    Sur quelques années ça peut faire mal.

    Mais bon, comme toujours c’est un choix délicat, je prends ma +V ou j’attends ?

  28. Mille mercis pour vos avis.
    Pour le moment, je pense garder ces oblis et encaisser au moins une fois les rendements. On verra l’année prochaine.. quand il y aura des frémissements de montée des taux..

    Bons placements à vous tous.

  29. Deux nouvelles importantes aujourd’hui :
    – Un expert de l’institut français du pétrole confirme que le peak oil est franchi actuellement.
    – Trichet laisse les taux directeur à 1% et se déclare pret à maintenir la liquidité par des mesures exceptionnelles pour conserver la stabilité des prix. Autrement dit en Europe comme aux US,
    toute pression déflationniste sera combattue par des injections massives de monnaies. Cette affirmation de Trichet pourtant chantre de la lutte anti-inflation montre bien avec quelle réactivité et
    avec quelle puissance le système monétaire est, et va être reflaté à la demande. L’évolution de la crise vers une dévaluation des monnaies semble être privilégiée par tous les banquiers centraux
    occidentaux et pour cause, contrairement à ce qui est dit chez les déflationnistes, une crise de liquidité, une crise systémique bancaire et un crédit crunch seraient beaucoup plus insupportables
    pour nos sociétés évoluées que le risque d’une stagflation.

  30. Bonjour JCB,

    Bon courage pour votre nouveau blog. J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos commentaires sur le blog de Loïc Abadie, et je me réjouis de pouvoir continuer à lire vos analyses ici.

    Après avoir posté quelques commentaires sur le blog de Loïc Abadie, je me suis rapidement aperçu que la discussion y était stérile, et je me suis fait finalement modérer pour lui avoir vertement
    reproché de taxer de criminel certains économistes sans réellement lire ce qu’ils disent, voire même en les caricaturant et en prononçant des contre-vérités (du style Krugman a encouragé la bulle
    immobilière …). Il semble être arrivé à chasser de son blog tout autre point de vue que le sien. Dommage, car il est utile de confronter les points de vues.

    Soit, ceci est un peu hors sujet … J’aimerais savoir ce que vous répondez à l’analyse publiée par ING AM concernant les perspectives d’inflation:
    http://www.daily-bourse.fr/analyse-Des-craintes-inflationnistes-profondement-enracine-vtptc-8261.php

    Il me semble que certains de ses arguments sont pertinents: disparition de mécanisme de liaison des salaires aux prix, perte de pouvoir des syndicats, …

    (Note: en tant que Belge, je suis ravi que nous soyons le dernier pays à avoir conservé une indexation des salaires …)

  31. Bonjour au nouveau blog en ce WE pluvieux.

    Pour renforcer la réponse de JC sur cet article plutôt moyen D’ING, l’argumentation de BXX (j’espère qu’il ne m’en tiendra pas rigueur:-)) chez Loïc me semble aussi assez cohérente (cf post 186 de
    la file trading de novembre).

    @ Marc.

    A partir du moment ou une opinion est défendue « normalement » elle trouve sa place partout et je note avec une certaine satisfaction que lorsque les spectateurs deviennent joueurs le carré a
    tendance à s’arrondir.

  32. Jean-Christophe,

    Ne s’agit-il pas plutôt de faire la différence entre l’inflation (càd la hausse simultanée de la valeur monétaire des biens et services, toujours et partout le résultat d’une création excessive de
    monnaie et donc miroir de sa dévalorisation, selon Friedman) et la hausse de la valeur de certains actifs (pétrole, MP, …) par la raréfaction de l’offre ?

    Seule la « vraie » inflation par perte de valeur de la monnaie contribue à réduire le poids de la dette.

    @Jeff
    Sui pas sur de comprendre ton carré qui s’arrondit. Tu parles de Loïc ?

  33. Ton raisonnement me semble se tenir.

    Quel pourrait être l’attitude de la BCE dans ce scénario ?
    Son mandat l’oblige à placer le contrôle de l’inflation au-dessus de tout le reste. Va-t-elle remonter les taux pour rester dans son objectif des 2%, et tant pis pour le chômage ?
    Comment les politiques vont arriver à éviter cela ? Renégocier ses statuts ?

  34. L’analyse du FMI vient de sortir :

    Le Fonds monétaire international a prévenu dans un rapport au groupe des pays riches et émergents du G20 publié samedi que la reprise économique était « inégale » et pourrait caler.

    « L’économie mondiale est revenue à la croissance après une chute spectaculaire. La reprise est cependant inégale et ne s’alimente pas encore d’elle-même, notamment dans les économies avancées », a
    expliqué le FMI dans ce rapport présenté aux ministres des Finances et banquiers centraux du G20, à l’occasion d’une réunion à Saint Andrews (Ecosse).

    « Un risque dominant est que la reprise cale », a-t-il ajouté, appelant à éviter « un retrait prématuré des politiques expansionnistes monétaires et budgétaires ».

    « Tout rebond durable de la demande du secteur privé sera probablement freiné par la disponibilité limitée du crédit, le souhait des ménages de rétablir leur santé financière et l’augmentation du
    chômage au cours de 2010″, a prévenu le FMI.

    L’institution multilatérale a souligné combien le système financier restait fragile.

    « Les conditions financières ont continué de s’améliorer, mais sont toujours loin d’être normales », et « les systèmes bancaires restent sous-capitalisés, souffrant d’un héritage d’actifs à problème
    et, de plus en plus, de prêts non performants », a relevé le Fonds.

    Dans ces conditions, le FMI a estimé qu’un autre risque était d’une part « qu’on laisse traîner les réformes financières » et d’autre part, que les pays du G20 maintiennent des déficits publics
    élevés.

    « Les stratégies de sortie budgétaires doivent être transparentes, exhaustives, et communiquées clairement maintenant, avec pour but d’abaisser la dette publique à des niveaux prudents selon un
    calendrier expressément spécifié », a répété le FMI.

    L’institution avait publié quatre jours plus tôt un « Rapport de surveillance budgétaire » trimestriel, où elle concluait que les déficits budgétaires des économies développées allaient peu diminuer
    malgré le retour de la croissance, et s’inquiétait de la dérive de la dette publique.

    Le Fonds a énoncé dans son rapport samedi sept « principes au retrait de la politique » de soutien à l’économie.

    Il recommande entre autres aux pays du G20, même si le calendrier de cette stratégie de sortie dépendra des conditions locales, de rester en coordination les uns avec les autres.

    Enfin, en matière de politique monétaire, il considère qu’il sera possible pour les banques centrales de relever leurs taux d’intérêt tout en maintenant leurs mesures exceptionnelles d’aide au
    crédit. « La politique monétaire non conventionnelle n’a pas forcément besoin d’être retirée avant de relever les taux directeurs », a écrit le FMI.

    Source Boursorama

  35. Cet article résume à lui tout seul l’impasse actuelle.
    Pas de croissance sans QE à court-moyen terme, l’obligation de soutien à la croissance d’un côté et l’impossible mais nécessaire limitation des déficits de l’autre…
    La dernière phrase sonne comme l’aveu d’un échec annoncé et de tensions monétaires à venir.

  36. Bonjour JCB et bravo pour l’ouverture de ce blog, qui est bien en route au vu des nombreux comms déjà postés. Je t’ai lu et apprécié sur TropicalBear, mais ce blog est devenu trop crispé pensée
    unique bear.

    Merci aussi à Marc pour ses interventions de bon sens et de sûreté sur Tropical qui m’ont ouvert l’esprit (« Acheter sur force, et vendre sur faiblesse »).

    Merci à Daniela pour ton initiation aux turbos; content de lire à nouveau tes posts bien construits et argumentés.

    JCB, suite à ton post 51, où tu rapportes que le peak oil a été franchi, je poste le lien vers la théorie Olcuvaï. Cette théorie dit que l’humanité est arrivée à un pic de l’énergie correspondant
    grosso modo au peak oil, puis qu’ensuite l’énergie va décroître aussi rapidement qu’elle est montée,entraînant une baisse rapide de notre civilisation fondée sur une énérgie très abondante et pas
    chère.

    Jean-Marc Jancovici explique dans ses conférences qu’il n’y a actuellement pas de remplaçant à l’énergie du pétrole, tant cette énergie est énorme à côté des autres, pas chère et facile à employer
    (et en plus le pétrole est aussi une matière première très utilisée).Yves Cochet (député écolo) a fait aussi des conférences dans le sens d’un après peak oil désastreux.D’après la reprise ne
    reviendra jamais comme avant après la crise actuelle.

    La crise que nous vivons ne serait donc qu’un symptôme de cette profonde crise de l’énergie, et apparemment on n’est qu’au tout début de la grande glissade.

  37. Un petit bonjour en passant histoire de ne pas déroger à la tradition des bons voeux prononcés à la naissance d’un blog.
    Salutations et Respects également pour vos écrits et la force de vos convictions.

    Je souhaite donc une très longue vie à ce blog et également bon courage à ses contributeurs (spéciale dédicace pour Daniela – maintenant c’est Zéro % turbos alors?, le 100% bang bang est-il encore
    au moins toujours d’actualité? – et sans oublier Lou bien sûr).

  38. Bonjour Laloose, et bienvenue sur le site!

    Cela fait plaisir de te retrouver ici. J’allais te faire signe mais tu m’as devancé.
    En ce qui concerne l’une de mes anciennes signatures, nous continuons à intervenir majoritairement en produits dérivés, donc elle reste valide. Mais suite à une refondation de notre méthode
    d’intervention, nous limitons au maximum le risque.

    Bienvenue encore une fois sur le site à toi, et à bientôt sur la file trading.

    Cordialement,

    Daniela

  39. Bonjour JCB,

    Curieux d’avoir votre avis sur le point suivant qui va exactement à l’encontre de ce que vous pensez :
    Charles Gaves explique dans un article du JDF que la bourse américaine n’a jamais été aussi bon marché.
    Il se base pour cela sur la comptabilité nationale américaine qui publie tous les trimestres de stats sur le cash flow des sociétés.

    Historiquement le ratio cashflow généré/PNB est à peu pres constant autour de 9%. (bonne année à 10% mauvaise à 8%).
    Le passage de 10% à 8% correspondant en général à des récessions. Quand les affaires allaient mal, les sociétés encaissent le coup, les cash flow baissent et inversement.
    Or, tres curieusement durant la crise ce ratio cash flow/pnb est passé de 9.5 à 11%.

    * Explication de Charles Gave : Ce qui a changé et qui n’est pas intégré par les bears, c’est que dans le monde moderner (et contrairement aux années 30), l’info circule ultra rapidement. Les
    entreprises ont donc coupé quasi instantanément les stocks, les investissements, les charges d’exploitation et evidemment l’emploi……
    De ce fait, jamais les sociétés américaines n’ont eu autant de cash…….

    * Conclusion : La bourse a fortement baissé avant mars 2009 anticipant une chute du cash. Mais elle n’a fait à ce jour que récupérer environ la moitié de la baisse…… et ai revenu à un niveau de
    valorisation egale au début des années 80 quand les taux sur obligations d’état étaient à deux chiffres.
    La bourse américaine n’a jamais été aussi bon marché……

    Qu’en pensez vous ?

  40. @Jef

    Je décode ce communiqué du FMI différemment.

    Il reconnait que des politiques de déficit budgétaires sont nécessairement de nature temporaire, seulement destinées à empêcher l’enclenchement d’une spirale déflationniste, et doivent être
    arrêtées dès que possible.

    De même, le maitient des taux proche de zéro n’ont pas l’effet escompté sur la relance du crédit, puisque les banques pensent d’abord à réparer leurs bilans, et a plutôt des effets secondaires
    dangereux (bulle d’actifs, etc …).

    Le FMI préconise donc en somme d’arrêter « d’arroser » les banques avec de l’argent gratuit, mais de continuer à s’y substituer pour soutenir le crédit.

    C’est comme si les banques centrales devenaient des « banques publiques » qui compensent l’absence d’apétit des banques privées pour le crédit.

    Je remarque que c’est quelquepart l’aveu qu’il aurait mieux valu, à la place d’un « bail out » systématique, implémenter la solution « good bank » proposée par certains (séparation des banques en deux
    entités, dont l’une détient lesactifs douteux, tandis que l’autre repart avec un bilan « assaini »)

  41. Bonsoir Marc (61)

    Pas vraiment différemment.
    En évoquant, très justement, les « effets secondaires indésirables  » décrits par le FMI, des actions récentes des BC et des états, tu dessines l’impasse actuelle à laquelle je faisais référence.

    Comment définir une valeur temps à un besoin structurel de soutien à la croissance, comment gérer la bulle récente crée par les liquidités injectées sans remonter les taux d’intérêt (cf l’article
    P8 des échos de ce samedi sur le changement d’attitude des BC), comment donner une efficience réellement économique aux plans de relance, comment apporter une contrepartie solide au besoin de
    financement etc etc.

    Pour le bail out, le principal obstacle a été et restera l’évaluation et la charge finale des actifs douteux.

    Content de te lire à nouveau en tout cas,

    Bonne soirée.

  42. Merci Jean-Christophe pour ta réponse (post 9)

    Concernant l’inflation, une petite remarque au passage : lors d’une conférence sur la conjoncture 2010 au salon forum invest, j’ai posé une question sur l’impact potentiel sur l’inflation future de
    la politique monétaire actuelle. La réponse de Mme Michèle Saint Marc, membre du conseil de la politique monétaire à la Banque de France a souligné que ce qui est redoutable avant tout, c’est
    l’inflation _par les salaires_ (mais que pour le moment il n’y a aucune crainte). Ca mériterait sans doute plus de développement, mais je profite de ce post pour en faire part.
    Cordialement

  43. concernant l’achat d’immo, bien que ça paraisse peu judicieux de prime abord, il peut être avantageux d’attendre que les taux remontent:

    dans un contexte stagflationniste, en l’absence de hausse générale des salaires et des revenus, toute remontée des taux se traduira par un fléchissement des prix de l’immo (moins d’acheteurs)

    dans cette hypothèse, ceux qui paient cash doivent attendre donc cette remontée des taux

    quant à ceux qui s’endettent, ils devront certes payer davantage en intérêts mais le bien immo sera moins cher

    notons aussi que ce qui importe c’est le différentiel de taux. en période à tendance déflationniste (inflation à zéro) comme en ce moment un taux d’emprunt de 4% est relativement cher.

    ceux qui ont l’assurance que leur revenu progressera au moins autant que l’inflation peuvent espérer que le différentiel de taux diminuera

    pour finir vu la sur-valorisation actuelle de l’immo (mesurée par le rapport locatif pour un investisseur ou la comparaison avec un loyer pour celui qui veut acheter une résidence principale),
    attendre paraît l’attitude la plus raisonnable, même si l’on peut bénéficier d’avantages fiscaux et de taux réels très faibles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *