File trading – Juillet Aout 2010 N°2

Par Jean Christophe Bataille, le 14 juillet 2010.



http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/07/14/photo_1247589775782-1-0_zoom.jpg



Une rapide analyse avant le 14 juillet.

 

Observons le graphe du CAC en UT days :

 

 

  CAC 9 juillet 2010



Trois éventualités :


– Le CAC bute sur 3580, overlap en UT days et rechute ensuite.

– Le CAC monte sur 3760 overlap en UT semaines pour rechuter ensuite.

– Le CAC monte sur 4080 overlap en UT semaines pour rechuter ensuite. Cette hypothèse est pour moi de loin  la moins probable.


Le trend reste à mon avis baissier. J’attire votre attention sur la chute du Baltic Dry Index qui touche maintenant 1902 après perdu la moitié de sa valeur en 2 mois et avoir touché 4700 en novembre 2009. Cette donnée traduit un véritable refroidissement de la dynamique économique mondiale, en particulier de la Chine. Le plan chinois de lutte contre la surchauffe économique commence à porter ses fruits, ne faisant pas courir le risque d’éclatement d’une bulle immobilière chinoise comme on le voit souvent écrit mais celui d’un ralentissement économique général potentialisé par les mesures européennes de rigueur et de lutte contre les déficits publics. Le potentiel inflationniste de la situation actuelle n’est en rien altéré à moyen terme, malgré cette poussée de déflation d’actifs attendue de longue date sur Futures. Les banques centrales vont réagir à celle-ci par une poltique toujours plus accommodante et encore plus d’impression de monnaie. Il est conseillé de conserver à l’identique les positions aurifères.


Si nous touchons 3760, le bon sens nous imposera de fortes prises de bénéfices.


Dans tous les cas, on reste encore peu investi en actions. 2970 est un objectif probable pour le CAC avant la fin de l’année. 2400 reste notre objectif de baisse maximal. Plus précisément, le range en rectangle de consolidation qui se dessine en UT days depuis début mai nous donne un potentiel de baisse en cas de sortie par le bas à 2570. Nul doute que cette évolution, si elle se produit, ne se fera pas en ligne droite.

 

Les position bears sont jouables actuellement mais très aléatoires tant que 3760 n’est pas atteint. A confronter avec les indicateurs de sentiment sur ce dernier niveau.


Bon trade !

50 réflexions au sujet de « File trading – Juillet Aout 2010 N°2 »

  1. @bxx

    je suis toujours estomaqué de la diversité de vos connaissances en termes de sociétés. en tous cas merci de nous les faire partager partiellement.

  2. bonjour bxx, effectivement sunkar a bien pris la marée aujourd’hui (-6.33%). je n’ai pas pu surveiller ce qui se passait sur les marchés pendant la journée, et je vois que c’est rouge partout !!
    mais pas positionné, je profite d’un trou dans mon emploi du temps pour surveiller le france40 et la paire EUR/GBP en cfd.

  3. je viens de m’apercevoir de la faute d’orthographe de mon avant dernier post ; il faut lire faim et non fin, j’avais vraiment pas les idées claires pour une bourde pareille !

  4. Bonjour,

    3648 (MA20) pourrait faire barrage au rebond.

    Objectif baissier N°1 = 3581

    A noter: l’Asie peut baissière ! Le delestage sur les bancaires se poursuit sauf pour Natexis.

    Bons trades

  5. Bonjour, quelqu’un voudrait-il bien me donner des noms de plateformes de trade complètes et concurrentielles ? Déjà merci.

  6. Bonjour,

    Il faudrait que je me relise te temps a autre, sorry pour les fautes !

    Aujourd’hui l’enjeu est 3560, qui devrait ainsi achever la semaine baissière, car bas du canal ascendant. Si pas de rebond ou clôture sous 3560, adieu vaches et cochons… Si rebond, on reste
    dans le canal haussier. Ce sont bien les bancaires qui ont menées la danse cette semaine. Parthénon met également en avant ce scénario.

    Bons trades

  7. déjà 100 pips d’amplitude sur la paire EUR/USD, ça bouge fort. SL positionné trop serré  sur EUR/JPY et je me fais sortir, tant pis la perte est minime. Après beaucoup d’erreurs et beaucoup
    de petites pertes (qui plombent donc bien mon compte) je me rends de plus en plus compte que la gestion du risk reward est on ne peut plus importante. le compte remonte doucement .

    à londres vedanta est en train de se faire laminer (-7%) et menace de casser un support qui tient depuis octobre 2009. si ça casse ça risque de plonger bien plus bas.

  8. Personne n’a donc d’anticipation haussière hebdomadaire ?

    Avec dépassement des plus hauts et retour vers CAC4000 ?

     

    Un krach en plein milieu d’aout… j’ai du mal à y croire, mais après tout, rien n’est impossible; c’est juste une question de probabilités. Difficile à envisager tout de même. Trop de bears.

     

    Daniela

  9. Bonsoir Daniela,

    Merci pour votre intervention sur Tropical. L’intervenant se calmera bien tout seul quand il prendra des moins value (vu son money-management, je doute qu’il aille bien loin) .

    Je suis de votre avis concernant la saisonalité actuelle peu propice aux krachs.

    Savez-vous si Jean-Christophe Bataille va revenir nous poster ce qu’il pense de la situation actuelle sur les marchés?

    Merci beaucoup!

     

  10. Por Esteban…et toutes celles et ceux qui s’intéressent à SQM:

    En cherchant des renseignements sur une valeur récemment choisie par Simon Pickard,le gérant de Carmignac Emerging Discovery,Pampa Energia pour ne pas la nommer (ADR au Nyse) suite à un article
    du « Revenu » je suis tombé sur autre chose.

     

    -Alors que le Chili représente 43% de la capacité de production de lithium globale et que ses réserves,parmi les meilleures sont de 21% au niveau mondial,seules deux sociétés sont autorisées à en
    extraire,SQM et une filiale de l’Allemand Chemetall.

    Au Chili,depuis 1980,le lithium est considéré comme stratégique et depuis aucune nouvelle licence n’a été accordée.Les dirigeants des deux compagnies demandent au gouvernement de lever les
    restrictions.Celui-ci a promis d’étudier le problème avant 2013. Affaire à suivre…

     

  11. Bonsoir Albator,

     

    Je n’avais pas pour but de calmer quiconque mais plutôt de susciter chez eux une ébauche de réflexion d’analyse fondamentale lorsqu’ils affirment qu’un CAC sous 1000 points est du domaine du
    possible. Sachant que le créateur du site lui-même défend cette hypothèse, je n’ai pas l’âme d’une Don Quichotte. Chacun est libre de penser ce qu’il veut.

    Si certains pensent que le CAC40 puisse tomber sous 1000 points et le pétrole sous 20$, pourquoi pas ? On peut imaginer FTE à 2,30€ Sanofi à 6,50€ et Total à 5€ (division par 7), c’est un
    exercice amusant.

     

    De même, après avoir essayé (en vain) pendant un an de mettre en garde sur l’absence de gestion rigoureuse et de discipline, j’ai définitivement abandonné l’idée de vouloir instiller -même à dose
    homéopathique- des bases de rigueur mathématique et de pragmatisme. La gestion casino [fort levier + position de type >80% du portefeuille sur un seul produit + réinvestissement total à chaque
    opération + absence de stop] conduit immanquablement à la ruine. C’est inéluctable puisque la multiplication est commutative. Qu’il y ait des adeptes de la gestion casino n’est pas mon problème
    et je ne m’en sens plus concerné le moins du monde : c’est leur argent, pas le mien.

     

    Pour Jean-Christophe, ce dernier devrait revenir vers le 20 aout.

     

    Daniela

  12. Le CAC entre 1400 et 1700? Avant la collision avec l’astéroïde ou après? Aucune idée…

     

      Mais,ce dont je suis à 99,99% certain,après interrogatoire musclé de mon pendule et de ma boule de cristal, mon troisième indicateur,le marc de café ayant hélas échoué à son
    stress-test à cause d’un dopage aux amphétamines, c’est que le cours de l’action Bekaert [BE 0003780948] va être divisé par trois sous peu.Les splits sont parfois des occasions
    d’achat même si la réaction immédiate du cours n’est pas toujours facile à anticiper.

    Pour nous autres Français,les actions belges ont peu d’attrait et nous les ignorons le plus souvent superbement.A tort si l’on regarde les performances de certaines d’entre
    elles, Bekaert est de celles-là.Il y a encore peu,ce n’était pour moi qu’un petit fabricant de clôtures métalliques sans grande envergure.Grossière erreur!

    C’est un leader mondial dans ses deux compétences de bases,la transformation avancée des métaux et les matériaux et revêtements avancés.

    Toujours pas convaincu(e)?

    C’est le no 1 mondial des fils d’acier (steel-cords) utilisés par les fabricants de pneumatiques.Bekaert exporte dans 120 pays,il fournit 1/4 de la consommation mondiale,consommation qui n’est
    pas appelée à décroître dans les années qui viennent même si la croissance des pays développés stagne.Et bien sûr, implanté en Chine dont le rythme était en 2009 de un million de VL neufs par
    mois.L’urbanisation accélérée et les nouvelles routes dans les émergents ne peuvent (hélas pour la planète) qu’augmenter le trafic poids-lourds.

     

    Le premier semestre en chiffres:

    CA ,5 Md (+ 28%) Opérationnel 243 M v. 79  Net 9,15 € /action v. 2,24

    Un dividende intermédiaire de 2 € devrait être versé et le split de trois pour une permettra de redonner plus de liquidité à la valeur.La part des institutionnels est de 45%.Le cours est
    redescendu vers 160,De Groof voyait 175 le 30 juillet et KBC a relevé son objectif à 180 le 12 août. Si l’on ne croit pas à un effondrement automnal des marchés il faut mieux anticiper la
    division,les plus prudents attendront un peu pour profiter d’un creux toujours possible après une hausse de 48% depuis janvier et de 77% sur un an.B*Capital qui lui attribue un per 2010
    de 9,86 et pour 2011 de 9,54 a un objectif de 197. Prudente pour le second semestre la direction prévoit un doublement du net en 2010.

    A mon avis,une société qui profitera du développement des émergents et de la croissance exponentielle du marché des pneumatiques. Ce n’est qu’une opinion personnelle et chacun devra vérifier
    par lui-même mes informations. 

  13. Il y a un truc à comprendre avec les taux ricains.

    Dans 10 ou 20 ans, il y aura pleins de livres pour expliquer ce qui devrait être évident aujourd’hui en voyant ça :

     

    http://auxinfosdunain.blogspot.com/2010/08/usa-courbe-des-taux-des-bons-du-tresor.html

     

    J’ai lu quelque part que c’était annociateur de déflation.

    Pas con, parce que pour placer son argent en emprunts ricain à des taux pareils, il faut vraiment parier que l’inflation ira voir ailleurs.

     

    On peut aussi penser aux banques, qui prêtent à 3,X % sur 15-20 ans en ce moment.

    Quelque part, en faisant ça, eux non plus ne joue pas l’inflation.

    Or si celle-ci se produit, cela veut dire que tout ceux qui mettent des sous dans des bonds du trésor US, et les banques qui prêtent

  14. @Dex

    je ne suis pas sûr que cette interprétation du comportement des banques ou des investisseurs soient forcément très représentatives.

    Les banques prêtent aux taux fixés par le marché et quoiqu’il arrive, c’est leur métier. Elles ne peuvent pas arrêter tous prêts aujourd’hui, à la limite peuvent-elles être plus sélectives et
    réduire le volume de prêt. De plus, le but d’une banque n’est pas de prévoir déflation, inflation ou tout autre chose mais de diversifier sa stratégie pour répondre à tous les scénarios avec des
    délais de réalisation différents. Une banque prêtant à 20 ans n’a aucune idée du scénario économique qui va se réaliser sur les 20 prochaines années. Peu importe, elle réajustera une partie de
    ses placements en fonction de la réalité pour compenser les pertes relatives.

    Le contre-exemple de ce que tu décris est le comportement des banques dans les années 70, les banques ont prêté à des taux bas et les taux ont monté. C’est ce que JCB a cité de nombreuses fois
    pour illustrer sa conviction de profiter du levier du crédit.

    Dommage que JC ne soit pas là pour répondre, il le ferait bien mieux que moi.

  15. Merci Fran, je vois ce que tu veux dire.

    De toute façon, mon but est plus de lancer le débat que d’exprimer une conviction.

    Des bonds de pays surendettés à des taux pareil, je me dis qu’il y a quelque chose à comprendre.
    …sauf que pour l’instant, je ne comprends pas.
    : )

    Je veux bien que les gens recherchent la sécurité, mais si on les laisse continuer, bientôt les gens payeront pour avoir de la dette ricaine.
    Ca devient un peu gros là.

    Pour l’instant, je suis plutôt liquide, mais si pour raison quelconque, le cash m’inquiète et que je dois passer sur un autre support, je me vois plus acheter du EDF à 33€ que du TBonds à 10 ans
    ou de la dette française.

    @+, Dex.

  16. la question que tu te poses au sujet des T-Bonds américains, tu pourrais te la poser a posteriori sur les obligations d’états du japon depuis le début des années 90. A l’exception près, que la
    dette japonaise était achetée par les japonais… remarque c’est ce que semble faire la Fed: acheter la dette américaine. D’où l’idée de déflation qui semble s’imposer en ce moment.

    Je ne sais pas si on peut faire ce parallèle mais je me demande si le comportement vis-à-vis des T-Bonds n’est pas un peu le même que celui des particuliers français avec le livret A… Cela ne
    rapport pas grand chose mais c’est sûr.

  17. Bonjour fran.

     

    Je considère au contraire que ta réponse est intéressante et pertinente puisqu’elle introduit la notion d’optimisation dans le cadre d’une stratégie d’investissements (investissement compris ici
    au sens large).

    Une banque ne peut se permettre de prendre le risque énorme de tout miser sur un seul scénario, type « inflation forte » ou « déflation » pour citer les deux plus connus. La diversification et la
    prise en compte de tous les scénarios envisageables conduit à pondérer les investissements en fonction des probabilités associées à chacun des scénarios. Cela correspond à une optimisation
    mathématique, plus spécifiquement une optimisation mathématique sous contraintes* à variables dynamiques. Cette optimisation est dynamique puisquen fonction du temps, les probabilités affectées
    initialement à chaque scénario ont naturellement tendance à évoluer.

    (en français basique, cela revient à augmenter la part du système qui devient gagnant et de réduire la part du système qui perd sans pour autant l’abandonner)

    [*les contraintes sont ici les espaces de probabilité « presque certaine » des paramètres; par exemple, il est inutile de calculer un système d’investissement global en prenant un cours du baril
    égal à 20$ dans la mesure ou le maintien du baril au-dessus de 40$ est grosso modo acquis à 99%]

     

    Assez curieusement, de nombreux particuliers ayant un patrimoine total élevé ignorent totalement cet aspect probabiliste au profit d’une restriction massive et exclusive sur un seul scénario (par
    exemple, rester 100% liquide ou inversement, 75% du patrimoine en Or – qui n’est guère mieux dans son aspect radical et uniscénario). Tout miser sur un seul type d’avenir équivaut à un acte de
    foi; c’est à dire que cette démarche revêt le même caractère que le phénomène religieux par son aspect axiomatique incontestable (en français basique : « ce sera ça et rien d’autre parce que c’est
    comme ça un point c’est tout j’ai raison et ça ne se discute pas ») tout en appliquant un négationisme virulent face aux autres scénarios, considérés donc comme hérétiques.

    Fort heureusement, on rencontre aussi des personnes au patrimoine élevé qui appliquent une gestion judicieuse, souple et équilibrée permettant de s’adapter au changement des probabilités de
    chaque scénario et donc de se retrouver quoiqu’il advienne en situation de gain ou préservation du patrimoine, je pense à une personne en particulier que j’ai rencontré.

    C’est également le message de Jean-Christophe : adapter et déployer son patrimoine sur des suports qui permettront quoiqu’il arrive d’éviter la banqueroute.

    Encore une fois, c’est simplement de l’optimisation mathématique. Hélas, force est de constater que le niveau mathématique moyen des boursicoteurs particuliers est très faible.

    A l’instar du casino, on peut avoir une foi inébranlable dans la couleur rouge ou noire. Miser 100% sur le rouge permet d’espérer un gain énorme si le rouge tombe, au risque -trop de gens
    l’oublient- de tout perdre s’il s’avère que c’est finalement le noir qui tombe.

    Cette dernière métaphore pour être plus claire :-)

     

    Daniela

  18. Bonjour Daniela,

    Je sais que tu aimes les grandes envolées lyriques, mais je n’en demandais pas tant.
    Surtout, je ne parlais pas de diversification du patrimoine ou de monolignes.

    Ma question portait sur les taux des T-Bonds.

    Ces trucs là, sont plus qu’un investissement.
    Ils sont également un indicateur à plus d’un titre.

    Je proposais donc une réflexion sur ce qu’ils indiquent en ce moment avec des taux au plancher, et qui ne cessent de baisser, que si on veut aller plus bas, il faudra creuser.
    Le tout dans le contexte d’une Amérique dont les perspectives ne semble pas carrément mirobolantes.

    @Fran, c’est vrai que ça fait penser au Japon d’il y a quelques années, mais je ne sais pas si les US peuvent reproduire le même parcours.

    Les japonnais des 90’s avaient de l’épargne – Les américains d’aujourd’hui ont des dettes.
    Le Japon des 90’s exportait beaucoup – Les US d’aujourd’hui importent énormément.
    Le gros de la dette japonnaise est détenu par des japonnais – le gros de la dette US est détenu par… la Chine…

    …sais pas où ça va ça, mais je suis sur que c’est intéressant.

    Dex.

  19. Bonjour Dex,

     

    On ne peut pas m’en vouloir pour les envolées lyriques, je suis écrivain et j’aime le chant lyrique (en tant qu’auditrice).

    Concernant les bonds du trésor US, mon raisonnement s’y applique parfaitement : si l’on considère une réduction des prix de -4% par an à cause d’une déflation, pendant par exemple 6 ans, associé
    à un rendement de 4% sur le 30 ans, alors le rendement réel sera de 8% par an (en simplifiant) sur 6 ans ce qui est excellent.

    Par contre, dans l’hyptohèse d’une inflation de 5%, les coupons du bond sont rapidement remboursés en monnaie de singe et le capital du à l’échéance, en monnaie constante, fond comme neige au
    soleil.

    On peut tout à fait miser massivement sur des obligations à taux fixes et échéances longues mais dans ce cas, le simple « frémissement de commencement d’ébauche de début d’éveil d’aube
    d’apparition » du scénario inflationiste doit conduire à la liquidiation totale de ces obligations.

    Intuitivement, en réalisant un calcul approché, on comprend que le risque de la détention de bonds à 30 ans est supérieur au gain envisageable dans l’hypothèse d’une conservation jusqu’à
    l’échéance. Donc, logiquement, les taux devraient être élevés, alors pourquoi sont-ils bas ? Je l’ignore.

    Mais d’un point de vue gouvernemental, allonger la maturité des dettes US tout en maintenant les taux bas juste avant une période inflationiste serait un eden budgétaire…

    :-)

    Suivez mon raisonnement.

     

    Daniela

  20. C’est ça ! C’est ça !

    C’est un truc dans ce goût là que je cherche.

    Parce qu’une partie de moi refuse de penser que le monde de la finance est assez stupide pour acheter à tour de bras un truc qui n’est pas à son prix (d’un point de vue fondamental)… hélas,
    quelques épisodes récents démontrent le contraire.

    Donc, entre dernier refuge ou prochaine bulle, j’essaye d’entendre ce les TBonds ont à nous dire.

    Mais tu as mis des mots sur le truc qui me trotte dans la tête.
    Merci beaucoup.

    Dex.

  21. je viens de trouver une valeur belge, donc accessible PEA, spécialisée dans le transport maritime de vrac sec (tiens tiens un peu comme dryships) pour environ 60% et  env 35% de fret aérien.
    J’ai commencé à regarder un peu la valeur de plus près, mais bon les 100 pages du rapport annuel 2009 là il est un peu tard… est ce que quelqu’un connaît cette valeur mieux que moi et peut nous
    en dire un peu plus ??

  22. Bonjour,

    Encore en Asie. Je reprends l’avion pour la France ce soir (cet apres midi pour vous). Je viens de lire vos echanges sur les taux longs US. C’est effectivement une grqnde question qui
    bat en breche l’idee developpee par les deflationnistes selon laquelle les exces budgetaires devraient conduire a une hausse des taux. Cet anomalie a d’ailleurs ete largement signalee par W
    Buffet.

    Plusieurs explications ama :

    – Les previsions d’inflation baissent a cours terme avec les anticipations de double dip. Le risque sur le capital est faible sauf a imaginer un crash obigataire a tres court terme. On peut
    toujours vendre des obligations avant terme en anticipant la remontee des taux. Les marches n’ont pas encore le scenario de stagflation en tete. Des gens comme Arthuis dont je ne partage pas
    l’analyse estiment que l’inflation ne peut naitre que de la surchauffe economique. Le passe lui donne tord …

    – L’aversion au risque liee aux craintes du double dip creent une course au cash : vendre des actifs, les investir dans une dette consideree comme sure pour racheter ces actifs plus tard et plus
    bas. C’est un mecanisme deflationniste.

    – Par ce mecanisme, les epargnants occidentaux achetent leur propre dette en maintenant les taux longs au plancher.

    – Les effets de l’augmentation de monnaie occidentale en circulation fortement inflationniste au sens propre du terme sont actuellement en equilibre avec les effets du deleveraging dans de
    nombreux pays.

    – Les banques achetent de la dette occidentale en grande quantite pour les fourguer a leur clients dans les vehicules de placement. En echqnge elles beneficient de toute la liquidite et de tous
    les renflouements necessaires.

    – Les banques centales poursuivent leur programme de rachat en direct de la dette en particulier sur la portion longue.

    Une remarque : la baisse des taux de credits long terme n’affectent pas les banques puisque pour elles, un credit octoye n’est pas un pret mais une creation de monnaie mise a disposition de
    la banque par les BC a un taux garanti si taux fixe, indexe si taux variable. Le seul risque de la banque est celui de l’insolvabilite de ses clients.

  23. Dex, je partage ton analyse sur le Japon. La situation est tres differente et ce qui nous attend est incertain. Je ne crois pas en tout cas que les americains paieront leur dette
    privee rubis sur l’ongle comme l’ont fait les japonais (ils ont mis presque 15 ans avant de commencer la QE). Les IPC et les taux longs finiront par monter.

  24. Hello, bon retour JCB.

    Ca commence à s’agiter : http://blog.jdf.com/jdf-laskine/2010/08/si-bulle-il-y-a-cest-bien-sur.html

    Je lis de plus en plus d’articles sur les obligations.

    Une rechute des actions CT/MT est un scénario qui semble bien installé parmi les différents acteurs financiers. Pas forcément les plus bear d’ailleurs.

    Le consensus ayant souvent tort, ça vaut le coup de réfléchir à ce qu’il pourrait y avoir à la place.

    Comme le dit R.Laskine dans son billet, personne ne reprochera à un gérant si il achète des oblig d’état dans les portefeuilles qu’il gère.

    Quand les gens commencent à réfléchir en terme de justification et plus en terme de pertinence, ça peut devenir intéressant pour ceux qui font ce qu’ils veulent de leur argent.

    Il n’y aura pas d’or pour tout le monde, c’est un fait. En plus, il est déjà très cher.
    Les obligation d’état sont à un prix qui ne me semble pas normal.
    Je ne me verrais pas prêter mon argent sur 2% à 10 ans à un individu ou un organisme, fut-il un état, en faillite potentielle.
    L’immobilier est également très cher.

    Du coup, on dit les actions, les actions… qu’elles décrochent un bon coup en cas de panique, cela parait acquis, et comme le dit Olivier Delamarche, dans ce cas là, le stock picking ne sert
    presque à rien, puisque tout le monde baisse.
    Mais dans un deuxième temps, je vois bien certaines entreprises faire un beau parcours, parce qu’il faudra bien qu’un secteur moins pire que les autres raffle l’épargne des gens qui ne sauront
    plus où aller.

    …non ?
    : )

    @+, Dex.

  25. Bonjour à tous.

    De retour en France. Sans parler des aspects personnels de mon séjour, cette nouvelle incursion dans les pays asiatiques me laisse à penser que la Chine, contairement au Japon il y a 40 ans, va
    tout faire pour recentrer l’activité vers son marché intérieur. Son potentiel de consommation est énorme et une classe moyenne importante est déjà présente dans les villes. Il va falloir suivre
    avec attention les décision politiques prises pour améliorer le pouvoirs d’achat des travailleurs chinois, les hausses de salaires et le début d’une politique de protection sociale. Je réaffirme
    ma confiance dans la capacité de beaucoup d’émergents à tirer la croissance mondiale. Je crois la politique économique des dirigeants chinois extrèmement intelligente et ce pays va faire grimper
    son PIB d’au moins 8 % par an quoi qu’il arrive chez nous. Je suis plus réservé pour l’Inde dont le système politique ultra-ultralibéral couplé aux méfaits de l’hindouisme est bien incapable de
    developper une capacité de consommation pour tous.

    J’ai lu un commentaire sur le Vietnam et la capacité du Dong à s’apprecier. Pour l’instant le Dong est passé de 15000 Dong pour un Dollar à 18000 Dong pour un Dollar en quelques années et
    effectivemen, il ne s’apprécie pas. Ce pays doit rattraper un retard considérable lié aux politiques ultra collectivistes conduites par Ho Chi Minh avant 86. Mes contacts là bas m’ont expliqué
    que la Corée était moins developpée que le Vietnam en 54 lorsque les français sont partis. Aujourd’hui, la Corée du sud enterre completement le Vietnam sur le plan économique. En revanche la
    direction prise actuellement me semble bonne et le Vietnam fort de ses 86 millions d’habitants ne manquera pas de faire une croissance annuelle bien supérieure à la notre en pourcentage. Comme
    tous les pays a forte capacité de croissance, nulle doute que sa devise devrait a terme s’apprécier mais le timing est compliqué à anticiper.

    Les chiffres du chomage US de 14 h 30 ne sont à nouveau pas bons. La crainte du double dip reste d’actualilté meme si celle ci reste incertaine. La croissance US parait en tout cas très molle. De
    nouvelles opportunités pour accumuler du papier devraient se présenter. Les parapétrolieres sont actuellement pénalisées par deep water. Je sais que cela ne durera pas et que leur potentiel est
    énorme. Si les indices actions pouvaient nous faire un bon coup de déprime …

    Pour ceux qui ont suivi mon conseil d’acheter du physique avec un euro plus fort et la baisse de l’or ont pu toucher le nap autour de 180-185, l’opération se révèle pour l’instant bonne mais l’or
    peut aller dans n’importe quel sens à court terme. Si on a une baisse significative des marchés actions US, l’or pourrait consolider à nouveau, donnant encore une occasion d’achat à ceux qui n’en
    ont pas.

  26. Deux nouveaux satisfecits pour cette rentrée :

    – Nos obligations indexées sur l’inflation font +3.12 % depuis notre conseil d’achat.

    – Comme énoncé dans cet article, 3760 a bien servi de résistance pivot et les bears ont pu réaliser un short gagnant sur ce niveau. Le CAC a buté sur la borne supérieure de son range autour de
    3760 sans dépasser 3803 en CFD et a repris la direction du sud confirmant une fois de plus la pertinence des analyses techniques de futures. Si 3580 lache sur plusieurs jours, prochain objectif :
    3350-3320 base du range.

    Depuis bientot un an, Futures prévoit avec un excellente précision une grande partie de l’évolution du CAC grace à son analyse technique.

    Merci aux lecteurs toujours plus nombreux qui suivent nos articles.

  27. Bonjour JC, merci à toi surtout, ton blog est toujours un réel plaisir à consulter.

    Perso j’ai liquidé à 3570 mes positions baissières prises autour de 3750 (sous forme de bx4), si j’ai bien appris une chose en 2010 c’est de prendre ses bénéfices quand l’occasion se présente.

  28. Bonjour Laurent,

    Sage précaution puisque 3580 est un support. Il sera toujours temps de shorter si le CAC franchit nettement 3580. Il a l’air de rester dans cette zone de consoreprise technique. Il risque d’y
    rester aujourd’hui car pas de stat US importante. Les gros mouvements devraient se manifester la semaine prochaine. Si l’emploi US se détériore encore, nul doute qu’on va repartir vers 3350-3320
    quels que soient les valeurs des indicateurs de sentiment qui n’ont à l’évidence qu’une signification limitée et valent surtout lorsque les marchés atteignent des niveaux de surachat ou de
    suventes historiques.

  29. 2eme trade gagnant avec 17 ticks de profit et 5 ticks de perte sur le premier. 12 ticks de bénéfice sur mes deux trade de ce matin grace à à money management privilégiant un risque reward élevé
    supérieur à 3. Arret du trading sur le CAC pour moi aujourd’hui.

  30. Bonjour J-Christophe.

    Commentaire 219 : » 12 ticks de bénéfice » .

     Avec des frais de 0,18% , un achat Ou une vente coùte environ 6 ticks. ( donc 24 au total)

    Où est mon erreur ?

    Bien cordialement.

  31. Bonsoir jdelli,

    Il faut impérativement trader en CFD et choisir un brokers CFD qui permet d’avoir pour seul frais un point de spread sur le CAC soit un tick. Les turbos sont beaucoup trop chargés pour ce type de
    trading en scalp.

  32. Ah, ok , 1 tick donc 1 euros de frais pour 3600 euros en CFD.

     C’est en effet beaucoup mieux que mes 0,18 %.

    Merci à vous deux.

  33. bonsoir

     

    je suis chez IB depuis nov 2003

     

    je confirme que ce broker est excellent

     

    je n’ai jamais de problemes

    je trade l’eurus et le fce via IB

    les frais sont tres faibles / cfd

    qd je l’ai choisi , j’avais fait le tour de ts les brokers et IB etait le – cher

    par ailleurs l’interlocuteur se trouve en suiss :grande disponibilite

  34. Bonsoir Surfeuse !

     

    C’est toujours un grand plaisir de te voir et de te croiser :-)

    Je n’interviens plus sur Pro-at, et suite de plus à quelques soucis de santé, il est vrai que nous n’avons plus l’occasion de nous croiser dans le monde du trading.

    Encore une fois, félicitations et encouragements à poursuivre ton travail en Basic Eliott sur Pro-at. Une des rares files qui tienne la route et garde un bon cap au fil du temps (quand je vois la
    file d’astrologie boursière ainsi que son nombre de hits, j’ai quand même de grosses frayeurs !).

    Au plaisir de te recroiser. Que la force des clubs et la précisions des puts soit avec toi !

     

    Daniela

     

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *