Forecast – Décembre 2009 – N°2

Par Jean Christophe Bataille.

Krach.jpg

Une baisse des marchés actions en direction de CAC 3400-3000 va-t-elle survenir dans l’année qui vient ? Nous le pensons, mais elle ne devrait pas se déclencher dans les prochains jours.

Il n’y a donc pas lieu de modifier nos allocations d’actifs pour l’instant. Le pétrole qui est passé sous 70 $ nous parait trop cher pour investir.

D’ou viendra la prochaine rechute des marchés actions ?

C’est la question que les investisseurs baissiers se posent en cette fin d’année pour trouver un point d’entrée à long terme sur les secteurs les plus porteurs.

Notons tout d’abord que les marchés latéralisent et ne montent plus depuis plusieurs mois. Ce qui signifie que le niveau actuel est jugé pour l’instant plutot élevé pour prendre position.

Les évèments qui pourraient être à l’origine de cette rechute sont nombreux :

– Multiplication des défauts de paiement sur les emprunts immobiliers commerciaux et Alt A titrisés. La fragilisation du système bancaire américain sera-t-elle capable de faire redouter une nouvelle crise systémique avec chute des actions et hausse du dollar ou sera-t-elle contrôlée par l’injection supplémentaire de monnaie ? Mon impression est que cette vague a été surestimée par beaucoup d’intervenants et que les banques centrales ont des moyens suffisants à leur disposition pour y faire face. Cela ne veut pas dire que dans un tel cas les marchés actions ne seraient pas affectés

– Krach obligataire US. Pour cela, il faudrait que les américains qui ont fortement augmenté leur taux d’épargne cessent de placer leur argent dans les Tbonds ou que les émergents, les pétroliers ou le Japon ne financent plus la dette américaine. Mais ce serait pour ces derniers se couper les deux jambes puisque ces pays détiennent la plus grande partie de leur réserves en titres de créances américains. Il faut donc attendre le découplage de la Chine et que celle-ci abandonne la valeur de ses créances ou que les épargnants américains s’éloignent du compartiment obligataire US. Cela n’est pas pour aujourd’hui, me semble-t-il.

– Une correction de la bourse chinoise. L’indice SSE a grimpé de façon considérable. Une baisse de l’optimisme qui prévaut actuellement chez les émergents pourrait avoir des conséquences néfastes sur l’évolution des indices actions occidentaux. Le plan de relance chinois semble toutefois avoir eu des effets très positifs sur la demande intérieure et le mouvement en cours ne parait pas en passe de s’essoufler.

– Insolvabilité de certains états européens.
La situation de la Grèce et de l’irlande sont préoccupantes. Mais l’Europe va-t-elle lâcher ses pays membres ? Ce n’est pas le sens des dernières déclarations de ses dirigeants. L’euro peut souffrir mais il est déjà très haut. Et cela fera-t-il baisser les actions de façon significative ? Au contraire une baisse de l’euro n’aurait-elle pas un effet positif sur les exportations européennes ?

– Un épuisement de l’effet des plans de relance dans les économies occidentales. Cela ne parait pas évident lorsque l’on voit qu’une faible croissance, des prix contenus et une baisse du dollar maintiennent les indices à un niveau élevé malgré une hausse importante du chomage.

– Un événement politique majeur comme un conflit au moyen orient. Les USA ont-ils les moyens et l’envie de s’attaquer à l’Iran. Les iraniens sont-ils prêt aujourd’hui à mettre exécution les menaces proférées à l’encontre d’Israël ? Existe-t-il d’autre foyers conflictuels dans le monde susceptibles de provoquer une baisse significative des actions ?

– Un simple reversal technique par manque d’acheteurs après une hausse qui est déjà conséquente. Mais irait-on sous CAC 3400 ?

Alors quel événement ?

Un petit sondage, vos commentaires et vos suggestions sont les bienvenus. Pour l’instant les occasions d’acheter des actions à bon potentiel ne se présentent pas au niveau de prix qui nous interesse sur Futures.

De façon délibérée, il a été choisi de ne pas pouvoir cocher plusieurs options.

A bientot.

2 réflexions au sujet de « Forecast – Décembre 2009 – N°2 »

  1. Pour l’instant, personne n’envisage une rechute des actions sur les marchés émergents alors que c’est une hypothèse qui est défendue par pas mal d’analystes bears : incapacité à découpler, économie
    très dépendantes de leurs exportations vers l’occident selon leurs études …

  2. La BCE estime à 187 milliards les pertes potentielles des banques en 2010

    Le dernier rapport de la Banque Centrale Européenne sur l’état du système financier souligne l’amélioration de la situation, mais rappelle également que le système bancaire européen, durement
    touché par la crise des « produits structurés » doit encore faire face à une deuxième vague de créances irrécouvrables dans le secteur de l’immobilier commercial, des crédits aux entreprises et aux
    ménages, fragilisés par la récession. Le total des pertes prévues est passé de 488 à 553 milliards d’euros entre juin et décembre 2009. Selon les estimations de la BCE, les banques ont jusqu’à
    aujourd’hui constaté 180 milliards de dépréciations d’actifs, et provisionné 186 milliards, soit un total de 366 milliards. Restent donc 187 milliards à trouver pour éponger la totalité des
    pertes.

    Contre Info, 21 décembre 2009

    Ca peut aider …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *