File trading et Forecast – Janvier 2011 N°2 – Prudence !

Par Jean Christophe Bataille

Forecast image type

C’est donc tout d’abord une baisse qui a eu lieu sur le CAC 40 et notre objectif de 3810 à plus ou moins été respecté. Depuis, le CAC a pris un nouveau départ en direction des 4000 points.

L’euro, comme prévu, n’a pas sombré mais évolue désormais vers 1.3400 $. Il est possible que ce mouvement continue en direction de 1.3700 $ si, après l’élargissement du fond d’aide européen, le feu des médias se focalise sur les USA.

L’or et le Silver poursuivent une consolidation salutaire comme prévu également.

Le VIX vient de toucher 16. Son niveau est proche de celui d’avril 2010 et de mai 2008. Le Bull Bear Spread atteint lui aussi un niveau extrême à 38.5 %. L’Equity Put Call Ratio 5 DMA évolue encore dans son canal descendant et va bientôt toucher – 2 écarts types, un niveau très fort d’optimisme. Le CAC cash a franchi 3960 hier matin et les CAC futures ont touché 4000 en soirée. Rien ne semble arrêter la progression des actions.

Mon opinion est que cela ne va pas durer. Il est très improbable que le CAC dépasse 4088 et une consolidation me parait inévitable. Les émergents tentent de limiter l’inflation par un resserement monétaire qui ne peut que freiner l’économie. Les pays européens réduisent leur budget pour limiter leur endettement et l’Allemagne seul moteur de l’Europe va voir ses premiers clients se serrer la ceinture. L’Amérique va être confrontée au problème des muni-bonds.

Je déconseille donc d’acheter des actions en ce moment. Quelques prises de bénéfices peuvent être initiées si le CAC poursuit sa hausse. Pour shorter avec un trackers ou en CFD et avoir une chance de trouver le bon point d’entrée, il faut maîtriser parfaitement le day-trading et l’analyse multiframe. Chacun est libre mais il faut garder à l’esprit que ce type d’opération ne doit concerner que 2 à 5% du patrimoine. Mon objectif de baisse se situe autour de 3750 pour le CAC. 

Nous allons probablement avoir à nouveau l’opportunité d’acheter de l’or et de l’argent à la baisse avec un euro en ascension. Le napoléon serait à un bon prix d’achat à 185 euros. Un silver à 25 $ pourrait également être mis à profit pour acheter des mines ou un ETF adossé à du physique.

Bonne semaine !

50 réflexions au sujet de « File trading et Forecast – Janvier 2011 N°2 – Prudence ! »

  1. à bxx,

    Merci pour les nouvelles détaillées à propos de Colossus et spécialement la précision au sujet des options. D’une facon générale un grand merci pour tes analyses et les
    infos originales que tu déniches.

  2. Jean-Christophe, je crois que dans un entretien entre Ron paul et Bernanke celui-ci explique, penaud, les choses comme tu le dis, mais je vais revoir et affiner cette petite recherche.

  3. L’inflation est de retour, par Philippe Béchade :

     

    Tout pareil qu’il y a un an, avec juste deux
    fois plus d’inflation !
    par Philippe Béchade
    Mercredi 19 Janvier 2011

    ▪ Bank of America a réalisé une enquête auprès de 200 gérants de fonds d’investissement (qui pèsent 560 milliards de dollars) du 7 au 13 janvier — c’est tout frais. Elle révèle que 55% d’entre
    eux ont l’intention de surpondérer leurs portefeuilles en actions (contre 40% début décembre) tandis qu’un quart d’entre eux ont l’intention de conserver les positions en l’état.

    Cela fait donc un sympathique total de 80% d’optimistes… ce qui confirme les résultats de précédentes enquêtes — allant toutes dans le même sens — dont nous avons déjà rendu compte depuis
    début janvier.

    Bank of America précise que ce pourcentage de bulls est le plus élevé observé depuis le pic historique de juillet 2007. Par ailleurs, elle indique que le nombre de gérants
    redoutant que la Fed se soit fourvoyée en imprimant des centaines de milliards de fausse monnaie est tombé pratiquement à zéro.

    Ils sont si nombreux à s’engraisser en dormant avec le « QE2 » qu’ils ne souhaitent plus qu’une chose : que rien ne change, ou tout du moins pas dans un avenir prévisible. Ils en sont à ce
    point convaincus qu’ils font ultra-majoritairement le pari que la Fed ne relèvera pas ses taux avant le premier trimestre 2012, voire le deuxième… Cela tout en étant convaincus à 72% que
    l’inflation va continuer de progresser en 2011, au-delà du score cible des 2%.

    Les prix de la nourriture à leurs plus hauts historiques… le gallon d’essence à 3 $ contre 2,5 $ début 2010… les produits importés en hausse de 4%… l’explosion
    du coût des loyers (+5%) ou des assurances santé (+10%) ne les impressionnent pas : Ben Bernanke ne bougera pas !

    Il s’en est expliqué : le marché du travail reste atone, la pression sur les salaires demeure à la baisse, donc pas d’inflation à l’horizon.

    Il pourrait par ailleurs invoquer la dernière enquête de la NAHB (syndicat national américain des constructeurs de maisons individuelles) dont le baromètre mensuel stagne sur son plancher
    historique de 16. Parallèlement, l’institut Case-Shiller note une raréfaction rampante du crédit et des anticipations de plus en plus baissières sur la valeur des biens immobiliers.

    ▪ Les délais de vente et de revente s’allongent (toujours selon l’enquête NAHB publiée hier) et les revenus salariés se contractent, réduisant d’autant les flux d’investissement consacrés aux
    placements boursiers. Pourtant, Wall Street pulvérise record sur record et affiche une confiance univoque dans la poursuite du mouvement haussier du Nasdaq et du S&P 500.

    Un stratège en chef d’une grosse firme d’investissement de la côte ouest réaffirmait — comme tant d’autres avant lui — que les cours ne peuvent que grimper. Cela simplement compte tenu de
    l’argent directement injecté chaque matin par la Fed dans les caisses des primary dealers, qui s’empressent de lui fourguer leurs créances à risques en l’échange d’argent frais pour
    acheter à la place des actions, quelle que soit la teneur de l’actualité du jour.

    Cela a le mérite d’être clair. C’est une piqûre de rappel pour ceux qui nous lisent et qui s’accrocheraient encore à l’illusion que les cours de bourse reflètent un tant soit peu une quelconque
    réalité conjoncturelle présente ou à venir : seule compte l’anticipation d’un argent demeurant éternellement gratuit.

    ▪ Des opérateurs prétendaient avoir acheté des valeurs bancaires dans l’anticipation d’un renforcement du fonds de soutien européen aux pays en difficulté. Les sherpas de l’économie réunis à
    Bruxelles ont convenu de se hâter lentement (de ne rien faire, pour l’exprimer plus clairement) et de conditionner une éventuelle aide à de sévères mesures d’austérité.

    Résultat, les taux longs remontent au plus haut au sein des PIGS, tandis que la « fuite vers la qualité » a fait rechuter le rendement des Bunds de trois points de base.

    La hausse des valeurs bancaires dans ces conditions semble relever davantage de la méthode Coué que du constat d’une embellie mesurable sur les marchés obligataires… Cela n’a pas empêché Madrid
    de s’envoler de 3% après l’adjudication de cinq milliards d’euros de bons du Trésor qui s’est déroulée sans histoire — puisque, comme nous l’avions souligné, la BCE, au besoin, ramasse tout.

    De toute façon, il ne sert à rien de s’appesantir sur des éléments concrets, bons ou mauvais. En effet, aucune indication qui fâche n’est prise en compte : l’inflation a fait un bond de 1%
    en décembre au Royaume-Uni (+3,7% en rythme annuel) mais Londres salue cette excellente nouvelle par une envolée de 1,15%.

    A notre humble avis, les trimestriels comptent également pour du beurre s’ils n’étayent pas le consensus haussier. Le géant Citigroup rate de loin le consensus d’un bénéfice de
    8 cents par titre (le gain est de très exactement inférieur de moitié à 4 cents) — mais le recul ponctuel du compartiment bancaire n’empêche pas le Dow Jones de
    rallier les 11 850 points.

    Les industrielles se seraient-elles inspirées d’une hausse de l’indice Empire State compilé par la Fed de New York ? Tout dépend de la façon d’interpréter le chiffre paru mardi : il
    s’établit à +11,9, contre +10,4 en décembre — c’est donc une progression… mais les économistes anticipaient une hausse supérieure à 13 en janvier (oublions vite ce détail).

    ▪ Tout s’est passé comme si toutes les ombres au tableau avaient été dissipées par avance par la publication du seul baromètre mensuel de confiance des milieux d’affaires allemand, l’indice ZEW.
    Il a grimpé d’un coup de 4,5 à 15,4 en janvier — il demeure cependant encore très en-deçà de sa moyenne historique de 26,8. La portée universelle de cet indice, dont se réjouissent aussi bien
    les Grecs que les Japonais ou les Californiens, ne vous aura pas échappé !

    Il importe peu que le dollar monte ou baisse, que les taux se détendent ou non, que le pétrole vaille plus de 92 $ ou moins de 88 $ (il remontait hier soir vers le sommet de la
    fourchette à 91,5 $ le baril)… la seule alternative pour les actions, c’est « le nord », c’est-à-dire la hausse.

    Conséquence imparable de ce constat, les places européennes engrangent 1,2% en moyenne. Le CAC 40 a terminé hier au plus haut du jour, mais également depuis neuf mois, sur un gain de 0,95% à
    4 012 points.

    Il est assez cocasse de constater que l’indice affichait ce même score il y a très exactement un an, jour pour jour, avec un plus haut intraday de 4 019 le 19 janvier
    2010… 48 heures plus tard, Paris avait reperdu 4%.

    Avec un taux d’optimisme de 77% à 82% selon les sondages, une réédition de ce scénario semble impensable en 2011.

    Nous sommes d’accord : avec un taux réel d’inflation voisin de 4% dans les pays développés et de 8% au sein des BRIC, la correction que plus personne n’anticipe (gloire en soit rendue à la
    Fed) devrait être d’autant plus sévère.

     

  4. Sorti sur stop puis remontée du cours. Trader sur le forex est épuisant à cause du balayage des stops par les programmes de trading automatique. Ca oblige à mettre des stops éloignés et ça oblige
    donc a diminuer la taille des positions (money management)

  5. Sur le titre Credit Patate on se rapproche de la partie haute du biseau baissier, je vois bien un petit ordre limit sell vers les 11.1€. J’ai essayé le compte démo d’igmarket et on peut vendre
    les titres bancaires avec un levier x10. 

  6. Les 17 pays de la zone euro vont emprunter 1 607 milliards d’euros en 2011.

    En valeur absolue, les principaux emprunts seront lancés par la France (386 milliards d’euros), l’Italie (381 milliards) et l’Allemagne (292 milliards).

    Calculés cette fois en pourcentage du PIB des pays concernés, les emprunts les plus lourds seront supportés par la Grèce (25 % du PIB), l’Italie (23 % du PIB), le Portugal (23 %), la Belgique (21
    %), la France (18 %) et l’Irlande (17 %).

     

    Source : Les Echos, mercredi 19 janvier 2011.

     

    A propos de l’Espagne :

     

    Espagne : caisses d’épargne : 30 milliards d’euros levés ?

     

    L’Espagne envisage de lever plus de 30 milliards d’euros afin de recapitaliser son réseau de caisses d’épargne, rapporte jeudi le Wall Street Journal qui cite des sources proches du sujet.

    Une porte-parole du ministère espagnol de l’Economie a reconnu que les caisses d’épargne auraient besoin de fonds, davantage que les 11 milliards d’euros déjà levés à leur intention, mais elle a
    démenti que les montants nécessaires atteignent la somme évoquée par le WSJ.

    Madrid a créé l’année dernière un fonds dédié à la restructuration des banques, le FROB.

    Le gouverneur de la Banque d’Espagne avait prédit en décembre que les caisses d’épargne n’auraient pas à y recourir cette année.

    Le système espagnol des caisses d’épargne, qui représente près de la moitié du réseau financier du pays, a été durement affecté par l’explosion de la bulle immobilière. À ces difficultés, est
    venue s’ajouter la hausse des coûts d’emprunts de l’Espagne consécutive à la crise de la dette souveraine européenne.

     

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/01/20/97002-20110120FILWWW00473-madridcaisses-d-epargne-30mds-leves.php

     

  7. Colas, c’est toujours pareil, il faut accumuler les lignes.  Si tu n’as pas du tout de PP, tu peux commencer. Ca ne veut pas dire que tu achèteras au plus bas (le plus bas c’était en 2009 et
    on est à +25 % par rapport aux investissement de 2010) ca risque donc de baisser mais au moins tu en as un peu pour le long terme. Si tu en a déjà beaucoup, tu peux attendre pour renforcer.
    Attention il faut en acheter des différentes chaque fois car il faut diversifier.

    Est-ce que vous avez noté par ailleurs que le gaz nat monte malgré la baisse des commodities ? Cela confirme sa force relative et son caractère survendu.

  8. A propos du gaz.

    En déchiffrant des news energy, je suis tombé sur une interview du CEO de Petrohawk,société US spécialisée dans la prospection et la production de gaz,aux actifs diversifiés et
    importants.

    Présente dans trois champs ,dont les deux premiers sont très réputés:

    – Eagle Ford shale play (sud Texas), 368 000 acres,comprend trois zones,une 50 gas / 50 liquid,une autre de condensats et la troisième, Red Hawk,est une  »pure oil play ».  

    – Haynesville (368 000 acres),le meilleur champ de gaz sec des Etats-Unis,selon Wilson

    – Lower Bossier (122 000 acres) 

     

    Pour l’instant 2,75 tera cubic feets de réserves prouvées,mais,les forages continuent et selon Wilson,30 à 40 tcf sont probables.On n’est pas forcé de le croire mais j’ai apprécié le fait qu’il
    reconnaisse ouvertement que dans le gaz non conventionnel,les débits de certains puits avaient tendance à baisser très vite,ce qui nécessite de nouveaux forages et l’utilisation de
    techniques coûteuses.

     

    Le point intéressant,à mon avis,c’est l’évolution du ratio « oil to gaz » de la production de Petrohawk:

    -Fin 2 009: 4 %, fin 2 010: 8 % , fin 2 011: 14 %  et fin 2 012: 20 %

     

    On peut apprécier cette société pour sa production et ses réserves croissantes, son positionnement sur le gaz,dont le prix pourrait remonter mais, si tel n’est pas le cas,on profitera de
    l’augmentation programmée de la production de brut qui est toujours mieux valorisée dans les cours des sociétés de ce secteur.

     

    Ma source:un article du « Oil and gas journal » du 12/01/2 011.   

      

  9. Bonjour TLM.

    Marc Fiorentino disait que le mois de janvier était toujours particulier et que le mieux était d’attendre le 1er février pour avoir une idée quels secteurs ou actions allaient monter en 2011. Je
    pense que c’était à moitié une boutade mais pas tout à fait faux.

    Les para baissent, eh bien tant mieux on les ramassera mais personnellement j’attends encore pour en acheter (Technip c’est impressionnant cette baisse mais il faut se souvenir qu’en 2008 au plus
    fort du pétrole à 146 elle était à 60-65).

    Bonne journée à tous  !

  10. sur PAJ, les éléments qui ont été cités ne sont pas nouveaux: niveau d’endettement, origine du dividende…

    la hausse est du à la recommandation d’analyste mais qu’est ce qui a argumenté le changement de recommandation de ces analystes.

    Dans le flou, j’ai préféré vendre et me repositionnerai éventuellement lors d’une consolidation.

  11. Qui est le Roi ?

    C’est bien le DOLLARD !

    Or, argent et pétrole en forte baisse.

    Si l’or casse les 1300$ la chute sera encore plus forte.

    Est-ce que l’EUR va monter à 1,37- 1,40 ?

  12. A yojaf,

    Le dollar monte un peu mais ce sont surtout les commos et  les métaux précieux qui consolident. Une très bonne opportunité ama. pour ceux qui n’en ont pas il va devenir intéressant
    de commencer à accumuler à la baisse. Or, argent, gaz, terre rares, palladium, et FCP commos

  13. Cette consolidation n’a pas un rapport avec la viste de Hu Jintao à Obama ?

    C’est une hypothèse pas une question !

    Ne passer plus par le marché, laisser ça aux spéculateurs, on va vous ouvrir un guichet directe  .

    Quand les suiveurs sur l’or et les mains faibles vont commencer à vendre, ceci va être une belle opportunité pour acheter.

    Concernant les peseudos investisseurs qui gagne de l’argent en shortant le marché (vous avez une chance sur deux de vous lourder). Et ce qui se gagne vite, se perd très vite.

  14. Jeudi 20 janvier 2011 :

     

    La confiance des consommateurs se détériore dans la zone euro.

     

    La confiance des consommateurs dans la zone euro est tombé à un plus bas de cinq mois en janvier, montrent des données publiées jeudi, alors que la région rencontre des difficultés pour contenir
    la crise de la dette.

    La Commission européenne a annoncé lors d’une estimation flash que le moral des consommateurs des 17 pays membres de la zone monétaire était ressortie à -11,4 en janvier contre -11,0 en décembre.

    Au sein de l’Union européenne qui regroupe 27 Etats, cet indicateur a également baissé, passant de -12,1 à -12,8.

    Les analystes estiment qu’une solide demande privée est nécessaire pour une croissance auto-entretenue de la zone euro, mais les mesures d’austérité mises en place par de nombreux gouvernements
    et les turbulences sur les marchés financiers limitent la demande des consommateurs.

    « C’est probablement l’inflation plus importante et la fiscalité croissante dans beaucoup de pays qui pèse de plus en plus sur la confiance des consommateurs », a commenté Howard Archer, analyste
    chez IHS Global Insight.

     

    http://fr.reuters.com/article/businessNews/idFRPAE70J0IT20110120

     

  15. Ce que pense Ben Bernanke de l’étalon-or dans 4 de ses conférences
    Remarks by Governor Ben S. Bernanke
    At the Conference to Honor Milton Friedman, University of Chicago, Chicago, Illinois
    November 8, 2002
    The Gold Standard and the International Depression
    Before the National Economists Club, Washington, D.C.
    November 21, 2002
    Deflation: Making Sure « It » Doesn’t Happen Here
    At the H. Parker Willis Lecture in Economic Policy, Washington and Lee University, Lexington, Virginia
    March 2, 2004
    Money, Gold, and the Great Depression
    Chairman Ben S. Bernanke
    At the Sixth European Central Bank Central Banking Conference, Frankfurt, Germany
    November 19, 2010
    Rebalancing the Global Recovery

  16. Jeudi 20 janvier 2011 :

     

     

    Ce matin, la banque américaine Goldman Sachs organisait un séminaire dans le très select Cercle Interallié, pour présenter ses perspectives
    économiques et financières de l’année. En gros, expliquer à ses clients quelles étaient les évolutions à attendre en matière de conjoncture et surtout où placer leur argent pour en profiter le
    mieux possible.

     

     

    Mais c’est à la fin, lorsque l’on a abordé la question des obligations que j’ai failli tomber de ma chaise : pour les experts de la banque,
    il faut acheter de la dette grecque et, dans une moindre mesure irlandaise et portugaise ! Mais pas n’importe laquelle. Dans le cas de la Grèce, il faut prendre les obligations à 30 ans.
    Surtout pas celle à 10 ans.

     

     

    Bizarre : les taux à dix ans sont à plus de 11,30 % et ceux à 30 sont à 8,50 %. Les gourous de Wall Street auraient-ils perdu leur
    calculatrice ? Non, rassurez-vous !

     

     

    « La Grèce va restructurer sa dette à dix ans », nous a annoncé l’air de rien le stratège obligataire de la banque : ce qui
    signifie qu’il faut la fuir à tout prix.

     

     

    Par contre, cette restructuration épargnera la dette à trente ans. Et au contraire, en restructurant à court terme, la Grèce aura plus de chance
    de nous rembourser à très long terme. Avec des taux à 8,50 % à 30 ans – imbattable – Athènes offre des rendements uniques au monde, qui vont rapporter plein de sous.

     

     

    Les clients de Goldman Sachs ont vraiment de la chance. Ils ont appris (c’est un scoop) que la Grèce allait restructurer sa dette et surtout
    qu’il fallait tout de suite se précipiter sur les taux à trente ans.

     

     

    Au fait, ami lecteur, j’ai oublié de vous dire : c’est Goldman Sachs qui a été soupçonné, dans les années 2000 d’avoir aidé le gouvernement
    Grec à maquiller ses comptes. Une accusation jamais prouvée, je m’empresse de le préciser, mais que les clients de la banque, hier au Cercle Interallié auraient peut-être mérité de
    savoir.  

     

     

    http://blog.lefigaro.fr/economie/2011/01/le-scoop-de-goldman-sachs-sur-la-dette-grecque.html

     

     

  17. Sans or, ni argent, quels sont le bon moyen d’en acquérir? Si vous pouvez-me donner (ou me re-diriger) vers de bons conseils… Merci d’avance

  18. Conformément à ma stratégie visant à me renforcer sur l’argent, je me suis renforcé ce jeudi sur United Mining Group au cours de 0.98 CAD. L’ordre limite fixé il y a une dizaine de jours a
    bénéficié de l’ambiance actuelle quant aux minières. RSI et MACD tendent à confirmer ce seuil comme opportunité. Difficile de prévoir si la pression à la baisse va se maintenir encore plusieurs
    jours ou non.

     

    J’en profite pour signaler que le titre de Great
    Panther Silver (productrice) offre une belle opportunité pour se positionner. Cette société ne figure pas dans mon portefeuille (aurait sa place!).

     

    Bon weekend.

  19. Bonjour JCB,

     

    j’ai une stratégie qui m’est propre, difficile de répondre. Un point essentiel de celle-ci est de diversifier à l’intérieur du secteur des métaux précieux, dans un cadre donné, soit uniquement
    des juniors (moins de 1 mia de capitalisation), ce qui exclu de facto Silver Wheaton malgré les qualités de cette compagnie (10 mia de capitalisation en ce jour). Le degré d’incertitude pour
    United Mining Group est plus grand étant donné son statut de proche productrice. Toutefois, au regard de la direction de la société et du projet (qualité intrinsèque de la propriété et qualité du
    travail effectué jusqu’ici par UMG) je considère le risque très modéré avec un potentiel par contre très élevé (dans un horizon de 3-4 ans). Le potentiel de hausse pour SLW est moins élevé, mais
    à moins d’un effondrement durable du prix de l’argent, il n’y a pour ainsi dire pas de risque. En conclusion, acquérir les deux est une bonne façon de diversifier en se positionnant sur l’argent
    !

  20. Bonjour,

    Meme si le cours de chaque mine obéit à ses spécificités, ce qui donne un minimum rassurant de cohérence à l’investissement, on voit bien ces derniers jours l’énorme influence des cours en
    dollards de l’Or et de l’Argent. La difficulté est comme toujours d’estimer une zone basse, pas un point, avant d’accumuler doucement. Je trouve difficile actuellement, la pratique de
    la divination sur le graphe de l’or. Sa longue ascension l’expose à une correction prononcée ce qui est psychologiquement incomfortable…

    L’uranium est comme exposé dans ce blog une diversification indépendante des métaux précieux mais les mines ont bien corrigé hier en suivant les indices US.

  21. Extrait d’un communiqué de la très écoutée banque Goldman Sachs,même si son coup tordu pour entrer dans Facebook s’est soldé par un échec:

     

     »Actions et M P ont du potentiel,mais à court terme nous préférons les actions.Nous reviendrons sur les M P d’ici 6 à 12 mois. »

     

    Chez Scotia Mocatta,spécialiste canadien des métaux précieux et filiale de Scotia Bank,on s’attend plutôt à une consolidation:

     »C’est la 3e fois que l’once tente sans succès de déborder 1 400.Si la barre des 1 360 est brisée,on assistera à une liquidation plus massive. » (le 17 janvier)

     

    Est-ce que nous ne sommes pas entrés dans une période de doute concernant les facteurs essentiels de la hausse des métaux précieux et des M P? La croissance exubérante de la Chine,menacée,au
    moins dans les esprits, par un resserrement du crédit et surtout la dévalorisation du dollar.

     

    Pour la Chine,il se pourrait que la tendance de fond reprenne après le début du nouvel an lunaire et la fin des congés qui freinent une bonne part de l’économie.

    En ce qui concerne la FED,il me semble qu’on est entré dans une période de doute au sujet d’un possible Q E 3.Ce doute pourrait  entraîner jusqu’au début de l’été un détournement
    des investisseurs des métaux précieux vers les actions.

    A mesure que le doute se lèvera,dans un sens ou dans l’autre,il sera plus facile de se positionner.

     

    Ceci est à rapprocher de ce que dit le spécialiste londonien des métaux précieux,le GFMS:

     

     »We are expecting gold could start to move materially higher towards the summer,breaking 1 500. An approach,even a breach of 1 600 by late 2 011 early 2 012 as quite feasible. » 

     

    Pour l’argent,on parle d’une consolidation de 20%.

  22. Je me méfie des anticipations de consolidation. Les investisseurs vont avoir tendance à acheter un peu plus haut pour ne pas rater le train. Ca fait un moment que l’or doit consolider mais les
    acheteurs asiatiques ne lui en laisse pas le temps. Les méthodes d’accumulation progressive marche bien parce qu’on surpaye un peu au début ensuite on moyenne en baissant le prix moyen
    d’achat. Il est illusoire de vouloir acheter au plus bas. Personnellement, j’ai beaucoup d’or dans mes allocations et je suis plus intéressé par l’argent et le gaz nat. J’ai déjà
    commencé à accumuler.

    Les autres commos pourraient consolider plus. J’attends pour renforcer.

  23. @ Jean-Christophe et Fab CH,

    J’apprécie beaucoup la réponse de Fab,mais il existe une voie intermédiaire,Fresnillo.L’éventualité d’une OPA rampante de Carlos Slim,ou d’un autre n’est pas à négliger.Mieux vaut acheter la
    rumeur que la nouvelle.Fresnillo est à l’argent ce que Potash Corp est à la potasse.

    Quand l’argent se sera stabilisé,n’oubliez pas Tahoe Resources.J’attends toujours pour en parler.Son cours est encore un peu haut.

     

    Une matière première peu connue qui a de l’avenir:l’antimoine.Rien à voir avec la montée de l’islamisme en Algérie! Quoi que…! Ce matériau sert de retardateur de combustion pour de
    nombreux matériaux:caoutchouc,tissus synthétiques,carburants et surtout  plastiques.C’est également un catalyseur de polymérisation en particulier du PET des bouteilles d’eau.

     

    De nombreuses infos sur le site d’une société japonaise à la croissance mirobolante,spécialiste des sels d’antimoine et des poudres métalliques,mais non accessible en Europe:Nihon Seiko.Vous
    y apprendrez même la composition idéale des détonateurs électriques! Qu’est-ce que je vous disais!

     

    Je cherche son homologue occidental.

     

  24. Il n’y a pas de mystère.Derrière la hausse spectaculaire de l’antimoine : la Chine.Sa croissance industrielle,bien sûr et sa politique environnementale de plus en plus exigeante.L’antimoine est
    un métal très nocif et la Chine a décidé de faire le ménage plus sérieusement que les fois précédentes.

     

    Mais,en arrière-plan,comme pour les terres rares,on devine la rétention de minéraux dont elle a été longtemps très prolixe pour les autres économies, dont les réserves ont fondu et qui
    lui seront indispensables pour poursuivre sa croissance.

     

    http://www.ft.com/cms/s/0/a66a2412-2264-11e0-b6a2-00144feab49a.html#axzz1Bg3rdIyr

  25. la correction sur crédit patate va être sévère je pense, démarrage mardi ? (lundi les pauvres petites mains vont maintenir la hausse pendant la matinée probablement). 

  26. J’ai acheté Silver Wheaton à 31.04 cet aprem pour le long terme. Je sais, c’est une folie :-) mais Bxx m’a convaincu ;-) … Si l’argent baisse encore j’achèterai Fresnillo si ça baisse
    encore j’achèterai la petite minière United mining group puis je renforcerai mes lignes etc … Jusqu’à ce que l’argent atteignent son plus bas. C’est ça la technique d’accumulation.
    C’est acheter à la baisse en continu des lignes constantes en volume. Ce qui fait plus ça baisse plus on achète de titres avec la même somme. Je peux acheter comme ça jusqu’à
    ce que l’argent atteignent 10 $. Le Silver s’épuisera avant moi …

  27. pas si fou JCB , SLW est juste au dessus d’un gap daily quasi comblé, tu vas peut être accumuler à la hausse … un
    peu sportif quand même.

  28. la banque centrale irlandaise fabrique de la monnaie sans contrepartie pour le prêter aux banques en difficulté, article sympa à lire : http://globaleconomicanalysis.blogspot.com/2011/01/ecb-allows-irish-central-bank-to.html

  29. @Kingmart n° 133,

    L’énorme influence du cours de l’or et de l’argent appliqué à Rye Patch Gold

     

    @Bxx n° 136,

    Et pourquoi pas anticiper un peu plus en achetant avant la rumeur ?

    Quant à Fresnillo, je ne connais que de nom: c’est une baleine alors que je n’attrape dans mes filets que les petits poissons

     

    @JCB n° 140

     

    Mon petit doigt me dit que vous risquez de louper UMG à force de trop attendre …. il ne faut pas oublier le cycle de développement (nouvelles) qui peut changer instantanément la dynamique à
    court terme !

     

    @ tout le monde,

     

    il me semble que tout le monde est obsédé par les productrices, pourtant elles sont qu’une minorité dans le secteur et les meilleurs affaires se font généralement ailleurs. Je n’en ai qu’une de
    productrice dans mon portefeuille… pour coller à l’impératif de diversification

  30. @ Jean Christophe post 141 : Certes, mais la prime sur le Nap est à 9,96%, ce qui nous le met à 203,00… Perso j’ai de l’or bien acheté à 110 euros il y a deux ans, mais renforcer à ce prix, ça
    fait un peu mal. Et pour ceux qui veulent entrer, le ticket est bien cher, non ?

  31. à FabCH,

    j’ai un peu de Rye Patch depuis qcq semaines et je ne suis pas trop mécontent de sa « résistance » à la correction or/argent… d’ailleurs ca doit etre grace à toi que je m’y suis intéressé !

  32. Edgard,

    Le cours CPR vient de baisser, on est à 191.90. La prime est à 4.02.

    J’ai payé des lingots et des naps encore beaucoup moins cher il y a 5 ans mais pour ceux qui n’ont pas d’or 185 euros c’est une affaire si on tient compte de toute la monnaie qu’on a
    crée depuis. Tes 110 euros valent moins cher en or aujourd’hui. D’ou la hausse. Maintenant c’st un prix d’intervention. Il faut être capable de racheter plus bas
    et même encore plus bas si l’or consolidait très fortement mais pour être franc, je n’y crois pas.

  33. Acceptons en l’augure FabCH, mais il ne faut pas perdre de vue le risque élevé sur ce type de titres et comme tu l’as redis plus haut, être très diversifié. 

    à JCB: d’ailleurs je pense que la technique d’accumulation sur une petite sté minière dont le cours baisse, est dangereuse. On sait que certaines d’entre elles sont vouées à disparaitre purement
    et simplement. Dans ce cas mieux vaut n’avoir pas accumulé à la baisse! Par contre, comme tu semblais le proposer, accumuler des titres liés à l’argent ou l’or, en diversifiant est moins risqué.
    Et quand un titre monte, accumuler sur le titre selon les seuils techniques. Comme toujours c’est plus facile à dire qu’à faire …

    Bon WE

     

  34. à JCB,

    Le pb d’un achat d’or avec CPR ce n’est pas tellement le prix qui est bien correlé au spot de l’or mais le spread entre l’achat et la vente qui a l’air délirant, pour ne pas dire confiscatoire.
    J’espère que les commissions bancaires sont incluses.

Répondre à SR71 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *