File trading – Novembre 2009

INFO File Trading

Destinée aux échanges sur les prises de positions spéculatives via les commentaires, elle est, comme le Forecast mensuel, ouverte à tous.

Elle accueille essentiellement les messages relatifs au trading. Les sujets concernant l’investissement doivent être traités dans le Forecast mensuel ou les articles spécifiques.

Une règle originale et intangible dans cette file :

Les positions de trading prises par les intervenants doivent être données en temps réel quelles que soient les unités de temps choisies afin de travailler sur une expérience spéculative honnête et fiable.

Les articles qui sont publiés en tête de la file s’orientent préférentiellement vers les investisseurs et les intervenants occasionnels, qui souhaitent enrichir leur approche fondamentale de l’économie proposée par le blog par une vue plus axée sur les marchés à court-terme, le court-terme revêtant ici une unité de temps minimale journalière, plus généralement hebdomadaire et mensuelle.

Cette file n’a pas la prétention de servir de support exclusif à une décision d’investissement ou de spéculation. Nous invitons les lecteurs à se forger leur propre avis et à confronter nos positions à d’autres positions énoncées sur internet.

File Trading – Novembre 2009
Par Daniela

Situation du CAC40 en début de mois.

J’effectuerai pour ce premier article une analyse personnelle rapide de l’indice français CAC40. A la question : où va le CAC40? Au risque de décevoir de nombreux lecteurs, je répondrais : je n’en ai aucune idée.
A travers cette affirmation j’assume parfaitement ne pas me considérer comme une experte auto-proclamée et conserver une approche dénuée de toute idée préconçue. Je n’ai donc pas la prétention de détenir la vérité ni d’anticiper exactement les variations futures.
Parenthèse : nous pouvons par ailleurs remarquer que la majorité des experts commerciaux et analystes financiers ont pour caractéristique commune de ne pas avoir fait fortune, ce qui est un gage financier de leur inaptitude à anticiper avec précision l’évolution future des indices.

A la question : où va le CAC40 ? Je substituerai volontiers une question autrement plus intéressante à moyen-terme, qui serait : où le CAC40 n’ira-t-il pas ?

Répondre à cette question, comme je souhaite vous le montrer, est déjà en soit une forme de réponse.

Approche technique et fondamentale du CAC40

Observons le graphique journalier du CAC40 en chandeliers japonais.

A ce jour la correction en cours est la plus importante depuis juillet. Le terme correction peut donc sembler impropre et beaucoup mentionnent l’hypothèse d’un point haut moyen terme atteint début octobre. Cette hypothèse a du sens.
A court-terme, deux niveaux de prix semblent avoir le consensus de nombreux analystes sur le CAC cash et pourraient arrêter temporairement une baisse de l’indice :
–    3560 niveau de prix dont la justification provient de l’ancienne résistance, devenue support en aout-septembre. Les ATistes appellent ce phénomène une inversion de polarité.
–   3400, niveau de prix qui correspond à peu de chose près au plus haut de l’indice début janvier et au seuil de retournement de l’indice au printemps.
Ce niveau de 3400 revêt une importance supplémentaire dans la mesure où de nombreux analystes pensent qu’un CAC sous 3400 +/- 1% signifierait la fin du cycle mensuel haussier entamé début mars. Il ne s’agit pas ici de mon avis mais d’une sorte de consensus général.

Gardons à l’esprit que la majorité gagne rarement en bourse. Il s’agit donc d’appréhender les consensus trop larges avec beaucoup de circonspection. Une question fondamentale à moyen-terme étant la suivante : à moyen-terme, quelle serait la direction qui ferait perdre la majorité des intervenants?
A cette question, au départ des 3100-3200 on pouvait clairement répondre : une poursuite de la hausse. La recovery des indices boursiers a été telle durant l’été que certains schémas et projections ambitieuses ont commencé à accumuler une certaine crédibilité, à savoir un retour du CAC40 au-delà de 4000 points, voire même à son niveau d’avant Lehman, c’est à dire 4400-4500 points.

Ce scénario de hausse vers 4300+ est-il crédible?

Vraisemblablement non, ceci en raison de la composition de l’indice CAC lui-même. Réduite à la portion congrue début mars 2009, le poids du secteur bancaire est remonté pour représenter actuellement au 3 novembre 19,1% de la pondération du CAC40.
[AXA, BNP, Crédit agricole, Dexia, Société Générale]
Ce secteur reste confronté à de grandes difficultés. De nombreuses pertes restent à provisionner, et plusieurs sources de revenus : crédit immobiliers, crédits à la consommation, opérations sur les marchés – ne retrouveront pas leur niveau de rentabilité d’avant Lehman.
Sachant que de nombreuses valeurs de la cote se sont effondrées en automne dernier, il me semble très peu probable que le secteur bancaire, qui a jusqu’ici amplement participé à la progression de l’indice CAC40, puisse sur-performer à un point tel les autres secteurs (automobile, construction par exemple) que l’indice retrouve son niveau d’avant Lehman.
CAC4000 me semble une barrière infranchissable à moyen-terme, ceci à échéance de plusieurs mois.
Dans le cas, certes peu probable, ou l’indice reviendrait vers ses plus hauts d’octobre, la méthode la plus simple consiste à lui taper dessus (prendre des positions baissières).
Mais ce n’est que mon avis.

Quel scénario de baisse pour le CAC?

Suite à la grande vélocité de la baisse en cours, de nombreux scénarios catastrophes semblent ressortis à toute vitesse des tiroirs poussiéreux. Attention donc à ne pas se laisser trop influencer par le sentiment général qui très clairement devient baissier chez la plupart des opérateurs. Rappelons-nous que la bourse, ce n’est pas l’économie.
D’un point de vue graphique, on peut s’amuser à noter la similitude des deux cycles de hausse moyen-terme du printemps et de l’été comme représenté sur le graphique. Cette similitude est frappante, cela ne signifie pas qu’elle soit justifiée, mais bien plus qu’un nombre important d’opérateurs se focaliseront sur cette similitude. L’une des clefs en bourse étant, je vous le rappelle, de chercher à savoir non pas ce que vous pensez d’une situation, mais ce que la majorité des autres en penseront.
Une baisse de l’indice en direction des 3200-3300 points semble tout à fait envisageable à moyen-terme, c’est à dire à échéance de plusieurs mois.
A ce stade cependant, ce que j’appelle un « potentiel acheteur » devrait à mon avis commencer à se faire sentir et bloquer les tentatives de l’indices de tomber plus bas. Ce que j’appelle « potentiel acheteur » est la capacité du marché à trouver de nombreux candidats potentiels à l’achat pour des niveaux de prix qui seront considérés comme attrayants.
Rappelons-nous tout de même que même à CAC3200, de nombreux investisseurs du printemps sont encore en large plus-value. Je n’envisage pas pour le moment de réédition des grandes phases de baisse impressionnantes de 2008- début 2009. Cela n’étant encore une fois que mon sentiment. Je peux me tromper.

La baisse, la baisse! Oui mais jusqu’où?

Certains analystes de tout bord fantasment sur un CAC très bas, sous 2000 points. Cette hypothèse a-t-elle du sens?
Encore une fois, éplucher la composition et la pondération du CAC40 s’avère très utile. Je sélectionnerai plus spécialement quelques secteurs, par ordre d’importance.

Le syndrome France Telecom

Comme vous pouvez le constater, France Telecom est un roc. Les aléas boursiers ont très peu de prise sur son cours, tout simplement car son chiffre d’affaire et sa situation
sont peu, voire pratiquement pas influencée par la crise en cours.
J’ai pris l’exemple de France Telecom car il est exemplaire, mais certains titres ont un comportement similaire : Sanofi-Aventis et Essilor international.
Moi, vous, nous tous, nous nous passons aisément de renouveler notre véhicule ou de lancer la construction d’une maison individuelle. Nous réduisons notre train de vie en consommant moins.
Mais il est difficile de se passer de médicaments, de lunettes, et, curieusement, encore plus difficile de se passer de téléphonie.

A elles trois, ces sociétés représentent 13,9% du CAC en poids. Mathématiquement, si 13,9% du CAC est peu influencé par la baisse et contiendra sa propre baisse à 15 ou 20% maximum, les autres secteurs doivent compenser ce « défaut de baisse ». Oui, mais quel secteur? Le secteur énergétique par exemple?

Secteur énergétique

Total, GDFSuez, EDF, Technip.
Ce secteur pèse pour 20,8% du CAC au 3 novembre.
Qui d’autre que le mastodonte Total (13,2% du CAC à elle seule) peut illustrer la résilience du secteur?

Il me semble extrêmement difficile d’envisager un cours de Total inférieur à 30€, dans un monde où les ressources en hydrocarbures s’épuisent et conduisent à une inéluctable montée des cours du brut à long-terme. Soyez tranquilles, ce raisonnement n’est pas que le mien.

La baisse du secteur énergétique étant de même contenue à 15 ou 20%, nous obtenons, en première approximation, une pondération du CAC40 voisine de 35% qui sera peu affectée par une baisse de l’indice ou, énoncé différemment, qui n’en sera pas le moteur.
S’il est vrai que les valeurs bancaires sont susceptibles de constituer le moteur d’une forte baisse de moyen-terme – échéance de plusieurs mois – je vois mal comment le CAC serait divisé par deux soit à peu près 1800 points dans la mesure où 35% du CAC ne baisserait que de -20%. Cela nécessiterait une baisse moyenne de -66% de l’ensemble des autres valeurs de la cote, calcul à l’appui.

Conclusion pratique

En ce début de mois, ce n’est pas le bon moment pour acheter des actions (approche investisseur de plusieurs mois).
Ce n’est pas le bon moment pour  spéculer à la baisse (approche court-terme de quelques jours).
Dans le cas des lecteurs ayant des positions actions long-terme, il est encore temps de vendre.
Je donnerai durant le mois dans les commentaires quelques idées de swings si cela devient opportun. Les suggestions de trading de chacun seront les bienvenues.

50 réflexions au sujet de « File trading – Novembre 2009 »

  1. Bonjour à tous. Merci à JCB et Daniela pour leur blog, je serai un lecteur régulier…
    @ Edgar : Pour l’ETE, on aurait un retour sur 3780 avant un nouveau plongeon? Tu penses comme moi?

  2. Euh, je ne pense pas grand-chose à dire vrai, je tâte de l’AT et je me pose cette question… C’est une question de débutant. Et d’ailleurs il y a eu une superbe ETE, superbement invalidée par
    ailleurs, il y a quelques mois, en cours de rallye haussier. Je me méfie des figures trop évidentes, mais ça ne m’a pas empêché de prendre une position short aujourd’hui (représentant 70 % de mes
    PV de l’année). Je solderai demain sans doute, en cas de gain comme de perte.

  3. Pour info, cette position short représente 15% de mon compte titre, 15% partagés en GVLT et UBI (je t’ai suivi, Daniela, mais je lorgne UBI depuis déjà quelques semaines), le reste en cash. Ce
    compte titre représente 20% de mon patrimoine, qui est 7% en gold et le reste en livrets.

  4. Je renforce à l’instant ma position short en la portant à 30% de mon compte titre, avec les mêmes réserves que tout à l’heure.

  5. Info trade.

    Suite à mon étude sur la situation à CT et à MT, j’ai repris (et en deux fois suite à cette belle hausse de l’indice de référence cette fin de journée), pour 50 % de BX4 aujourd’hui (à 57,39 et à
    56,90 €) et ce pour mon portefeuille « B ».

    Bonne fin d’après midi.

    LVM

  6. Bonjour edgar,

    Je trouve que la taille de tes lignes est trop importante (15%). A titre de comparaison une petite ligne action ne représente que 4 à 5% de mon portefeuille.
    J’ai quelques petites lignes actions pour le long-terme. Je ne regarde pas outre mesure le cours de ces actions et ces différentes positions ne m’inquiètent pas, puisque chacune d’entre elle a une
    pondération faible.

    En cas de faillite ou d’événement imprévisible, une ligne de 15% peut potentiellement représenter une perte de 15%… dans le cas extrême naturellement.
    Ubisoft a réalisé cet été un gap baissier de -22%.
    15×0,22 = -3,3% de ton portefeuille overnight. cela peut faire mal.

    Pour Ubisoft, il s’agit personnellement d’une approche swing, donc je n’envisage pas de conserver le titre pour le moment.

    Rappel de l’une de mes anciennes devises :

    [rigueur:discipline:money management]

    Portez-vous bien,

    Daniela

  7. A Bréhat,
    En réponse à ton message de ce matin. Je dis depuis un moment que nous n’échapperons pas à une poussée de deleveraging et de baisse des prix dans les deux années qui viennent. Je répète également
    que la situation économique ne sera pas brillante en occident dans les années à venir et qui si les plans de relance limitent les effets de la crise, l’économie risque de stagner voire de
    replonger. En revanche, l’injection massive de liquidités a empêché une crise systémique bancaire. Je rejoins Evans Pritchard lorsqu’il dit que la contraction du crédit observée actuellement
    devrait rester limitée et temporaire car l’Amérique reprendra l’initiative de créer de la monnaie. La surabondance de monnaies occidentales devrait rapprocher la courbe d’évolution du prix des
    actifs et des prix à la consommation des courbes de 1936 et non pas de celle de 1929 aux US ou de celles du Japon ces vingts dernières années. Ensuite la diminution des réserves en énergies
    fossiles et de certaines matières premières devenues patentes et l’importance de la démographie des pays émergents par rapport à celles des pays occidentaux sont des éléments qui vont différencier
    encore un peu plus la crise actuelle de celle de 1929. Il parait donc fondamental de ne pas confondre déflation et dépression. Nous sommes pour moi bien dans une dépression mais son évolution
    risque d’être beaucoup moins déflationniste que prévu et devrait se poursuivre par une stagflation très prolongée. D’où les niveaux de bottom sur les indices avancés ici par Daniela, d’autres et
    moi moins bas que les tiens ou ceux de Loic Abadie.

  8. A Bréhat,

    Je rajoute qu’en cas de perte de confiance totale des créanciers de l’Amérique, c’est à un krach obligataire qu’il faut s’attendre, suivi beaucoup rapidement que prévu d’une très forte stagflation.

  9. Daniela, merci pour ta réponse. Je crois qu’il y a confusion, j’ai donné des chiffres à la louche : Je vais essayer d’être plus spécifique sur ma répartition d’actifs et mon « money management »,
    si
    on peut appeler ça comme ça, et tu me diras si j’ai bon.

    Première chose, je suis dans la catégorie des « petits patrimoines », je cite Jean Christophe « Le petit patrimoine peut être composé d’un simple portefeuille de quelques milliers d’euros », réponse
    au
    post 37 sur sa file. Je ne possède pas d’immobilier, ni obligations, ni assurance-vie, ni PERP, ni œuvre d’art, ni que dalle.

    Je vais essayer de te décomposer tout ça : Disons que mon épargne globale est une unité de 100. Donc sur cette base et au jour d’aujourd’hui :

    – Cash en livrets : 78,50
    – or physique : 6,55
    – actions sur deux titres (GVLT pru 19,71 et UBI pru 11,20 à parts égales) : 5,95
    – produits baissiers levier x2 : 6,70
    – Cash sur compte-titre : 2,30

    Mon exposition sur UBi représente donc seulement 3 % de mon patrimoine total, ça me semble OK, non ?
    Mon exposition en bourse (actions et trackers uniquement) a été au maximum cette année – au milieu du rallye haussier – à 17,5 % de mon patrimoine total.
    Mes PV boursières (et hors livrets) sont – pour l’instant – de 3,5 % de ce même patrimoine, et de 19,20 % sur le montant moyen de mon compte-titre (plus dur à quantifier car ce n’est pas un
    PEA,
    donc pas de base « fixe »).
    Et, pour finir, mes pertes nettes représentent de janvier à aujourd’hui 30% de mes gains nets, toujours sur le compte-titre.

    Je suis conscient du risque de me tromper en ce qui concerne mon entrée short, et le montant est important, puisqu’il représente mes PV x 2. Pour autant, quand on possède un petit patrimoine,
    difficile de fragmenter les prises de positions (« d’accumuler à la baisse » par exemple, comme le ferait Jean Christophe), car les diverses commissions ont tôt fait de croquer les PV s’il y en
    a.
    Voilà, tu sais tout. J’espère que c’est un peu plus clair. Qu’en penses-tu à présent ? Merci, à +, Edgar.

  10. Daniela, pour compléter mon post : J’essaie de fractionner mes mouvements « à risque » par tranche de 2 à 3% de mon épargne globale. C’est ma façon de limiter les risques.

  11. @ Jeff_59
    Contente de te retrouver.

    Hypothèse positive
    Le premier objectif de prix sur Ubisoft est de 12,50€. Si l’on atteint ce prix, je solderai 30 à 40% de la position, en fixant comme stop pour le reste de la position le cours d’entrée afin de
    sauvegarder les plus-values réalisées sur la sortie partielle.
    Dans le meilleur cas de figure, à savoir une hausse substantielle du titre au-delà de 13€, on pourra garder le solde jusqu’aux prochains résultats. Le chiffre d’affaires du secteur des jeux vidéo
    est soumis à de très fortes variations.

    Hypothèse négative
    Si Ubisoft descend sous son dernier plus bas 10,50€, je coupe 50% de la position. En cas de descente vers 9,50€ sans réaction, je coupe la moitié restante.
    La perte maximale avoisine donc 0,50x(1-10,50/11,31) + 0,5x(1-9,50/11,31) = 11,6%.
    Sachant que cette position ne représente que 6,75% de mon portefeuille, le risque est acceptable.
    J’en profite pour insister une fois de plus sur l’extrême dangerosité des positions de taille trop importantes dans un portefeuille, de type 30 à 40% sur un seul sous-jacent action.

    @edgar

    Présenté comme cela, la répartition de ton patrimoine semble judicieuse. Je persiste quand même pour penser que tes positions actions sont trop fortes : 6% du patrimoine sur une seule action me
    semble trop important. Ce problème se posera lorsque le moment sera venu d’investir sur plusieurs actions en même temps.
    Mon patrimoine est vraisemblablement proche du tien en nature : uniquement des liquidités et assimilés (portefeuille).
    Pour information, mes lignes actions sont bloquées à 3% de mon patrimoine total lors de l’achat.

    Bonne soirée à vous,

    Daniela

  12. Daniela

    Merci de ta réponse. A combien se monterait ton exposition maximale, en période favorable, en actions, sur ton patrimoine total ?

  13. Bonsoir,

    Pouls rapide des indices.

    Clôture très forte des indices américains, le Dow finit juste au-dessus des 10 000 points.
    Attention, on peut noter que le CAC est en retard vis à vis du S&P500 et du Dow. Le CAC a été plus faible tous ces derniers jours. A prendre en compte en cas de rééquilibrage de cet écart, cela
    peut conduire provisoirement le CAC à surperformer la hausse du S&P.

    Encore une séance unidirectionnelle ce jour qui forme un chandelier vert imposant. Il convenait donc effectivement de ne pas enterrer la hausse trop rapidement. Dernièrement les séances
    contradictoires se suivent, ce qui est perturbant pour le spéculateur non day-trader.

    La meilleure méthode consiste, pour ma part, à faire preuve d’humilité et d’assumer sa circonspection face à ces mouvements erratiques. Mouvements qui sont vraisemblablement très rémunérateurs pour
    les day-traders en tendance, mais très risqués pour les swingers et autres opérateurs qui interviennent sur des unités de temps plus longues (plusieurs jours, semaines, mois). Les gaps antagonistes
    se succèdent.

    Je recommande de rester en observation et de ne pas prendre position tant que la situation ne s’éclaircira pas.
    Les chiffres du chômage demain après-midi seront cruciaux. Il est également bon de rappeler que prendre une position un vendredi après-midi est généralement déconseillé.

    Il n’y a aucune honte à rester en dehors du marché. Rappelons-nous que le marché sera toujours là le mois prochain, le trimestre prochain et l’année suivante…

    Bonne soirée,

    Daniela

  14. Bonsoir à tous,

    Mon avis est légèrement différent de celui de Daniela, mais qui donc moins résonnable …

    Car je vois le CAC revenir à 3100 points dès qu’une « mauvaise » nouvelle importante se présentera. Il ne manque plus que l’étincelle et BOUM !

    Pour demain, je constate que le CAC 40 est à 3714,30 points à 22h00, donc une petite différence par rapport à la clôture de 17h30 où il était à 3708,73 points … voir ici le graphique :
    http://www5.warrants.commerzbank.com/cocoon/retail/News/News.aspx (par Mozilla Firefox, vous pouvez cliquer avec la souris sur la ligne du CAC 40. Un nouvel onglet s’ouvrira avec le graphique
    jusqu’à 22h00).

    Nous serons vendredi est les mains fortes vont encore jouer avant de se retirer. Si les statistiques mensuelles de l’emploi aux Etats-Unis sont bon, je sortirai peut-être de mes positions car la
    hausse pourrait alors continuer un moment (malgré qu’elle est déjà et pour plus de 60% dans la hausse de ce soir), par contre, s’ils sont mauvais ces stats, la chute pourrait être violente !

    10.006 points au DOW ce soir = aie confiance… tout va bien … http://www.youtube.com/watch?v=VV_ucXwhOxc

    Paul Dontigny … les marchés boursiers sont aveugles face aux risques.
    http://www.lesaffaires.com/videos/chroniques/des-preuves-anecdotiques-de-deterioration/505752

    Bonne nuit,
    Luc

  15. … ou pleine de surprises ?

    Revue presse :

    La prime à la casse dope les marchés automobiles mais plus pour longtemps …
    http://www.lecho.be/actualite/entreprises_industrie/La_prime_a_la_casse_dope_les_marches_automobiles_mais_plus_pour_longtemps.8256062-585.art

    British Airways subit une perte nette semestrielle plus que quadruplée ….
    http://www.lecho.be/actualite/economie-finances/British_Airways_subit_une_perte_nette_semestrielle_plus_que_quadruplee.8256088-602.art

    RBS, après une nouvelle perte au 3T, craint d’être déficitaire en 2010…

    http://www.lecho.be/actualite/economie-finances/RBS-_apres_une_nouvelle_perte_au_3T-_craint_d-etre_deficitaire_en_2010.8256066-602.art

    10.006 points au DOW ce soir = aie confiance… tout va bien … http://www.youtube.com/watch?v=VV_ucXwhOxc

    A suivre …

  16. Le marché des actions reste alimenté et soutenu par le carry trade. Les perspectives de hausse des taux courts s’éloignent rapidement devant l’atonie de la reprise. Nous sommes dans le moins
    mauvais que prévu mais l’économie ne prends pas le chemin d’une reprise normale. L’argent pas cher reflate les actifs et alimente la hausse de l’or. Je maintiens mes prévisions de marché heurté
    sans direction franche pour les jours à venir. L’aversion au risque diminue à nouveau. La volatilité et l’incertitude des opérateurs après des mois de hausse devrait permettre de nouvelles prises
    de bénéfices sur actions et éventuellement de shorter les indices actions (une fois n’est pas coutume) si le VIX revient vers 21.

  17. L’analyse de fenêtres sur cours : « Les chiffres de l’emploi viennent de tomber, et la réaction est immédiate sur des marchés qui étaient suspendus à cette statistique depuis ce matin, puisque le
    CAC vient de perdre près de 50pts en l’espace de quelques minutes, et se retrouve directement sur sa zone de support des 3675pts. Il faut dire que le taux de chômage est passé au dessus des très
    psychologiques 10%, à 10.2%… Pour autant, le nombre de destructions d’emploi sur les deux derniers mois, compte tenu des révisions, est plutôt inférieur aux attentes. Il est quoiqu’il en soit
    bien trop tôt pour savoir quel va être l’impact réel de ces statistiques sur la fin de la séance, si l’ampleur et la durée du mouvement associé, aussi nous tenterons de refaire un point régulier
    dans les prochaines heure au niveau des commentaires de cet article. Pour l’heure, les 3675 ont l’air de tenir. Il s’agit d’un niveau relativement important pour la tendance TCT, même si c’est
    surtout en clôture qu’il conviendra d’analyser le comportement du marché, après la réaction épidermique de ces dernières minutes. » lien :
    http://www.fenetre-sur-cours.com/Analyses-Intraday/flash-14h40-brutal-plongeon-sur-les-3675.html

  18. Bonjour,

    Marchés complètement fous.
    Action-réaction de forte amplitude aux chiffres du chômage, forte volatilité en séance, dernier jour de la semaine : je conseille fortement de continuer à rester en dehors des indices.
    La fin de semaine sera propice à une réflexion au calme sur les évolutions possibles à l’échelle journalière et hebdomadaire.

    Daniela

  19. Bonjour,

    L’or est à 1100 $ ! Je suis toujours à 50 % en BX4 et j’attends la suite …

    La suite sera probablement très rapide !

    A suivre …

  20. Pour l’instant dès que l’or s’approche des 1100, les ventes se déclenchent. Je conseille de solder les positions sur turbocall Gold vers ces niveaux et de conserver les actifs aurifères long terme.

  21. Je suppute un beau gap baissier lundi matin à l’ouverture des Bourses. Mais bon, je peux me tromper aussi. C’est donc à vous de voir… chacun à son libre arbitre. Bon week-end à toutes et tous.

  22. Bonsoir Daniela.

    Aucune position prise aujourd’hui.

    Comme beaucoup j’ai attendu la stat de 14h30.
    Le retour rapide des indices à neutre après cette mauvaise news m’a surpris, du coup… rien fait.

    90% cash.

  23. A Daniela et Jef

    Je suis complètement d’accord avec vous mais plus sévère. Je suis effaré de voir tous ces achats de BX4 sur le net dans un marché heurté sans direction ni tendance avec des indicateurs qui n’ont
    pas grand chose à dire ! Et même quand ils ont un brin de signification, ils sont pris à contre pied !
    Qu’on fasse du day-trading sur des données graphiques et des indicateurs dynamiques intra-day en soignant le money management me parait jouable. Mais qu’on prenne des positions en swing overweek
    sur indice avec du levier 2 un vendredi sur les données actuelles du marché me parait s’apparenter une fois de plus à une loterie qui risque de grignoter un peu plus le capital des épargnants.

  24. @JCB
    J’ai le plaisir de t’annoncer que je suis rentré à 45% en BX4 et sans panne informatique je serais à 90%.
    Je ne te demande pas de me juger sévèrement, mais j’aurais grand plaisir que tu m’expliques ton point de vue.
    Merci à toi pour ton blog et à Daniela pour ses interventions.

  25. J’ajoute à mon précédent message que j’ai rarement vu une fenêtre d’entrée short aussi évidente (de mon point de vue) que ce vendredi après-midi. Je suis d’autant plus désolé d’avoir été privé de
    connexion.

  26. Bonsoir Pariste,

    J’expliquerai dans un article technique demain ou dimanche pourquoi j’ai considéré qu’il était préférable à mon avis de rester en dehors du marché cette semaine, pour les intervenants qui ne sont
    pas day-traders, autrement dit qui interviennent sur les indices cash et n’ont pas statut de professionnel.

    Pour ma part, hormis deux swings personnels antérieurs soldés cette semaine, je n’ai réalisé qu’une seule opération (Ubisoft) ainsi qu’un petit essai baissier jeudi soir – essai réduit de 50% dès
    ce matin dans l’incertitude.
    Donc, semaine peu active; et tout compte fait, je reconnais en être satisfaite car la meilleure approche revient parfois… à ne rien faire!

    Pariste, je suis contente que tu postes sur ce blog et je te souhaite la bienvenue.
    Nous nous connaissons pour nous être côtoyés sur l’excellent site de Loïc Abadie http://tropicalbear.over-blog.com/

    Toutefois, je précise que notre philosophie boursière ne correspond pas à ton indication d’une pondération de 90% en produit baissier BX4. Il s’agit d’un choix qui t’appartient et que je respecte,
    mais que je déconseille très fortement aux lecteurs de notre site.

    Une position ne devrait à mon sens ne jamais excéder 25 à 30% d’un portefeuille (c’est déjà beaucoup !), même en temps limité.

    Au plaisir de te lire.

    Cordialement,

    Daniela

  27. Bonsoir JCB

    Merci pour ces interventions trés instructives. Auto didacte ,j’essaye de grapiller l’expérience deci dela, et je trouve matière à reflexion chez vous. Voila pq, je ne comprends pas qd vous dites
    qu’il faille attendre le retour du VIX sur 21 pour craindre une chute des indices. J’avais cru comprendre, au contraire ,que c’est qd le VIX monte qu’il faut avoir peur…Quid?
    Bon week-end

  28. Bonsoir.
    J’ai une question pour Daniela au sujet de money management:
    Voilà, Mon portefeuille est de 5 K euros, c’est ce que je m’autorise à jouer. quelle doivent être mes lignes d’achat ?
    j’ai répondu à cette question en divisant par 5 soit 1K €, le broker m’a aidé en faisant un tarif pour une ligne

  29. Bonsoir,

    Pour ceux qui « osent » encore « apprendre », voici une façon de faire « encore » mieux (ma Bible) …

    Money Management ! http://www.mataf.net/forums/index.php?act=attach&type=post&id=2994

    Les formules toutes faites » sur le Money Management:

    – Ne pas risquer plus de 1% ou 2% de son capital sur chacune de ses positions (capital = probablement patrimoine … je n’ai préalablement investis que quelques % de mon patrimoine moi-même « au
    départ »).

    – Retirer régulièrement les gains de son compte … (mes gains passés sont dans mon portefeuille « B » et le « C » sera, je l’espère, prochainement constitué lorsque le « B » aura plus de valeur que le
    « A »).

    – Relevant à priori du bon sens, ces règles générales peuvent s’avérer totalement inefficaces car inadaptées à la stratégie d’entrée-sortie de chaque trader … (comme dans mon cas. Mon
    portefeuille « B » n’est fournit que de mes PV réalisées en 2008 et 2009, je peux donc me permettre « parfois » de prendre plus de risques et investir « bien plus » que les 2% du départ).

    Actuellement, je suis en BX4 pour 50% de mon portefeuille « B ». Le reste de ce portefeuille ainsi que le portefeuille « A » est en cash intégral.

    Il n’y a pas « besoin » de PEA en Belgique.

    Bon week-end et à lundi.

    Cordialement,
    LVM

  30. @ F.Carpentier : bonjour et bienvenue sur le site.

    @ jacques_andré
    Vous divisez votre portefeuille de 5 k€ en cinq lignes de 1 k€ chacune, c’est une méthode tout à fait correcte dans l’optique de transactions peu fréquentes type investissement et/ou positions
    mensuelles.
    NB : la taille de votre portefeuille doit répondre à la question : quelle fraction de mon patrimoine suis-je prêt à perdre, dans le pire des cas? Répondre à cette question nécessite de tenir compte
    de multiples paramètres (âge, personnes à charges, crédits, liquidités disponibles, propriétaire ou locataire…).
    Selon votre message vous vous êtes posé au préalable cette question, donc pas de problème.

    Après pour le montant minimal d’une ligne, ce montant dépend selon moi de deux facteurs :

    1/ les frais de transactions de votre broker : à partir d’un coût fixe de 8€ et plus ou 0,8% de frais, les petites lignes sont trop pénalisées. En effet, un allez-retour de 400€ coûte 16€ de frais
    soit déjà 4% de la position. Une position action devra alors être au minimum gagnante de 4% pour uniquement rentrer dans ses frais.

    2/ le type de position achetée. En positions actions, votre choix d’une ligne minimale de 1 k€ est le bon pour la raison énoncée ci-dessus.
    Pour des positions sur produits dérivés à fort levier type turbo, on peut aisément descendre à des lignes de 500€ si l’on est assez confiant dans son anticipation. Ces produits varient facilement
    de +20% auquel cas les frais de transactions ne grèveront pas trop les gains réalisés.
    Exemple : achat d’un turbo pour 500€
    500-8 = 492
    492 x 1,20 = 590
    590 – 8 = 582
    Gain net : 82€ ; frais = 16€.
    500€ représente vraiment le minimum viable.

    En dessous de 1k€ en actions et 500€ en produit dérivé, on ne fait qu’enrichir son broker. L’idée étant de trouver le broker le moins cher possible.
    A titre d’exemple, le mien est très vorace : 0,60% de frais à chaque transaction avec un minimum de 8€. Mais grâce à ma méthode ces frais ne sont guère un problème pour le moment malgré mon
    portefeuille limité.

    Daniela

  31. Merci JCB et Daniela pour vos réponses.
    Tout d’abord concernant le MM, il faut dire que 45 ou 90% de mon PEA représente environ 7 à 15% de mes actifs, constitués à 18% d’actions et 82% de placements en livret et compte à terme. Je n’ai
    plus d’immobilier, vendu en 2007.
    15% est un chiffre très élevé, surtout à levier 2. J’avais aussi appris comme leçon de MM qu’il fallait diversifier son panier d’actions. J’ai changé de comportement pour plusieurs raisons. D’abord
    j’avais l’impression que les actions auxquelles je croyais le plus marchaient mieux que celles que je prenais pour diversifier. C’est évidement très subjectif comme impression (c’est peut-être faux
    en fait, bien sûr). Autre problème, c’est long de se faire une idée d’une société et d’une action, on n’a pas forcément les compétences pour bien juger. Les trackers m’ont convaincu pour les
    secteurs qu’on ne connait pas précisément mais dont on a une idée glogale. Ensuite, j’ai écouté :
    http://www.trendis-yourfriend.com/2009/07/solution-exercice-money-management.html
    qui avait été donné sur le blog de Loïc. Cette petite étude montre qu’il vaut mieux se placer régulièrement sur un placement sur rapportant peu que sur un placement moins sûr rapportant beaucoup
    (jusque là cette analyse est défavorable à l’effet de levier). Mais ce qui m’a frappé, c’est que le placement optimal correspond à 40% de sa mise initial. On est loin des maximum parfois
    recommandés, mais c’est dans l’ordre de grandeur recommandé par Daniela, 25% à 30% maximum. Autre élément de décision, j’ai vu faire d’autres traders : supergus sur boursematch et Loïc sur tropical
    bear. Le premier mise presque constamment à effet de levier 3. Cela lui arrive fréquemment d’avoir 50 à 100% de son portefeuille sur une valeur. Il lui est arrivé de misé 300% de son portefeuille
    sur une position short. Ce n’est peut-être pas un modèle (il fait du scalp ID et peut perdre beaucoup lors d’un retournement de marché non anticipé… ça lui pend au nez amha ;-) Mais il est
    exceptionnellement fort dans ce rallye haussier). Autre trader, Loïc. Il n’hésite pas à miser 25% de son portefeuille en produit levier 2, et j’ai l’impression que son portefeuille représente une
    bonne part de ses actifs (à vérifier avec lui). Cela m’a conforté dans mes positions assez « radicales ». Dernier point, évidemment, cette façon de miser me correspond mieux. J’essaie de ne pas faire
    n’importe quoi, car je comprends qu’on n’est pas loin du côté « casino », banco sur le BX4. Avec ce type de comportement, la ruine n’est pas loin.

    Sinon concernant l’orientation du marché, je dois dire que j’ai été abasourdi par sa réaction à la stat de vendredi. Plutôt que la preuve du sentiment bull du marché (dont j’avais pourtant la
    conviction), je l’interprète comme la désorientation d’un marché bull, le dead cat bounce, en tout cas un retour à la volatilité baissière. Cette volatilité me convient, j’essaie de l’exploiter
    (par des AR rapides comme je ne faisais pas auparavant, en ID ou sur quelques jours) avant d’être convaincu d’une orientation du marché. Je pense que le marché était en lévitation vendredi, et
    qu’il va baisser la semaine prochaine. Je donne une probabilité suffisamment élevée à ce scénario pour investir massivement en produit baissier. Comme je l’écrivais, j’ai rarement eu un sentiment
    aussi confiant dans l’analyse du marché. Mais je me trompe souvent… Je reconnais ne pas avoir assez d’éléments en main pour bien juger la situation ni le futur proche. Le BX4 n’est pas un produit
    agréable à garder plusieurs semaines en cas d’erreur. J’ai d’ailleurs été 100% liquide cette semaine plusieurs fois, chose qui ne m’était jamais arrivée sur mon PEA.

    @Daniela
    Oui nous nous étions rencontré sur le blog de Loïc. Je ne l’ai découvert qu’en mars, donc je ne connais pas tes anciennes interventions. Merci pour ce que tu écris sur ce blog, c’est très
    intéressant. A titre personnel j’aurais préféré un seul blog, et que JCB et toi interveniez sur le blog de Loïc, mais je comprends que la solution actuelle convienne mieux à tous. Dommage pour
    nous, faudra répéter deux fois ce qu’on dit et zapper d’un blog à l’autre ! ;-)

    Bonne continuation et bons trades à tous
    Cdlt
    P.

  32. petite correction en me relisant ;-), non l’étude sur le MM d’Edouard Martin ne conclue pas qu’un produit à effet de levier est défavorable puisque la probabilité de réussite n’a rien à voir avec
    l’effet de levier. Ce que je devais avoir en tête, c’est qu’il ne faut pas oublier d’ajouter l’effet de levier au calcul de la part de la mise. Le gain ou la perte sont multipliés par deux, mais le
    risque est le même.

  33. Bonjour,

    Je viens de lire la réponse de JC à Pariste et je dois dire que je suis à 99% d’accord, ce qui est en général très étonnant de ma part je dois dire.

    Jean Christophe, je ne peux dire que « merci » pour cette explication claire, réfléchie et remplie de sagesse suite à ta grande expérience en Bourses. Je suppute que mes écarts (de gamin) sur le blog
    de Loïc Abadie font que tu rechignes encore à me répondre ou à passer sur mon humble blog, mais ce qui compte, c’est que je continue à en apprendre grâce à toi, même si tu rejoins déjà pour
    beaucoup mes propres sentiments sur la situation actuelle et future sur cette crise économique et financière et sur la façon de gérer son argent.
    Je voudrais par contre rajouter si tu le permets, qu’investir dans le ferroviaire c’est prendre un bon billet pour l’avenir ;o) L’argent des plans de relance fait partie des priorités pour ce
    secteur ce qui explique bien entendu le grand intérêt de Warren Buffett qui a préféré lui ne pas attendre car il peut se le permettre aussi.

    Pour le long terme, en raison de l’augmentation future des prix des carburants, des routes engorgées et par son côté écologique, le rail a un certainement un avenir prometteur.
    Partout dans le monde et en dépit de la conjoncture qui restera longtemps déprimée, les investissements dans le transport ferroviaire vont être colossaux durant les prochaines années.
    Pour profiter du boom dans le secteur, Faiveley (LEY) est une toute belle société, avec un PER proche de 10, et son prix ne semble pas excessif. Alstom ne manque pas d’intérêt non plus, les
    dernières nouvelles, notamment en terme de signatures de contrat, sont bonnes, et la société est une des rares à disposer d’une aussi bonne visibilité sur son activité.

    Mais je pense qu’il est préférable d’attendre une correction des indices avant d’y investir COMME SUR TOUTES AUTRES VALEURS à mon humble avis. Dans le domaine de la Bourse, il faut sans cesse se
    remettre en cause, toujours innover et s’adapter. Il faut aussi de la rigueur et de la patience.

    Pour les jours qui suivront, les montagnes russes seront encore de la partie et je serai donc un moment bear et un autre bull.

    Depuis le début de la crise, je « joue » littéralement au lieu d' »investir » et ce avec mon portefeuille B car j’ai horreur du risque. Je ne touche donc pas au turbo.
    Lorsqu’il sera temps pour moi d’investir, je ne serai vraisemblablement plus autant sur le net.

    Mes portefeuilles actions = 13,9% de mon patrimoine.

    Cordialement,
    Luc

  34. @JCB
    Merci pour ta réponse. Tu as plus de recul que moi en bourse, je ne m’y attache sérieusement que depuis la vente de mon bien immobilier. Je comprends tout à fait la « philosophie » de tes placements,
    mais comme LVM, Loïc et d’autres, je pense qu’il n’est pas encore temps de se placer LT sur les actions et cela ne correspond pas à mes optiques de placement actuel (mon principal objectif : achat
    d’un bien immo dans 5 ans plus ou moins 3 ans). Je reste donc dans l’optique « shorter les rebonds », même si le rebond de mars commence à durer… ;-)

    A vrai dire, j’ai une vision très pessimiste du monde actuel. C’est sans doute là où je suis fondamentalement différent des bulls et c’est peut-être ce qui cause le plus de friction entre bull et
    bear. Je ne suis pas « fin du mondiste », je n’aime pas le chaos et la misère, mais je n’aime pas le monde actuel dans lequel l’argent va au capital plus qu’au travail et je pense qu’on va traverser
    une époque difficile. L’optimisme béat et la course à la spéculation me déplaisent. Cela introduit inévitablement un biais baissier dans mes trades. Je ne sais pas qui du marché ou de moi à la
    vision plus réaliste du monde, mais oui, mon comportement résulte sur un pari et non sur un investissement. Cela ne veut pas dire que je vois le CAC à 1200…

  35. L’Enfer? Désolé, ça n’existe pas pour moi JC. J.C. heu ;o) Il n’y a que le Paradis ou … la Terre. Ceux qui échouent sont condamnés à retourner se réincarner sur Terre. Ou alors, on peut dire que
    l’Enfer c’est la Terre… Les réincarnations, c’est comme le bac au lycée comme vous dites en France. Quand on échoue, on redouble.

  36. Merci Daniela pour ces precieuses infos.
    merci aussi LVM et Pariste pour vos commentaires.
    Je constate que je trade trop, je n’ai pas une vision mensuelle mais plutôt journalière voir horaire.
    Ce qui fait que j’enrichis mon Broker Hollandais au nom rigolo.
    Son tarif est de 2,5€ pour une ligne jusqu’a 1000 €.
    surtout je me rends compte d’une chose…c’est que trader devient comme une drogue !!!
    On se positionne sur telle action, on pari sur une hausse une baisse… l’adrenaline monte…
    on se plante on veut tout de suite se refaire… On gagne on se prend pour le roi.
    Bref: très très dangereux, mes gains et mes pertes sont de l’ordre de 10 à 20 €
    Pour l’instant j’apprends je découvre je ne joue que les actions et les trackers.
    les turbos, les warrants je ne sais même pas ce que c’est ou si peut.
    je ne suis pas préssé, ça viendra. je suis débutant.
    L’or, le forex pas pour l’instant , pas pret.
    Pour l’instant mon objectif est de ne pas perdre et j’y arrive doucement.
    Mon autre objectif est de m’amuser et de comprendre.
    D’ailleurs un de mes produit favori est le BX4 et j’aimerais savoir comment font LYXOR et SGE pour gagner de l’argent sur de tels produits baissiers.
    Merci à vous.

  37. Moi aussi j’ai un compte chez un broker à petit prix. Le petit prix des ordres fait que l’on se prend au jeu, que l’on tente tout, que l’on multiplie les ordres. Quand on perd on augmente l’ordre
    suivant pour se refaire, sans prendre en compte le risque. Au final c’est la perte pour soi, et un petit gain assuré à chaque fois pour le broker (=le tenancier du casino). C’est tellement rentable
    qu’un broker donne 1000E de transactions gratuites pour l’ouverture d’un compte, afin d’attirer encore plus de clients (ou de joueurs ?).

    Perso je me suis aperçu que cette voie de trading ne menait à rien. Je me suis rabattu sur ma banque classique pour trader, avec des ordres à 0,7 ou 0,5% qui me font réfléchir à deux fois avant de
    prendre position. Cela dans le but de me trouver une nouvelle méthode de trading . Dans un premier temps je vise un compte à plus ou moins zéro (l’équilibre), puis par la suite un compte en gain,
    sans viser la lune.

    Je suis devenu patient et suiveur de tendance, au lieu d’anticiper et de me retrouver pris à contrepied. Je cherche de bons points d’entrée, pour me placer dans le sens du marché, me trouver en
    plus-value, et laisser monter l’esprit tranquille, avec un stop de protection. J’ai fait une croix sur le BX4 (c’était la grosse ligne rouge de mes plus et moins values totales). Je ne touche plus
    aux indices (à moins d’une journée très franche). Les actions sont plus faciles à analyser et à suivre, avec des possibilités de bonnes variations.

  38. Bonjour Daniela:

    Suite à ton commentaire 63 de cette file , penses-tu mettre en ligne ton article sur le fait qu’il était préférable de ne pas prendre position sur les marchés la semaine passée dans cette file ou
    dans un post dédié?

    Merci d’avance de ta réponse, je suis très intéressé par tes arguments, n’ayant moi-même pas pris position vu ce qu’a fait le marché vendredi.
    Bien amicalement,
    Bonne journée.
    F.C

  39. Bonjour F.Carpentier,

    Puisque c’est demandé si gentiment…
    Mes arguments seront autant techniques que psychologiques, autrement dit, les explications avancées n’auront pas force de loi. Il s’agit juste de mon avis.

    Je prépare cela dans la journée.

    Daniela

  40. @ Pariste,
    Ayant répondu à JC, je n’avais pas lu ton dernier post et je peux te dire que j’aime te lire. Tu sembles un mec bien Pariste. Longue vie à toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *